Le président Bouteflika écarte Sellal de sa direction de campagne

élection campagne
Abdelmalek Sellal. PPAgency

Par Karim B. – Le président Bouteflika a préféré se passer des services d’Abdelmalek Sellal qu’il venait de rappeler pour diriger sa campagne électorale. L’ancien Premier ministre semble avoir fait les frais d’une conversation téléphonique fuitée sur les réseaux sociaux dans laquelle il a tenu des propos dont la teneur pouvait provoquer de graves dérapages lors des manifestations contre le cinquième mandat.

Abdelmalek Sellal a dirigé les trois précédentes campagnes électorales du candidat Abdelaziz Bouteflika. Mais la réaction de la rue à l’annonce de la décision du chef de l’Etat de briguer un cinquième mandat, nonobstant sa maladie lourde, a compliqué la situation. Des sources informées avaient indiqué à Algeriepatriotique que le frère et néanmoins conseiller du Président s’est rendu au siège de la direction de campagne hier. Il est fort probable que la décision de mettre fin à la fonction de Sallal était l’objet principal de cette visite impromptue.

C’est le ministre des Transports et des Travaux publics, Abdelghani Zalène, qui prend les commandes en remplacement d’Abdelmalek Sellal dont la réapparition aura été furtive après une longue absence au lendemain de son remplacement par Ahmed Ouyahia à la tête de l’Exécutif.

Abdelmalek Sellal a montré des signes de fatigue lors de ses récentes sorties où il a tenté de convaincre les citoyens de la justesse du choix du président Bouteflika et des partis de l’alliance. Mais il a été pris de court par les gigantesques manifestations qui appellent le locataire d’El-Mouradia à revenir sur sa décision et à se retirer de la course.

On ne sait pas pour le moment si d’autres changements toucheront la direction de campagne d’Abdelaziz Bouteflika dont il est attendu qu’il dépose son dossier de candidature auprès du Conseil constitutionnel ce dimanche avant minuit.

Nous y reviendrons.

K. B.

Comment (76)

    Brahms
    3 mars 2019 - 18 h 02 min

    Il n’a pas vu la vague arrivée (le tsunami de la population). Il pensait manger sans arrêt que pour lui et sa famille.

    Rayes Al Bahriya
    3 mars 2019 - 17 h 15 min

    On attend son arrestation et sa traduction devant un tribunal populaire pour apologie du crime de masse contre un peuple opprimé et spolié de ses droits constitutionnels de manifester , en plein processus électoral .
    Un autre crime d’État, que ce sellal , est coupable.
    Aucune morale ne peut accepter cette dérive grave.
    Messali Hadj commettait les mêmes abjects crimes contre le peuple durant la guerre d’indépendance nationale.
    Vous êtes condamné par L histoire, et votre nom porte la souillure du sang des innocents.

    1
    1
    hercule
    3 mars 2019 - 14 h 03 min

    Aucun président algérien n’a eu une telle humiliation de la part du peuple. Bouteflika, est-ce que tu entends que le peuple ne veut plus de toi. Alors dégages tant qu’il est encore temps.

    7
    2
    Sam
    3 mars 2019 - 13 h 24 min

    C et un regime suicidaire et s engagé dans de telle manœuvre!!!! Et pourtant il a dit qu’il voulait pleurer en voyant le peuple qui déchire les photos de bouteflika

    Anonyme
    3 mars 2019 - 13 h 08 min

    sur « LIBERTE » Sellal a également parlé d’un déplacement à Aïn Oussera et de la possibilité de faire face à des contestataires qui lui fermeront la route. “S’ils disposent d’un klach, pas de problème, s’ils tirent, on leur tirera dessus”, dit Abdelmalek Sellal en soutenant, dans la même conversation, avoir instruit le wali de Djelfa de préparer cette visite
    il rêve de tirer sur les algériens, vous vous rendez compte? imaginez qu il avait une arme !! gouverner pas des assassins

    Anonyme
    3 mars 2019 - 11 h 18 min

    On le donne pour partit pour l’étranger…

    1
    1
    Nif-Nif
    3 mars 2019 - 10 h 39 min

    La panique a bord du navire des corrompus et les pileurs;le navire commence a prendre de l’eau ou l’équipage sont trop nombreux;il faut sacrifié les hommes encombrants et les trop soumis et lécheurs;mais pour combien de temps impossible que ce navire puisse arrivée a destination, prions Dieu tout puissant

    Anonyme
    3 mars 2019 - 10 h 17 min

    sellal est la 5ême roue un bouche trou pour absorber les erreurs pardonnables car il ne sait pas ce qu’il fait

    Anonyme
    3 mars 2019 - 10 h 12 min

    Tiens ce sellal c’est le genre d’un Blanc qui découvre l’amérique et des peuples autochtones avec son arme moderne tire tire tire sur les indiens….aiche tchouf…

    Lghoul u
    3 mars 2019 - 10 h 11 min

    Le peuple n’est pas sorti par millions dans les rues pour voir des charlatans remplaces par d’autre charlatans. Il est sorti pour faire debusquer un systeme de sangsues pourri et corrompu qui est en train de mener le pays vers la faillite totake et certaine. Mais le colonialisme n’apprend jamais sa lecon car il demeurre toujours un mauvais eleve. Le denominateur commun de tous les dictateurs du monde est l’arrogance aveugle. Ils ne partent jamais dans l’honneur et la decence mais toujours dans l’humiliation et le deshonneur. Faites vos recherches.

