Le général Nezzar à Louisa Hanoune : «La décennie 90, parlons-en !»

Hanoune Nezzar
Louisa Hanoune est l'incarnation du système rejeté par les Algériens. New Press

Nous publions la réponse du général à la retraite Khaled Nezzar à la présidente du Parti des travailleurs (PT) qui, dans le démenti de son parti suite à notre information sur sa rencontre avec Lakhdar Brahimi, a fait une allusion aussi pernicieuse qu’inopportune à l’ancien ministre de la Défense nationale.

Louisa Hanoune a-t-elle rencontré Lakhdar Brahimi ou ne l’a-t-elle pas rencontré ? La belle affaire ! Faux ? Il lui suffisait de démentir et les choses en seraient restées là. Abdelaziz Rahabi qui, en plus d’être un honnête homme, est aussi un homme de bon sens, a rencontré l’ancien diplomate. Il a expliqué quand, pourquoi et où. Personne n’a appelé à son lynchage. Les Algériens sont loin d’être dans la déraison. Louisa Hanoune, Abdelaziz Rahabi, Saïd Sadi peuvent parler avec qui ils veulent, des protagonistes ou des comparses. Ils sont dans leur rôle d’acteurs politiques. Ils ont le droit d’écouter, de proposer, de s’aligner ou de repousser.

Mais Louisa Hanoune s’offusque, rage, fulmine, tape du pied, hystérise. Elle convoque la décennie 90 pour décocher des mots durs, rêches et épineux. La décennie 90 ? J’y reviendrai plus loin. Mais, d’abord, pourquoi cette réaction violente et indignée ? Lakhdar Brahimi est-il devenu si infréquentable que le seul fait de lui serrer la main présenterait un risque de contamination ? C’est vrai, l’homme semble avoir accepté une mission bien hasardeuse. Lakhdar Brahimi n’est pas en vacances en Algérie. Il pêche, toutes lignes immergées. Il a choisi l’appât et calculé le lancer. Mais ça ne frétille pas fort au bout de la ligne. Il est patient. Il revient au bord de l’eau. Sauf que le long fleuve tranquille est devenu un torrent impétueux qui est en passe de briser comme un fétu de paille l’arche de Noé où ont pris place les espèces menacées. Il sait faire. Il étale sous nos yeux ébahis l’Irak, la Syrie et d’autres lieux où le malheur des peuples l’a conduit.

Passons ! Quand on sort par gros temps, on accepte d’être mouillé, surtout quand le parapluie est crevé.

Pathétique ce «encore une minute, Monsieur le bourreau !». Supplication désespérée d’une dame célèbre(*) qui, le cou engagé dans la lucarne fatale, n’arrivait pas à croire que la splendeur et les pourpres allaient à jamais disparaître. Qui s’assoit sur la chaise bancale des allégeances périt de la chaise bancale des lâchetés.

Le système, qu’est-ce que le système ? Un assemblage de starring box où prenaient place des chevaux de retour pour la plus ignominieuse des courses : la course à la brosse. Brosseurs de souliers, épousseteurs de tapis rouge, vendeurs à la criée des vertus divines du messie, c’est à qui trouverait la meilleure formule pour buriner son profil et le rendre plus visible.

Louisa Hanoune revient à la décennie 90. Pour dire l’ampleur des sacrifices de ceux qui, jour après jour, nuit après nuit, ont été au chevet de l’Algérie ? Non ! Elle se place encore aux côtés de ceux qui pensent que leur heure est arrivée. Elle fait ce qu’elle sait faire. Elle hume le vent et part en flèche dans la direction où il souffle. Souvenons-nous, hier, au lendemain du massacre de Bentalha. Elle disait à une chaîne française : «La caserne est à vingt mètres. Vingt mètres ce n’est pas beaucoup, n’est-ce pas ?» C’était le temps du «qui tue qui» et de la désinformation. Forcené fut le combat de Louisa Hanoune pour réhabiliter les chefs du FIS et les faire libérer du pénitencier où ils purgeaient leur peine.

