Hadj Djilani : «Les libertés démocratiques et le consensus national une ligne rouge»

FFS Hadj Djilani libertés démocratiques consensus national
Mohamed Hadj Djilani. D. R.

La construction d’un Etat de droit fondé sur de «véritables» libertés démocratiques et sur un consensus national constitue une «ligne rouge infranchissable» pour le Front des forces socialistes (FFS), a réaffirmé vendredi à Bouira le premier secrétaire du plus vieux parti de l’opposition. «Nous militons toujours pour la construction d’un Etat de droit, un Etat social basé sur de vraies libertés démocratiques, sur un consensus national ainsi que sur la souveraineté. Ces principes constituent une ligne rouge infranchissables dans notre parti», a déclaré M. Hadj Djilani lors d’une conférence animée dans la ville d’El-Asnam (est de Bouira) à l’occasion de la journée du militant et en hommage au militant Ali Mécili, assassiné le 7 avril 1987 à Paris (France).

Hadj Djilani a saisi cette occasion pour réaffirmer, entre autres, l’engagement de son parti à œuvrer pour «aller vers une deuxième République» qui, a-t-il dit, consacre un Etat de droit. Par la même occasion, le premier secrétaire national du FFS a appelé les militants du parti à se mobiliser et à travailler davantage notamment en ces «circonstances difficiles» que traverse sa formation politique, et ce, afin de poursuivre le combat engagé par le leader historique Hocine Aït Ahmed pour «le droit d’avoir les droits». Il a rendu un vibrant hommage au défunt Aït Ahmed ainsi qu’à tous les militants du parti, dont Ali Mécili, un ancien avocat connu pour son militantisme et sa défense des droits de l’Homme.

R. N.

Comment (4)

    Yacine
    7 avril 2018 - 15 h 28 min

    Quand un parti supposé d’opposition emprunte le vocabulaire moult fois usité par les tenant du pouvoir qu’il est théoriquement sensé combattre , on prend la mesure à juste titre de la faillite de ce part !
    Car , lorsque le pouvoir se sent cerné de partout pour son incapacité à engager le pays définitivement sur la bonne voix , il invoque la fameuse » ligne rouge » !
    Ainsi , tour à tour ,l’islamiste Belkhadem , le drabki Amar Saidani , notre général Gaid Salah , » l’olivier » Ouled Abbes et maintenant l’intérimaire Hadj Djilani du FFS recourent à cette barrière imaginaire pour faire dans la démagogie et le populisme !
    Moi je dis que le peuple qui a libéré la patrie n’a pas pas besoin de lignes rouges car , il a prouvé par tous ses combats libérateurs d’abord contre tous les occupants , ensuite contre l’hydre islamo-terroristes qu’il était d’une grande conscience et d’une grande lucidité !
    Le peuple algérien a besoin qu’on lui fasse confiance , qu’on lui restitue sa souveraineté et qu’on le laisse continuer son oeuvre de libération et de développement économique et socio-professionnel et culturel , après la libération du joug colonial !
    Barakat des discours creux par leur démagogie et leur populisme . Nous voulons du concret , rien que du concret , car il n’ya que ça qui fait avancer le pays !




    0



    0
    metek
    7 avril 2018 - 14 h 15 min

    Roh a mi roh l’FFS yemouth, yenghath behloul… ca agit a coups de magouilles, d’intrigues, d’exclusions en faisant le vide autour de la « famiglia nostra » regnante du cabinet noir et qui a reussi a placer 3 de ses membres « depités » a l’APN et ce dans 3 wilayas différentes!! sous la haute autorité au presidium du « capo di tutti capi » familial qui veille au grain
    et ca a le culot de parler encore de consensus national quand ca reste incapable de le trouver au sein meme du parti… quelle blague!!!!




    1



    0
    Anonyme
    7 avril 2018 - 9 h 00 min

    Tout le monde parle de ligne rouge ! mais personne ne voit la ligne en barbelée ! et c est la question fondamentale de la démocratie en Algérie !




    4



    0
    Djaafar
    7 avril 2018 - 7 h 37 min

    Le FFS est dans une impasse et a trop perdu de temps dans ses querelles ménagères.Il nous confirme chaque jour qu’il n’a plus rien à proposer ..Ses dirigeants vivotent tels que des SDF de la politique. Regrettable et honteux que le plus ancien des partis n’a plus de stratégie de développement de sa base.




    4



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.