Agression contre l’argentier de Kadhafi : à quoi joue Le Monde ?

Bechir Kadhafi
Bechir Saleh serait-il l'homme à abattre coûte que coûte ? D .R.

Par R. Mahmoudi – Revenant sur l’agression dont a fait l’objet, vendredi dernier, l’ancien chef de cabinet de Mouammar Kadhafi, Bechir Saleh, à Johannesburg, le quotidien français n’a pas attendu les résultats d’une quelconque enquête pour avancer que «la piste d’un crime crapuleux serait privilégiée par les proches de Saleh», sans pouvoir cacher, néanmoins, que ce dernier «se sentait particulièrement menacé ces dernières semaines».

Le quotidien parisien du soir s’évertue à argumenter son jugement préétabli : «La route de l’aéroport est réputée dangereuse et, d’ailleurs, ce genre de mésaventures est arrivé il y a peu au chef d’état-major du Togo ou encore à une députée sénégalaise.» Pour ce journal, il faudrait donc, tacitement, cesser de soupçonner quelque «Bob Denard» français dans les parages, missionné pour liquider un témoin encombrant dans cette scabreuse affaire du financement de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy qui est loin de connaître son épilogue.

Pas la peine aussi de faire un lien avec la liquidation, en 2012, de l’ancien ministre du pétrole libyen en Autriche, Choukri Ghanem. Alors que, dans de récentes révélations, le quotidien arabe Al-Charq Al-Awsat, citant une source proche de l’entourage de l’ex-guide libyen, Choukri Ghanem, lui aussi témoin privilégié dans cette affaire de financement de la campagne présidentielle française de 2007, a été liquidé par les Français.

Le Monde rappelle que Bechir Saleh a été sollicité à plusieurs reprises par la justice française pour apporter son éclairage dans l’enquête sur le financement libyen de la campagne de Nicolas Sarkozy, sans jamais y donner de suite. Or, dans un premier témoignage, repris même par Le Monde, Bechir Saleh avait confirmé la tenue d’un déjeuner, le 9 avril 2007, dans sa ferme près de Tripoli, en présence du Premier ministre Al-Baghdadi Al-Mahmoudi, et de son ami Choukri Ghanem qui consignera dans son carnet qu’à cette occasion Bechir Saleh avait prétendu «avoir envoyé 1,5 million d’euros à Sarkozy». Saleh avait simplement affirmé «Kadhafi a dit qu’il avait financé Sarkozy. Sarkozy a dit qu’il n’avait pas été financé. Je crois plus Kadhafi que Sarkozy.»

R. M. 

Comment (6)

    Anonyme
    26 février 2018 - 9 h 51 min

    faut voir avec sarko il a le plus a perdre et même il risque le TPI ? normalement

    Anti_Slavery
    26 février 2018 - 4 h 56 min

    les trois criminels de guerre qui ont flouè le monde W.BUSH TONY BLAIR ET LE FILOU SARKO.

    8
    1
    Patriote
    26 février 2018 - 0 h 40 min

    La faute aux arabes qui nous gouvernent par ce que ils veulent danser avec les loups!!!!

    7
    9
    Anonyme
    25 février 2018 - 21 h 04 min

    Ils ne jouent pas. Ce sont des crapules dignes de la maffia d’Al Capone. Ils cherchent à effacer toutes preuves tangibles, capables d’inculper Sarkozy, l’horrible nain cauchemardesque, quitte à éliminer froidement ceux qui détiennent des preuves contre lui. Sarko a du lâcher ses pitbulls criminels un peu partout, pour la sale besogne. Il doit passer devant le TPI, pour crimes de guerre et assassinat.

    15
    3
    PigeonVoyageur
    25 février 2018 - 18 h 28 min

    Cette France comme elle les appelles les bougnoules;elle les adorent quand ils sont riche et elle les assassinent lorsque ils deviennent pauvre;et pourtant nos dirigeants ont un amour fou pour cette république,l’amour est aveugle et parfois aussi il est débile que faire pour convaincre nos corrompus voleurs

    26
    4
    karimdz
    25 février 2018 - 17 h 49 min

    On pense toujours que le pouvoir mafieux n existe que dans les pays du tiers monde, alors qu il est encore plus vrai dans certains pays occidentaux, dont la france…

    27
    12

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.