Le porte-parole du fils de Kadhafi accuse : «Haftar veut liquider Seïf El-Islam»

Bouras Seïf El-Islam Kadhafi Haftar
Seïf El-Islam Kadhafi. D R.

Par Sadek Sahraoui – Ayman Bouras, le porte-parole du fils de l’ancien guide libyen Mouammar Kadhafi, accuse «plusieurs parties impliquées dans la crise libyenne, dont le maréchal Khalifa Haftar, de vouloir la mort de Seïf El-Islam». C’est la raison pour laquelle, explique Radio France Internationale (RFI) qui rapporte l’information, que Seïf El-Islam se cache depuis sa libération.

Le média français indique à ce propos que «plusieurs fois, les proches de Seïf El-Islam ont annoncé qu’il allait faire un discours pour s’adresser aux Libyens, mais cela ne s’est jamais concrétisé». C’est parce que Seïf El-Islam Kadhafi n’est en sécurité nulle part. L’on précise que «même le 19 mars, lors de l’annonce de sa candidature à la prochaine élection présidentielle prévue cette année, il n’était pas présent. C’est son porte-parole, Ayman Bouras, qui avait parlé pour lui depuis Tunis», rappelle RFI.

Ceux qui ne veulent pas voir Seïf El-Islam revenir sont ceux qui ont été propulsés au premier plan en février 2011, ceux à qui l’Otan a livré la Libye. Les Frères musulmans, le Groupe islamique combattant, en plus de tous ceux qui prétendent être pour la démocratie et les libertés. Y compris Khalifa Haftar. Tous ceux qui veulent à tout prix éviter le retour de Seïf El-Islam. Plusieurs ont essayé de l’éliminer, les Emirats arabes unis, le Qatar… Ces parties ne veulent même pas entendre le nom de Seïf El-Islam», accuse le bras droit de l’ancien guide libyen.

Ayman Bouras cite également dans sa déclaration à RFI «(…) la brigade Abou Bakr Al-Siddik qui l’avait emprisonné et qui n’a jamais accepté qu’il soit amnistié, et cette brigade a depuis été dissoute». Pour lui, le danger est partout. «Pendant qu’il était jugé, Seïf El-Islam apparaissait dans les médias, mais le complot est devenu énorme suite à sa libération. Combien de fois ont-ils essayé de l’atteindre afin de l’éliminer. Khalifa Haftar a essayé en coordination avec la milice d’Imad Traboulsi [chef d’une milice pro-Haftar à Zenten, ndlr]. Ousama Jouaili, autre chef de milice à Zenten, a également tenté de le tuer. Seïf El-Islam apparaîtra quand toutes les conditions seront réunies, en Libye et à l’étranger», a promis Ayman Bouras.

S. S.

Comment (7)

    Anonyme
    2 avril 2018 - 7 h 08 min

    Pour gagner une course hyppique ,on n’engage pas un vieux canasson qui a perdu ses precedentes joutes ,on selectionne un poulain qui a toutes ses chances,hitler ,mussolini comme pétain n’ont pas fait l’allemagne , l’italie ou la france d’aujourd’hui.

    3
    6
    Anonyme
    1 avril 2018 - 20 h 53 min

    En effet mais bcps d autres comme sarko BHL et surtout tout ses traitres qui ont trahi son père et sa famille ; ils savent tres bien que tout fils d un père quelquil soient qui a été assasiné devant le monde entier d une facon barbare cherche a se venger de tout ce qui sont de prêt ou de loin ds cet assasinat ; concernant les nouveau acteurs comme Haftar et ceux due moment ont peur de son retour au pouvoir et leur chippé tt le travail de sape qu ils ont fait et imposé par des parties extérieurs occidentales égyptienne et monarchiques surement…. donc l Algérie qui a œuvré a reunir et à trouver des solutions pacifiques pr retrver l unité des libyens et de la Lybie doit pr le moment gardé sa feuille de route et l Algérie regardera tjrs en premier lieu ses intérêts et sa sécurités avant tout et connais bien les problématiques libyennes ;ses enjeux ; ses acteurs internes et externes et l Algerie est un acteur incontournable ds la région et son seul but c est de réunir les libyens et avoir des voisins solides doté d institutions et d un état organisé et surtout sécurisé ; voila pkoi nos soldats de l ANP sont vigilant et sécurise ttes les 7 frontières algériennes qui a un cout financiers qui n est pas des moindres et ca dure depuis le début de votre conflit libyen ; l Algérie est patiente avec tt ses hommes en Lybie mais sa patience a des limites car nous blaguons pas avec notre souveraineté et pourrai un jour se mettre en colère après ttes ses démarches diplomatiques et le travail fourni pr la paix et vaut mieux pas pour tt ses détracteurs qui empêche l unité de la Lybie et qui attendent une faille ds la sécurité algérienne pr déstabiliser l Algérie ; dans ce cas la je voudrai pas être a leurs places ; connaissant nos services compétents .

    8
    4
    Anonyme
    1 avril 2018 - 20 h 50 min

    Il ne lui reste plus qu’une chose à faire : faire régner la justice pour cette guerre en Libye et donner ses preuves afin que les coupables passent en justice et soient punis.
    Pour le reste, la Libye des Kadhafi semble être finie. Que Saïf al Islam reste en vie, c’est le principal.
    Une page est tournée.

    6
    4
    Anonyme
    1 avril 2018 - 20 h 38 min

    J’espère un jour qu’il prendra le pouvoir et venger son père,en 1er lieu Sarko que sa soi écrit et accomplit

    8
    4
    Anonyme
    1 avril 2018 - 17 h 49 min

    Seïf El-Islam pense que la Libye est son héritage familial.

    10
    4
    kilma
    1 avril 2018 - 17 h 10 min

    Ce n’est pas nouveau,puisque depuis 2011 ils essayent,alors qu’ils ont massacré la moitié de sa famille avec l’aide de sarko,bhl,l’otan,qatar,emirat,jordanie,israel…etc etc etc….un pays comme le notre a tout interêt à l’aider,puisque on est encerclé que par des pays soient en guerre soient hostiles……

    6
    3
    Chaoui
    1 avril 2018 - 16 h 24 min

    J’ai lu aussi cette info dans la presse étrangère, et on ne peut qu’y croire.
    Oui, Seif El Islam est bien en danger.
    Puissions-nous en Algérie le protéger.

    20
    4

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.