Pour ma part, je ne me suis jamais voilé la face ; j’ai assumé et affronté le problème, y compris devant les juridictions étrangères. Si les plaintes des salafistes déposées à Paris ont été classées rapidement, celles de Suisse traînent depuis plus de huit années. Classées puis reprises par les juridictions helvétiques mais elles auront le même sort que les premières. Venez ajouter votre nom à la liste de mes accusateurs, le ministère public de la Confédération suisse est preneur, osez et faites vite !

Les événements de 1988, comme ceux de 1992, ont été souvent évoqués par moi et rappelés encore dans mon dernier livre intitulé La Séquence politique et publié aux éditions Chihab, à Alger. Cet ouvrage est à la portée de toute personne qui voudrait savoir ce qui s’est réellement passé il y a presque trente ans.

Rappeler ces événements en un tel moment n’est pas innocent. Les esprits sont échauffés et la division des Algériens est dangereuse. Des tueurs d’enfants et de femmes et leurs idéologues sont toujours là, aux aguets, en embuscade. Ils tentent d’occuper le devant de la scène. Ils donnent de la voix. Ils ne leurreront personne. Les jeunes, qui ont désormais pris en charge leur avenir et celui de leur pays, ne se laisseront pas faire. Ils n’accepteront aucune récupération.

On avait chaque jour le spectacle surprenant du couple contre nature : la passionaria du PT et Savonarole, l’imberbe de Kouba, pacsés pour les besoins de la mauvaise cause.

Trotsky, l’ancêtre idéologique de Louisa Hanoune, est resté linéaire et droit jusqu’à ce que le maître du Kremlin lui fît entrer à coups de piolet dans le crâne le b.a.-ba des us et coutumes du système qui sévissait là-bas. Elle n’a hérité de lui ni la force des convictions ni la vision juste des choses.

Sant’Egidio a été le summum du summum de l’incohérence idéologique. Militante de gauche un jour et salafiste le lendemain. Il est vrai qu’elle était, sous la coupole de Saint Egide, en mission commandée par qui vous savez.

Trêve de bluffs, d’esbroufes, de subterfuges et d’hypocrisies. La seule fois où Louisa Hanoune a été face à l’urne de la rue, elle a eu son trop plein de voix, condensées en un seul cri : «Dégage !»

Khaled Nezzar

(*) Jeanne du Barry, maîtresse de Louis XV, guillotinée le 8 décembre 1793.

Comment (47)

    Boualem
    12 avril 2019 - 23 h 06 min

    Pas d’accord avec tout, mais Dieu que c’est bien ecrit !

    bouch
    23 mars 2019 - 18 h 00 min

    C’est grâce à Khaled Nezzar que le terrorisme a été anéanti.

    Anonymeplus
    22 mars 2019 - 16 h 06 min

    Le problème de la classe politique algérienne, c’est qu’elle est intimement liée au système donc fatalement, elle a les mêmes réflexes, les mêmes habitudes et par voie de conséquence, le même mode de fonctionnement.
    Le pt, le fis, le fln ou le ffs sont le système Algérie en modèle réduit.
    Donnez la présidence à louiza l’imprévisible ou à un autre illuminé et vous aurez un système de gouvernance pire que l’actuel.
    Le mal est fait, l’Algérie ressemble aux algériens et quand on sait que l’algérien est devenu par la force de ce système un assoiffé d’argent et de pouvoir, on est en droit de se dire : « Allah yestour ».
    Rien de bon ne se dégagera de l’actuel tchektchouka si ce n’est une purge qui mettra en place une équipe avec des dents encore plus longues.

    Citoye
    21 mars 2019 - 23 h 12 min

    Le passée et le passée faire en sorte que le pays grandi demain pardonne les defaut hier
    La patrie cest la base .
    🇩🇿🇩🇿🇩🇿

    8
    2
    lhadi
    21 mars 2019 - 20 h 35 min

    Les vieux militants connaissent le trotskisme et Trotski et il est superflu de leur en parler. Mais la jeune génération, elle, ne les connait pas exactement, il faut lui en parler pour qu’elle sache à qui elle a exactement affaire et ne se laisse point égarer.

