La sortie du président Bouteflika ne capte pas l’intérêt des citoyens

sortie Bouteflika
Le président Bouteflika lors de sa sortie dans la capitale. New Press

Par Hani Abdi – La sortie du président Abdelaziz Bouteflika à Alger n’a suscité aucune ferveur particulière chez les citoyens. Hormis les désagréments provoqués par, notamment, le blocage de certains axes routiers et le métro d’Alger pendant toute la matinée, les Algérois ont passé plutôt une journée des plus habituelles.

A la mosquée de Ketchaoua, une petite foule massée devant l’accès principal crie : «Vive Bouteflika» et exhibe quelques portraits du chef de l’Etat datant de l’époque où il était en pleine forme. Au niveau de la Place Ibn-Badis où se situe cette mosquée historique, le président Bouteflika a, d’un geste long, salué la foule. Des salves de baroud et des youyous ont été entonnés par les groupes de «zorna», mobilisés pour la circonstance par les autorités locales. Une fois la mosquée, rénovée par les Turcs, et la station du métro d’Alger, réalisée par Siemens France, inaugurées, le chef de l’Etat s’est «offert» un «bain» de foule tout le long du Boulevard Zighout-Youcef. Quelques dizaines de personnes sont venues saluer celui qui est à la tête de l’Etat depuis 19 ans.

On est bien loin des bains de foule des années 2000 où le chef de l’Etat parcourait des kilomètres quotidiennement en visite dans les différents recoins de l’Algérie. Très affaibli à la fois par l’âge et la maladie qu’il traîne depuis de longues années, le président Bouteflika a assuré le strict minimum, lui que le FLN appelle à se présenter pour un autre mandat. «Au nom de tous les militants du parti du FLN, au nombre de 700 000, et au nom de ses partisans et ses sympathisants, je m’engage en tant que secrétaire général à transmettre au président de la République le souhait et le désir des militants de le voir poursuivre son œuvre», a déclaré Ould Abbès lors de sa récente sortie médiatique.

Les Algérois semblent ainsi peu intéressés par les sorties du chef de l’Etat qui n’apparaît que très rarement sur le terrain. «Le Président est malade. Que Dieu le guérisse !» lâche un passant rencontré à la place des Martyrs qui refuse de rajouter un autre commentaire. «Je ne vois pas pourquoi on ferme tout pour une petite cérémonie d’inauguration. Je ne vous cache pas, j’ai dû laisser ma voiture à Bab El-Oued à cause de la circulation. J’espère qu’il ne tardera pas pour que les choses reviennent à la normale», affirme un propriétaire d’une pizzeria pas loin du Théâtre national algérien (TNA).

Même sur les réseaux sociaux, habituellement très réactifs aux apparitions du chef de l’Etat, cette sortie, à une année de la présidentielle de 2019, n’a pas été largement commentée. Même la posture d’un chef d’Etat physiquement très démuni n’a pas provoqué beaucoup de réactions.

H. A.

Comment (35)

