Bedoui aux médecins résidents : «Des parties malintentionnées veulent exploiter votre colère !»

Interieur Bedoui
Norreddine Bedoui. New Press

Par Hani Abdi – Le ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales, Norreddine Bedoui, appelle les médecins résidents, en grève depuis plusieurs semaines, à faire preuve de vigilance pour ne pas tomber dans l’escalade que veulent des parties malintentionnées. «Des parties malintentionnées veulent exploiter votre colère ! Faites attention pour ne pas tomber dans ce piège de la confrontation que veulent ces parties», a averti Norreddine Bedoui pour lequel les portes du dialogue sont grandes ouvertes à toutes les propositions et suggestions pour prendre en charge les problèmes soulevés.

Intervenant à l’ouverture du Salon international sur la sécurité routière, le ministre de l’Intérieur ne voit aucune autre solution pour ce genre de conflit que le dialogue. Norreddine Bedoui a a assuré dans ce sillage que les institutions de la République et l’appareil sécuritaire veillent au maintien de la stabilité du pays. L’appel du ministre de l’Intérieur intervient au lendemain de l’imposante marché des médecins résidents à Alger. Les médecins résidents ont exprimé leur ras-le-bol face au refus des hautes autorités d’accéder à leurs principales revendications.

Pour les manifestants, tout ce qu’avait proposé le ministère il y a une dizaine de jours sont des droits garantis par la loi. Pour le Camra, qui s’est réuni la semaine dernière avec les responsables du secteur, rien n’a été réglé. Les différents points contenus dans la plateforme de revendications n’ont pas été examinés. «Nous avons demandé un système égalitaire de transferts dans les régions du pays en privilégiant la proximité avec la région d’où le médecin est issu», avaient-ils précisé, exprimant ainsi leur entière opposition quant à la réduction du nombre de zones concernées par le service civil de 67 à 20.

Il est à souligner que l’Association nationale des praticiens hospitalo-universitaires a appelé la commission sectorielle et le Collectif autonome des médecins résidents algériens (Camra) à intensifier le dialogue pour «trouver une solution aux préoccupations des médecins grévistes et sortir de l’impasse». «Il y avait la possibilité de trouver des solutions consensuelles aux revendications des médecins résidents et éviter ainsi une situation de blocage, à travers des mesures incitatives visant à encourager ces médecins à accomplir leur mission dans le cadre du service civil», a déclaré le professeur Abdelmadjid Bessaha, président de l’association.

H. A.

 

Comment (4)

    Sarah
    15 février 2018 - 1 h 19 min

    Encore le discours de la main étrangère ou parties malintentionnées !!!!jusqu’a quand cette immaturité et l’incompétence de ces hommes politiques incapables de saisir qu’ils sont en échec écrasant , des hommes politiques sans épaisseurs politiques et sociale , sans technicité et le pire sans conscience , même pas capable de négocier , alors que des médecins sont des instruits donc une négociation rationale se basant sur des chiffres ,des résultats ,des arguments réels et des compromis des deux parties aurait sûrement donné un résultat !!! Mais quoi dire du pire en pire ce pays …




    0



    0
    zineb
    14 février 2018 - 12 h 26 min

    Il ne lui reste qu’à lâcher encore ses policiers sur les médecins puisque le gel des salaires n’a pas marché. Maintenant que les toubibs n’ont plus rien à manger c’est plus facile de les bastonner et de les jeter en prison. Il faut paralyser les hôpitaux jusqu’à ce que les patients auront droit aux mêmes moyens de soins que leurs dirigeants et jusqu’à ce que les médecins auront les mêmes droits que ceux qui soignent leurs dirigeants




    2



    0
    Zaatar
    14 février 2018 - 8 h 11 min

    Ce n’est pas moi c’est lui… c’est la main de l’étranger, ce sont les ennemis de l’Algérie, ce sont des gens qui œuvrent dans l’ombre pour détruire l’Algérie, ce sont des malintentionnés qui ne veulent pas de bien à l’Algérie…. et dire que depuis l’indépendance à nos jours les gens bien intentionnés qui sont aux commandes du pays depuis près de 60 ans maintenant ont conduit l’Algérie vers les grands Abîmes. Et dire que depuis près de 60 ans maintenant les gens qui veulent du bien à l’Algérie et qui sont les premiers responsables du pays n’ont jamais construit une véritable économie du pays qui aurait libéré le pays de toutes les contraintes mondiales, et dire que les gens qui « aiment » l’Algérie et qui sont au pouvoir depuis l’indépendance à nos jours ont acheté tous des appartements en France, en Espagne et ailleurs, ont érigé des sociétés off shore au panama et ont pratiqué la distribution de la rente du pays entre potes en jetant des miettes au peuple pour acheter la paix sociale. Et dire que la main de l’intérieur du pays, ceux qui dirigent le pays depuis son indépendance et portent un grand amour au pays veulent encore rester aux commandes du pays en criant sur les toits que ce sont les autres qui veulent du mal au pays sans pour autant les désigner ni les nommer….ce sont les fantômes du nouveau siècle venus spécialement en commando désigné pour nuire à l’Algérie en allant secouer les résidents en médecine et leur demander d’aller protester contre leur mal vie de famille et professionnelle en faisant grève et en marchant dans les rues d’Alger… si j’étais cinéaste j’aurais fait un film entier pour illustrer cette aventure…




    7



    0
    Anonyme
    14 février 2018 - 0 h 24 min

    Bedoui aux médecins résidents : «Des parties malintentionnées veulent exploiter votre colère !».
    Alors, pourquoi le gouvernement dont vous faite partie laisse faire ?! Pourquoi vous ne faites rien pour répondre à leurs doléances et couper l’herbe sous les pieds
    des «malintentionnées» ?
    Et à titre de ministre de l’intérieur, n’est-il pas de votre responsabilité directe de mettre en échec l’entreprise de ces «malintentionnés» ? Pourquoi vous n’agissez pas en les désignant, en les identifiant publiquement ? Pourquoi vous ne sévissez pas ? Pourquoi vous n’accomplissez pas votre devoirs ? Et pourquoi vous ne laissez pas à votre collègue, responsable du secteur, de répondre aux exigences des médecins résidents ?




    7



    2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.