Sadi quitte le RCD : «On ne fonde pas un parti pour se l’approprier !»

RCD SadiRCD Sadi
Saïd Sadi se retire du RCD. New Press

Par Hani Abdi – Premier fondateur du RCD, Saïd Sadi a annoncé aujourd’hui à l’ouverture des travaux du 5e congrès du parti qu’il quitte totalement cette formation politique qu’il a dirigée pendant plus de vingt ans.

Devenu simple militant depuis six ans et n’ayant plus aucune responsabilité organique, Saïd Sadi décide ainsi de quitter totalement le RCD. Il n’est donc plus militant du parti. «N’étant pas congressiste et n’étant, plus depuis ce matin militant, je ne vais pas m’exprimer en tant que fondateur du parti comme cela a été suggéré», a-t-il affirmé lors de son intervention, expliquant qu’ «on ne fonde pas un parti pour se l’approprier».

«La philosophie qui a inspiré et nourrit le combat de notre génération postulait l’action politique comme une impulsion et un appel à initiatives. Rester fidèle à la mémoire ne signifie pas amputer sa pensée ou emprisonner son destin. Je vais donc m’adresser à vous en tant que membre d’une génération qui a initié un combat singulier dans un monde d’unanimisme politico-médiatique», a-t-il précisé, avant de revenir sur le combat politique de sa génération. «Toute formulation d’une idée hors moule, hors cadre et hors norme était sacrilège, et cette congélation intellectuelle aggravée par l’autocensure est, hélas, toujours d’actualité», a-t-il souligné, assurant n’avoir «connu aucun militant d’avril 80 qui ait voulu ou seulement pensé à monnayer son engagement pour obtenir une faveur. En cela, les leçons de 1926, de 1949, de 1954 ou de 1956 nous ont été utiles».

Saïd Sadi a affirmé que d’ultimes défis attendaient sa génération. «Ceux avec qui j’ai partagé les luttes de notre jeunesse souhaitent repenser l’évolution de notre engagement pour le rendre plus lisible et le protéger des falsifications qui ont mutilé et perverti la Guerre de libération», a-t-il soutenu, affirmant qu’«à travers la conférence interdite de Mouloud Mammeri en mars 1980, dont on vient de donner une version des plus contestables, on greffe une paternité douteuse à notre combat».

Saïd Sadi a fait référence indirectement aux récentes déclarations du secrétaire général du RND, Ahmed Ouyahia, selon lesquelles le président Bouteflika aurait été contre l’interdiction de la conférence de Moulould Mammeri en mars 1980 à l’Université de Tizi Ouzou. «Ce n’est pas le lieu d’épiloguer sur cette dernière supercherie mais il faudra rapidement remettre les pendules à l’heure pour que les positions de tout un chacun dans cette séquence historique soient connues dans leur pleine et entière vérité», a souligné Saïd Sadi. L’ancien président du RCD dénonce ainsi «ceux qui investissent la lutte comme on ouvre une boutique, ceux qui veulent jouir de leur action politique comme on consomme le légume que l’on a planté la saison précédente, assurent que notre combat a échoué parce que nous ne sommes pas au pouvoir».

Il estime qu’il il n’y a pas grand-chose à dire à ces maquignons politiques. La raison est que, a-t-il précisé, «nous n’avons pas le même logiciel et nous n’habitons pas la même galaxie. Ils parlent promotion, nous disons émancipation ; ils disent carrière personnelle, nous répondons destin collectif ; ils cultivent les apparences, nous creusons des fondations ; ils vivent de l’instinct et de l’instant, nous construisons l’Histoire».

