Feraoun : «Recrutement de 57% des contractuels d’Algérie Poste et l’opération se poursuit»

plus de 400 000 nouvelles lignes en fibre optique en 2017
Houda-Imane Feraoun. New Press

La ministre de la Poste, des Télécommunications, des Technologies et du Numérique, Houda-Imane Feraoun, a indiqué, jeudi à Alger, que 57% des contractuels d’Algérie Poste ont été recrutés, précisant que l’opération se poursuivra pour inclure tous les contractuels d’ici la fin de l’année en cours. En réponse à la question d’un membre du Conseil de la nation lors d’une séance plénière présidée par Abdelkader Bensalah, Mme Feraoun a indiqué qu’Algérie Poste a recruté 57% des contractuels, soit 3 268 employés, dans le cadre du dispositif d’aide à l’insertion professionnelle (DAIP) et 2 600 dans le cadre du contrat de travail aidé (CTA).

Le recrutement des contractuels restants d’Algérie Poste se poursuivra «progressivement durant les prochains mois» pour englober l’ensemble des concernés d’ici la fin de l’année en cours pour couvrir le déficit en ressources humaines, notamment en ce qui concerne les employés du tri, de la distribution des colis et du courrier ainsi que les facteurs. Mme Feraoun a indiqué dans ce sens que les prestations d’acheminement de colis et de courrier ont réalisé «un saut qualitatif», après avoir enregistré plusieurs dysfonctionnements, particulièrement durant les années 2012, 2013 et 2014 où Algérie Poste était au bord de «la faillite».

Depuis 2015, Algérie Poste est parvenue à redresser sa situation financière et à réaliser annuellement des bénéfices croissants, ce qui a permis de recruter un nombre suffisant de facteurs et d’assurer des équipements modernes, notamment relatifs au tri des colis et du courrier, a-t-elle souligné. Elle a fait savoir à cet effet qu’Algérie Poste a bénéficié fin 2017 d’un prêt de plus de 19 milliards DA du Fonds national d’investissement (FNI) dont un montant de 3 milliards DA a été consacré à la création de centres automatiques de tri ultramodernes.

Par ailleurs, la ministre a annoncé la signature par Algérie Poste de marchés pour l’acquisition d’équipements destinés aux facteurs auprès d’une entreprise publique. Mme Feraoun a indiqué, en outre, que son département travaille en collaboration avec le ministère de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire pour rebaptiser les rues et numériser la cartographie des villes à l’effet de faciliter la tâche au facteur, notamment avec l’augmentation de la densité démographique et l’émergence de nouvelles agglomérations. S’agissant de l’uniforme du facteur, la ministre a précisé qu’Algérie Poste prépare un cahier des charges dans ce sens.

Installation de plus de 400 000 nouvelles lignes en fibre optique en 2017

La ministre de la Poste, des Télécommunications, des Technologies et du Numérique, Houda-Imane Feraoun, a indiqué, jeudi à Alger, que l’opérateur Algérie Télécom avait installé en 2017 plus de 400 000 nouvelles lignes en fibre optique. Algérie Télécom a installé, l’année dernière, plus de 400 000 nouvelles lignes en fibre optique, outre la réhabilitation de 200 000 lignes déjà existantes, a précisé la ministre en réponse à une question orale lors d’une séance plénière du Conseil de la nation présidée par Abdelkader Bensalah.

Après avoir évoqué la possible réhabilitation, d’ici fin 2018, du réseau internet au niveau national, la ministre a expliqué «l’évolution» réalisée dans le domaine de la pose de la fibre optique par plusieurs facteurs, notamment «la formation de 3 368 ingénieurs et techniciens travaillant à Algérie Télécom», rappelant que l’entreprise publique réalisait annuellement moins de 30 000 lignes de fibre optique dans les années précédentes. La ministre a présenté à ce propos un exposé sur les réalisations en matière d’amélioration d’internet et de service de haut débit, mettant en exergue «l’intérêt» accordé par le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, à ce domaine et son attachement à garantir un service public de qualité à travers tout le territoire national.

