Jeux Méditerranéens de 2021 : Ould Ali «surpris» par la réaction d’Addadi

Oul Ali Addadi JM-2012
Le ministre de la Jeunesse et des Sports, El-Hadi Ould Ali. New Press

Le ministre de la Jeunesse et des Sports, El-Hadi Ould Ali, s’est dit «surpris» par la dernière sortie médiatique du président du Conseil international des jeux Méditerranéens (CIJM), l’Algérien Amar Addadi, considérant que l’inquiétude exprimée lundi concernant l’absence d’un Comité d’organisation des jeux Méditerranéens (JM) d’Oran-2021 n’«avait pas lieu d’être». «Sincèrement, j’ai été très surpris par cette réaction, car elle n’avait pas lieu d’être», a indiqué le MJS mardi à Alger, arguant que «les JM d’Oran n’auront lieu que dans trois ans», et que d’ici là, l’Algérie sera «entièrement prête» pour accueillir l’évènement.

«On n’est pas en train de parler des prochains Jeux de Tarragone. Il est question des JM d’Oran, qui eux sont prévus dans trois ans. A partir de là, je considère que cette inquiétude n’a pas lieu d’être, surtout que les préparatifs avancent déjà très bien dans cette perspective», a ajouté M. Ould Ali à la salle de conférences du stade 5-Juillet (Alger), en marge d’une réunion de coordination avec les différentes fédérations sportives nationales en prévision des jeux Africains de la Jeunesse, prévus du 18 au 28 juillet 2018 à Alger.

Oran a été élue ville hôte des 19es jeux Méditerranéens en août 2015 aux dépens de Sfax (Tunisie). Mais jusqu’à présent, le comité chargé de son organisation (COJM) n’a pas encore vu le jour, malgré l’existence d’un décret portant son installation daté du 9 février 2017. Or, pour le CIJM, l’installation d’un comité d’organisation des jeux pour le pays hôte constitue la première priorité et rien ne peut se faire sans cette structure, car c’est elle qui définit les interlocuteurs vis-à-vis de l’instance méditerranéenne.

A ce propos, M. Ould Ali a assuré qu’il «existe déjà» une commission chargée de l’organisation des JM-2021, ajoutant en être le président. «Je me suis déjà rendu plusieurs fois à Oran, où j’ai constaté de mes propres yeux l’avancement des travaux, notamment au niveau du grand stade, de la piscine et des terrains d’athlétisme», a indiqué le ministre, disant «être toujours disponible et pouvoir servir d’interlocuteur» au CIJM, tout comme «le wali d’Oran et bien d’autres responsables locaux» encore. «La commission chargée du suivi des JM-2021 comporte plusieurs membres qui coordonnent leurs efforts pour le bon déroulement des choses», a encore assuré le MJS, considérant qu’il était «inutile de mobiliser davantage de personnes pour un évènement qui n’aura lieu que dans trois ans».

Contacté par l’APS mardi, le directeur de la jeunesse et des sports de la wilaya d’Oran, Badreddine Gharbi, a assuré que le Comité d’organisation des jeux Méditerranéens 2021 sera installé dans les «plus brefs délais». «Je comprends parfaitement l’inquiétude de M. Addadi qui, en tant que citoyen algérien, souhaite qu’Oran donne une très belle image du pays à l’occasion de cette grande manifestation, mais je dois dire que le comité d’organisation de ces Jeux sera installé dans les plus brefs délais par le ministre de la Jeunesse et des Sports», a notamment rassuré le DJS d’Oran.

R. S.

Comment (7)

    Oran2021
    29 mars 2018 - 7 h 58 min

    …si rien n’est fait pour l’installation de ce comité d’organisation
    Oran risque de perdre l’organisation des jeux de 2021 avant Tarragona 2018




    1



    0
    Zoheir
    28 février 2018 - 6 h 09 min

    Et moi qui pensais m’inscrire comme bénévole? il n’ y a même pas un site web pour contacter ce comité. Oui Mr le ministre, on ne parle pas de des jeux de Tarragone mais ces derniers ont recruté des bénévoles 5 ans avant le début des jeux. Nous sommes à seulement 3 ans et 4 mois des JM et c’est la réputation de tout un pays qui est entre les mains de ce comité. Mr Amar Addadi a parfaitement raison de s’inquiéter lui qui est à la tête du (CIJM) depuis des années.




    1



    0
    djil
    27 février 2018 - 20 h 13 min

    Le président du C.I. des Jeux Méditerranéens semble vouloir exprimer une appréhension vis à vis des travaux des infrastructures sportives, par exemple le grand stade, les terrains d’athlétisme, etc..dont le rythme d’exécution laisse à désirer.En effet pour le profane et extérieurement la bâtisse imposante et inachevée du stade , telle une énorme citrouille, se dore voluptueusement au soleil sans que se dessine sa forme définitive. Combien de retard au juste ? 5 ans ..? Quant à l’extension du tramway devant relier le stade à la ville d’Oran, ce qui était une promesse, semble rejetée aux calendes grecques.




    1



    0
    MELLO
    23 février 2018 - 19 h 26 min

    Que vient faire un Ministre , un wali, ou un DJS dans une commission d’organisation des jeux ? Ce sont des commis de l’Etat, ils sont payés pour faire correctement leur travail, chacun dans son secteur. Par contre les membres de la commission d’organisation des jeux doivent être des managers dans différents domaines notamment dans le sport et le sport en général ( toutes les disciplines) .
    Le comité d’organisation a pour fonction principale d’assurer un bon déroulement de ces jeux : accueil et orientation des délégations, mise à disposition des lieux de compétitions et programmation des disciplines.




    1



    0
    SEHIMI
    21 février 2018 - 14 h 37 min

    pour satifaire un ego démesuré,d’une part et  »ignorer » Mr Berraf, President du C.O.A d’autre part, Mr Ould Ali n’hésite pas à se substituer au C.O.A à travers la création d’une  »commission » dont il est le…….. Président (sic) ??????




    1



    0
    Rachid Djha
    20 février 2018 - 23 h 50 min

    Et moi je suis surpris que ce Ould Ali soit Ministre du Sport et surtout de la Jeunesse qui ne figure nullement dans ses préoccupations à force de passer son temps dans les aéroports.




    5



    0
    DYHIA-DZ
    20 février 2018 - 21 h 38 min

    Une anarchie indescriptible gère le secteur sportif en Algérie. Du jamais VU.




    4



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.