    Anonyme
    3 mars 2019 - 10 h 04 min

    de toute façon sellal n a pas la tète de l emploi ni les compétences

    Lghoul
    3 mars 2019 - 9 h 48 min

    Un seul commentaire a faire sur ce type: Le visage de la honte dans tous ses eclats. Combien de fois un homme puisse accepter d’etre une serpiliere jetable, pas une fois ou deux fois, en un lapse de temps et reapparaitre de nouveau le visage heureux et tout affront bu ? Reapparaitre pour commencer a jouer une autre comedie comme rien ne s’est passe !
    Je me demande vraiment si je suis en Algerie car tout ce qui se passe n’a aucune carateristique algerienne. Je ne sais pas qu’un homme puisse arriver si bas. Comment ils regardent les membres de leurs familles dans les yeux, lui, ghoul, sidi said, amara benyounes et haddad ? J’ai honte a leur place.

    ZORO
    3 mars 2019 - 9 h 01 min

    En 91 feu Boudiaf voulant bien faire a cru en ce systeme qui l a contraint a passer sa vie dans l exil .il est revenu pour etre assassiner dans le dos par le systeme qu il a sauvé. Y a t il un autre Boudiaf prêt a se sacrifier pour que notre cauchemar s eternise???
    SIGNE.ZORO. ..Z….

    4
    8
    Anonyme
    3 mars 2019 - 2 h 08 min

    Le président a publié sa déclaration de patrimoine. Sa caditature est maintenue. Aujourd’hui 3 Mars, son nouveau directeur de campagne ira déposer son dossier de candidature,muni d’une procuration, au conseil constitutionnel. Ouyahia sera demis de ses fonctions, et remplacé. Il y’aura un important remaniement ministériel, et de jeunes ministre seront nommés. Toutes ces marches,et ces milliers d’Algériennes et d’Algériens pour le départ de Sellal/ Ouyahia,et un remaniement ministériel? De quoi devenir dingo dingo! Le peuple ne baissera de sitôt les bras. Il a voté avec des millions de voix unanimes, et avec ses pieds en battant le pavé des rues sur des kilomètres dans toutes les villes et villages d’Algérie, pour le départ du système. Alors c’est quoi cette réponse humiliante ?

    17
    hercule
    3 mars 2019 - 2 h 07 min

    Il persiste et s’entête à vouloir mourir sur le trone. Tu sortiras par la toute petite porte.

    15
    3
    Blakel
    3 mars 2019 - 1 h 57 min

    Tchao pantin !

    Benmaarouf
    3 mars 2019 - 1 h 21 min

    Quel CIVISME !! quel sens des responsabilités et de la mesure!!Quelle MATURITÉ d’esprit!!Quelle maitrise de la parole et de l’acte!!autant de superlatifs (doux euphémismes) !! les Algériens sont démonstratifs à la face du monde et des ventripotents DJOUHALS qui voulais imposer leur projet politique funeste du cadenas pour verrouiller la volonté populaire souveraine !!! le recouvrement de notre souveraineté est inaliénable!! notre dignité est non négociable!!UN PUEBLO UNIDO JAMAS ERA VENCIDO!!

    13
    hercule
    3 mars 2019 - 0 h 46 min

    Le peuple attend surtout le retrait de la candidature de Bouteflika.

    10
    Kenza
    3 mars 2019 - 0 h 38 min

    Le FLN de la rente et de la honte a fini par remettre le pays dans la même situation après le premier tour des législatives de 1991 qui a vu le FIS avoir presque la majorité des sièges. A la veille du deuxième tour Chadli a été poussé à la démission et ça a fini par la dissolution de FIS. Aujourd’hui, à la veille de la fin du délai de dépôt de candidature, Bouteflika doit être poussé à démissionner et j’espère, par la suite, que ça va finir par la dissolution du FLN des traîtres afin que le peuple puisse se réapproprier le FLN historique pour le mettre au musée. Toutefois, la différence par rapport à 1991, et elle est de taille, c’est que le peuple, aujourd’hui, est vacciné. Il a compris et il ne va plus se laisser avoir. Et par dessus tout, et c’est ce qui va nous faire éviter le chaos qui a suivi l’arrêt des législatives de 1991, c’est qu’aujourd’hui le peuple est uni et unanime pour dire BARAKAT !

    11
    1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.