Non au gaz de schiste ! Oui à la sauvegarde de l’eau des générations futures !

schiste hydrocarbures
Lors d'une manifestation au sud du pays contre l'exploitation du gaz de schiste. D. R.

Par Dr Hocine-Nasser Bouabsa – Le gaz de schiste et l’amendement de la loi sur les hydrocarbures sont de nouveau des sujets d’actualité. Ce n’est pas une coïncidence. Car à chaque fois que les enjeux des élections présidentielles sont au rendez-vous, la nation algérienne est confrontée à un marchandage autour de ses richesses naturelles.

Chakib Khelil et ses réseaux qui contrôlent Sonatrach depuis l’an 2000, ont déjà fait suffisamment de mal aux Algériens en optant pour une exploitation extrêmement agressive des réservoirs des hydrocarbures conventionnels, avec pour conséquence la chute brutale de la production des hydrocarbures en raison des dommages collatéraux que l’on cause aux réservoirs à travers une exploitation intensive. Cette politique a causé d’énormes pertes au trésor public : puisque ce dernier engrange au total moins de revenus fiscaux et parafiscaux sur le long terme.

Après avoir causé des dégâts irréversibles aux réservoirs des hydrocarbures conventionnels, on s’attaque maintenant aux réservoirs de la ressource la plus précieuse de la vie : l’eau stockée dans les nappes phréatiques et albiennes du Sahara. Avec un seul objectif : pérenniser le système rentier.

Mais lorsqu’il s’agit d’eau, c’est le risque zéro qui doit prévaloir et accompagner toute politique de développement pertinente. Or, aux Etats-Unis – le pays phare de l’exploration des hydrocarbures non-conventionnels comme le gaz de schiste –, il a été prouvé que cette exploration cause des contaminations graves et irréversibles aux nappes phréatiques. Ce danger de contamination est encore beaucoup plus élevé en Algérie en raison des formations géophysiques locales plus perméables.

En Allemagne comme en France – qui disposent de réserves considérables de gaz de schiste aussi mais où néanmoins les lobbies pétroliers ne sont pas aussi puissants qu’aux Etats-Unis –, l’Etat est très réticent à autoriser le développement du gaz de schiste en raison des risques que représente son exploitation sur les réservoirs d’eaux souterraines. Et ceci, malgré une pluviométrie très abondante. Pourquoi alors le pouvoir persiste-t-il donc dans son entêtement suicidaire, bien que l’Algérie soit classée par l’ONU comme zone stressée du point de vue des ressources hydriques, contrairement à l’Europe ?

Voici deux chiffres exorbitants qui donnent froid dans le dos et que la compagnie pétrolière Exxon a publiés elle-même. Ils soulignent le danger et le non-sens de la fracturation. Pour un hectare de surface d’exploration (moyenne de 10-15 forages) du gaz de schiste, on consomme sans garantie de résultat :

– 850 000 litres de produits chimiques toxiques injectés, qu’on doit normalement récupérer, traiter et stocker ;

– 300 millions de litres d’eau potable gaspillée et irrécupérable.

Avec l’argent qu’on veut investir dans l’exploration du gaz de schiste et les quantités énormes d’eau qu’on gaspillera, n’est-il pas plus pertinent de créer des milliers de fermes dans le Sud, qui produiront des millions de tonnes de pomme de terre, de carotte, de tomate, de concombre et autres légumes dont les Algériens ont besoin et que l’Algérie pourrait exporter vers l’Europe et ailleurs ? Avec la plus-value d’une telle activité agricole, on développerait des filières de transformation et on financerait la création d’une industrie des énergies renouvelables. Le résultat en serait un bilan énergétique, environnemental et économique beaucoup plus avantageux.

L’Algérien est créatif, travailleur et il peut inventer plein de choses pour développer son pays. Il a juste besoin qu’on lui indique le bon chemin.

Les Algériens patriotes sont interpellés pour faire barrage à un crime qui se trame contre la nation et dont les seules bénéficiaires seront surtout les multinationales et les oligarques locaux. Alors que la communauté nationale et particulièrement les citoyens du Sud supporteront le lourd fardeau qui résulterait de la destruction de leur espace vital.

H.-N. B.