Evoquant certains classements concernant la qualité d’internet en Algérie, relayés par des sites électroniques, la ministre a fait état de beaucoup d’inexactitudes de par le fait qu’ils ne sont pas fondés sur des critères scientifiques et ne tiennent pas compte des spécificités géographiques du pays. Mme Faraoun a rappelé à ce propos que l’Algérie est attachée au principe de la souveraineté en matière de raccordement en fibre optique, et partant, a-t-elle dit, seule l’entreprise publique Algérie Télécom aura la charge de la mise en place du réseau de la fibre optique, eu égard à la valeur économique de cette opération.

R. E.

Comment (10)

    Anonyme
    3 février 2018 - 8 h 05 min

    Demissioner demissioner demissioner..c mon conseil. Vos protecteur vont partir et vous serez juger pour incompétence et de lapidation des biens publique . Demissioner




    4



    2
    Kassaman
    2 février 2018 - 11 h 15 min

    Consultant en e-business et développeur, je porte un intérêt tout particulier aux évolutions des NTIC en Algérie. Je dois reconnaître le travail fait par cette jeune ministre qui maîtrise parfaitement ses dossiers.
    En revenant sur ce sujet du classement internet de l’Algérie, il faut avoir en tête que ces classement sont comme les sondages, ils sont à prendre avec beaucoup de pincettes et de recul. En Algérie la philosophie social est: « un peu pour tout le monde plutôt que beaucoup pour une minorité », c’est pourquoi nos voisins peuvent avoir de meilleurs scores dans ces classements, à côtés de zones bien desservies vous avez de grands déserts numériques, ce n’est pas notre façon de faire.




    4



    9
      L'inspecteur
      3 février 2018 - 6 h 49 min

      Arrête de changer de pseudos juste pour faire de la pommade à votre protégée.




      6



      2
      Anonyme
      3 février 2018 - 8 h 00 min

      Tu me fais de la peine mr du consultant ebizz. T as pas honte de raconter ta salade d apprenti cuisinier. No further comments.




      6



      2
    Vangelis
    2 février 2018 - 5 h 18 min

    Ben voilà, encore un ministre qui se penche plus sur les recrutements à tout va au lieu de moderniser les services auxquels les algériens ont droit et qui dépendent pourtant de ses responsabilités.
    .
    Par ces recrutements tous azimuts dans l’administration coûtent nécessairement de l’argent au trésor et aggravent la bureaucratie.
    .
    En ses temps de crises de toutes natures, l’Algérie doit libérer les énergies seules à même de créer des emplois réels et non pas des emplois fictifs puisque improductifs s’agissant de ronds de cuir qui travaillent doucement le matin et pas trop vite l’après midi.
    .
    C’est bien le « syndicat » du djeune à la casquette qui sera le seul bénéficiaire par la ponction sur ces nouveaux salaires des cotisations qui lui reviennent pour les protéger dans leur léthargie.




    10



    8
    Malika
    2 février 2018 - 1 h 17 min

    Ou bien elle est malade ou bien c’est le temps qui fait son effet, on change physiquement avec le temps qui passe.




    6



    8
      007
      2 février 2018 - 6 h 59 min

      il n’y a pas pire que celle qui accuse un être de malade sans avoir ni la science ni la compétence, vas te cultiver




      8



      5
    008
    1 février 2018 - 21 h 21 min

    Des lettres qui se perdent, débit bas , des recommandés qui mettent des semaines pour faire des semaines pour arriver dans le meilleur des cas. Quand on est parachutee on peut faire et dire n’importe quoi.




    7



    7
      007
      2 février 2018 - 6 h 48 min

      prend sa place et montre nous ce que tu as dans le crane




      5



      10
    Anonyme
    1 février 2018 - 19 h 01 min

    Il faut reconnaitre a cette jeune ministre la competence dans l accomplissement de son devoir et ses engagements dans la modernisation des services de la poste Algerienne.Bravo Madame.




    9



    11

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.