Le FFS dénonce la gestion brutale des mouvements de protestation

FFS Djilani
Mohamed Hadj Djilani

Par Hani Abdi Le FFS réagit à l’effervescence que connaît le front social ces dernières semaines. Dans un communiqué signé par son premier secrétaire, Mohamed Hadj Djilani, le plus vieux parti d’opposition salue «la mobilisation des enseignants, des médecins résidents, des étudiants de l’ENS et des syndicats autonomes». Ce parti considère leurs mouvements comme «un signal fort de prise de conscience au sein de la société, et qui a brisé le mur de la peur, par des sacrifices, en faveur des droits sociaux et politiques».

Mais le FFS exprime son inquiétude de la situation qui caractérise plusieurs secteurs de la vie nationale, notamment ceux de l’Education et de la Santé. Pour le parti du défunt Hocine Aït Ahmed, «face à la contestation sociale grandissante, les pouvoirs publics se devaient d’ouvrir un dialogue permanent et inclusif à l’effet de rechercher des solutions consensuelles aux problèmes posés par les différents syndicats et collectifs». Mais le FFS dit avoir constaté non sans regrets que «le pouvoir privilégie la menace et la répression en lieu et place du dialogue et de la concertation».

Le FFS estime que «menacer les enseignants grévistes de radiation, réprimer les étudiants des écoles nationales supérieures sont des actes condamnables». Il dénonce ainsi la gestion brutale prônée par le régime, qui n’est que le prolongement de sa politique antipopulaire, antisociale, antinationale et antidémocratique. Le FFS dit continuer de militer pour «un Etat de droit, un Etat qui consacre les libertés individuelles et collectives, un Etat qui garantisse les droits à l’expression, à la manifestation et à la revendication pacifique».

H. A.

Comment (3)

    Yacine
    27 février 2018 - 22 h 14 min

    Il reste au FFS à se doter d’instances représentatives stables et d’une direction unifiée pour pouvoir jouer son rôle de force démocratique et de progrès !
    L’expérience a montré que le morcellement des forces démocratiques et leurs actions en solo, outre qu’il rend impossible tout espoir d’inverser le rapport de force et l’avènement d’un quelconque changement démocratique , il renforce de plus en plus le pouvoir et décourage toute initiative citoyenne qu’elle soit individuelle ou collective !
    Le FFS doit cesser de se regarder le nombril et accepter de travailler avec toutes les forces qui n’adhèrent pas au système qu’elles soient politiques , économiques , sociales ou des organisations de la société civile !
    Dans une union , les forces se coalisent et travaillent en commun , mais ne s’alignent jamais les unes derrière les autres !




    2



    1
    MELLO
    27 février 2018 - 18 h 04 min

    Hocine AIT AHMED ( ALLAH IRRAHMOU) avait déclaré:
     » Si la fracture entre les jeunes générations de l’Algérie profonde n’a pas eu lieu , ce n’est pas faute pour le cabinet noir de n’avoir pas fait de la prédation politique une véritable stratégie destinée à pérenniser sa main mise sur le pays sur ses richesses et sur le destin d’une nation au passé glorieux .
    La confiscation , l’instrumentalisation la falsification et la manipulation de la mémoire historique illustrent clairement le caractère délibéré , planifié et totalitaire d’une volonté éradicatrice de toute forme de lutte politique non violente et de toute avancée démocratique .
    Pour notre jeunesse , c’est une arrogance insupportable de se voir dépossédée de son passé et des significations qu’elle lui accordait .La traque organisée de la vérité , l’effacement des traces qui rappellent l’extraordinaire mobilisation des femmes et des hommes libres de tous âges .
    Cet invraisemblable détournement de sens du combat libérateur , refuge ultime de la mémoire et de l’identité nationales s’est aussi effectué en plein jour et à ciel ouvert . Y compris dans la frénésie des commémorations patriotiques présidées par des démagogues rentiers de leur passé .
    Oui ! la dictature a mené pendant près de quarante ans une politique de déculturation , de dépolitisation voire de déstabilisation mentale des Algériennes et des Algériens afin de rendre impossible toute pensée et toute action logiques . Par contre elle a donné toutes ses chances à l’inculture politique , à la culture du mensonge de la manipulation et de la violence .Certains cercles du pouvoir s’évertuent encore à rendre irréversible la politique de la kalachnikov et des dobermans . »
    Allah irahmek ya Si El Hocine.




    3



    3
    rak
    27 février 2018 - 17 h 59 min

    Roh a mi roh l’FFS yemouth.. yenghath behloul…. le POLITBURO est enfin sortie de la lethargie et les silences complices dont lesquels l’ont plongé « la famiglia nostra » regnante ( celle qui a reussi a placer 3 de ses membres a l’APN dans 3 wilayas différentes!!! ) en PONDANT enfin un communiqué sybillin suite aux multiples troubles sociaux et la repression aveugle du pouvoir….. mais ils doivent etre tres occupés a magouiller afin de contrer Laskri et eviter le congrés extraordinaire comme il est stipulé noir sur blanc dans les statuts!!!!…. ech del aar alikoum




    3



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.