    Le trotskisme est depuis l’origine une variété du socialisme petit-bourgeois, qui possède toutes les caractéristiques de l’opportunisme, tantôt de droite, tantôt de gauche, dans lequel verse ce genre de socialisme, car il est lui-même le reflet des hésitations des couches sociales se trouvant à mi-chemin du prolétariat et de la bourgeoisie.

    Bien qu’il proclame en théorie l’utilité d’un Parti centralisé et discipliné, le trotskisme, dans la pratique, s’insurge contre les nécessités d’un Parti de type léniniste et il a, comme toutes les sectes, une tendance constante au fractionnisme, qu’il agisse à l’intérieur ou à l’extérieur d’une organisation quelconque, il n’a cessé de cultiver la méfiance envers l’organisation du Parti communiste, le cadre révolutionnaire professionnels sans lesquels il y a de Parti révolutionnaire, en les opposant à l’ensemble des membres du Parti ou à la masse tout court.

    Il faut trouver là une des raisons pour lesquelles les trotskistes n’ont jamais pu mettre sur pied des organisations tant soi peu importantes et durables.

    Les diverses tendances trotskistes arborent des étiquettes plus marxistes et léninistes les unes que les autres, mais à la vérité leurs analyses des situations concrètes ne respectent pas la première exigence du socialisme scientifique : tenir compte des réalités telles qu’elles sont, ne pas essayer de les plier à des volontés subjectives, agir pour les modifier et les faire servir au mieux à la lutte pour le socialisme.

    Le Trotskisme nie en fait la nécessité des étapes dans le processus révolutionnaire et, par voie de conséquence, il méconnait la relation entre la lutte pour des objectifs démocratiques conséquents et la lutte de caractère socialiste. Il sous-estime aussi la liaison entre la lutte pour les plus petites revendications économiques et politiques et le combat pour les objectifs fondamentaux de la classe ouvrière, alors qu’ils constituent ensemble la totalité de la lutte des classes.

    Les adeptes du trotskisme affectent un mépris souverain envers les alliances de classe nécessaire au prolétariat, alliance avec la paysannerie laborieuse ou d’autres couche moyennes, et envers les accords que le Parti communiste est conduit à conclure avec les formations politiques qui reflètent les intérêts de ces couches.

    Le Trotskisme a toujours cherché à opposer les jeunes et les vieux militants du mouvement ouvrier. Il joue démagogique-ment avec la jeune génération et avec les jeunes intellectuels en particulier qu’il tient pour le baromètre du mouvement ouvrier et qu’il caresse, contrairement à Lenine qui invitait à ne jamais flatter la jeunesse, mais à lui faciliter son expérience, par la compréhension et la critique nécessaire.

    Fraternellement lhadi
    ([email protected]

    4
    4
    Mon opinion
    21 mars 2019 - 19 h 16 min

    Salam,
    Cette photo que je voit pour la première fois vaut mille mots.
    Franchement j’en apprends tous les jours.
    J’ai toujours eu un dégoüt envers cette femme mais cette photo accentue encore plus mon sentiment de répulsion.
    Certaines choses que je n’ arrivait pas à saissir à la fin des années 90 et 2000, s’éclaircissent mais aussi un manque d’ information fait que parfois on peut se faire leurrer et avoir une mauvaise appréciation des évenements qui se déroulent.
    Il y a tellement de forces obscures qui cherchent à déstabiliser notre pays qu’il nous est tenu impérativement de ne pas dormir et de combattre sur tous les fronts.
    Un ex-tunisien joueur de derbouka et une trostkiste de l’internatiomal socialisme (sionisme pur et dur) font causette sur une éventuelle prise en main de l’ avenir de l’Algérie!
    Rien que cela…
    Sant’Egidio aurait été une énorme erreur d’y participer d’ ailleurs Ait Ahmed faisait aussi parti de l’ international socialisme, en était l’un des instigateurs n’a pas vraiment saisit le piège dans lequel on voulait ferrer l’Algérie.
    Vous avez eu le courage Monsieur Nazzar d’ avoir pris à l’époque une décision historique et douloureuse mais qui avec le temps passant s’avère être juste et salvatrice.
    Miterand qui à l’ époque poussait l Algérie vers la faute en faisant marcher ses relais en faveur du fis n’aurait jamais permis la création d’ une république islamique à ses portes, et aurait conduit une coalation européenne et américaine qui nous aurait conduit au déastre à l’instar de l’Afghanistan.
    Le travail fait vous avez eu la grandeur d’un grand chef militaire de rendre le tablier et de laisser la tâche aux civils, qui hélas n’ en ont pas été dignes.