Comment (28)

    manman1954
    29 mars 2018 - 6 h 12 min

    @Hocine-Nasser BOUABSA 27 mars 2018 – 22 h 33 min
    Tout ce que vous écrivez est faux !
    Vos chiffres sont fantaisistes. Un scientifique doit être très prudent vis-à-vis de certaines sources d’informations. Prenez-soin de ne pas affirmer n’importe quoi.
    Attention ne prenez pas comme vérité suprême les sources d’informations telles que Wikipédia, Agoravox, etc. … Ce ne sont pas des revues scientifiques. Il existe également des revues telle que «HAL Archives-Ouvertes», où il est possible de publier n’importe quoi. Ce type publication ne comporte pas de comité de lecture.
    Personnellement, je vis et travaille en France et je n’ai aucun intérêt à l’exploitation du gaz de schiste. Sauf, que je m’insurge quand des charlatans, s’amusent à propager des mensonges sur le gaz ou le pétrole de schiste.
    M. le DOCTEUR Hocine-Nasser BOUABSA, vous savez, je vous vois comme les personnes qui propagent en Algérie de fausses informations ! Ainsi, le vaccin contre la rougeole a été décrié, il s’en est suivi la mort de certaines personnes.
    M. le DOCTEUR Hocine-Nasser BOUABSA, vous abusez de la crédulité des Algériens. Vous le faites exactement comme le promoteur du soi-disant médicament miracle Rahmet-Rabi(RHB). Dois-je vous rappeler, au jour d’aujourd’hui, certains Algériens continuent à croire en RHB et à le consommer.
    M. le DOCTEUR Hocine-Nasser BOUABSA, vous êtes un affabulateur ! Vous n’argumentez pas vos dires et vous n’apportez aucunes preuves qui étoffent vos assertions.
    Si un de mes étudiants me sortait comme vous ce type d’inepties, je ne lui validerais jamais son travail.
    M. le DOCTEUR Hocine-Nasser BOUABSA, l’honnêteté tout court doit vous empêcher de tromper autrui.

      Zaatar
      29 mars 2018 - 7 h 52 min

      Bonjour ami Manman1954,

      Si on auscultait notre planète sous tous les angles et traçait un historique de son évolution depuis disons quelques milliers d’années, on retiendrait comme conclusion inévitablement et fatalement que l’homme est un agresseur né, un torpilleur de la nature, un destructeur…bref un être qui n’aurait jamais voulu le bien à cette planète. A cette conclusion il y a bien une raison. On la trouve dans la nature même de l’homme bien évidemment. L’égoïsme, le narcissisme, le désir de soi, les conquêtes, la recherche du plaisir…etc sont autant de facteurs qui contribuent naturellement au constat fait sur la planète. Ce qui fait que tout ce que vous mettez comme qualificatifs au Dr Bouabssa, peuvent s’appliquer à une majorité d’entre l’humanité et la liste n’est pas bien sur exhaustive… la preuve? l’état de la planète pardi…

    BISKRA
    28 mars 2018 - 13 h 07 min

    si nous devons arrêter l’exploraton du gaz de schiste et de le sauvegarder pour les générations futures. nous devons garantir aux generations Futures la R&D made in Algeria. Si des agents de Soros ou des ONG instrumentalise nos citoyens nous devons les contres attaqué . Merci

