Talaie El-Houriyet : «Le dialogue n’est plus une option mais une nécessité»

Benflis Talaie El-Houriyet
Ali Benflis, président de Talaie El-Houriyet. PPAgency

Par Mounir Serraï Le bureau politique du parti Talaie El-Houriyet a exprimé sa préoccupation quant à la persistance de l’impasse politique au moment où se multiplient propositions et initiatives pour le lancement d’un processus de règlement consensuel de la crise.

Talaie El-Houriyet dit avoir l’intime conviction que «l’offre de dialogue faite par le pouvoir politique, le 3 juillet courant, sous la pression de la Révolution démocratique pacifique, bien qu’incomplète et comportant des zones d’ombre à clarifier, est un pas dans la bonne direction dans la mesure où le régime politique en place renonce à la prétention de la mainmise sur la conduite et la gestion du dialogue national», qu’il se résigne à confier à un panel de «personnalités nationales crédibles, indépendantes, sans affiliation partisane et sans ambition électorale». Aussi le parti d’Ali Benflis estime-t-il que «le régime politique en place s’engage, dans toutes ses composantes, à ne pas être partie prenante au dialogue national et à observer la plus stricte neutralité tout au long du déroulement de ce processus».

Ainsi, considère ce parti, «les missions de l’autorité indépendante chargée de la préparation, de l’organisation, de la supervision et du contrôle de l’élection présidentielle et l’amendement, notamment, de la loi organique relative au régime électoral sont confiés à l’instance du dialogue national, et à elle seule».

Talaie El-Houriyet estime que «l’instance de dialogue national voit son mandat élargi aux conditions à réunir pour garantir la crédibilité du scrutin», ce qui inclut «les conditions politiques dont le dialogue national jugera opportunes et nécessaires de se saisir à l’effet de répondre aux attentes et aux demandes légitimes du peuple».

Pour le parti de Benflis, il revient maintenant à l’opposition, dans toutes ses composantes, de s’entendre sur les garanties à exiger pour que soient respectés, scrupuleusement, dans la forme et dans le fond, les engagements contenus dans le message à la nation du 3 juillet, de clarifier, de compléter et de consolider ces engagements pour que cette offre de dialogue soit une base pour un véritable point de départ pour une sortie de crise et un règlement rapide et définitif de la grave crise politique qui secoue notre pays.

Pour Talaie El-Houriyet, «le dialogue est devenu plus qu’une option, c’est une nécessité vitale dans laquelle réside l’intérêt supérieur de la patrie».

«Depuis le début de la crise, nous n’avons jamais été aussi proches du seuil de la solution. Les circonstances et les conditions de franchissement de ce seuil sont à notre portée plus qu’elles ne l’étaient auparavant, sachant que le dialogue constitue le début du règlement de la crise plutôt qu’une fin en soi», soutient cette formation qui relève «l’ambiguïté de l’attitude du pouvoir qui, d’un côté, affiche sa disponibilité au dialogue et, de l’autre, tarde à créer un climat politique favorable à ce dialogue».

Le parti de Benflis reste convaincu que seule l’élection d’un président de la République dans des conditions de régularité et de transparence incontestables, dans les meilleurs délais possibles, est en mesure de propulser l’Algérie sur «la voie la plus démocratique, la plus sûre, la plus courte, et la moins onéreuse pour notre pays aux plans sécuritaire, politique, économique et social».

M. S.

Comment (28)

    icialG
    29 juillet 2019 - 4 h 45 min

    Qu es que tu ne comprend pas ?? DEGAGE faut il t ouvrir le crane pour te l enfoncer ?? le peuple ne veut pas de toi le peuple te vomi tu n es rien du tout pour moi et pour les algériens c est fini la corne d abondance ,,,juste avant de te casser restitue les biens de l état et du peuple ça jouera en ta faveur devant les juges

    Kenza
    28 juillet 2019 - 17 h 24 min

    ça l’arrangerait bien qu’il y ait des élections le plus tôt possible et pendant que Mr Guediri est en prison…

