Bouteflika a-t-il retiré sa candidature avant son départ à Genève ?

Bou Bouteflika
Le président de la République, Abdelaziz Bouteflika. D. R.

Par R. Mahmoudi Un décret présidentiel publié mercredi 20 mars 2019 dans le dernier numéro du Journal officiel révèle que le président Abdelaziz Bouteflika avait annulé l’élection présidentielle et retiré sa candidature pour un cinquième mandat le 23 février, dont le budget alloué a été gelé à la veille de son voyage en Suisse.

Le JO affirme ainsi l’annulation d’un budget de 470 millions de dinars initialement alloué à la gestion de l’élection présidentielle prévue le 18 avril 2019, en reversant les dépenses dans les budgets annuels de quatre départements ministériels, à savoir les Affaires étrangères, la Justice, l’Intérieur et la Communication, dès lors que ces dépenses avaient été prélevées des budgets annuels de ces quatre ministères.

Le décret daté du 23 février est signé par le président de la République, Abdelaziz Bouteflika. Ces révélations relancent le débat sur l’intention réelle du chef de l’Etat de renoncer à briguer un nouveau mandat, avant le 13 mars, date à laquelle il a annoncé le report de l’élection présidentielle sine die et formulé son vœu de se retirer de la course. Dans sa lettre adressée à la nation, le Président avait clairement expliqué qu’il n’avait jamais eu l’idée de se présenter à cette élection. Pourtant, un dossier de candidature a été déposé en son nom au Conseil constitutionnel par son directeur de campagne et des parrainages avaient été recueillis pour la circonstance.

La publication de ce décret au JO dans la conjoncture actuelle peut s’inscrire dans le cadre des démarches d’apaisement tous azimuts entreprises par le pouvoir face à la montée des contestations populaires. Elle aurait pu servir cette cause si elle avait été faite en son temps. Car, c’était au lendemain des premières manifestations axées essentiellement sur le cinquième mandat. Entretemps, les contestations ont pris une autre dimension.

R. M.  

Comment (29)

    Anonyme
    22 mars 2019 - 10 h 31 min

    Voilà Bouteflika doit partir,il a tout casse,en commençant par cette justice devenue des lors sous les ordres et travaille souvent la nuit.Un dossier complet avec des documents faux et lui dit qu’il n’a jamais eu l’intention de briguer un autre mandat,alors logiquement cette affaire doit passer devant la justice pour un eclaircissement

    Anonyme
    22 mars 2019 - 2 h 58 min

    ou est said LML Les Mauvaises Langues DISENT qu il a abandonner son frère et se pavane a Paris

    Anonyme
    22 mars 2019 - 0 h 31 min

    Il n’y a pas un seul procureur, voire même un groupe de procureurs, qui peut décider de s’autosaisir de cette affaire afin de tirer les choses au clair et juger le ou les responsables de ce genre d’inadmissible gabegie ?!?
    C’est l’occasion ou jamais pour la Justice de s’affirmer une bonne fois pour tout, parce qu’un État sans une Justice indépendante et impartiale, ne peut être un État viable. Sans une véritable Justice, l’Algérie continuera à patauger jusqu’à sa disparition.

    15
    moha
    21 mars 2019 - 23 h 15 min

    Bonjour juste une précision sur ce fameux décret du 23 Février 2019 paru au JO du 13 mars
    Le budget qui a été annulé mais a été réattribuer pour les élections mais réparti sur chaque ministère
    ( il faut lire le JO du 13 MARS N° 16 et le tableau annexé vous verrez les nouvelles affectations bonne lecture ( https://www.joradp.dz/HFR/Index.htm )

    Article 1er. — Il est créé au sein des nomenclatures des
    budgets de fonctionnement du ministère des affaires
    étrangères, du ministère de la justice, du ministère de
    l’intérieur, des collectivités locales et de l’aménagement du
    territoire et du ministère de la communication, les chapitres
    énumérés à l’état annexé au présent décret.
    Art. 2. — Il est annulé, sur 2019, un crédit de vingt
    milliards quatre cent soixante-dix millions de dinars
    (20.470.000.000 DA), applicable au budget des charges
    communes et au chapitre n° 37-03 « Frais d’organisation des
    élections ».
    Art. 3. — Il est ouvert, sur 2019, un crédit de vingt
    milliards quatre cent soixante-dix millions de dinars
    (20.470.000.000 DA), applicable aux budgets de
    fonctionnement des ministères et aux chapitres énumérés à
    l’état annexé au présent décret