    Zaatar
    28 mars 2018 - 8 h 10 min

    Comme l’aurait chanté Khaled mes amis, mais « ne m’en voulez pas, je suis comme ça, ne m’en voulez pas ça c’est moi ». Bien sur ne m’en voulez pas sur ce qui va suivre dans mes propos. On dirait que tout le monde ignore ou fait semblant d’ignorer un comportement, une attitude du pouvoir qui dure depuis maintenant près de 60 ans. On dirait que tout le monde ignore ou feint d’ignorer ce qu’est le capitalisme américain relativement surtout en ce qui concerne le secteur énergétique. On dirait enfin, que tout le monde ignore ou feint d’ignorer ce qu’est le naturel de l’homme. Yaw dans le fond c’est chacun pour soi et dieu pour tous pour commencer avant de penser aux proches immédiats puis aux voisins et enfin au pays. C’est dans cet ordre que ça se passe et dans la tête et dans les faits et on peut revisiter l’histoire pour cela. tant que l’individu (entendre par là le responsable, la compagnie, le pays ou la nation) peut engranger des bénéfices et se remplir les poches il n’hésitera devant rien pour arriver à ses fins. Sous la couleur d’un humanisme trompeur comme un caméléon à l’approche d’un insecte, il usera de toutes les ficelles hypocrites, mensongères, rigides, tenaces…etc pour y arriver. Notre pouvoir depuis 60 ans maintenant n’a jamais pensé à développer le pays comme il se doit pour la bonne et simple raison qu’il s’enrichit et à outrance des richesses qu’il extrait du sous sol Algérien appartenant au peuple. Polluer les nappes phréatiques et l’Albien? qu’est ce qu’il en a à foutre à partir du moment où il s’en met plein les poches. Il usera de tous les subterfuges pour arriver à ses fins si le conventionnel venait à manquer et donc extraira le gaz de schiste s’il le faut peut importe les conséquences. Aux US c’est pareil, les lobbys de l’énergie et du pétrole font pareil, à partir du moment où ils s’en mettent plein les poches peu leur importe des impacts néfastes aux populations. Y’a qu’à voir ce qu’il en est actuellement du problème de l’eau dans les états traversés par le fleuve du Colorado. Comme le débit du fleuve a diminué pratiquement 10 fois moins que ce qu’il n’était il y a 30 ans, tous les états concerné ont sortis leurs couteaux pour en puiser le plus possible et ne rien laisser aux autres…c’est une affaire à suivre, comme chez nous avec nos responsables pour le schiste.

    Moh
    28 mars 2018 - 2 h 25 min

    Total est déjà sur place ça fait partie du prix du cinquième mandat.

    adam
    28 mars 2018 - 0 h 43 min

    Il faut a tout prix mettre le hola. Il y’a 40,000 milliards de m3 d ‘eau , dans les nappes phreatiques. Leur contamination serait une catastrophe qw’il faut a tout prix eviter.

    Célia-DZ
    27 mars 2018 - 20 h 13 min

    Source:
    https://www.agoravox.fr/actualites/environnement/article/gaz-de-schiste-aux-usa-une-157827

     »Les américains commencent à en mesurer les conséquences. Car les plaintes des riverains à proximité des forages des gaz de schiste se multiplient. Ainsi en interrogeant 180 familles près des forages du gisement de schistes Marcellus en Pennsylvanie, les universitaires de Yale ont-ils pu établir avec certitude que :
    – 39% des personnes vivant dans un rayon de moins d’1 kilomètre autour du forage ont souffert de symptômes au niveau des voies aériennes supérieures : sinusites, saignements du nez, irritations de la gorge, etc.
    – 13% des riverains directs (moins d’1km) ont également souffert de syndromes cutanés tels que les urticaires, irritations ou sensations de brulures.
    Un jury de Dallas a donné raison à une famille vivant à proximité de puits de gazs de schistes, en condamnant la société Aruba Petroleum à une amende de 2 millions de dollars pour des dommages sanitaires de ce type.
    Par ailleurs, au Colorado, dans le Comté de Garfield, les équipes médicales des cliniques se sont inquiétées d’une brusque augmentation des malformations chez les nouveaux nés depuis l’exploitation des forages. Ainsi le risque de malformations cardiaques a-t-il augmenté de 30% alors que certaines pathologies rares, comme celles liées aux malformations du système nerveux, ont doublé. En cause, les composés organiques volatiles qui contaminent l’air, mais aussi l’eau en s’infiltrant dans les zones phréatiques.
    Un mode de contamination, lié à la fracturation hydraulique et à l’impossibilité de décontaminer les quantités astronomiques d’eaux injectées dans les sols pour percer les roches. On estime que 40% des eaux contaminées par la fracture hydraulique s’infiltrent dans les nappes phréatiques sans aucun traitement de dépollution. Le reste est  » stocké dans des bassins
de décantation à ciel ouvert favorisant l’évaporation de substances volatiles (..) et dommageable pour la santé
des populations riveraines » affirmait dès 2012 l’Association Santé Environnement France, en s’appuyant sur les données de l’EPA, l’agence de santé américaine.