H. A.

 

Comment (28)

    Rayés Al Bahriya
    11 février 2018 - 4 h 31 min

    Cea pires ennemis sont les Kabyles marab..
    Du p.f.f.s et les p.f.i.s ….
    Le président Bouteflika lui reconnait son génie
    Politic.
    Je voterai Said SAADI .. en 2019.
    SAADI FUTUR PRÉSIDENT…

    MELLO
    10 février 2018 - 17 h 04 min

    N’oublions pas que le RCD est né des assises du MCB- Mouvement culturel berbère les 9 et 10 février 1989. Said Sadi en a voulu ainsi , en s’accaparant le destin du MCB authentique.
    Aujourd’hui, il a zappé, dans son discours les conditions de création du RCD , qui sont ses mentors ? Dans quel but a t il crée le RCD ? Sadi part , quitte le parti , mais on attend de lui des réponses à ces questions ? . Il parle de ses compagnons de luttes des années 80 , oublient il que la majorité des cadres du mouvement Berbère ne l’ ont pas accompagné dans sa démarche de création du RCD ?
    Mouloud Mammeri à l’époque déjà, avait refusé de cautionner ou d’apporter son soutien à la création du RCD . Feu Mammeri.n’avait pas compris lui-même comment on tue un mouvement rassembleur comme le MCB pour en faire un parti politique.
    Autre alternative de la démission de Said Sadi, elle vient de Rabah Boucetta, ancien cadre du RCD, qui pense que le Rassemblement pour la Kabylie (RPK) serait un instrument avec lequel Saïd Sadi compte faire son retour sur la scène politique en s’imposant comme interlocuteur du pouvoir . Il accuse, encore, le Dr Sadi de se livrer à une manipulation des plus sordides pour revenir sur la scène politique nationale et surtout, pour «retrouver sa place dans le giron du régime». Pour ce faire, l’ancien leader du RCD a, selon lui, besoin d’un levier qu’il pourrait actionner le moment venu pour devenir un personnage incontournable. Ce levier n’est autre que le RPK.

    4
    3
    SID ALI
    10 février 2018 - 12 h 47 min

    les kabyles l’aimaient pas du tout du tout…. tout compte fait il est impératif de se poser la question pourquoi????

    6
    4
      iamFreezing
      10 février 2018 - 18 h 37 min

      Je suis kabyle et je peux te dire que pour moi, Said Sadi est l’homme politique le plus brillant que l’Algérie ait enfante depuis l’indépendance.
      Son intelligence, sa perspicacité et son sens de l’a propos vont nous manquer.
      Heureusement qu’il y a Ould Abbes et Tliba pour combler ce vide…

      4
      4
      Anumidi
      11 février 2018 - 1 h 34 min

      Ne parlez pas au nom d’autrui.

    michelet
    10 février 2018 - 10 h 47 min

    Bon débarras ! ton bilan est catastrophique tu n’a pas avancer d’un cran après avoir servi le régime et porter main forte au pouvoir de boutef pendant un quart de siècle et détruit la Kabylie .le peuple kabyle se souviendra de tout le mal que tu as infligé a ta famille politique je cite ferhat mehenni,ait larbi ,nordine ait hamouda…. et aux politiciens de cette même région que tu considère comme des ennemis je fais le lien à Houcine ait ahmed ,

    9
    3
    Prédator.DZ
    10 février 2018 - 9 h 34 min

    Je suis curieux et impatient de connaitre l’avis et….la décision de TATA LOUIZA, commettra t-elle la « folie » d’annoncer son retrait de la présidence du PT?!

    4
    3
    Anonyme
    10 février 2018 - 0 h 03 min

    Respect pour son bagage intellectuel, son intégrité et son militantisme. Monsieur Saïd Sadi a fait de la prison pour ses convictions politiques : défense des droits citoyens, liberté d’expression, alternance politique du pouvoir, laïcité,séparation de l’État du religieux…
    Combien d’hommes politiques oseraient parler aujourd’hui, comme Saïd Sadi le faisait il y’a 20 ans?
    Aucun !
     » La congélation intellectuelle  » qu’il dénonce est plus que jamais d’actualité aujourd’hui.