    Felfel Har
    21 mars 2019 - 21 h 12 min

    Qu’il ait ou non retiré sa candidature avant ou aprés Genève importe peu. Il est toujours là et il nous nargue. A-t-il la stature d’un chef d’État, d’un leader? Que nenni!
    Voilà ce qu’écrivait Nelson Mandéla dans son dernier discours à Pretoria, en octobre 1963, juste avant d’être condamné à la prison à vie: « Les Africains veulent une juste part de l’Afrique du Sud. Ils veulent la sécurité et un rôle dans la société. Ils veulent le droit de vivre. Quant à moi, je me suis battu contre la domination des Blancs, je me suis battu contre la domination des Noirs. J’ai chéri l’idéal d’une société libre et démocratique dans laquelle tous les hommes vivraient en harmonie et avec des chances égales. C’est un idéal que j’espère défendre ma vie durant. Mais s’il le faut pour lequel je suis prêt à mourir ». Ainsi parlent les grands hommes que l’Histoire immortalisent.De l’honneur et de la dignité!
    Pensez-vous que notre Fakhamatouhou et sa clique de porte-plumes soient capables de se hisser à ce niveau de sacrifice pour le bien de leurs compatriotes?

    6
    1
    AAAAAAAAAAa
    21 mars 2019 - 19 h 21 min

    Il faudrait poursuire les usurpateurs en justice !!!!!!!!!!!!!!
    oubien il faut le dire cliairement : UN MENSONGE

    Mahboul
    21 mars 2019 - 17 h 29 min

    Pourquoi ce decret n a pas ete publie le lendemain de sa signature c omme c edt le cas de tous les decrets presidentiels….il y a anguile sous roche..kk

    13
    Sabrina-DZ
    21 mars 2019 - 16 h 18 min

    Oui pour un départ respectueux du président Algérien.
    Oui pour le jugement de ceux qui ont utilisé la maladie du président pour s’enrichir.

    23
    4
    Tinhinane-DZ
    21 mars 2019 - 15 h 58 min

    Le président Bouteflika a été tout d’abord humilié par son clan et ses clowns. L’histoire retiendra que n’importe quel charlot prenait le droit de parler au nom du président. L’anarchie total a géré l’Algérie.
    Présentement, il faut régler la racine du problème.
    Qui a permis cette errance au niveau de la présidence.
    Comment Said a-t-il pu acquérir autant de pouvoir, pour devenir le président dans l’ombre. Ya t-il quelqu’un pour nous éclaircir ce coté sombre de l’histoire.

    33
    Khorrotov
    21 mars 2019 - 15 h 57 min

    Bien gérer, c’est se comporter en bon père de famille, mais gérer un pays aussi grand et aussi riche comme l’Algérie ne doit pas se faire par l’affect, le sentimentalisme et l’angélisme. La question de sortir par la petite ou grande porte ne se pose pas pour Bouteflika, mais bien celle combien a t-il coûté au pays en termes financiers? Quels sont les dommages colatéraux que sa non-gestion a causé durant 20 ans de règne sans partage? L’équivalent de combien d’années de retard l’Algérie a t-elle pris? L’économie, l’agriculture, la justice, la santé, l’école, le tourisme sont tous des secteurs moribonds, comment sérier les priorités? La corruption a gangréné tous les corps de la société, quelles mesures et décisions politiques faut-il prendre en urgence? Faut-il juger les architectes ce désastre programmé?

    21
    Brahms
    21 mars 2019 - 14 h 02 min

    Le papy Président a l’air de s’amuser avec l’urne et l’enveloppe. L’Algérie ce n’est qu’un pays à problèmes, les citoyens se plaignent sans arrêt du matin au soir. Par contre, quand il s’agit de travailler, il n’y a plus personne.