    Cette association, rassemblant des médecins français spécialisés dans les impacts sanitaires et environnementaux, résumait ainsi la situation : « Il y a eu le scandale du sang contaminé, là, c’est
de l’eau contaminée avec des produits cancérigènes reconnus ». Tout en pévoyant qu’une exploitation du gaz de schiste en France ferait exploser le déficit de la sécurité sociale compte-tenue des nouvelles maladies engendrées.
    Autant dire que cette « bonne nouvelle » célébrant la possibilité de diminuer les pollutions au méthane est un leurre. Le choix est simple, soit l’on se lance dans l’exploitation des gazs de schiste, soit on conserve nos ressources en eau. Il n’y pas d’entre-deux.  »

    Numidia-DZ
    27 mars 2018 - 20 h 06 min

    Pas de schiste en Algérie

    Ayez pitié de cette terre Algérie, arrêtez de la creuser.
    Creuser votre tête pour trouver des solution qu’il faut.

    Nos responsables n’ont aucune vision économique, ils sont comme des aveugles…Ils gèrent par talonnement destructif.
    Il faut creuser pour enterrer votre incompétence

    ALGÉRIE
    27 mars 2018 - 20 h 02 min

    Laissez la nature comme elle est , ce n’est pas de sa faute…La faute réside dans l’incompétence des responsables…C’est leur cerveau qui est gelè.
    Le GAZ DE SCHISTE ne transformera pas les bras cassés ( responsables) en génies.

    Non et Non à votre désastre de schiste

    MASSINISSA-DZ
    27 mars 2018 - 20 h 00 min

    Nous ne sommes pas un champs d’expérimentation pour les multinationales.
    NON AU GAZ DE TOUS LES DANGERS

    Algérienne-DZ
    27 mars 2018 - 19 h 59 min

    Le GAZ de schiste ne rendra pas nos responsables intelligents ou compétents.

    Le problème en Algérie est un probleme de gestion ( management). L’incompétence gère le pays.
    Le baril était 120 $ et plus, qu’avez vous fait avec …UN GRAND RIEN.

    NON AU GAZ DE SCHISTE

    Tinhinane
    27 mars 2018 - 19 h 38 min

    manman1954
    27 mars 2018 – 18 h 14 min

     »Le gaz de schiste est un véritable don de dieu. Ne rejetons pas ce que nous offre le bon dieu ! »

    Ton langage de charlatans religieux ne fonctionne pas sur ce site.

    Il est bien écrit dans plusieurs sourates du coran qu’il faut préserver l’environnement et son équilibre. Ce que vous faites est une destruction totale de l’ écosystème.
    Allez y voir les conséquences aux USA. Sommes nous des COBAYES??
    Non au gaz de schiste,

    NON ET UN GRAND NON.

    Anonyme
    27 mars 2018 - 18 h 15 min

    NON, l’exploitation du gaz de schiste. NON à la pollution des sources aquatiques, NON à la pollution atmosphérique, NON aux maladies respiratoires et cutanées. Oui pour l’énergie solaire, nous avons du soleil à GOGO! La Chine PEUT nous aider à installer les infrastructures solaires à très bon prix.

      Argentroi
      27 mars 2018 - 23 h 19 min

      Le gaz de schiste rapporte des devises que l’énergie solaire ne peut fournir à moins que l’Europe nous laisse intégrer la zone euro et en échange elle aura son électricité solaire pour remplacer le nucléaire et le charbon. Et si L’Europe accepte ce marché, l’Algérie fournira facilement la plus grande part d’investissement estimé à 500 milliards de dollars pour pour la réalisation de 100 GW et leur évacuation
      puisque nos dinars deviendront de l’euro, sinon d’où viendra cette somme colossale si l’Europe ne veut pas tirer l’argent de sa poche. Mais arrêtons de spéculer et posons la question suivante: puisque le projet Desertec est tombé à l’eau, pourquoi les lobbyistes du solaire reviennent à la charge en s’attaquant au gaz de schiste dont l’Algérie en tirera rapidement le plus grand profit ? Que ces lobbyistes nous expliquent les véritables enjeux sans invoquer des arguments risibles tels que laisser l’eau aux générations futures. Oui, des arguments risibles pour nous qui avons l’angoisse des surlendemains. Comment peut-on s’inquiéter des générations futures, on n’y pense même pas, on ne peut y penser quand nos propres enfants se noient au large en plein hiver pour aller survivre ailleurs. Se soucier des générations futures quand celle qui est devant nous risque de sombrer, quand tout le pays risque de sombrer ! Exploiter le gaz de schiste et les autres richesses est une question de survie pour l’Algérie même avec les risques environnementaux qu’on peut avoir puisqu’ils seront toujours contrôlables contrairement à ce qu’il peut advenir si l’envol de l’Algérie serait brisé; ce n’est plus la peine de faire un dessin devant cette dernière éventualité !