    13
    4
    ge
    21 mars 2019 - 18 h 58 min

    allez oust ! le peuple met tout le monde dehors !

    17
    2
    geux
    21 mars 2019 - 18 h 55 min

    tous les gens du pouvoir quels qu’ils soient et de l’opposition concoctée dans les laboratoires sont responsables de la situation de notre pays. les prédateurs ont commencé à sévir depuis 1962 à ce jour et personne n’a mis fin leur gloutonnerie. Le peuple mettra fin à cette colonisation de 1830 à 2019 !

    20
    5
    Anonyme
    21 mars 2019 - 18 h 52 min

    Regardez bien la photo du couple et vous pouvez déduire:
    Qui se ressemble s assemble.
    ou
    Dit moi qui tu fréquentes je te dirais qui tu es

    20
    7
    ANONYME
    21 mars 2019 - 17 h 09 min

    la photo a elle seule vaut tous les dicours et ne peut avoir qu’uns seule légende; LE DRABKI ET LA DANSEUSE.

    23
    6
      Argentroi
      22 mars 2019 - 7 h 24 min

      Le drabki, comme tu dis, a plutôt fait danser d’autres que Louisa Hanoune. C’était quand il prônait l’état civil pour dénonçer la main-mise des forces inconstitutionnelles qui régentent tout.
      On peut lui reprocher l’acquisition de son appartement à Neuilly dont il a reçue l’autorisiation de la part de ces forces inconstitionnelles mais que réprésente l’achat, par d’autres, d’usines complètes avec l’argent du change parallèle illégal car il faut savoir que la législation algérienne interdit strictement le transfert de devises. Et la France qui se targue encore de vouloir lutter contre le blanchiment d’argent, …!

      2
      2
    Brahms
    21 mars 2019 - 16 h 15 min

    Le Lundi, ça va à la Mosquée pour prier et le mardi, ça va taper dans la caisse. Le problème en Algérie c’est qu’il y a trop de voleurs, trop de corruption et trop de cas sociaux. C’est ingérable. Il n’ y a que des pleurnicheurs et des pleurnicheuses … Il n’ y a aucune règle en Algérie, c’est devenu du grand n’importe quoi où les voleurs prospèrent.

    20
    15
      MohDu12
      21 mars 2019 - 17 h 18 min

      Tu prends ton cas pour une généralité.

      16
      6
    MohDu12
    21 mars 2019 - 15 h 24 min

    C’est un grand Monsieur ce Général, il nous a évité le pire. Quant à Louisa et surtout l’énergumène à côté sur la photo, ils représentent tout ce que tout algérien déteste. Ce sont des khobzistes notoires.

    39
    14
    Anonyme
    21 mars 2019 - 14 h 40 min

    Louisa c’est Ouyahia au feminin.

    37
    10
    passager
    21 mars 2019 - 13 h 33 min

    Dans ces moments historiques pour l’Algerie , on attendait justement les propos du général qui nous a déja dits « on a choisi le moins mauvais  » en 99 , on l’attendait pour nous expliquer comment à t’il changé de position complètement de fin 1998 ( et son intervention sur les page d’El Watan , je me rappelle plus de la date ) vers ces propos de moins mauvais…et voilà qu’il intervient pour nous reparler des années 90…

    16
    5
    صالح/ الجزائر
    21 mars 2019 - 13 h 17 min

    Ayez pitié de la créature, qui n’a vécu , depuis 1989, que pour exécuter les missions commandées ou , le cas échéant , pour accomplir des el-tabrahs , au profit de ceux qui avancent les meilleurs offres .