    Anonyme
    28 juillet 2019 - 13 h 44 min

    mr benflis n a pas dignite charge de la campagne electorale de bouteflika en 1999 PUIS CHEF DE GOUVERNEMENT EN 2004 IL S EST ALLIE AU GENERAL LAMARI CONTRE BOUTEFLIKA C EST UN JE NE TROUVE PAS DE QUALIFICATIF POUR CET INDIVIDU

    5
    1
    tanem
    28 juillet 2019 - 13 h 29 min

    mr benflis veux devenir devenir un president nommé ;mais il oubli que le peuple a une bonne memoire ;il a mené la campagne electorale de bouteflika en 1999 IL A été son chef de gounernement et en 2004 IL S EST allié au general lamari pour devenir président mr benflis est pret a tout il na pas de dignité

    2
    2
    ABOU NOUASS
    28 juillet 2019 - 10 h 21 min

    Décidément il est incorrigible ce faux-cul impatient de retrouver ses compères usurpateurs qui l’ont laissé sur le carreau y pas longtemps.
    Une mémoire courte , un féru de courbettes, un faux fils de chahid et imposteur éternel.

    On sait qu’il veut reprendre du service , mais il se trompe s’il croit qu’il y arrivera ou se refera une virginité.

    Faqoun ya Ali faqou;

    Cette génération a bonne mémoire et ne saura que faire de toi.

    Dégaaaaage oiseau de mauvais augure:

    6
    3
    Kenza
    28 juillet 2019 - 10 h 00 min

    De toutes les façons, Mr Benflis, vous êtes cuit.
    Premièrement, le peuple ne tolérera plus des élections truquées qui intronisent le candidat des généraux…ce que vous semblez être.
    Deuxièmement, dans des élections libres et transparentes le peuple ne votera jamais pour un candidat qui a toujours fait parti de ce système mafieux…ce qui, de toute évidence, est votre cas.
    Alors, Mr Benflis, s’il vous reste un tant soit peu de respect pour ce peuple, faites nous le plaisir de vous taire et de disparaître du champ politique que les algériens tentent de nettoyer de toutes la vermine aussi bien dans le pouvoir que dans la soi-disant opposition qui, au final, n’a existé et continue d’exister que pour servir le système et lui donner une crédibilité aux yeux de l’opinion internationale.

    PS: Rabbi raw yakchefkoum belouahed yal khoubâtâ ! TROUHOU GA3 !

    9
    2
    Lghoul
    28 juillet 2019 - 9 h 15 min

    Mr Benfliss, un secret pour devenir president car on dirait que c’est votre obsession maladive: Allez consulter belahmar qui vous prescrira 10 boites de RHB. Une fois que le professeur zaibet ait mis les boites dans votre sac a dos, je vous conseille d’aller dire bonjour a « DJ’HI DJ’HA », la copine de Da Meziane au village Ait Bourourou qui vous donnera un « herz » ecrit a l’encre invisible aux djounouns que saidani payera en euros a votre place car Djhi djha accepte toutes les devises convertibles sauf les monnaies de singe. Sincerement, meme si c’est « vrai » qu’on vous a promi de devenir un BERZIDANE dans les reves et de paille, vous croyez vraiment qu’ils vous laisseront devenir un roi ? Au lieu de dire « Akhzou chitane » et de demander pardon au peuple et a tous ceux qui vous avez berne, vous vous comportez naturellement comme celui qui croit comme fer qu’il existe des arbres qui donnent de l’or a la place des oranges. D’ou mon insistance sur la necessite de voir urgemment Belahmar, zaibet et Djhidjha le plus tot possible et dans la nouvelle langue nationale qu’un charlatan a decide de « decreter » en 24 heures parceque il veut dire « ECCHAH », « ET APRES ? » « SO WHAT ? », sans assessment de millions de risques economiques et politiques, et meme languistiques (car on attendra 10 ans pour repondre a quelqu’un qui nous dira « good morning »), – as soon as possible. J’ai deja oublie le francais par magie car j’ai un cerveau improvisateur « fast » et meme « too fast » – Alors a la prochaine langue de travail: Le chinois, le japonais ? Et pourquoi pas la langue des esquimaux ? C’est plus « scientific » au pole nord. En fonction de mon humeur de charlatan, j’opterai pour le swahili. Ils ont arabise en 24 heures sans assessment des risques et consequences et maintenant ils veulent « anglophiliser » en 12 heures pour saboter ce qui tient encore debout. Il faudrait chasser tous ces charlatans, inclu celui qui « refuse » toujours le prix Nobel as soon as possible ou « asap » pour les intimes de la langue de Shakespeare. On ne peut etre autre chose que des khorotos balancant du khorti.

