Les groupes terroristes se redéploient à nos frontières : que prépare Ag Ghali ?

Ag djihadistes
Iyad Ag Ghali, chef du Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans. D. R.

Par R. Mahmoudi – Suite au raid de l’armée française mené il y a quelques jours contre des groupes djihadistes au nord du Mali, et qui ont fait une quinzaine de morts, des informations font état d’un rapprochement entre le chef du Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM), Iyad Ag Ghali, et Abou Walid Al-Sahraoui, émir de l’Etat islamique au grand Sahara (EIGS).

Selon l’hebdomadaire français Jeune Afrique, le fondateur d’Ançar Dine, Iyad Ag Ghali, chercherait à étendre son influence dans la région, alors qu’il est déjà à la tête d’un regroupement de plusieurs groupes djihadistes activant au Nord-Mali et au-delà. «Ag Ghali était déjà le patron du jihad malien. Avec ce rapprochement, il veut élargir son influence au niveau régional», s’inquiète une source sécuritaire occidentale, citée par le magazine français.

D’après la même source, les deux chefs djihadistes auraient scellé leur alliance début décembre dans la région de Kidal et leurs troupes respectives auraient déjà commencé à mener des actions communes dans la zone dite des trois frontières (Mali-Burkina-Niger) où la force conjointe du G5 Sahel compte se déployer. On apprend également que parmi les proches d’Iyad Ag Ghali qui auraient participé à ces discussions figure Malick Ag Wanasnat. Celui-ci a été tué dans la nuit du 13 au 14 février tout près des frontières algéro-maliennes.

Cette nouvelle alliance entre groupes djihadistes dans la région du Sahel confirme les effets pervers de l’opération «Berkhane», lancée par l’armée française, qui ambitionnait de traquer et d’éradiquer les groupes armés qui y sévissent. La multiplication des attentats meurtriers du Mali au Niger contre des cibles militaires françaises, maliennes ou américaines dénotent l’incapacité de ces forces à juguler ce redéploiement dangereux des groupes djihadistes qui n’ont jamais été aussi soudés que depuis le lancement de l’opération Berkhane, en 2014, et la création de la force conjointe G5 parrainée par la France.

R. M.

 

Comment (13)

    co5
    17 février 2018 - 14 h 33 min

    « que prépare Ag Ghali ? » sa descente en enfer.

    9
    3
    Multiface
    17 février 2018 - 10 h 23 min

    Ceux qui pensent que les chinois sont les amis d’une quelconque nation se trompent énormément.
    Les chinois n’ont pas d’amis que des intérêts et n’aiment qu’eux même .
    Cité un exemple dans L’HISTOIRE où les chinois ont prêtés mains fortes militairement en envoyant des militaires chinois en aides à un autre pays soit disant ami où allié.
    Bon courage dans vos recherches il n’y a pas d’exemple d’amitiés chinoise physique et concret avec un autre pays.
    Les chinois sont des excellents comédiens .
    Ont ils un jour envoyer des secouristes dzns un tremblement de terre en guise de solidarité entre nation.
    Offrent ils des aides financières à des pays toucher par des catastrophes naturelles ou de famines ou d’aides à reconstructions comme énormément de pays au monde le font.
    NON NON NON.
    Ce ne sont que des fourbes mangeurs de chiens chats et humains.
    Relisez l’histoire sur la Chine et leurs comportements envers les autres pays qui qu’ils soient.
    Le monde entier dout se méfier des chinois.
    Qui avancent sournoisement dans le dos de l’humanité et contre l’humanité je n’exagère pzs du tout en disant ça.
    Des preuves du contraire vous n’en trouverez pas car il y en a pas aussi lointain que vous puissiez monter en arrière.

    4
    27
    Anonyme
    17 février 2018 - 10 h 02 min

    Les forces etrangeres au Mali et au Niger (France,Allemagne et USA) font partie du probleme et non de la solution.Ils sont la pour se procurer les richesses naturelles et pour y arriver ils vont semer la haine entre les tributs et renforcer les groupes terroristes en armes entrainement et munitions sous le couvert de formation des armees comme ils l ont fait en Irak et en Syrie.
    Notre pays doit etre vigilent et nos services speciaux doivent etre la ou le renseignement l exige.

