Sondage sur le report de la date des épreuves du bac : les élèves sont pour

sondage
Les candidats au bac sont invités à voter sur le site de l'Onec. D. R.

Par Meriem Sassi – Au premier jour de la consultation sur la date de la tenue du baccalauréat 2017-2018, plus de 61% des candidats ont voté pour le report de la date du bac au 21 juin 2018, selon les premiers résultats du sondage mis en ligne, via le site de l’Onec, par le ministère de l’Education nationale en vue d’inviter les élèves à se prononcer sur le maintien de la date initialement prévue pour les épreuves de cet examen, ou son recul à la fin du mois de juin 2018.

Deux options sont ainsi soumises aux candidats scolarisés et libres : ils peuvent cocher en ligne sur le site http://bac.onec.dz la case «3 au 7 juin 2018» ou celle correspondant à l’option «19 au 24 juin 2018».

«Dans le souci de réunir toutes les chances de réussite aux élèves qui s’apprêtent à passer l’examen du baccalauréat session 2018, et considérant l’état d’anxiété qu’ils ont vécu durant le deuxième trimestre suite aux grèves et aux interruptions de la scolarité, le ministère de l’Education nationale propose, en accord avec ses partenaires sociaux, parents d’élèves et syndicats agrées dans le secteur, la participation à cette consultation pour donner leurs avis sur les périodes du déroulement de l’examen du baccalauréat session 2018» avait indiqué le ministère de l’éducation nationale sur son site web.

Il est a rappeler que la ministre de l’Education nationale, Nouria Benghabrit, avait annoncé sur sa page Facebook le lancement d’une «large consultation» avec les partenaires sociaux et les représentants des parents d’élèves, afin de décider du maintien ou du report des dates retenues pour le déroulement de l’examen du baccalauréat pour l’année scolaire en cours, dans le souci «d’assurer les meilleures conditions d’examen» aux futurs bacheliers.

M. S.

Comment (2)

    MELLO
    13 mars 2018 - 15 h 46 min

     » 61% des candidats ont voté pour le report de la date du bac au 21 juin 2018″ . Un taux en deçà de la réalité car je dirais que 99 % des candidats se prononceront sur cette date. Mieux encore, s’ils ( candidats) devaient proposer quelque chose , ils iront jusqu’à demander l’annulation du BAC. Justement, l’un des derniers repères symboliques auxquels s’accrochaient les Algériens, à savoir l’examen du BAC, vient de rendre l’âme sous les coups de boutoir d’une désastreuse gestion de l’éducation. Est-ce la faute uniquement à la tutelle ou avons-nous tous ensemble, par des «ma’aliche» ravageurs et des accommodements non raisonnables, été complices de cette dérive?
    C’est dire que l’Education Nationale est gérée par la rue et qu’aucune autorité ne vient perturber le vœux des élèves et de leurs parents. Ce sera , exactement, pareil pour le seuil ( aattaba) des programmes ainsi que la rémunération des enseignants grévistes. On se souvient tous , l’année dernière, que le déroulement des épreuves du baccalauréat a connu de graves dépassements.Les élèves n’ont pas voulu composer, ils sont sortis dans la cour, d’autres ont profité pour s’informer, d’autres ont copié au vu et au su des enseignants qui pourtant, auraient été menacés. Le silence sur la tricherie générale est un autre coup fatal pour la crédibilité du BAC après celui du seuil des programmes. Tout le monde sait que l’élève, même lors des épreuves ordinaires de devoirs surveillés ou de compositions, vient non pas pour composer mais pour frauder et avec violence. L’élève fait maintenant la loi, il emploie tous les moyens pour réussir en toute impunité.
    Lorsqu’on manque de légitimité politique, et c’est le cas de tout ce gouvernement, la rue s’en saisie pour décider sur chaque projet gouvernemental. Il est temps de songer à  » remettre le tablier » pour que ce peuple , ce qui reste de ce peuple, puisse désigner ou élire ses gouvernants.




    2



    2
      Anonyme
      14 mars 2018 - 13 h 25 min

      hors sujet,




      0



      1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.