Cnapeste : réunion extraordinaire demain

Cnapeste
Manifestation d'enseignants devant le ministère de l'Education nationale. D. R.

Par Meriem Sassi – Le Conseil national autonome du personnel enseignant du secteur ternaire de l’éducation (Cnapeste) réunira lundi son conseil national pour décider de l’arrêt ou de la poursuite de la grève, initiée depuis des semaines à Blida et Béjaïa et étendue récemment au niveau national.

La convocation de la session extraordinaire vient à la suite de la réponse indirecte apportée par le président Abdelaziz Bouteflika qui a demandé – via la lettre lue en son nom par le ministre de la Justice à l’occasion du double anniversaire du 24 Février célébré à Oran – aux tenants du mouvement de grève initié dans les secteurs de l’éducation et de la santé de respecter leurs devoirs avant d’exiger leurs droits légitimes. Pour le chef de l’Etat, il est du devoir des travailleurs d’accomplir leurs missions tout en préservant leurs droits. La missive sonne comme un appel aux grévistes de rejoindre leurs postes de travail avant de poursuivre, dans le cadre de la négociation, l’expression de leurs revendications.

La réunion du conseil national du Cnapeste vient aussi dans le sillage de la décision effective du ministère de l’Education nationale de radier environ 4 000 enseignants, et aussi de la situation d’impasse dans laquelle se retrouve le mouvement de grève illimitée. Le Cnapeste se réunira également alors que des dizaines de grévistes demandent leur réintégration dans leurs postes respectifs au sein des établissements à Blida et Béjaïa.

Il est à rappeler que le tribunal administratif d’Alger avait, le 30 janvier dernier, déclaré «illégale» la grève déclenchée par les enseignants affiliés au Cnapeste et ordonné d’y «mettre fin immédiatement». Le ministère de l’Education nationale avait alors à son tour déclaré que la décision de la justice «met les enseignants concernés en situation d’abandon de poste, passible de licenciement conformément à la législation en vigueur».

M. S.

 

Comment (3)

    Anonyme
    25 février 2018 - 18 h 06 min

    C’est bien malheureux d’en arriver là mais cette gréve n’est pas revendicative de droits pour les enseignants.C’est bel et bien une gréve politique destinée à avoir la tête de cette Ministre qui dérange le ronron de tous ceux qui veulent maintenir l’Ecole algérienne dans la médiocrité.Il faut soutenir Mme Benghebrit car il y va de l’avenir de cette Ecole actuellement gangrenée par l’obscurantisme des têtes vides tournées vers le passé.

    Réseau
    25 février 2018 - 16 h 37 min

    Enfin ! un syndicat non politisé au pays ou on achète tout de l’imam au général;d’ou vient-il ce syndicat qui n’obié pas a notre sidhoum said et son ami le docteur ould abbès;la révolution Algérienne a commencé avec quelques hommes et elle a fini avec des millions de héros;vive une Algérie libre des mains des affairistes corrompus;ni loi;ni foi;

    Anti-Intégrisme
    25 février 2018 - 12 h 38 min

    Cnapeste : réunion extraordinaire demain du ….MADJLESSE EL CHOURA

    3
    6

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.