Cynique Erdogan

Erdogan turque
Tayyip Erdogan. D. R.

Par R. Mahmoudi – Que signifie la poursuite de l’offensive de l’armée turque – cyniquement baptisée «Rameau d’olivier» – contre le bastion kurde en territoire syrien, dans l’impunité totale et l’indifférence de la communauté internationale ? Pourquoi les Etats-Unis sont-ils incapables de dissuader Ankara d’attaquer leurs protégés kurdes, alors qu’à la libération de Rekka ils avaient décidé de rester en Syrie contre la volonté même de Damas ? Qui est complice avec qui dans cette affaire ?

Quels que soient les raisons et les soubassements de cette razzia turque, l’attitude américaine vis-à-vis des milices kurdes de Syrie montre que les capacités de dissuasion des Etats-Unis sont aujourd’hui trop faibles pour empêcher l’invasion d’un territoire «ami» par une autre armée. Pour la première fois peut-être dans l’histoire contemporaine, les avertissements lancés solennellement par le chef la première puissance mondiale ont été royalement ignorés par des assaillants qui n’ont plus peur de rien. Mieux, Erdogan, remettant son costume de sultan néo-ottoman, ose demander à son homologue américain de cesser de fournir des armes aux miliciens kurdes. Ce sentiment de puissance qui ressurgit chez le suzerain turc est tel que les observateurs internationaux craignent qu’il soit tenté de lancer d’autres expéditions à la conquête des territoires perdus.

Ce grave précédent peut inciter désormais n’importe quelle puissance dans la région à envahir des pays voisins, sans crainte de représailles de qui que ce soit, et à faire la loi. Cette logique d’impunité a, à vrai dire, de tout temps existé au Moyen-Orient, sous la protection militaire et politique de Washington, comme ce fut le cas au Yémen. Mais, cette fois-ci, plus de bouclier protecteur, plus d’impunité assurée aux agresseurs.

R. M. 

Comment (3)

    Dead zone
    25 janvier 2018 - 20 h 23 min

    Pas que cynique! Rusé, hypocrite et présent sur tous les fronts. Il ne lâche rien!

    Felfel Har
    25 janvier 2018 - 18 h 48 min

    Netanyahou et Erdogan sont les deux exécuteurs de basse besogne à qui Oncle Sam (pas Trump, car il a les poings liés par l’Establishment, le Cabinet Noir comme on dirait chez nous) a confié la tâche de détruire le Moyen-Orient pour le redessiner à son avantage. L’un et l’autre espère avoir un bon morceau du gâteau, mais il faut qu’ils s’attendent à des surprises. D’abord, parce qu’il pas sûr que ce plan diabolique réussisse et ensuite parce que les Américains voudront tout garder pour eux. Liyahseb ouahdou ichitlou dit-on en derdja de chez nous.

    6
    1
    Abou Stroff
    25 janvier 2018 - 8 h 08 min

    je pense que l’offensive turque en territoire syrien s’inscrit dans le cadre de la restructuration globale du moyen-orient au profit exclusif des puissances impérialistes en général et de l’entité sioniste en particulier, en effet:
    – l’entité sioniste n’est plus la seule à s’étendre au détriment de ses voisins puisque la turquie d’erdogan fait la même chose. ainsi grâce la politique d’erdogan, en particulier et à la vermine islamiste, en général, l’entité sioniste assure sa pérennité en tant qu’entité basée sur la religion au même titre que ses voisins.
    – j’ai toujours défendu l’hypothèse qu’ au moyen orient, la turquie d’erdogan jouait le même rôle que l’entité sioniste et avait des visées comparables à cette dernière, c’est à dire que la turquie et l’entité sioniste agissaient en tant que sous-impérialismes régionaux au profit du super-impérialisme yankee.
    conclusion: erdogan n’est pas plus cynique que nethaniahou.
    PS: comment nos « frères » islamistes qui ne voient que des conflits où « leur » islam est « agressé », vont ils interpréter cette guerre sunno-sunnite? faut il y voir la main du diable?

    11
    6

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.