    27
    3
    cherkaoui
    17 février 2018 - 8 h 59 min

    TAMAZGHA
    Qui séme la pluie récolte la tempête. Les Touareg amazighs souhaitent reprendre le contrôle de l´Azawad et des ressources amazighes spoliées par la mafia arabo-fachiste d´Alger.
    Ce n´est que le commencement car juste à côté les Mozabites attendent le moment crucial ainsi que les Chaouias, Kabyles et autres autochtones seuls habitants légitimes de Tamazgha et de tout le Grand Sahara et le Sahel.
    Comme seuls les amazighs des tribus Aït-Baâmrane, Souss, Massa, Aït Aïssa etc sont les seuls habitants légitimes de Tamazgha Occidentale.

    3
    56
    Anonyme
    17 février 2018 - 0 h 53 min

    Le danger est a la frontière . un bon moyen de « soulager » l opération barkhane en « occupant » l anp qui a Fès milliers de kms a surveiller .
    L Algérie serait en train de couvrir une partie des mvts du nord du mali . on les. Lui. Livre a la frontière
    ……..

    7
    4
    Anonyme
    16 février 2018 - 23 h 33 min

    Renforcer et encore renforcer au maximum les frontières Algerienne (air et terre) du Sud, car l avenir et l unité de l Algérie se joue dans les régions frontalières du sud…Pour rester credible Il faut que notre ANP envoye un message précis clair et net, au G5, aux terroristes ou autres, que tout franchissement des frontières Algériennes s ouvriront les portes de l enfer contre toutes incursions.. Ç est le seul dialogue et l unique solution pour rester maître chez soit et mettre en échec les complots qui se trame contre l Algérie…

    35
    3
    Selecto
    16 février 2018 - 21 h 36 min

    Ces infos de JA sentent le mensonge, un grand bonjour à nos djounouds, abattez tout fils de p…ou avions qui violeraient nos frontières.
    Attention tout noir n’est pas africain car des soldats Marocains noirs se font passer pour des africains rôdent dans le coin avec la complicité de leurs complices français et groupes terroristes.

    36
    4
    Méfiance
    16 février 2018 - 21 h 23 min

    Il faut également utilisé les satélites de nos amis Chinois, Russes etc….. CAR EN MEME TEMPS LE SATELITE QUI N’EST PAS VRAIMENT MAROCAIN NOUS SURVEILLENT par le biai de la France et leurs aliés !

    27
    4
    Stop
    16 février 2018 - 21 h 18 min

    La vrai question c’est que préparent les pays qui nous les envoient ! Les richesses du sud les intéresses ! A NOUS DE DEFENDRE NOS TERRES

    28
    3
    Artoug
    16 février 2018 - 20 h 30 min

    L’Algérie connaît parfaitement tout le Sahel Sahélien .
    Les mouvements de ces groupes.
    Leurs lieux de prédilection de regroupement et bien d’autres choses encore.
    Le lion algérien utilisera les moyen adéquat pour leurs pulvérisation avec des moyens qui ne laissent que ruines désolation et odeurs de brûler.
    Si toutefois ils s’en prendrait à l’Algérie à l’intérieur de ces frontières.
    Ailleurs de ces frontière cela nous regarde pas.
    Chacun enlèvera avec ces dents ce qu’il a créer de ces propres mains.

    52
    6
    Anonyme
    16 février 2018 - 19 h 40 min

    l armée algérienne vous attend de pied ferme voleurs de poules

    69
    6
    Felfel Har
    16 février 2018 - 19 h 14 min

    La France prépare-t-elle une opération du genre Sakiet-Sidi Youcef, Tunisie, cad bombarder un pays sous le fallacieux motif de poursuite des terroristes? L’Algérie doit bien faire comprendre tant à la France qu’à Iyag Ghally qu’elle n’est nullement la Tunisie des années 50 et qu’elle anéantira toute incursion sur son territoire. Si Iyad Ghally tient tant à en découdre avec les troupes de Barkhane et du gouvernement corrompu d’IBK, c’est vers le sud qu’il devrait se diriger. Déploiyons nos batteries anti-aériennes dans la région pour bien faire comprendre que nous ne plaisantons pas avec notre sécurité!

    103
    8
    RezkibeBelcourt
    16 février 2018 - 19 h 07 min

    Çà vient de Jeune Afrique et bien je vais dormir tranquillement, les tangos savent que l’ANP détient les clefs de l’enfer, et que celle ci peut les pousser dedans en deux temps trois mouvement.
    Le président français Makaroun a déjà demandé à l’Algérie d’intervenir au sahel, mais vu le niet algérien, alors Makaroun avec ses amis ramène les tangos plus prêt de chez nous et leurs dire: On a fait notre boulot, bref
    Pour moi c’est du pipo

    50
    5

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.