Le Franc CFA vit ses dernières heures : la France sur le point de perdre l’Afrique de l’Ouest ?

franc CFA, Cédéao, France
Le siège de la Cédéao à Abuja, au Nigeria. D. R.

Par Sadek Sahraoui – Le Ghana accueillera, ce mercredi, une rencontre de 4 chefs d’Etat de l’espace Cédéao, dans le cadre de l’accélération du processus de création d’une monnaie unique. Cette rencontre réunira la «task force présidentielle», composée des présidents Nana Akufo-Addo (Ghana), Muhammadu Buhari (Nigeria), Alassane Ouattara (Côte d’Ivoire) et Mahamadou Issoufou (Niger). Elle devrait permettre l’adoption d’une nouvelle feuille de route pour la mise en œuvre du programme de la monnaie unique de la communauté, comme il a été recommandé lors de la réunion de Niamey, du 24 octobre dernier.

Autrement dit, ce conclave peut déboucher sur la suppression du franc CFA, ainsi que le demandent depuis des années de nombreux anticolonialistes africains. Une telle résolution pourrait amener la France à perdre un important moyen de pression sur les pays ouest-africains.

Notons que cette réunion succède aux séances de travail des 17, 18 et 19 janvier dernier à Abuja, au cours desquelles plusieurs experts régionaux ont rédigé le document qui sera soumis mercredi aux quatre chefs d’Etat. La Cédéao, qui compte actuellement huit monnaies en son sein, espère la mise en place définitive de sa monnaie unique d’ici à 2020.

En septembre dernier, plusieurs centaines de manifestants se sont réunis dans plusieurs villes d’Afrique francophone ainsi qu’en région parisienne, à l’appel du mouvement Urgences panafricanistes, pour dire non au franc CFA, qui, selon eux, «empêche le développement» du continent. «On ne peut pas se dire souverains et dépendre d’une monnaie comme le franc CFA», avait déclaré à la presse, à Dakar, Simon Kouka, responsable du groupe de société civile sénégalaise «Y’en a marre !». «La souveraineté implique d’avoir sa propre monnaie.» Monnaie commune pour environ 155 millions d’habitants, le franc CFA est accusé par ses détracteurs de favoriser les intérêts de la France, ex-puissance coloniale, tandis que ses défenseurs soulignent l’importance d’une monnaie commune stable…

S. S.

Comment (14)

    Manoje.
    28 février 2018 - 3 h 22 min

    Il faudrait changer le Titre, la France lâche le CFA, mais pas l’Afrique !! là elle aurait beaucoup à perdre !!




    2



    2
    GUY
    27 février 2018 - 12 h 24 min

    Bjr tt le monde,
    Enfin ! Une bonne nouvelle . Cette partie d’Afrique de l’Ouest , va peut être s’affranchir du colonialisme . Je comprends l’exaspération de bon nombre d’ Africains . C’est vrai que les Africains Anglophones sont plus actifs que leurs « frères » Francophones . De plus , nôtre langue Française est toujours bien en retard , pour se réformer . C’est certain, que les Chinois ont posé des jalons voila bien longtemps , sur ce continent . Pour la langue Chinoise , les autorités payent des études aux jeunes noirs qui le désirent …..Donc, ne pas s’étonner que dans quelques décennies, les langues Européennes comme l’Anglais et surtout le Français seront en régression . Le réveil sera dur , pour nous Européens .
    A méditer , bonne journée et bien à vous ts et ttes .
    Pierre




    7



    4
    odette
    27 février 2018 - 4 h 06 min

    L’adoption d’une monnaie unique en Afrique de l’ouest, ce n’est pas retrouver sa souveraineté car ce n’est pas une monnaie nationale. C’est l’avant-goût de la mise en esclavage des peuples au niveau mondial.

    C’est une même monnaie pour quatre pays pour l’instant, ne doutons pas que rapidement d’autres pays auront cette même monnaie et que la suite naturelle sera l’élimination des frontières, comme en europe et la mise en esclavage par les 1 pour cent les plus riches des populations encore plus proche de la misère que jamais ! comme pour les populations européennes !

    Avec une monnaie unique et des frontières détruites, la destruction des cultures de ses pays sera la suite naturelle.

    82 pour cent de la richesse économique mondiale produite, profite au 1 pour cent les plus riches dans le monde ! Toutes les études américaines autant qu’européennes disent la même chose.

    Alors moi qui suis Français , je dis à mes amis Africains de réagir face à ce projet funeste pour les populations .La côte d’Ivoire que je connais perdrait complétement sa culture, sa morale, son âme si elle tombe comme nous en France dans la monnaie unique.

    Toutes les population européennes perdent leur âme, leur culture, parce que les gouvernements guidés par leur idéologie mondialistes veulent cela.

    Créer le chaos dans les pays dont la monnaie unique est tenue par des banquiers, qui pourront donc imposer leurs conditions, c’est encore la mise en esclavage des populations la plus efficace et l’espoir pour ses gens là de fabriquer une nouvelle culture à leur goût pour les enrichir d’une manière absolument considérable.