    5
    5
    57
    28 juillet 2019 - 8 h 53 min

    Y A PAS DE DIALOGUE,,, L OPTION ? TU TE CASSE VOUS VOUS CASSEZ ET LAISSEZ LE CHAMP LIBRE A LA NOUVELLE DÉMOCRATIE LA NOUVELLE RÉPUBLIQUE LA NOUVELLE ALGÉRIE ET NE CESSEZ PAS DE PRIER QUE LES PEUPLE ALGÉRIEN VOUS PARDONNE POUR LE MAL QUE AVEZ INFLIGER A CE PAYS ET A SA POPULATION??? PARTEZ ON VOUS DÉJÀ OUBLIER ,,, ALLEZ CONFESSER VOS CRIMES A LA JUSTICE ET QUE CELLE CI SOIT IMPITOYABLE,,, A JUSTE TITRE

    4
    3
    2ème république
    28 juillet 2019 - 8 h 25 min

    Toi tu a de l’avance!! T’es tellement pour le dialogue que tu a déjà tout dialogué et tout négocié avant tout le monde. Il y a juste un petit problème…le peuple n’aime pas ceux qui jouent double jeu

    9
    2
    Secret défense
    28 juillet 2019 - 8 h 23 min

    Mais bon sang , quand cessera-t-il de parler de dialogue ce mec-là ?

    Dialogue, dialogue, dialogue ! Mais qui et avec qui ? Karim Younès avec Ben salah peut-être ?

    Ce putatif fils de chahid qui n’en a jamais été , réellement, car reconnu ainsi par ceux qui usurpé la vraie révolution, devrait se faire tout petit en se taisant, lui qui bénéficie d’avantages indûment.

    Tous ces rapaces devront rendre des comptes le jour venu.

    Au large les imposteurs.

    7
    3
    Lghoul
    28 juillet 2019 - 8 h 13 min

    J’ai oublie de te demander quelque chose: Si tu penses que la Hirak a « des zones d’ombre a clarifier »; pourquoi tu ne le
    rejoints pas le vendredi prochain dans la rue, comme le font beaucoup de chefs de partis, pour le lui demander ? Chiche si tu as un peu de courage, juste pour montrer ta face ! En fait en tant que fils de chahid et d’une famille de moudjaheds, que penses tu de l’arrestation de monsieur Bouregaa ? Evidemment ta seule urgence du moment est que tu deviennes le president du fait accompli. Le president du « tu regardes a gauche, et hop, on te prend ton portefeuil » ou le pickpocket president. Tu sais bien que le Hirak ne halalise pas les pickpockets.

    4
    2
    Lghoul
    28 juillet 2019 - 8 h 02 min

    Benfliss pense que le Hirak a « des zones d’ombre a clarifier ». Tu es l’un des personnage les plus opaque du systeme que seuls les lievres et les opportunistes peuvent clarifier. Comme on test l’a propose, a plusieurs repriseso, retourne a Batna jouer aux dominos car personne ne croit plus a ce qui sort de ta bouche car tes « houriyetes » sont sous terre. Qu’ils sont droles ces gens morts mais qui font semblant de faire de la politique.

