Benghebrit : «Les enseignants grévistes licenciés peuvent déposer un recours»

Benghebrit enseignants grévistes licenciés recours
Les enseignants grévistes licenciés doivent déposer un recours. New Press

La ministre de l’Education nationale, Nouria Benghebrit, a assuré mardi que toutes les mesures appropriées seront prises «dans les plus brefs délais» pour la réintégration des enseignants licenciés, réaffirmant que les portes «sont ouvertes» pour tous les enseignants désireux de déposer un recours auprès des directions de l’éducation. «Sensible à la situation des enseignants et en droite ligne des orientations du président de la République sur le renforcement du dialogue et de la concertation avec l’ensemble des partenaires sociaux, le ministère de l’Education nationale confirme, encore une fois, que les portes sont ouvertes pour tous les enseignants désireux déposer un recours auprès des directions de l’éducation, et que toutes les mesures appropriées seront prises dans les plus brefs délais», a affirmé Mme Benghebrit sur sa page Facebook.

Dans une déclaration à la presse lundi, en marge de sa visite à l’Office national de l’enseignement et de la formation à distance (ONEFD), la ministre a affirmé que les enseignants licenciés pouvaient déposer un recours auprès des directions de l’éducation pour leur réintégration, et ce, dans le cadre d’une commission paritaire. Elle a rappelé par la même occasion la décision de justice qui a déclaré illégale la grève du Conseil national autonome du personnel enseignant du secteur ternaire de l’éducation (Cnapeste), et des mesures prises dans ce cadre, soulignant que «tout ce que fait le ministère s’inscrit dans le cadre de l’application de la loi».

Plusieurs établissements scolaires sont en grève depuis le 30 janvier en réponse à l’appel du Cnapeste qui avait appelé à une grève illimitée réclamant l’application du procès-verbal du 19 mars 2015 et la concrétisation des procès-verbaux des wilayas de Blida et de Béjaïa, outre l’annulation des mesures de ponction «arbitraire et abusive» des jours de grève.

R. N.

Comment (2)

    Anonyme
    28 février 2018 - 16 h 34 min

    «Les enseignants grévistes licenciés peuvent déposer un recours». Auprès de qui ??
    -De DAESH -ERDOGAN -A.SAOUDITE -Le QATAR




    0



    0
    MELLO
    27 février 2018 - 18 h 13 min

    Que dire de plus que ce qu’avait déclaré Hocine AIT AHMED ( Allah Irrahmou):
     » Qu’a-t-on fait de notre pays , de notre société ,de notre jeunessse ?
    Je ne vous apprend rien . Vous qui vivez chaque jour les épisodes dramatiques et burlesques d’une hallucinante déliquescence dans tous les domaines . Je n’ai pas le moindre doute que votre réflexion et vos analyses , n’attribueront pas à la fatalité ou à je ne sais quelle malédiction les malheurs , l’extrême détresse sociale …. Le règne d’un nihilisme destructeur voilà l’une des racines du mal qui vouent l’Algérie au chaos à la division et à l’auto-destruction..
    Jamais notre pays n’a connu une impasse aussi désespérante . Les clans du pouvoir se donnent honteusement en spectacle . Ainsi la seule issue pour une guerre qui dévore les Algériens et dévaste l’Algérie serait le choix d’une perruque à un semblant d' » Etat » …
    Je ne saurai assez répéter que la négation au peuple algérien de son droit à l’auto -détermination est l’élément fondateur non pas d’une république démocratique et sociale mais au contraire d’un simulacre de république où il n’y a quasiment rien de public.
    Etrange attirance du vide d’Etat, où une société en plein désarroi retourne à ce qui l’a fondé et uni le 20 août 1956. Faire revivre le congrès de la Soummam c’est ouvrir la voie à l’espoir et redonner à la nation algérienne confiance en elle-même. »




    0



    2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.