Ce que le représentant du Polisario a dit à ses interlocuteurs de l’UE

Sidati Commission européenne CJUE
Le représentant du Front Polisario en Europe, Mohamed Sidati. D. R.

Par Sadek Sahraoui – Le représentant du Front Polisario en Europe, Mohamed Sidati, invite Bruxelles à jouer à l’avenir un rôle plus productif dans le règlement du conflit sahraoui, au lieu de passer son temps à manigancer avec le Maroc. C’est l’essentiel du message qu’il a adressé à des représentants de la Commission européenne avec lesquels il s’est réuni récemment.

Dans un communiqué sanctionnant justement cette réunion, rendu public cet après-midi, Mohammed Sidati s’est dit attendre de l’UE qu’elle soutienne «les efforts visant à revitaliser le processus de paix de l’ONU», ajoutant qu’il a «accueilli favorablement l’invitation de la Commission européenne à discuter de ces questions». «J’espère que cela marquera le premier pas d’une approche plus constructive de la part de la Commission européenne», a-t-il poursuivi.

Mohamed Sidati dit avoir saisi l’opportunité de ces échanges pour exprimer aussi à ses interlocuteurs «les profondes préoccupations du Front Polisario au sujet des négociations en cours pour inclure le Sahara Occidental dans l’accord commercial UE-Maroc et de l’absence d’un processus transparent, légal et crédible pour obtenir le consentement du Front Polisario, représentant légal du peuple sahraoui».

Le responsable sahraoui indique avoir fait comprendre aux membres de la Commission européenne que «tout accord économique entre l’UE et le Maroc qui n’exclut pas explicitement le Sahara Occidental continuera à renforcer l’occupation illégale du Maroc». A l’occasion, il a prévenu que les Sahraouis feront à nouveau appel à la Cour européenne de justice, si cela s’avère nécessaire.

Mohamed Sidati a dit avoir réitéré à l’occasion «l’engagement sans équivoque du Front Polisario en faveur du processus de paix de l’ONU et son soutien aux efforts de l’Envoyé personnel du Secrétaire général des Nations unies, Horst Köhler». Dans ce contexte, il a précisé avoir rappelé à la Commission européenne «la nécessité de veiller à ce qu’aucun obstacle ne soit présenté aux efforts de M. Kohler».

Le Front Polisario, a-t-il dit, «reste ouvert à une coopération avec l’UE dans tous les domaines, mais à la condition que cela se fasse dans le respect du droit international et de l’UE». «Un avenir durable, stable et prospère pour le Maghreb n’est possible que par le respect mutuel du droit international, de la justice, du principe du droit à l’autodétermination et des droits de l’Homme», a conclu Mohamed Sidati.

Cette rencontre entre Mohamed Sidati et des responsables de la Commission européenne intervient après une sortie médiatique très remarquée de l’avocat du Front Polisario auprès de la Cour européenne de justice, Gilles Devers, le 31 janvier dernier. M. Devers s’était dit alors soupçonner la Commission européenne de chercher le moyen d’intégrer les produits du Sahara Occidental dans les accords UE-Maroc, actuellement en discussion sans le consentement du peuple sahraoui.

Gilles Devers avait qualifié cette manœuvre sournoise de «jeu extrêmement dangereux». «Le mandat qu’ils (les responsables de la commission) essayent de faire passer est irréaliste, contraire au droit international, et engage la responsabilité de l’UE», avait-il déclaré, dénonçant le rôle de la France qui «manipule la commission pour bafouer une décision de justice». L’avocat du Front Polisario avait mis aussi en garde contre le risque de voir la commission mener des consultations avec la population vivant sur le territoire du Sahara Occidental, constituée principalement de colons marocains, alors que la CJUE a été claire sur le fait qu’une consultation du «peuple du Sahara Occidental» est nécessaire pour que l’accord puisse être appliqué au Sahara Occidental, et non une consultation de la population y vivant.

S. S.

Comment (6)

    Ziad ALAMI
    10 février 2018 - 14 h 44 min

    On mesure le rôle discret et donc sans mégaphone de Mr Belani dans tout ce qui est en train de se passer à Bruxelles sur le dossier de décolonisation du Sahara Occidental.




    8



    1
    M'hamed HARMOUCH
    10 février 2018 - 14 h 41 min

    Nous notons que ces derniers mois la diplomatie de la RASD marque des points importants au niveau continental et international alors que le Mongolien M6 ne fait que ramasser des gifles toujours aussi magistrales les unes que les autres.
    Bravo à la RASD.




    8



    1
    Med Benhamou
    10 février 2018 - 14 h 36 min

    Enfin l’UE à compris que son intérêt est dans le respect du droit international tel que édicté par la charte des Nations Unies.




    9



    1
    Yeoman
    10 février 2018 - 3 h 47 min

    Vous parlez de commerce, de pourparlers, de négociations, de renégociation… Et l’indépendance peut attendre? Prenez les armes si vous ne voulez pas perdre toute crédibilité.




    13



    5
    Abbes
    10 février 2018 - 0 h 53 min

    Très bonne nouvelle pour la fin du calvaire du peuple du Sahara occidental




    15



    6
    Meme pas surpris
    9 février 2018 - 21 h 57 min

    L’avocat du polisario maître Gilles Devers
    déclare et dénonçant le rôle de la France qui «manipule la commission pour bafouer une décision de justice»
    Voilà le ver dans la pomme.




    24



    6

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.