    15
    7
    Felfel Har
    21 mars 2019 - 13 h 12 min

    Tata Louisa donne toujours de la voix pour se faire entendre, pour bien se placer dans le peloton de tête, juste au cas où. Elle se prend pour Rosa Luxemburg, mais dans la réalité, elle est la pâle copie de l’autre Rastignac de Sidi Saïd. Leurs méthodes sont les mêmes: festoyer avec les loups et pleurer avec les bergers. Cela s’appelle de l’OPPORTUNISME!
    Ça peut rapporter gros, mais cette fois, leurs contorsions et leurs acrobaties ne les serviront pas. Ils sont dans la ligne de mire du peuple, car ils ont apporté la preuve que seuls leurs intérêts personnels primaient. Pire, ils ont comploté contre lui pour glaner quelques privilèges sur son dos et servir de caution aux prédateurs.
    The show is over!

    35
    1
      Ewfel
      21 mars 2019 - 21 h 30 min

      Si tri jeauli…

      1
      1
    Abou Stroff
    21 mars 2019 - 13 h 11 min

    Général Nezzar, je vous prie de ne pas perdre votre précieux temps à répondre à une création du système qu’elle est supposée combattre.
    en effet, la dame hanoune n’existe que parce que ceux qui nous gouvernent ont décidé qu’elle devait exister. d’ailleurs, n’importe quel algérien lambda sait que sans le trafic des élections, le dame hanoune serait en chômage technique permanent.
    quant à la décennie 90, permettez moi de vous féliciter d’avoir arrêté un processus suicidaire qui nous aurait projeté 1400 ans en arrière.
    moralité de l’histoire: il n’y en a aucune à part le fait que la marabunta qui nous gouverne et sa soi disant opposition servent à égalité le système basé sur la distribution de la rente et sur la prédation qui nous avilit et nous réduit à des moins que rien. espérons, néanmoins que la contestation présente ouvre la voie à un saut qualitatif qui nous permettra de nous débarrasser de tous ces « politiqueurs (ses) » professionnels.

    34
    19
    SI KOUIDER BOUNETEF
    21 mars 2019 - 12 h 46 min

    Il me semble que Monsieur Le Général Nezzar, n’était pas pour le retour du Président Bouteflika et avait prédit l’impasse d’aujourd’hui.

    46
    19
      Anonyme
      22 mars 2019 - 0 h 03 min

      Oui il l’a traité, en 1999, de vieux canasson, puis il l’a qualifié de candidat le moins mauvais .

    IhawHaw
    21 mars 2019 - 12 h 20 min

    Tata Hanouna !!! Il faut la comparer à un appareil dirigé par une télécommande. Au gré des circonstances elle sert surtout d’alibi au système pourri contre rétributions (sièges à l’APN surtout, les autres assemblées locales n’intéressent pas son Pé.Té) et subventions (certainement au noir, sous la table).
    Elle a un comportement qui ne doit plus étonner : elle s’accroche même au dernier wagon, image que l’on peut schématiser par un voyageur qui arrive en retard à la gare au moment ou le train prend son départ…Le pauvre voyageur, affolé fait tout pour monter …même dans le wagon à bestiaux en fin de convoi ferroviaire. C’est cela l’exacte image du PT, de Hanouna et des responsables de ce parti fantoche hors temps.

    27
    7
    Kahina-DZ
    21 mars 2019 - 12 h 15 min

    M. Nezzar a eu le courage de dire non aux DAECH des années 90, mais les sinistres lui reprochent d’avoir agi très rapidement. Il faut reconnaitre qu’il est l’homme qui tranche et ne connait pas les hésitations. Il n’ a pas envoyé des lettres, mais il a tranché pour sauver l’Algérie.
    Merci encore une fois Nezzar !!!
    Pour Louisa Hanoun, Merci d’avoir dévoilé son secret…Oui elle avait soutenu le FIS.
    Vous auriez dû aller plus loin dans les détails de la dénonciation de ces opportunistes aux mille visages.