    manman1954
    27 mars 2018 - 18 h 14 min

    Le gaz de schiste est un véritable don de dieu. Ne rejetons pas ce que nous offre le bon dieu !
    L’Algérie dispose de 1,5 millions de km² de bassins sédimentaires susceptibles de renfermer des hydrocarbures conventionnels et non-conventionnels(schiste). Les nappes albiennes algériennes, situées au nord du Sahara, renferment plus de 45000 milliards de m³ d’eau. Néanmoins, certaines eaux de ces nappes nécessitent une opération de déminéralisation pour les rendre plus potables. De plus de récentes études via des observations satellitaires ont montré que ces nappes albiennes se renouvellent. A titre d’information, la capacité de tous les barrages algériens ne dépassent pas 9 milliards de m³.
    Doit-on exploiter cette ressource énergétique en Algérie ?
    Ma réponse est évidemment OUI. N’attendons pas 5 ou 10 ans pour le faire. Dés maintenant (2018), il faut, enclencher toutes les études préliminaires pour son exploitation.
    Nous devons faire confiance aux ingénieurs de Sonatrach pour exploiter «proprement» cette ressource sans provoquer de catastrophes écologiques.
    Les adversaires du gaz de schiste sont abusés par certaines publications produites par des ONG européennes. Ces organisations combattent toute les sources d’énergie carbonées. Leur détermination est telle qu’on peut les qualifier d‘intégristes écologistes.
    Ces donneurs de leçons de l’éthique environnementale se taisent quand 80 % de l’électricité produite en France provient de centrales nucléaires. Tout le monde connaît la dangerosité du nucléaire. Ils ne disent pas un mot quand l’électricité allemande est produite majoritairement dans des centrales à charbon. Or ce combustible, dont l’Allemagne en regorge, a de nombreux impacts écologiques et notamment sur la pollution de l’air provoquée par les émissions de particules fines qui sont mortelles.
    Les chiffres avancés par M. Hocine-Nasser Bouabsa sont trompeurs ! Je ne peux pas croire qu’une entreprise comme ExxonMobil (Exxon n’existe plus) dont le chiffre d’affaires est supérieur au PIB de l’Algérie, critique le gaz de schiste alors qu’elle l’exploite en ce moment ! ExxonMobil exploite, à tout va, du gaz et du pétrole de schiste au Dakota du Nord et au Texas.
    M. Hocine-Nasser Bouabsa, les américains ne sont pas irresponsables !
    Les États-Unis ont chez eux la réglementation la plus contraignante concernant la protection de l’environnement ! Ce n’est pas pour rien que ce pays est la première puissance économique, scientifique, technologique, culturelle etc. … L’administration fédérale américaine contrôle les compagnies américaines exploitant le gaz et le pétrole de schiste avec une attention particulière. Ces compagnies sont surveillées comme le lait sur le feu. Jusqu’au jour d’aujourd’hui, aucun incident ou accident écologique sérieux n’a été provoqué par cette exploitation des hydrocarbures non-conventionnels.
    Il est clair que l’exploitation de cette richesse en Algérie ne peut se faire que dans le cadre d’association avec les compagnies étrangères, telle que ExxonMobil, qui ramèneront les moyens financiers et techniques. Cela ne nous empêche pas de mettre à contribution notre industrie et nos laboratoires de recherche universitaires pour développer des techniques non polluantes pour l’exploitation du gaz et du pétrole de schiste.