    24
    20
    Anonyme
    21 mars 2019 - 13 h 04 min

    Cohérences en filigranes @

    Le peuple est dans la rue et scande LA LIBERTÉ.
    Tes harcèlements tu te les gardes.
    Il ya des milliers de vidéos sur YouTube sur Bouteflika. Tu peux essayer de les attaquer en justice

    10
    3
    Kahina-DZ
    21 mars 2019 - 12 h 41 min

    Je l’ai déjà dit et je le redis.
    Quelques soient les erreurs de Bouteflika, il faut qu’on reconnaisse que ce 5eme mandat lui a été imposé par des personnes qui veulent profiter un peu plus du Vide qui règne en Algérie.
    Sincèrement, je crois que le président Bouteflika ne mérite pas une sortie à la façon tunisienne, libyenne ou égyptienne.
    C’est son clan qu’il faut juger pour avoir abusé d’un malade….

    56
    27
      Mhand
      21 mars 2019 - 13 h 15 min

      Bien dit Damia, et tout a fais d’accord.

      21
      4
        Anonyme
        21 mars 2019 - 15 h 43 min

        Moi je dis la chose suivante : c’est mon avis en tous cas, il y a une personne qui détient la vérité sur l’état de santé de Bouteflika en dehors de l’avis de ses médecins, bien entendu.cette personne c’est bien Lakhdar Brahimi, on doit le tenir pour responsable de ce que Bouteflika est toujours vivant et en possession de toutes ses facultés cognitives, ou bien….???? Tout le monde sait que cet individu rend visite régulièrement au président depuis au moins deux ans, par conséquent, il doit rendre compte à son excellence le PEUPLE.

        11
        3
        Kahina-DZ
        21 mars 2019 - 16 h 13 min

        MHAND @

        Pourquoi Damia ?
        Damia était- elle présidente aussi ……

        1
        2
          Mhand
          21 mars 2019 - 23 h 02 min

          Désolé Kahina, je voulais dire Dihya et pas Damia. Mes sincères excuses

          1
          1
    Cohérences en filigranes
    21 mars 2019 - 12 h 35 min

    Ont dit.
    J’ai entendu dire.
    Il paraît.
    Selon des gens .
    Arrêtés vos commérages de conciergerie.
    Là ça devient vraiment ridicule.
    Nous sortons de la sphère JUSTICE.
    Tout accusations doit être étayées et doit être soumis à une demande d’assignation à comparaitre qui sera transmis à toutes les personnes à qui ils leurs sont reprochés des reproches.
    La justice tranchera sur des preuves irréfutables et avérées.
    Là ce que vous faites c’est de la diffamation qui elle est punit par la loi.
    Car toutes accusations sans preuves sans qu’il n’y ait eu de verdict prononcés et diffamatoires et donc passible de plaintes par le dit préjudiciable qui doit saisir la justice pour réclamer des dommages.
    Sommes nous une république bannière.
    Voulez vous une nouvelle république digne de se nom.
    Alors commencés par changer vos comportement non républicain.
    Alors n’oubliez pas que le changement n’est pas un vain mot.
    Les changements sont possibles si les hommes eux mêmes acceptent réellement de changer.
    L’autre doit changer pour vous , où vous pour lui !!!.
    Nous devons sincèrement vouloir changer en réfléchissant comment nous devons agir avant chacun de nos actes et paroles.

    11
    28
      DZDZ
      21 mars 2019 - 13 h 00 min

      Quand j’ai lu le début de ton commentaire je croyais que tu allais nous donner la vraie information.
      Les menaces comme les tiennes ne sont pas permises aussi !!!
      Les lecteurs ont le droit de donner leur avis sur les évènements qui secouent leur pays.

      Si tu ne veux pas des suppositions, alors donnez la vraie information au peuple . La seule réalité qui s’impose.

      12
      2
        Cohérences en filigranes.
        21 mars 2019 - 14 h 45 min

        @ : DZDZ
        21 mars 2019 – 13 h 00 min
        Faute de ne pas avoir de réponse suite à des interrogations, ne vous donne pas le droit dans inventés.
        Inventé des réponse suites à des interrogations.
        Il faut commencer par menées une enquête et si des preuves des témoins sont prés sous serment et devant la justice d’étayer vos accusations et bien saisissez la justice et faites vous représenter par un avocat qui saura vous conseiller et vous orienter.
        Faute de quoi personnes ne doit être inquiété juste par deparai s ont dit où des Si où bien encore il paraît.
        Combien de gens sont morts pour rien par la faute de rumeurs et de faussent accusations.
        Cordialement.