    78
    20
      Djazairi
      21 mars 2019 - 14 h 17 min

      Quand on parle de « Sacrifice »et à priori de « Jeunesse » on devrait savoir à qui et à quoi on ferait allusion -Larbi Ben M’hidi et beaucoup tant d’autres(Illustres enfants de ce pays qu’est l’Algérie)ont réellement sacrifiés leurs vies pour que vivent leurs Pays et Peuple,vraiment,dans la Plénitude de l’Indépendance spoliée.Alors que ceux-ci faisaient face aux Hordes Barbares de l’occupant,ton triste sire servait ces dernières :il était au service de cette soldatesque(ainsi que tant d’autres de ces comparses-dont il n’est pas nécessaire de citer les noms
      ceux-la même que l’on désignait et que l’on désigne toujours sous le vocable de « DAF » -Déserteurs de l’Armée Française).Sous injonction de De Gaule et ses sbires tels Soustel ,Lacoste…ils gagnèrent le maquis vers la fin de la Guerre d’Indépendance pour être le Cheval de Troie de la France en Algérie post- indépendance(et réellement,ils ont joué ce rôle de fer de lance de leur mère patrie qui a été et qui est toujours). Je te conseille,avant de faire leur louange de bien t’imprégner de leurs -histoires-!

      70
      20
    Algerian35
    21 mars 2019 - 11 h 55 min

    Durant les années noires ce général a joué avec courage un rôle clé pour sauver le pays.

    47
    25
    ZYGOMATIQUE
    21 mars 2019 - 11 h 26 min

    Elle avait été envoyée en mission commandée à Sant’Egidio par qui mon Général?

    38
    7
      Une opportuniste qui aboie aboie aboie
      24 mars 2019 - 11 h 27 min

      Sans doute par le système lui même pour lui rendre des comptes !!!
      C’est une opportuniste qui mange à toutes les sauces et qui sert d’intermédiaire pour protéger les intérêts des uns et des autres, c’est pour cela qu’elle n’a jamais été écartée, elle ne fait qu’aboyer.

    Anonyme
    21 mars 2019 - 11 h 09 min

    Reponse magistrale du grand patriote Nezzar qui me rappelle le temps des hommes cigarettes à la bouche où quand le Makhzen bougeait la réponse était connue dans la journée!!

    51
    18
    Anonyme
    21 mars 2019 - 10 h 47 min

    elle fair partie de ces politiciens ambigus qui retournent leurs vestes selon leurs intérets et le couranr du moment. les manifestants ont bien faits de les exfiltrés des dernieres marches. par ailleurs,le moment venu,il faut que la justice leur demande des comptes sur les détournements et les « biens mals acquis » dans certaines capitales européennes !.hier, la tv canal algerie dans son émission économique ,a livré une information stupéfiante passée inapercue,plusieurs milliards,ont, soit disant etaient investis par l’algerie dans l’industrie automobile américaine,et dont on est sans nouvelle de cette somme !!!

    33
    7
      leb
      21 mars 2019 - 18 h 51 min

      mon générale l’ algérie vous regrette

      8
      6
    Otman
    21 mars 2019 - 10 h 32 min

    Pauvre femme l’Algérie nouvelle veut avancé et cette affairiste afin de protéger son butin. veut faire revenir L’ALGÉRIE 20 ans en arrière.

    38
    11
    Gifle_Lamamra
    21 mars 2019 - 10 h 28 min

    La gifle prise par Ramtane Lamamra en Allemagne, parlons-en !

    40
    74
    Djemel
    21 mars 2019 - 10 h 24 min

    M. Nezzar a sacrifié sa jeunesse pour nous donner une nation. Il n’a pas pu voir ses enfants grandir pour libérer encore l’Algérie de l’extrémisme religieux. Il fait parti des rares dirigeants algériens qui ont su partir et laisser sa place aux plus jeunes. Il avaient certainement compris que les cimetières sont remplis de personnes qui pensaient être indispensables. Qu’avez vous fait réellement pour l’Algérie Mme Hanoune mise à part de fréquenter les salons des hôtels d’Alger? Dégage Mme Hanoune.

