La presse marocaine lynche Ouyahia après ses propos sur le trafic de drogue

Drogue Maroc Ouyahia presse
Saisie de drogue en provenance du Maroc par les services de sécurité algériens. New Press

Par Karim B. – Les médias marocains ont, dans leur habituel élan défensif psalmodique, violemment réagi aux propos tenus par Ahmed Ouyahia, ce jeudi, à travers lesquels il a rappelé, à juste titre, que le Maroc noyait l’Algérie sous les flots du kif et de la cocaïne. «Le Premier ministre algérien sous-entend que le Maroc cherche à couler l’Algérie sous le haschich et la cocaïne», «Les nouvelles accusations du Premier ministre Ouyahia contre le Maroc», «Ahmed Ouyahia attaque une nouvelle fois le Maroc», «Le Premier ministre algérien s’en prend violemment au Maroc» titrent les relais du Makhzen qui adoptent la position de la vierge effarouchée à chaque fois que des responsables politiques algériens rappellent les ravages causés par la drogue dans la production et le trafic desquels le Maroc est reconnu par toutes les institutions internationales comme étant le leader mondial.

Ce n’est pas la première fois que le Makhzen actionne ses relais de propagande pour s’en prendre à des membres du gouvernement algérien. Abdelkader Messahel avait subi des attaques féroces de la part de certains médias marocains après qu’il eut affirmé que Royal Air Maroc ne transportait pas que des passagers. Le ministre des Affaires étrangères se référait à des rapports établis par des organismes internationaux qui ont révélé que cette compagnie aérienne, détenue par la famille régnante, servait aussi pour le transport de kif et de cocaïne vers les destinations qu’elle dessert.

Dans leurs répliques faites de formules uniformisées, preuve que le commanditaire est le même, les médias du Makhzen tentent une diversion en laissant entendre que les vérités dites par Ouyahia seraient des «accusations», des «attaques» et des «insinuations». Ce qui laisserait supposer que les vérités assénées par le Premier ministre – qui s’exprimait, en fait, en tant que chef d’un parti politique – et le ministre des Affaires étrangères ne seraient que des incriminations infondées et des allégations calomnieuses, alors que leur véridicité irréfragable en fait presque une lapalissade.

K. B.

Comment (62)

    Anonyme
    24 janvier 2018 - 17 h 31 min

    Lorsque la horde médiatique du royaume de carton pat de momo se déchaine de la sorte, cela signifie que les propos de Ouyahia ont fait mouche. Et s’ils ont fait mouche, c’est qu’ils sont on ne peut plus vrais.
    Cela dit, il faut changer de stratégie et passer à l’étape suivante : ne plus se contenter de dénoncer, mais poser des gestes concrets aux niveaux des instances internationales de lutte contre les stupéfiants (preuves irréfutables, plaintes officielles, dégâts, pertes et coûts causés…) sans le moindre état d’âme. Il y vas de la santé des jeunes générations et de la sécurité publique.
    Il est d’ailleurs du devoir et de la responsabilité des responsables politiques algériens de se résoudre à le faire une bonne fois pour toute. Cette drogue est une guerre sournoise et non déclarée contre l’Algérie. Il faut prendre les moyens, et tous les moyens possibles (politique, économiques, sécuritaires, diplomatiques…), pour y répondre de la manière la plus claire et la plus intransigeante.




    2



    1
    Mantaki Logik
    23 janvier 2018 - 11 h 21 min

    Ahmed Ouyahia et Abdelkader Messahel n’ont fait que dire tout haut ce que bons nombres pensent tout bas. Ce que je n’arrive pas à comprendre c’est pourquoi l’Algérie hésite encore à déposer plainte devant les instances internationales, l’origine de ces tonnes de drogues saisies peut bien être tracée par les laboratoires d’analyses. Le Maroc lui n’aurait pas hésité.




    4



    2
    karimdz
    22 janvier 2018 - 21 h 23 min

    La presse maroukiya peut toujours aboyer, la caravane Algérie passe, pour moi ce n est pas une référence, et elle peut braire dans le désert.

    Le grand bordel du marouk est bel et bien la colombie de l Afrique en matière de drogue, c est un constat.




    4



    2
    TheTruth
    20 janvier 2018 - 19 h 15 min

    Le monde entier sait que le Maroc est un état narcotique nuisible, et l’univers entier sait que les mokhribiens vivent de la drogue, par la drogue et pour le drogue. Quand c’est les français ou les américains le disent, les mokhribiens se font petits et se taisent et quand c’est l’Algérie qui le dit, ils bombent le torse et ils montent sur leurs grands chevaux pour nier la vérité. Mr Oiuyahia a 1000 fois raison, il faut dire haut et fort la vérité que les sujets lobotomisés du makhzen ne veulent pas entendre.




    20



    3
    kad
    20 janvier 2018 - 11 h 48 min

     » Il faut défendre le soldat Ouyahya ». Mais chez la presse marocaine c’est réflexe inné que d’aboyer sur tout ce qui les met en cause, même si contre une vérité accablante comme c’est le cas. Qui ne sait pas que le Maroc est le grand pourvoyeur de drogue du monde. Et pourtant ils aboient quand même.




    14



    3
    Med Benhamou
    20 janvier 2018 - 8 h 56 min

    Il n’y a aucun avenir pour un peuple dont l’économie du pays repose sur les industries du Haschich, du Tourisme sexuel et de la Prostitution exotique avec une contribution à hauteur de 82% du PIB du Régime du Makhzen soit environ 82 milliards de dollars selon les dernières études et autres expertises en la matière.




    15



    2
    RasElHanout
    20 janvier 2018 - 8 h 44 min

    —- Quid de la plainte déposée contre Messahel au sujet de la « Machine à laver » les Milliards de narco-dollars de M6 .
    —- Quid de la promesse d’exclusion de la RASD juste après l’adhésion de cette feodale Narco-monarchie absolue à l’UA ?
    — Quid de l’adhésion du Marokistan à la CEDEAO qui pourtant était actée avant décembre 2017 selon la presse propagandiste du Régime du Makhnez.
    —- Quid de ce fameux TGV qui tarde à arriver en gare malgré les promesses de Nicolas Sarkozy.
    —-Quid de ce gigantesque gazoduc Lagos-Tanger au coût dépassant les 100 Milliards de dollars.
    Finalement et comme l’avoir dit à juste titre Messahel : MAKANE WALLOU.




    20



    4
    BabEIOuedAchouhadas
    20 janvier 2018 - 8 h 27 min

    Sur cette question j’ai toujours dit que la solution radicale serait que nos Services aillent cherche Mongole VI et le fassent juger par un tribunal algérien pour crime narcotique contre la jeunesse Algérienne.

    Sinon, je ne vois pas d’autres solutions.




    26



    4

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.