Un président de club espagnol accusé de trafic dans le transfert de Brahimi

Yacine Grenade
Yacine Brahimi a été l'une des victimes de Grenade Quique Pina. D. R.

Par R. Mahmoudi – L’ancien président du club espagnol de Grenade Quique Pina est poursuivi pour blanchiment d’argent et évasion fiscale dans le cadre d’un certain nombre de transferts de joueurs, dont la star algérienne de Porto, Yacine Brahimi.

Le journal El Confidencial a révélé les détails des accusations portées contre l’ancien président du club andalou par l’unité de recherche espagnol du crime économique et fiscal, affirmant que Quique Pina est accusé de transférer de l’argent blanchi grâce au déplacement d’un certain nombre de joueurs aux clubs Atletico Madrid, ainsi qu’aux clubs italiens Cesena et Udinese, Porto, Benfica du Portugal et Inter Porto Alegre du Brésil.

Selon le journal, le transfert de Brahimi de Grenade à Porto a été marqué par beaucoup de soupçons d’évasion fiscale, ainsi que des irrégularités juridiques, semblables à celles qui avaient entaché le transfert de Sequiera à l’Atletico de Madrid, qui avait permis, selon la même source, à Quique Pina, qui présidait Grenade entre 2009 et 2016, de transférer la somme de 300 000 euros, utilisés pour acheter un grand yacht de 30 mètres de long.

Le journal a souligné que Pina plaçait l’argent détourné dans des banques au Luxembourg et dans des comptes de sociétés écrans. Le même journal a révélé que les experts de la police espagnole du crime économique ont découvert un mouvement de fonds non enregistré et non autorisé auprès des services des impôts lors du transfert du joueur brésilien Guilherme Sequiera de Grenade à l’Atletico de Madrid à l’été 2014.

La même source a ajouté que la police économique a estimé le montant total des affaires conclues par l’ancien président du club de Grenade à 10 millions d’euros.

R. M. 

 

Comment (2)

    Kahina-DZ
    18 février 2018 - 19 h 13 min

    Les footballeurs sont devenus des marchandises mobiles. On les vend et on les revend quand et comme on veut. Des vaches à traire qui ont l’étiquette du prix sur le front
    .

    10
    2
      Anonyme
      20 février 2018 - 7 h 32 min

      Tous sauf un, celui qui joue a Leicester.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.