    43
    32
    Tin-Hinane
    21 mars 2019 - 10 h 23 min

    Mon dieu le peuple algérien connait bien Louisa Hanoune et ses collègues enfin je veux dire ses semblables. Ils ont tous été à Sant’ Egidio signé le pacte, ils ont été signé un pacte de reddition alors que les islamistes du GIA mercenaires de l’occident avaient été vaincu, l’Algérie avait gagné (et à quel prix!) mais non certains ne voulaient tout simplement ne pas en prendre acte et confisquer aux algérien leur victoire sur la barbarie. Le peuple algérien lui a pris acte. Nous n’oublierons pas ceux qui ont signé leur forfaiture à Sant’Egidio.

    47
    10
      Elephant Man
      21 mars 2019 - 10 h 50 min

      @Tin-Hinane
      Excellent commentaire et excellente réponse du Général Nezzar.

      35
      17
    SaidZ
    21 mars 2019 - 10 h 17 min

    Elle est complice, elle mange à toutes les sauces et elle parle au nom des travailleurs alors qu’elle n’a jamais travaillé !!! Son parti devait disparaître il y a très longtemps parce que l’UGTA l’avait surclassé sur le terrain donc je ne voit pas en quoi représente les travailleurs?
    Le pouvoir mafieux a éloigner tous les militants et militantes en ouvrant grandement le champs politique et les médias pour des mercenaires. Avez vu constaté le niveau des journalistes ? avez vous remarqué le déroulement des tables rondes sur les différents plateaux tv, tout le monde parle en même temps, cris, parler pour parler, en tout cas rien de positif ni dans le contenu ni dans la forme.
    le peuple a scandé Djazzair Houra Democratia : NON NÉGOCIABLE ET C’EST UNE LIGNE ROUGE

    33
    3
    Anonyme
    21 mars 2019 - 9 h 46 min

    Vous savez ce qu on doit faire d une marchandise dont la date d utilisation est perimee….???
    et Bien Vous avez raison….Louisa hanoun a oublie de changer son logiciel du siecle dernier,elle parle et se comporte avec ses discours perimes…le monde a change ,le train a demarre et elle reste sur le quai a attendre encore…..

    29
    6
    Rayés Al Bahriya
    21 mars 2019 - 9 h 40 min

    Dites nous où va l’Algérie en 2019…

    Louiza ne nous intéresse pas …

    Où va le bateau Algérie…!

    L’arche des Noyés du Titanic on la connaît..

    Vive l’Algérie

    30
    4
      Tredouane
      21 mars 2019 - 11 h 09 min

      La Nation Algérie va vers la consolidation de l’État ou les institutions fonds leurs travail pour la Nation,et la consolidation de ça position envers la communauté internationale.