    8



    13
    Eric
    27 février 2018 - 1 h 26 min

    A lire les commentaires,
    On dirais que vous êtes pas libre .
    Je pense que toute l.Europe devrait se désintéresser de l.Afrique et laisser la chine et les russes et les ricains venir amicalement troquer dans respect mutuel.




    12



    4
    Umeri
    23 février 2018 - 21 h 16 min

    L’utilisation du franc C F A ( Confédération Africaine Française) comme monnaie d’échange,est une forme de colonisation, puisque ces pays se trouvent toujours dans le giron français qui les contrôle, ce qui remet en cause, leurs indépendances.




    12



    11
    Anonyme Utile
    20 février 2018 - 23 h 49 min

    Il est urgent de précipiter la fin pour toujours du Franc CFA. C’est une servitude imposée par la France. Le franc CFA c’est l’esclavage monétaire de l’Afrique de l’ouest. C’est un outil de contrôle politique et économique de toute l’Afrique de l’ouest, par la France. Plus de 50% des richesses des pays de l’Afrique de l’ouest sont déposés de force et systématiquement dans les banques Françaises, chaque année, depuis plusieurs décennies. Et il y a des preuves. Ainsi la France bloque toute initiative de développement en Afrique de l’ouest. C’est l’Afrique qui nourrit la France et non le contraire. Et il y a tellement de preuves irréfutables.

    Sans les richesses pillées chaque année par la France dans les pays de l’Afrique de l’ouest, notamment, de force, à ce jour, la France serait au même niveau que la Grèce et le Portugal.

    Il faut rappeler que la France est en faillite économique masquée par les banques du sionisme mondial. La France a perdu sa souveraineté au profit du sionisme, qui la gouverne, depuis très longtemps et pour toujours.




    53



    28
      arno
      27 février 2018 - 10 h 16 min

      tu regardes un peu trop la tele islamique toi




      21



      4
        Anonyme Utile
        28 février 2018 - 5 h 44 min

        Moi, je regarde les faits. Toute mon argumentation est basée sur des faits réels et vérifiables, preuves à l’appui.
        Je constate que vous faites là de la manipulation de caniveau qui ne marchera jamais. Il faut repondre avec des arguments et non avec de l’action psychologique, qui n’a aucune chance d’aboutir. La place des Trolls et des parasites n’est pas ici sur ce site.




        2



        8
      Cocardien
      28 février 2018 - 7 h 39 min

      « il y a des preuves » ou le niveau 0 de l’argumentation.
      Moi je pense exactement l’inverse, l’Afrique a terriblement appauvri la France et toutes les grandes puissances qui ont eu le malheur d’aller là-bas en investissant à fond perdu (Espagne, Portugal, R-U).
      Je pense que sans la colonisation, la France serait au niveau des pays les plus riches d’Europe (Norvège, Suède, Finlande, Islande, Pays-bas, Danemark, Allemagne, Autriche, Luxembourg, Suisse…). Allez, je te le laisse chercher le point commun de ces pays…




      7



      3
    Les Egares Wahabites
    20 février 2018 - 0 h 23 min

    Alassane Ouatarra Président Côté ivoire roule pour L’Otan Et France car il a été installé par la France Sarkozy … et Gbagbo le Président de la république Côté ivoire est à la Cpi après le coup d’état en faveur de Ouatara !!.. Donc Ouatara Cote Ivoire , Ghana , Nigeria…pour la fin du Franc CFA !!!??..Alors Ouatara serait une taupe ? La Taupe




    54



    6
    benchikh
    19 février 2018 - 17 h 10 min

    Félicitations §§!!! à nos voisins Africains ,mais le chemin est encore à aboutir ,restons unis,et sincères envers nos peuples.Prenons l’exemple du Président Tanzanien Mr John Pombe Magufuli,le Premier ministre de la Malaisie
    Mr Mahathir ibn Mohamad ,restons loin des protocoles des Sages de Sion .




    25



    12
    Yeoman
    19 février 2018 - 16 h 55 min

    Les africains dits « francophones » voient bien que les pays « anglophones » s’en sortent nettement mieux. Logiquement, ils se posent des questions. Le Rwandais, après avoir pris ses distances avec la France et la Belgique, a fait un bond en avant qui n’est pas passé inaperçu.




    39



    17
    langar
    19 février 2018 - 15 h 27 min

    Pire que le CFA qui empeche le dévelopement des pays africains francophones, c est la langue francaise qui devrait disparaitre chez toutes les anciennes colonies africaines (y compris les pays nord africains) car elle constitue un véritable cheval de Troie pour la France et est factuer de sous-dévelopement.
    Il faudrait opter pour l anglais technique pour les sciences et les technologies et les langues locales pour le reste.




    102



    50
      toubab1995
      9 mars 2018 - 23 h 52 min

      Changer un maître pour un autre. Non merci. Où plutôt c’est déjà fait ou en voie de l’être, avec le français tel qu’il est enseigné. Dans dix années il mourra de sa belle mort : observez le tirage des titres des quotidiens en français lus uniquement par les quadras et plus âgés, comparez à la presse arabe qui caracole avec des tirages fabuleux !
      Pourquoi pas le chinois, il a l’avantage d’être la langue de l’avenir et de pas traîner de réputation sulfureuse de langue des deux grands empires coloniaux du siècle dernier




      0



      0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.