    Anonyme
    11 avril 2018 - 9 h 05 min

    Mis à part quelques rares exceptions, les chefs d’Etat algériens qui ont défilé depuis l’indépendance n’ont été que des agents serviles du système politique concocté à l’avance, – et en secret, bien entendu -, par la France coloniale, pour marquer l’Histoire de l’Algérie de son sceau vengeur et pérenniser sa domination. Un système fondé sur l’intérêt personnel des hommes au pouvoir, au moyen de la corruption à grande échelle, la rapine, la prédation, la bureaucratie paralysante et l’anesthésie du peuple par tous les moyens : Déculturation, corruption, subventions variées favorisant l’inaction, notamment rémunération d’emplois fictifs au sein des entreprises publiques, medias de service, etc.
    Ce pays européen prétendu défenseur des droits de l’homme a aussi pris soin de faire en sorte, non seulement que des Algériens prêts à servir la France bénéficient de promotions vertigineuses avant l’indépendance pour se retrouver, à la libération, aux postes les plus élevés de l’Etat algérien, et s’y maintenir avec la complicité des gouvernants,afin de pouvoir ainsi l« renvoyer l’ascenseur » au tendre et aimé Lacoste, mais aussi pour que les algériens compétents et patriotes n’exercent que des fonctions subalternes. Le système ainsi mis en place a bien fonctionné jusqu’à maintenant et il a de fortes chances de durer encore bien longtemps, si le peuple algérien continue de se complaire dans sa paralysie mortifiante.
    Car le peuple Algérien ne pourra se délivrer du piège ainsi tendu par ses anciens « maîtres » que s’il prend conscience que son destin est entre ses mains. Pour ce faire, il doit porter son attention, non pas sur l’unique question de savoir si oui ou non Boutleflka va briguer un 5ème mandat, mais sur LE CHOIX DÉMOCRATIQUE d’un homme,- ou d’une femme -, autre que celui qui nous gouverne, – ne serait-ce que pour des raisons d’incapacité physique et mentale de remplir les missions dévolues à un Chef d’Etat -, et qui puisse le libérer définitivement de l’oppression que la France coloniale lui fait endurer depuis plus d’un demi-siècle. En pratique, un homme qui utilise les deniers de l’Etat non pas pour s’enrichir personnellement, ainsi que sa famille et les affairistes véreux qui l’entourent, ou se faire construire une mosquée démesurée et qui plus est, ne respectant pas le style architectural local, mais pour améliorer les conditions de vie du citoyen, notamment en créant des emplois productifs et durables.




    1



    0
    Anonyme
    10 avril 2018 - 17 h 13 min

    Adieu l’algerie .




    1



    0
    Souk-Ahras
    10 avril 2018 - 16 h 02 min

    Deux p’tits tours et puis s’en va !
    Bouteflika nous dressa en premier le bilan de 19 ans de règne sans partage dans la discrétion d’une Kétchaoua vide. Il nous exposa ensuite son programme pour un 5ème mandat dans le secret d’un métro interdit aux citoyens. Fort !
    Fidèle à son principe de ne rendre de comptes à personne d’autre qu’à lui-même, il nous honora, à la fin de ces deux p’tits tours, de sa volonté première de se rapprocher du peuple à partir………… d’ avril 2019. Très fort !




    1



    1
    Amazighkan
    10 avril 2018 - 16 h 00 min

    Si la situation perdure ainsi, on pourrait nous attaquer en justice pour non assistance à un pays en danger de mort. Feu Bourguiba était grabataire avant que l’armée tunisienne ne le destitue en toute légalité pour placer Ben Ali, un militaire aux commandes du pays. Evitons ces scénarios catastrophes, la sœur et les frères de Bouteflika doivent agir par humanisme et par amour envers leurs frère pour convaincre le Président de ne pas briguer un 5ème mandat.




    0



    0
    Moh
    10 avril 2018 - 13 h 46 min

    Bouteflika est apparu sur une chaise roulante et dans une Papamobil qu’un journal a nommé BouteflikaMobil. Mais c’est quoi cette mascarade??!! Il en ont fait un pape et nous transmettent le message subliminal qu’il restera jusqu’à a mort au pouvoir comme le pape qu’on attend qu’il meure pour le remplacer. C’est quoi e prochain scenario? Doit-on attendre de voir la fumée blanche sortir d’ElMouradia?
    Ridicule de chez ridicule!!!




    9



    0
    zawali
    10 avril 2018 - 13 h 10 min

    Mr le président ces larbins pillent le pays en votre nom, ils n’ont aucun respect pour vous, c’est des opportunistes, ils se cachent sous votre cape pour échapper à la justice car ils ont amassé des fortunes colossales, se porter candidat à un cinquieme c’est les conforter encore plus dans leurs rapines et leur enrichiissement
    Le pays régresse sur tous les plans
    Parole d’un zawali oueld zawali