    5
    2
    elbiour
    27 juillet 2019 - 23 h 33 min

    Tout les partis soit disant d’opposition car ils ne l’ont jamais étés (Ils étaient des figurants invisibles auprès du pouvoir en jouant au double face et en bénéficiant de beaucoup de privilèges). Les conseils de ces partis ne sont pas les bienvenus.LEURS PARTICIPATION EST INDÉSIRABLE ET NE SERA PAS ACCEPTES PAR LE HIRAK OU SES VRAIS REPRÉSENTANTS.Ces gens qui veulent manger a tous les râteliers sont a exclure des discussions avec le pouvoir.De plus le code sur les partis étant devenu,obsolète car crée par des gens au pouvoir illégal voté par une apn et un sénat illégal doivent être considérés comme dissous depuis le 22 février 2019.CES PARTIS SE DÉMÈNENT COMME DES DIABLES ET S’ESSOUFFLENT A PERDRE HALEINE POUR RESTER SUR LA SCÈNE QUI N’A PAS BESOIN DE LEUR SERVICE.LEUR SEUL DROIT DONT ILS PEUVENT SE TARGUER C’EST DE S’ÉCLIPSER DE LA VIE POLITIQUE DU PAYS CAR LEURS AVIS ET LEUR PRÉSENCE NE FONT QUE RETARDER LES CHOSE ET CE SONT DES FREINS ET POUR LE PEUPLE ET POUR LE POUVOIR.VIVE L’ALGÉRIE VIVE LE HIRAK ET VIVE LA GLORIEUSE ARMEE NATIONALE POPULAIRE ALGERIENNE

    8
    1
    chelabi
    27 juillet 2019 - 21 h 24 min

    Les vieux sont en général sympathiques, ce qui est une qualité certaine. Ils peuvent aussi être agaçants car ils ont tendance à répéter les mêmes histoires sans même qu’ils s’en rendent compte. Et ceci est leur principal défaut.
    Benflis a les défauts des vieux mais pas leur qualité.

    8
    2
    Anonyme
    27 juillet 2019 - 21 h 02 min

    Mr Benflis,ce sysème vous a roulé plusieures fois dans la farine, et vous lui faites toujours confiance.Je ne comprends pas pourquoi.

    4
    1
    amedbenamed
    27 juillet 2019 - 20 h 51 min

    le dialogue est aujourd’hui une urgence car tout simplement il est du domaine du possible, demain, cette option ne sera qu’un veux pieux, par ce qu’il y’aurait d’autres éléments qui vont se greffer rendant difficile à réunir l’ensemble des concernées autour d’une table. et la suite serait certainement facile à prédire.

    B.M
    27 juillet 2019 - 19 h 48 min

    S’il s’était nommé BenFlouss, il aurait succédé à Bouteflouss, juriste il sait comment changer de nom… On a le droit de rigoler un peu ? Mais enfin, oui, le dialogue est une nécessité, dommage il le découvre un peu tard, depuis longtemps on sait que de la discussion jaillit la lumière, plus belle que l’or noir…Au moins avec A.P les lecteurs dialoguent en vrai, sans Flouss en vue !

    3
    1
    MELLO
    27 juillet 2019 - 19 h 32 min

    La candidature manque énormément a Benflis. Le dialogue , selon ce Monsieur , n’est plus une option mais une nécessité. Donc le dialogue est actuellement de série pour ce pouvoir. Mais en fait , Pourquoi un dialogue lorsque l’objectif de l’élection présidentielle est tracé, alors sur quoi dialoguer ? .
    Mr Benflis parle d’une instance de surveillance des elections indépendante, mais que peut une commission constituée de 100 , 200 ou 300 personnes contre toute cette administration du ministère de l’intérieur constituée de chefs de dairas, de wali, de secrétaires généraux a tous les niveaux ?. Non , non , une election présidentielle en l’état actuelle n’est plus possible. Mr Benflis , pense t il au comment de la campagne electorale ?
    Décidément , Mr Benflis ne peut pas sortir des sentier battus et tout ce que l’Etat Major decide , il va avec.

    4
    1
    Antisioniste
    27 juillet 2019 - 19 h 02 min

    Ya si benflis, il ne peut y avoir de dialogue avec la 3issaba qui est désormais « aux yeux du monde entier » de facto une usurpatrice du pouvoir qui revient exclusivement à son Excellence le Peuple Algérien Seul et Unique Souverain Légitime sans aucune sauce partisane associative ou bolognaise.

    Ya si benflis, son Excellence le Peuple Algérien ne veut pas jouer à waynhi wadnek (ou se trouve ton oreille) il Excelle en tout depuis le 22 février la preuve dajabou el kahloucha nos jeunes, mais…ils demandent la tête des hanoucha…traduction 3ilmique… ils attendent a ceux que les hanoucha se rendent à l’évidence pour « NÉGOCIER » et non pas dialoguer leur départ inévitable le plus vite possible, et pour que cela se fasse il « faut » libérer tous les détenus d’opinion etc….comprendé.

