Servitude

Erdogan turc
Erdogan et son épouse lors d'une précédente visite en Algérie. New Press

Par R. Mahmoudi – Tout comme les chefs d’Etat français successifs, à la veille de leur visite en Algérie, le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a, lui aussi, son propre canal médiatique en Algérie qui lui sert de vitrine et annonce sa venue à coup d’interviews et d’articles dithyrambiques, de spots publicitaires et de propagande gracieuse pour son régime.

Plus intelligent sans doute que les autres médias, ce canal à la solde de l’Internationale islamiste a un pied partout, y compris au sein du pouvoir, et une audience aussi éclectique que nombreuse. Or, un média n’est que le reflet ou le révélateur d’une présence politico-idéologique et économique autrement plus vaste et plus profonde.

Tous nos partis islamistes, sans exception, tous ces activistes apologistes du «printemps arabe», reconvertis récemment dans les droits-de-l’hommisme, se mobilisent pour accueillir leur gourou ce mardi à Alger. Certains ont déjà commencé, sur les réseaux sociaux et dans les forums, à vendre l’image du sultan d’Ankara, en brossant des portraits idylliques et en le présentant comme un modèle rêvé du chef d’Etat musulman du XXIe siècle devant un Sissi, décrit comme l’antithèse d’un Frère (donc forcément d’un bon) musulman, ou un Bachar Al-Assad dépeint comme le prototype du despote sanguinaire mais qui n’en reste pas moins leur bête noire.

Ce qu’écrit chaque jour et de façon obsessionnelle et impunie le député Hassan Aribi sur sa page Facebook se passe de tout commentaire.

On craint, cependant, que le corsaire descendant de corsaires vienne en Algérie avec l’idée de marchander – en contrepartie d’on sait quel soutien, en dehors de ce petit don pour la restauration de la mosquée Ketchaoua à Alger – de nouveaux avantages pour ses suppôts locaux, voire une plus grande quote-part dans le système.

R. M.

Comment (2)

    Selecto
    27 février 2018 - 0 h 38 min

    Il faut lui reconnaitre une qualité à savoir son nationalisme, il se bat sur tout les front pour son pays contrairement aux partis islamistes de chez nous qui représentent une nouvelle race de harkis comme la France et le Maroc d’ailleurs qui possèdent leurs harkis au seins du pouvoir et parmi les partis dits de l’opposition.

    Il ne reste à l’Algérie que l’ANP est les simples citoyens que nous sommes qui l’aime sincèrement non pas pour son Trésor public.




    8



    0
    Ismail ALjazaeri
    26 février 2018 - 19 h 53 min

    Echorouk, le torchon islamiste qui ne cesse de propager le venin islamist parmi la population subjuguée par le sultan islamiste et soyons honnête inculte se taille la part du lion de la « chiata » version Chita métallique.




    6



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.