      23
      2
    Antisioniste
    21 mars 2019 - 9 h 39 min

    La révolution du peuple algérien appeler « hirak » a été faite par le peuple algérien suite aux échecs consécutif des partis politique et des élites qui ont était incapable de trouver un terrain d’entente et encore moins une alternative, démontrant ainsi leur incapacité et leur obsolescence évidente. Donc cette révolution est une INITIATIVE PUREMENT POPULAIRE et personne, je dis bien personne, ne peut ne doit et n’a le droit d’essayer de se l’approprier d’une quelconque façon.
    Le peuple algérien qui est sortie manifester, et qui continuera de se mobilisé et de contester pacifiquement jusqu’à ce qu’il obtiendra tous ses droits légitimes, a donné et continue de donné des leçons magistral non seulement au résidu des tenants du pouvoir, mais aussi à ceux qui ont commencé à pointé leur nez avec des « initiatives » ou je ne vois pas les jeunes et les compétences algériennes figurer dedans. Je parle de ceux qui ont battu et continue de battre le pavé depuis le tout début de cette révolution pacifique et civilisé faite par ceux qui ont été utilisé, méprisé, et sous-estimer pour de nombreux prétextes dont le plus en vogue jusqu’à maintenant est « ils n’ont pas d’expérience ». Si c’est jeunes n’ont pas d’expérience, qu’ont-ils fait pour le pays et se peuple ceux qui ont ou prétendent avoir cette expérience et qui prennent des initiatives sans consulter ses jeunes qui ont pris effectivement la bonne initiative pendant qu’eux débâter et philosopher inutilement ici est ailleurs alors que le temps presse ?
    Je ne suis pas un jeune, mais je suis ancien jeune algérien et je dis à cet admirable peuple et cette merveilleuse jeunesse ne suivez pas les chants « des sirènes » ni les ballons sonde. Organiser vous entre vous dans chaque wilaya, et rester en contact entre vous à travers le pays, n’accepter aucune initiative que vous n’aurez pas vous-même faite et débattu aussi mielleuse et de belle d’apparence qu’elle puisse être. Garder l’initiative vous êtes sur la bonne voie. Quant aux « partis politique et aux élites » ne chercher pas à jouer au plus fin en voulant utiliser… cette initiative et cette dynamique dont vous n’êtes ni les initiateurs, ni les organisateurs, et encore moins les représentants. Si vous voulez vraiment et sincèrement avoir un rôle positif dans cette dynamique initié et conduite par cette jeunesse, croyez en elle. Soyez des conseillers et des accompagnateurs de cette jeunesse afin qu’elle acquiert justement cette expérience que vous lui reprocher de ne pas avoir, et ne soyez pas ses tuteurs ou ses leaders condescendant. Laisser la prendre son envol, elle ira très loin avec ou sans vous, je n’ai jamais douté de cela, faites en de même, ou taisez-vous.
    Bonne marche vendredi 22 mars, soyez encore plus pacifique, plus civique, et plus créatif les jeunes, je vous adore.
    VIVE L’ALGÉRIE ET SON PEUPLE

    37
    3
    anonymous
    21 mars 2019 - 9 h 37 min

    quel texte un v rai regal

    28
    9
    Avant / aujourd'hui
    21 mars 2019 - 9 h 31 min

    J’ai horreur de regarder dans les rétroviseurs.
    Sauf pour les bons moments.
    Mais même ça , j’en ai du chagrin au vu de la situation d’aujourd’hui en me disant.
    Ou étions nous !!! et ou en sommes nous arrivées !!!.
    Et c’est là que mon coeur s’attriste.

    15
    1
    Selecto
    21 mars 2019 - 9 h 27 min

    Si j’ai quelque chose a reprocher a Louiza Hanoune c’est son soutien au Maroc dans sa colonisation du Sahara occidental en se cachant derrière le soutien a la classe ouvrière marocaine colonialiste.

    Nos généraux a commencer par Khaled Nezzar sont détestés par le pouvoir et le peuple marocain c’est la preuve de leur nationalisme.
    Depuis quelque mois c’est les Marocains du Rif qui s’acharnent sur l’ANP a cause des tranchés et miradors construits sur nos frontières ouest pour les empêcher de passer librement leurs drogues, ils sont aux bord de la faillite.

    71
    9
      Réponse
      21 mars 2019 - 11 h 35 min

      C’est vrais selecto tu as sans doute remarqué que les Marocains ne critiquent jamais la classe politique algérienne parce qu’elle les soutienne en dessous de table comme Louiza Hanoune.

      64
      6
    Tredouane
    21 mars 2019 - 9 h 20 min

    Mme votre temps est certainement écoulé,si jamais on viens détruire ma maison croyez moi je me défendrais avec tout les moyens possibles et même impossibles pour défendre ma maison et l’Algérie est ma seule maison.
    En ces heures décisifs dans la vie de la Nation Algérie une seule feuille de route est possible celle de la volonté du la Nation,la politique des salons et/ou des agendas c’est finis le moment est pour le travail l’unité et la vraie solidarité.

    31
    7
      Kadouja
      21 mars 2019 - 13 h 03 min

      L’Algérie est ma maison, ma seule maison pour moi-aussi et je ferai le possible et tenterai également l’impossible pour la défendre.

      18

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.