        4
        9
      l"oiseau blanc rouge vert
      21 mars 2019 - 15 h 18 min

      tu parle de quelle loi celle du téléphone ou celle a venir.
      oui ce que vous dite s’appliquera prochainement lorsque chacun de nous aura la justice réelle et non téléguidée, sa liberté d,expression, de travail de soins de logement ,que le peuple aura sa part du gâteau,que le député aura un salaire équivalent a celui de l’ ingénieur ou du médecin. le jour ou la vérité tranchera ce jour l’a je serai d,accord avec vous Mr pour l’instant le peuple ce cherche et libre a lui d’orienté le débat a sa convenance même si ……

        Anonyme
        21 mars 2019 - 19 h 42 min

        Si je vais suivre ton raisonnement je dis qu il y a manipulation.usurpation d identite non respect de la constitution et abus de confiance…je continue ou j arrete…..??

    DYHIA-DZ
    21 mars 2019 - 12 h 27 min

     » le budget alloué a été gelé à la veille de son voyage en Suisse. »
    Peut être qu’ils étaient pas sûrs concernant son état de santé.
    Il est fort possible que Bouteflika ne voulait même pas ce 5eme mandat et s’ est réfugié dans une chambre d’hôpital en suisse. La preuve, il n’est même pas venu déposer son dossier .
    Tout est possible. Tout le monde spécule, mais personne ne connait la vérité.

    20
    4
    elhadj
    21 mars 2019 - 11 h 06 min

    Comment peut on aussi facilement détourner des fonds publics d un montant dit on de 470 millions de Dinars sur des budgets alloues a des institutions d Etat pour les utiliser dans une opération partisane de campagne électorale. Ainsi les suspicions portées par les citoyens s avèrent donc fondées sur le fait que la gestion des ressources du trésor est utilisée a d autres fins personnelles .De plus ,le fait d avoir annuler le 23.2.2019 cette operation de transfert laisse supposer que le président actuel n était pas en réalité candidat et donc la question se pose de savoir qui a manigance cette troublante aventure ayant provoque la colère légitime du peuple et décider du dépôt de sa candidature ce qui en principe et par respect au peuple entraîner la traduction des principaux responsables de cette déplorable démarche devant la justice pour usurpation de pouvoir, mensonges au peuple,trafic et faux usage de faux. etc .

    9
    5
    Kenza
    21 mars 2019 - 11 h 01 min

    C’est, peut-être, un moyen de lui permettre une sortie honorable….enfin, l’essentiel est qu’on sorte de cet imbroglio et que le peuple reste uni, pacifique et VIGILENT pour continuer le combat jusqu’à la victoire finale: Une Algérie libre, démocratique et souveraine où la devise  » PAR LE PEUPLE ET POUR LE PEUPLE » aura un sens !

    18
    2
      algerienne16
      21 mars 2019 - 11 h 23 min

      Oui ils cherchent à laisser une bonne impression sur les deniers jours de sa carrière.

      13
      5
    Nationfirst
    21 mars 2019 - 10 h 58 min

    Je suis de ceux qui lui reprochent sa gouvernance dans certains domaines.
    Par contre, je suis absolument convaincu qu’il n’a pas pu déposer sa candidature, limogé Sellal, rédigé des discours, se présenter, se retirer de la course…
    Quand on est sous assistance respiratoire il y a 2 solutions:
    1) On ne peut pas le faire tout court
    2)Sinon on a fait cela en son nom

    Sur ces points je ne peux pas lui reprocher ces actes faux. Son entourage a commis un très grave crime constitutionnel car au-delà de sa personne c’est le peuple algérien qui a été pris en otage.

    21
    5
    Anonyme
    21 mars 2019 - 10 h 02 min

    On veut le dédouaner ? Maâlich ! Pourvu qu’il remette les clés du palais le 18 Avril 2019 à 00 h 01 mn.

    19
    6
    Mensonge
    21 mars 2019 - 9 h 45 min

    Le JO est devenu un torchon depuis 1999.

    26
    9

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.