    15
    6
    ben
    9 février 2018 - 23 h 22 min

    J’avais une autre opinion sur Mr Saadi, mais quand j’ai vu ces interviews alors qu’il n’avait qu’il était très jeune, j’avoue ne pas avoir vu d’aussi patriote et sincère comme lui. Mon souhait le plus profond est qu’il prenne les rennes de ce beau pays un jour. l’Algérie n’en sera que plus belle.
    A ceux qui ne le connaissent pas sous cet angle, qu’ils cherchent et il comprendront

    17
    6
    LOUCIF
    9 février 2018 - 22 h 32 min

    Ces quelques mots d’une grande profondeur politique de la part de Monsieur Said Sadi nous change des inepties que racontent à longueur de journée certains chefs de partis politiqueS comme notamment celui du RND ou du FLN , pour ne citer que ceux-là.

    çà nous change des slogans et langue de bois , qui tiennent lieu de programme, et qu’on entend chaque jour, comme par exemple : …. « je soutiens le président Bouteflika et son programme ». ….. »Je soutiendrais Bouteflika s’il se représente une cinquième fois  » ….. « Bouteflika a sauvé l’Algérie en faisant le métro, de l’auto-route est-ouest , et la grande mosquée d’Alger  » …..etc …etc… etc… Eh oui , c’est ainsi !!!

    13
    7
    Kahina-DZ
    9 février 2018 - 21 h 16 min

    Said Samedi se libère pour 2019 ??

    Il faut reconnaitre un fait: Quelque soit ses erreurs, Said Sadi était un brillant intellectuel de sa génération. Un progressiste qui reflétait le niveau des universitaires Algériens de sa génération.
    Dommage que les Algériens de cette qualité sont isolés pour donner le micro à Tliba et Drebki, des cerveau vides et un tube digestif qui tend vers l’infini

    32
    8
      Kahina-Dz
      9 février 2018 - 23 h 58 min

      Correction: des cerveaux

      5
      2
    Fosfati
    9 février 2018 - 20 h 37 min

    L’Histoire retiendra qu’il fût l’un des plus brillants sinon le plus brillant homme politique que l’Algérie ait jamais enfanté.

    22
    8
    MDAMAR
    9 février 2018 - 19 h 10 min

    mais M Saadi ! ceux qui vous conseillent de vous établir en France, sans l’étiquette du RCD ,vous n’aurez plus de poids et votre ami BHL vous jetterait aux oubliettes.

    4
    24
    Anonyme!....
    9 février 2018 - 18 h 28 min

    C’est formidable! A n’importe quel niveau politique, culturel, social, financier, etc, la finalité est de se retirer de ses obligations et de s’établir dans la mère patrie : la France!
    Un français arrivé à un certain âge prend sa retraite et vit avec le montant de celle-çi! dans son pays, la France.

    Chez nous,l’algérien, sauf le « châabi », pour lequel retraite signifie: pauvreté, misère, déchéance,désarroi, « mout wakef y’a Ali »…..LES APPARATCHIKS, après avoir sucé le sang de ce beau pays, s’être fait un magot, mit sa famille à l’abris du besoin, se rire de la maigre platitude de la « pseudo-retraite » CNR ou CASNOS, s’en retournent vivre heureux, entre eux, pour eux, sans subir les interdits du bled, chez Madame la « FRANCE » qui les accueille à bras ouvert, en tant que citoyens (double nationalité oblige), et services rendus à la mère patrie!…..On dit bien: « Quand le bateau coule, les rats quittent le navire »!….
    Regardez autour de vous! Où sont tous les anciens responsables politiques pour plus de 90% d’entre eux? De quoi vivent-ils? Comment vivent-ils?
    Ils ne reviendrons au bled qu’entre quatre planches mais avec toujours le titre : « d’ancien ministre, ou SG, ou ancien ceci ou cela pour se faire inhumer comme des références révolutionnaires!…
    Pauvre pays, va!…..