    2
    3
      Anonyme
      28 juillet 2019 - 7 h 28 min

      L’arabisme n’a aucune potentialité démocratique. Les peuples portent en dote leurs limites. Au plus vous aurez un sadam ou kadafou

      7
      2
    bozscags
    27 juillet 2019 - 18 h 50 min

    tout à fait d’accord avec vous mr benflis .

    11
    19
      Mouloud
      27 juillet 2019 - 20 h 51 min

      Mais qu est ce qu il a a treoigner..gigoter..et ainvestir l espace ce benflis? Le vain espoir de se faire elire..le reve d un poste..sa resurection dans l arenz politique..ou quoi encore????? Il a ete procureur de l injustice..chef du gouvernement de boutef..profondement incruste dans le systeme..et il vient aujourdhui nous pomper l air avec des interventions et des analysrs daugrenues et en total decalage avec ce qui se oasse sur le terrain..et qui le depasse! Ya si benflis..faites nous la grace de disparaitre..un jour ou l autre votre dossier sera revu et etudie..cette algerie qui bouge n est plus de votre niveau..vous n etes plus en face de fellah qui vous applaudissent sans rien comprendre de ce que vous perorez..ahchem chouia..sarraf rohek..c est l algerie des jeunes. Des cerveaux..des intellos. Des diplomes qui arrive..alors grignotez votre quignon de pain et laissez la place zux gens propres..vous fites partie du sys
      teme..degagez et faites silence..votre temps est passe..et vous etes hors sujet..quelle calamite!!!

      5
      2
      ALGER 2001
      27 juillet 2019 - 22 h 47 min

      Daccordo avec lui ya mon ami, mais SURTOUT PAS AVEC LUI YA LATIF. On ne peut pas lui faire confiance tellement l’hypocrisie lui coule du nez à vue d’oeil ..
      Il est toujours le jokker de ce pouvoir mafieux et corrompu.
      Il est, d’après les dires, le président choisis par le cabinet noir lors de futurs élections présidentielles propres, nickelles, tachâale oua tabragque et dont a parlé le grand Bouragaâ.

      5
      3
    « Un autre Coup d'épée dans l'eau »….
    27 juillet 2019 - 18 h 49 min

    Peut-on cacher un secret au peuple dont ’il est lui-même la source… Sans le nettoiement réel d’un terrain encombrant de la bande à Boutef…, le recouvrement total des biens public qu’elle a spoliés, et sans une véritable alliance stratégique subséquemment entre toutes les parties ; dans l’intérêt suprême de l’Algérie, les choses vont continuer de tourner en rond, sinon déraper un jour inattendu, ce qui n’arrangera personne.

    5
    6
    Massinissa
    27 juillet 2019 - 17 h 53 min

    qu’est ce qu’il ne ferait pas ce Monsieur pour devenir président ? l’assoiffé du pouvoir ….! pauvre Algérie, les peuple s’est levé pour que ces opportunistes sortent et donnent des leçons de démocratie.
    peine perdu d’avance Monsieur BENFLIS ,vous ne serez pas président même avec la bénédiction du sultan de TAGGARA .
    à BONS ENTENDEURS SALUT

    28
    14
    Moi
    27 juillet 2019 - 17 h 47 min

    entièrement d’accord avec le dialogue , contrairement aux parties qui prônent la constituante par nomination et non par les urnes , que les parties qui ont peur des élections comme le rcd ou le ffs … le disent clairement pour rentrer par les fenetres dans les arcanes des privilèges . Hug j’ai dit😊

    16
    18
    Karamazov
    27 juillet 2019 - 17 h 42 min

    .

    Iben moua je dis : le dialogue combien de divisions ?

    La hiwar la chiwar m3a l3issaba !

    Le match se joue entre la horde sauvage et le Hirak , comme dans mon nom est personne. Et nous on est comme le zoizio qui est tombé dans la m…

    Tant qu’on est dedans on est protégés gare à ceux qui voudraient nous en sortir !

    7
    2
    Anonyme
    27 juillet 2019 - 17 h 34 min

    Benflis tient coûte que coûte à sa fakhamatisation.

    21
    10

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.