      Hocine-Nasser BOUABSA
      27 mars 2018 - 22 h 33 min

      @ manman1954 (27 mars 2018 – 18 h 14 min)

      Je vous remercie pour contribution. En effet, l’exploration et l’exploitation des hydrocarbures non-conventionnels comme le gaz du schiste auront des répercussions existentielles pour tout le peuple algérien. C’est ce qui rend un débat national sur ce sujet plus qu’indispensable. C’est regrettable de constater que le pouvoir n’ait pour le moment rien entrepris pour faciliter et canaliser positivement ce débat. Encore pire il ne communique presque pas sur le sujet. Et lorsqu’il le fait, il le fait d’une façon contradictoire. Les Algériens ont même été surpris en 2014 et en 2015 d’apprendre qu’à Ain-Salah des forages ont été effectués. Ce à quoi la société civile de Ain-Salah et ailleurs en Algérie a réagi en se mobilisant contre une démarche hasardeuse.

      La société civile ne réclame qu’une chose, d’ailleurs comme vous le réclamez vous-mêmes : « enclencher toutes les études préliminaires » sérieuses et non des études commandées auprès de sociétés de conseil et bureaux d’études qui servent d’alibi pour entériner des décisions prises au préalable.

      Non, ceux qui crient au scandale à Ain-Salah, à Alger et ailleurs ne sont pas des moutons « abusés par certaines publications produites par des ONG européennes ». Au contraire ce sont des citoyens conscients. Leur démarche est patriotique et citoyenne. Ils ne veulent qu’une chose : que leur pays reprenne sa place dans le concert des nations, comme ce fut le cas jusqu’à la fin des années 1970. Par ailleurs et dieu merci, il suffit d’un peu de volonté pour trouver sur le web toutes les informations pertinentes qui permettent au citoyen intéressé de se documenter pour pouvoir contribuer au débat contradictoire, comme le souhaite le Président de la République lui-même.

      Non seulement vous semblez méconnaitre le milieu écologiste en France et en Allemagne, mais vous vous contredisez aussi, lorsque vous pointez du doigt « ces donneurs de leçons de l’éthique environnementale se taisent quand 80 % de l’électricité produite en France provient de centrales nucléaires. Tout le monde connaît la dangerosité du nucléaire. Ils ne disent pas un mot quand l’électricité allemande est produite majoritairement dans des centrales à charbon. Or ce combustible, dont l’Allemagne en regorge, a de nombreux impacts écologiques et notamment sur la pollution de l’air provoquée par les émissions de particules fines qui sont mortelles. » En effet ce sont les Verts des deux pays qui réclament depuis 40 ans l’arrêt des centrales nucléaires et à charbons et la transition vers les énergies renouvelables.

      Vous vous trompez. « Mes chiffres ne sont pas trompeurs », car elles sont vérifiables sur le site web d’Exxon (devenu ExxonMobil après le rachat de Mobil en, mais pour beaucoup de gens, elle reste encore Exxon). Il me semble que vous ne m’avez pas bien lu. Je n’ai jamais écrit que Exxon « critique le gaz de schiste alors qu’elle l’exploite en ce moment !» J’ai seulement rapporté les chiffres que cette compagnie a publiés pour documenter le danger de l’exploitation du gaz de schiste sur les réservoirs des nappes phréatiques et albiennes.

      Aux USA, le lobby pétrolier est plus puissant que le lobby RNA des armes. En bon capitalistes ce qui comptent pour eux c’est la maximalisation du bénéfice. C’est le modèle américain.

      Depuis quand les États-Unis ont-ils «la réglementation la plus contraignante concernant la protection de l’environnement ». ! Ignorez-vous que ce pays est avec la Chine le pays le plus pollueur de la planète ?

      Lorsque vous écrivez « Il est clair que l’exploitation de cette richesse en Algérie ne peut se faire que dans le cadre d’association avec les compagnies étrangères, telle que ExxonMobil, qui ramèneront les moyens financiers et techniques » vous enlevez votre masque. Il n’est plus question d’études préliminaires, qui détermineront la suite, mais d’un engagement pour une feuille de route préétablie.

      Un peu plus d’honnêteté ne vous fera pas mal.