    15
    17
    fissou danedani
    9 février 2018 - 18 h 04 min

    C’ est également un message de soutien à la Comtesse de LOUIZA HANOUNE !

    1
    12
    Mouloud
    9 février 2018 - 18 h 01 min

    « Said-Samedi »va nous manquer gravement.

    10
    22
    Bakour
    9 février 2018 - 17 h 35 min

    Cher Hani Abdi , vous dîtes que Said Sadi quitte … « complément » … le RCD ! C’est le terme que vous utilisez ! Est-ce qu’il a utilisé ce terme ou bien n’a-t-il pas déclaré lui-même qu’il quitte certes la direction du parti mais il reste toujours un simple militant de base.! c’est important de nous confirmer ou de nous infirmer ce terme de « complétement » que vous avez utilisé!!

    Car s’il quitte completement le RCD cela veut dire que la ligne politique du RCD a complétement changé et qu’il ne s’y retrouve plsu. Mais,dans ce cas , s’il s’avere que votre terme est le bon, pourquoi a-t-il alors accepter d’assister à la séance d’ouverture des travaux du 5e congrès du parti RCD pour y intervenir ???

    Merci mon frère de nous éclairer sur ce point précis !

    7
    6
    mouatène
    9 février 2018 - 17 h 32 min

    un pied ici et un pied laba. et entre les deux ? UN COURANT d’AIR.

    13
    15
    ton pére
    9 février 2018 - 17 h 23 min

    Par contre faut apprendre a utiliser l’expression « Tout un chacun »

    1
    7
    صالح/ الجزائر
    9 février 2018 - 17 h 22 min

    c’est à Louisa Hanoune , Naima Salhi , Abdallah Djaballah et autres patrons de partis islamistes de saisir le message .

    22
    3
    Vreroche
    9 février 2018 - 17 h 13 min

    «On ne fonde pas un parti pour se l’approprier !»… Comme ça je serai libre de me representer aux élections Présidentielles son éttiquette.

    10
    18
      Dardour
      10 février 2018 - 10 h 57 min

      Je n’ai pas de sympathie particulière à l’égard de djaballah et louiza hanoun, mais de la à les mettre sur un pied d’égalité avec naima soltani, c’est une insulte à notre intelligence.

    Slimani
    9 février 2018 - 17 h 13 min

    En dehors de quelques grandes figures connues du mouvement national et de la guerre de libération nationale, je n’ai pas encore entendu des personnalités politiques algériens de l’après indépendance dire des messages pareils avec autant de consistance, de clairvoyance, de sincérité, d’exemplarité, de profondeur et d’humilité ! Son message est extraordinaire. Il ne s’adresse pas seulement aux militants du RCD mais à tous les citoyens algériens !

    Mais je sais, hélas, que sur AP ou dans d’autres forums, il va y avoir des commentaires de haine envers Said Sadi , mais ce n’est pas grave ! Je leur dis à ces internautes : « allez y vous pouvez le critiquer, l’insulter et lui taper dessus, mais vous ne pourrez jamais décourager ni toucher, ni atteindre cette immense personnalité politique et intellectuelle !

    40
    15
    RezkideBelcourt
    9 février 2018 - 17 h 06 min

    Je ne te pardonnerai jamais ton amitié avec le sioniste BHL

    18
    44
    Anonyme
    9 février 2018 - 17 h 02 min

    Un homme exemplaire ! ce mr SAID SAADI !

    41
    17
    RAIS
    9 février 2018 - 16 h 30 min

    il rendra service àl’Algérie en restant chez lui en France.

    23
    55
      Salamat
      9 février 2018 - 17 h 42 min

      @RAIS , à mon avis c’est toi qui rendrait service à l’Algérien en restant là-bas chez toi en France où tu as accepté d’émigrer !

      Koune S’baah, ou rebi yehdik !

      35
      14

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.