L’ONU dénonce les «exécutions extrajudiciaires» à Benghazi

La mission d’appui des Nations unies en Libye a dénoncé les exécutions extrajudiciaires commises dans la ville de Benghazi (est) et a appelé à remettre un commandant militaire appartenant aux forces de Khalifa Haftar à la Cour pénale internationale (CPI).

Une vidéo a été publiée mercredi sur les réseaux sociaux montrant le colonel Mahmoud Ouerfelli, commandant au sein des forces de Haftar, en train d’exécuter plus de 7 personnes à Benghazi, en réponse au double attentat survenu dans la ville mardi et ayant fait 34 morts.

La mission onusienne a appelé, dans un communiqué rendu public mercredi, à la remise immédiate à la CPI d’Ouerfelli, auteur d’au moins 5 exécutions du genre en 2017.

La CPI avait réitéré son appel aux autorités libyennes, le 13 septembre dernier, réclamant de lui remettre Ouerfelli, coupable de crimes de guerre.

Le procureur de la cour, Fatou Bensouda, avait salué dans un communiqué la décision des forces de Haftar relative à «l’arrestation d’Ouerfelli et à son interrogation par le procureur militaire libyen», appelant à le remettre à la cour, qui siège à La Haye, aux Pays-Bas.

Bensouda a, par ailleurs, indiqué que son bureau était en train d’enquêter sur des rapports présentant des données différentes et que «le suspect est libre et aurait participé à d’autres meurtres depuis la décision de son arrestation par la cour, vers la mi-août dernier».

Entre autres preuves retenues contre Ouerfelli, des vidéos le montrant en train de tirer sur des personnes, dont des civils et des combattants blessés ou désarmés. Ces actes sont suspectés d’avoir eu lieu à Benghazi entre 2016 et 2017.

Ouerfelli était un commandant connu au sein de l’armée libyenne, avant de faire défection au régime de Mouammar Kadhafi (1969-2011) et rejoindre les forces de Haftar, dans l’est du pays, à la suite de la révolution.

La Libye souffre d’une anarchie sécuritaire et politique, dans la mesure où plusieurs entités armées s’entretuent, depuis la chute du dirigeant libyen Mouammar Kadhafi en 2011.

L’ONU déploie des efforts pour l’amendement de l’accord politique signé entre les parties du conflit en 2015, en vue d’instaurer la paix en Libye.

R. I.

Comment (4)

    Anonyme
    26 janvier 2018 - 8 h 09 min

    L’ONU joue à l’hypocrite Ouarfali agit sous les ordres du maréchal ferrant ,pardon ‘hafter’ ,c’est donc en sa compagnie qu’il doit comparaitre devant le TPI.

    Chaoui
    26 janvier 2018 - 0 h 13 min

    On comprend que si on apprend !
    Apprendre et analyser pour comprendre… :
    https://ripostelaique.com/jaccuse-56-dirigeants-francais-davoir-pactise-terroristes-islamistes.html
    Voir aussi :
    – file:///C:/Users/NASS/Downloads/56-t1-letat-francais-complice-de-groupes-criminels-extrait-version-pdf.pdf

    1
    1
    kilma
    25 janvier 2018 - 23 h 40 min

    L’onu ment comme elle respire,puisque c’est elle qui a autorisé la destruction de la libye par l’otan en 2011…et puis ce commandant warfely est un criminel qui a été avec bhl,dès les premiers jours de ce complot contre le guide libyen.je signale au passage que ce n’est pas la 1 ère fois que ce criminel se filme en train d’executer ded gens alors taze taze taze à l’onu

    2
    1
    الهوارية
    25 janvier 2018 - 20 h 59 min

    Jerdanes libyens continuent leurs forfaits depuis 17 février 2011 attentats, exécutions des innocents destruction de la Libye Chaos promis par Sarkozy et BHL.
    Que vive la Jamahiriya arabe libyenne Khadra, qu’elle renaisse de ses cendres inchallah pour qu’elle chasse tous ces rats vers l’Europe et Neuilly-sur-Seine

    7
    2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.