    Anonyme
    27 mars 2018 - 15 h 53 min

    Que nous propose les opposants au gaz de schiste pour que l’Algérie puisse continuer à vivre ! L’inconscience est de ne pas se poser l’obsédante question : De quoi l’Algérie va survivre dans un avenir très proche? De quoi allons-nous maintenir une paix sociale déjà fragile, de quoi allons-nous pouvoir maintenir ce rythme de croissance, de quoi allons-nous moderniser nos écoles, nos universités, payer nos retraites, notre assurance-maladie, notre énergie, nos logements, nos routes, notre système de santé, etc. Comment éviter que l’Algérie ne tombe dans l’escarcelle de la régression puis du fanatisme pour disparaître ensuite sous les bombes de la coalition occidentale qui sera assez prompte pour venir exploiter le gaz de schiste et promouvoir l’industrie du solaire pour qu’elle puisse enfin se débarrasser du danger grandissant des centrales nucléaires d’Europe.
    Pourquoi ceux qui prennent modèle sur l’Europe en matière de préservation de l’environnement, pour qu’elle raison n’abordent-ils pas le sujet du danger réel et non supposé des centrales nucléaires disséminées un peu partout et en pleines régions à forte concentration humaine. L’Europe (Allemagne et France surtout) préfère le nucléaire, et son danger, qu’acheter notre gaz conventionnel ou même pas investir dans le solaire du Sahara puisqu’elle veut que l’Algérie fournisse la plus grande part de capitaux. Alors, on ne viendra pas s’offusquer du danger en plein désert des éventuelles infiltrations ou remontées qui pollueront la  » mer  » albienne si on cite L’Europe comme exemple de préservation de l’environnement. L’Algérie a fait ses petits calculs et préfère les rentrées presque immédiates de gaz de schiste que d’investir lourdement, au sens politique et financier, dans l’hypothétique industrie solaire qui devra alimenter toute l’Europe . Alors parler de Chakib Khalil, de la rente, du pouvoir, des fermes au Sahara, c’est vouloir dissimuler une bataille entre le lobby rentier étatique pro-américain du gaz de schiste et le lobby privé du solaire au Sud inféodé à l’Allemagne et à la France. Si on disait cela aux gens de Ghardaïa, In Salah, Ouargla et à toute l’Algérie, tout serait clair pour qu’on fasse notre libre choix sans qu’on soit les moutons de Panurge de l’un ou de l’autre. Pour moi, il est clair que le choix est déjà fait : j’ai peur que ma caisse de retraite fasse faillite contrairement à un industriel à l’abri à la recherche de débouchés !
    Je me suis toujours étonné pourquoi il y a eu une très grande mobilisation pour s’inquiéter de la pollution inhérente à l’exploitation du gaz de schiste au Sud mais pour les ordures de la jadis Alger la blanche, nos villes et villages, rien, nada, ouallou !

      DZDZ
      27 mars 2018 - 19 h 44 min

      [email protected]

      votre langage est intriguant. S’agit- -il de votre projet.

      Les Américains sont les premiers ennemis de l’environnement. Il ne reconnaissent même pas le réchauffement climatique. Ils se sont retirées du pacte de Paris.
      Va ventre tes mensonges au marché de El-Harrach

    DYHIA-DZ
    27 mars 2018 - 15 h 35 min

    Les compagnies américaines veulent empoisonner notre environnement. Elles n’ont pas le droit de le faire.
    Je me demande, c’est quoi le rôle du pilleur Chakib dans cette histoire destructive pour l’Algérie,

    L’escroc vient de rentrer des USA …surveillez ses conférences. Possible qu’il va promouvoir le gaz de schiste dans les 10 willayas qu’il compte visiter.

    Kahina-DZ
    27 mars 2018 - 15 h 30 min

    Non au gaz du schiste !!
    Non à la destruction de l’Algérie et son environnement

    OUI à la sauvegarde de L’EAU NATURELLE.

