Brexit : les Britanniques craignant que leur pays devienne un «Etat vassal» de l’UE

GB Brexit
Quel rôle pour la Grande-Bretagne après sa sortie de l'UE ? D. R.

L’Union européenne (UE) veut négocier une phase de transition post-Brexit souhaitée par le Royaume-Uni pendant laquelle elle veut que Londres continue à participer au budget européen mais en renonçant à tout pouvoir de décision dans l’Union. Ces conditions posées par les 27 pays qui resteront dans l’UE provoquent des remous du côté britannique. En particulier parmi les partisans d’une coupure nette avec l’UE, certains craignant que leur pays devienne un «Etat vassal» de l’Union en la quittant, selon l’AFP

Les ministres des 27, réunis aujourd’hui à Bruxelles, ont approuvé en quelques minutes leurs directives pour que le négociateur en chef du Brexit pour l’UE, Michel Barnier, puisse commencer à discuter des modalités de cette transition avec son homologue britannique, David Davis. Il devra s’agir «d’une transition “statu quo” mais sans représentation institutionnelle» pour le Royaume-Uni dans l’Union, a souligné sur Twitter l’adjointe de Barnier, Sabine Weyand, ajoutant que cette période intermédiaire irait du jour du départ britannique, fin mars 2019, «jusqu’au 31 décembre 2020».

«Quand le Royaume-Uni quittera l’UE, il n’aura plus son mot à dire autour de la table», a insisté la ministre irlandaise des Affaires européennes, Helen McEntee, soulignant qu’il s’agissait pour les 27 de préserver «l’intégrité du marché unique et de l’Union douanière».

«Il y a un large accord sur le principe qu’une période de mise en place serait bénéfique aux deux parties mais, évidemment, sur les détails, on peut s’attendre à quelques divergences et c’est ce sur quoi nous négocierons», a déclaré de son côté un porte-parole de Theresa May, avant l’adoption des directives des 27. Il a rappelé le souhait de Londres d’avoir une transition «d’environ deux ans», une période plus longue que celle prévue par les 27. Ces derniers préfèrent se caler pour plus de clarté sur la fin de l’actuel budget pluriannuel de l’UE, qui court jusqu’à fin 2020.

L’UE et Londres sont, en effet, déjà d’accord sur le principe de maintenir jusqu’à cette date les contributions britanniques telles qu’elles avaient été prévues pour le budget de l’UE. Pendant cette période, les 27 souhaitent que Londres continue, par ailleurs, de respecter toutes les réglementations de l’UE mais sans n’avoir plus aucun pouvoir de décision.

Cela signifie que le Royaume-Uni n’aura plus de représentant dans les institutions, plus de droits de vote et ne participera plus à la plupart des réunions. Il sera, par ailleurs, toujours soumis à la juridiction de la Cour de justice de l’UE et contribuera au budget européen.

L’objectif de la transition est d’éviter un changement brutal des règles pour les citoyens et les entreprises juste après le Brexit. Elle doit aussi permettre de préparer l’accord de libre-échange qui régira à l’avenir les relations entre l’UE et le Royaume-Uni. Les négociations sur cette future relation commerciale devraient commencer idéalement en avril mais les Européens reprochent à la Première ministre britannique, Theresa May, de trop tarder à présenter ses souhaits précis.

R. I.

 

Comment (2)

    Amal
    30 janvier 2018 - 12 h 25 min

    Il ne faut surtout pas se faire de la bile pour cette très grande nation qu’est l’ANGLETERRE et l’Histoire de son peuple dont l’Empire où LE SOLEIL NE SE COUCHE JAMAIS…..!!! L’Angleterre est une très grande Nation qui s’en sortira à merveille sans l’E.U. ! L’Europe sans l’ANGLETERRE est une femme divorcée qui a peur pour son « avenir ». Le pire est à craindre pour l’E.U. quand l’ALLEMAGNE suivra les pas de l’ANGLETERRE en quittant l’Europe qui deviendra alors : ORPHELINE..!!! L’ANGLETERRE et L’ALLEMAGNE sont les DEUX SEULES super puissances de l’Europe. Tnt sur le plan économique que DANS TOUS LES DOMAINES. Si l’Allemagne suit les pas de L’ANGLETERRE….. l’Europe S’EFFONDRERA, pour sûr ! Alors, avis les froggies…. Les français NE SONT PLUS RIEN comparativement à L’ANGLETERRE et A L’ALLEMAGNE, sur tous les plans. Perso, je pense que la Sublîme ANGLETERRE n’a pas à suivre AVEUGLÉMENT le « président » frangao le petit macron dans sa politique qui est déjà désastreuse pour la france et le peuple français. VIVE L’ANGLETERRE !!! PAYS DE LA RACE DES SEIGNEURS…!!!

    7
    2
    Anonyme Utile
    30 janvier 2018 - 1 h 06 min

    Le parti ultra raciste YUKIP dirigé par Nigel Farage a trompé très gravement le peuple Anglais en le faisant sortir de la communauté économique Européenne où les anglais étaient les mieux lotis par rapport à tous les autres pays membres, tout en gardant leur propre money, la livre.

    Ce qui a permis à la City de devenir la première place financière mondiale. Ainsi l’Angleterre est devenue le pays le plus attractif, économiquement parlant. Les grands constructeurs automobiles mondiaux ont pratiquement tous délocalisé en Angleterre. Il en est de même dans d’autres secteurs industriels de pointe (Aéronautique, informatique, électronique, pharmacie ….).

    Et à ce rythme là, l’économie Britannique allait se placer juste derrière celle de l’Allemagne. Les profits tirés de la place financière londonnienne permettaient à l’Angleterre d’établir un budget équilibré depuis des decennies et parfois des budgets excédentaires.

    Avec le Brexit, tout s’inverse et s’accélère pour la grande Bretagne. Des barrières douanières énormes vont se dresser devant les produits manufacturés Britaniques, qui ne seront plus compétitifs dans le marché Européen étant donné les taxes qui leur seront imposées. Ce qui obligera, à nouveau, les industriels à se relocaliser ailleurs. La grande Bretagne connaitra un chomage de masse insupportable, un déficit budgétaire abyssal et une décente aux enfers inévitable.

    Ainsi la grande Bretagne se mettra d’elle-même dans la voix du sous développement.

    D’ailleurs les grands chercheurs Britaniques commence à quitter l’Angleterre vers d’autrescieux et plusieurs ont changé carrement de nationalité. Ce qui est très grave, pour le royaume uni.

    Ce climat oblige déjà l’Ecosse, les pays de Galles et l’Irland du Nord à opter pour la séparation.
    Tout mouvement d’indépendance en écosse, au pays de Galles, et en irland du Nord conduira à la destructio du royaume uni avant la fin de ce siècle.

    Voilà ce qui arrivera quand un pays légalise un parti ultra raciste comme UKIP, dirigé par l’ultra raciste Nigel Farage, un animateur d’émission politique à la radio.

    Cet homme, qui a trompé ses compatriotes au sujet du Brexit a détruit son pays pour toujours, sur les plans politique, économique et social. Les conséquences seront incalculables pour l’Angleterre.

    Au rythme où vont les choses, il va y avoir d’autres mauvaises surprises de ce genre, dans d’autres grands pays Européens, fondateurs de l’Europe.

    Et quand un pays fort devient faible, voire très faible, il devient de facto, un pays vassal d’autres, beaucoup plus forts, que lui.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.