    Anonyme
    27 mars 2018 - 12 h 23 min

    LES ALGÉRIENS ET ALGÉRIENNES qui aiment l Algérie disent haut est fort NON AU GAZ DE SCHISTES et aux escrocs corrompus et voleurs de toute catégories en cols blancs

    Anonyme
    27 mars 2018 - 9 h 36 min

    Il ne faut pas s’étonner si les principaux responsables du secteur de l’Energie activent en faveur du gaz de schiste : En remplaçant uniquement le pdg de SONATRACH par OULD KADDOUR, un copain… de CHEKIB QHELLIL …., tout laissant en place les hauts responsables placés un rang en-dessous, on n’a fait que pérenniser le pouvoir de l’ancien ministre précité. Il ne faudra donc s’étonner si la nouvelle loi sur les hydrocarbures et la question du gaz de schiste ressemblera à s’y méprendre à celles défendues par quémandeur de l’indulgence des zaouias. On aura mis un certain temps pour annoncer la prochaine sortie de cette loi pour nous faire croire qu’elle a fait l’objet d’une longue réflexion, ce qui est complètement faux. N’est ce pas M. OULD KADDOUR ……gros malin …

    PREDATOR
    27 mars 2018 - 9 h 26 min

    En effet leur seul objectif c’est de pérenniser ce système rentier quitte à détruire toute forme de vie

    awrassi
    27 mars 2018 - 8 h 01 min

    Je suis prêt à payer le billet première classe au Président, Alger – USA, pour qu’il voie de ses yeux les dégâts de l’exploitation du gaz de schiste. Quiconque soutient un tel projet est simplement fou… ou avide, cupide et inconscient !

    Toto
    27 mars 2018 - 7 h 55 min

    Tous contre le schiste , vamos !!

    Dr Abdelkader Saadallah
    27 mars 2018 - 7 h 54 min

    Bravo pour cet article !
    et pour illustrer encore plus aller voir les diapositives de la conférence “Les Réserves Souterraines Aquifères Sahariennes EPUISABLES et VULNERABLES Sont Menacées par le Projet non-rentable et Polluant de l’Exploitation du Gaz de Schistes en Algérie” présentée en 2016 que vous pouvez télécharger sur internet.
    bonne journée – Dr Abdelkader Saadallah

    Zaatar
    27 mars 2018 - 7 h 52 min

    Cher Hocine Nasser Bouabsa,

    Autant je suis d’accord avec votre article dans sa globalité et dans l’idée générée, autant je ne dirais pas la même chose sur une de vos phrases qui dit « l’Algérien est travailleur ». Cela fut vrai un certain temps, mais il ne l’est plus. le système l’a reformaté à plusieurs reprises pour le façonner à son image. Il n y a qu’à voir le niveau de l’informel chez nous. Les « businessmen », les « hommes d’affaires », les « smassrias »… ça pullule, au point où je dirais un bon pourcentage de notre population occupe cette catégorie.
    En sus, cette catégorie de personnes est protégée par le système en place (…) qui en tire les dividendes. Y’ a qu’à voir le square port-said et l’informel de la devise au vu et au su de tout le monde. Y’ a qu’à voir le marché des voitures pour comprendre ce qui se passe à très haut niveau et au niveau des « hommes d’affaires » pour faire le lien. Le problème est alors le même dans les hydrocarbures et on sait où on va.
    Donc je disais que l’Algérien est formaté pour ne rien faire et c’est ce qui arrange les affaires de notre système. Il inclut le processus scolaire et l’enseignement en général de nos enfants. En finalité, il en ressort un bras cassé, taillé juste pour le trabendo comme on a l’habitude de l’appeler. Sinon pour le reste de votre article, tout est conforme.

      Anonyme
      27 mars 2018 - 20 h 11 min

      Cher Zaatar (en français : sauge),

      Oui c’est vrai que le système rentier n’encourage pas l’effort et le travail honnêtes. Au contraire. Mais je maintiens que l’Algérien est travailleur et créatif, lorsqu’il trouve le cadre adéquat. Visitez les PME algériennes qui traitent bien et valorisent leurs employés (le capital humain est ce qui est de plus important pour une entreprise. Et je parle en connaissance de cause, car je suis chef d’entreprise) et vous serez de constater que l’Algérien est aussi productif que l’Allemand.

      Comment voulez-vous que l’ouvrier et le cadre algériens aient envie de travailler avec abnégation lorsque devant leurs yeux, un voisin pistonné, devient milliardaire du jour au lendemain, grâce à une cession du bien-vacant au dinar symbolique ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.