    10



    0
    Zaatar
    10 avril 2018 - 12 h 28 min

    Déjà, une formulation étrange, «le Président effectue une visite à Alger». Comme s’il n’y habitait pas et venait de loin, tel un président étranger rendant visite à une ville étrangère, invité par ses étranges habitants qui en réalité ne l’ont pas vraiment invité. Ensuite, comme les souloutates el ma7aliya, autorités locales, savent si bien le faire, de la démesure. Portraits de 3 mètres du Président de l’époque où il était en forme, icônes géantes et sacrées rappelant la mégalomanie des régimes de Saddam Hussein, Kim Jong Il, ou autres autocrates. 500 chevaux, fanfares et troupes folkloriques tandis que des témoins affirmaient avoir vu écrit dans le ciel «Dieu est grand» en caractères néo-kufis. Public trié par profiling scientifique et des milliers de jeunes en drapeaux entassés dans des bus pour être lâchés au bon moment comme des ballons en couleur, chômeurs et collégiens réquisitionnés, certains payés en espèces, d’autres en ce fameux sandwich cachir, l’incontournable pause-déjeuner du militant malgré lui. Telle une journée fériée, chômée mais pas payée, Alger était fermée comme le métro, tandis que la place, qui porte encore le nom des martyrs morts pour l’indépendance, était bouclée par des policiers en civil et policiers tout court, patrouillant sourcils froncés à l’affût du moindre signe d’opposition démocratique. Un bain de foule sans eau et une sortie sans discours, chaise roulante en kevlar, cortège familial et louanges à Dieu pour nous avoir donné un si bon chef d’Etat qui a réussi l’exploit de faire construire 10 stations de métro en 20 ans, le tout sous la direction du maire d’Alger-Centre, qui a rejoint le FLN dès le lendemain de son élection. Mais que s’est-il passé hier ? Le Président a visité la mosquée Ketchaoua, rénovée par les Turcs, puis sans payer a pris le métro, construit par les Allemands. Puis est rentré chez lui avec son frère dans sa voiture qui n’est pas de Tahkout, pour retourner à Zéralda. Où il compte s’établir jusqu’à son 7e mandat.




    7



    0
    lhadi
    10 avril 2018 - 12 h 00 min

    Le Président de la république a perdu beaucoup de son énergie et de sa force. Il est fatigué, vieilli, victime d’un accident vasculaire et d’une certaine usure du pouvoir. Il est marqué par une certaine passivité. Comment peut-il, dans ces conditions, protéger l’Algérie de tout ce qui peut la diviser, l’isoler, la réduire ou la détourner de sa véritable identité ? Comment, dans ces moments difficiles, peut-il s’engager pleinement dans un combat vital pour l’avenir du pays : celui de la défense d’un humanisme consacré au nom des valeurs auxquelles le peuple algérien est attaché. Humanisme fondé sur une même exigence de justice et de sécurité, d’ordre et de tolérance, de liberté et de responsabilité. C.’est-à-dire une autorité de l’Etat qui puisse garantir la protection et le bien-être de l’ensemble de nos concitoyennes et concitoyens.

    A la lumière des maux qu’il endure, le peuple d’Algérie est soucieux pour la restauration d’un Etat républicain qui puisse mener ses véritables missions au service d’une politique économique et sociale à la fois plus juste et plus ambitieuse, plus dynamique et plus simple, plus ouverte et plus transparente.

    Le peuple algérien fonde l’espoir sur une autorité politique, respectueuse de la loi fondamentale de la république; une autorité qui ne se détourne pas de la seule tache qui mérite adhésion : celle qui consiste à encourager l’esprit d’initiative et d’innovation au sein de la société algérienne qui aspire à plus de dialogue, d’autonomie et de dynamisme.

    C’est dans cet esprit que nous devons nous affranchir de tout dogme idéologique et saisir, sans idée préconçue, les formidables opportunités que nous offre, dans tous les domaines, un monde qui n’a jamais paru ouvert, prometteur, même s’il n’a rien perdu en lui même de sa complexité.

    La responsabilité de toute nouvelle gouvernance est d’oeuvrer pour un Etat fort, une République solide, une Algérie moderne ; condition sine qua non pour une Algérie apte à entrée dans le troisième millénaire et d’y faire fructifier ses atouts. Ce troisième millénaire qui s’annonce porteur de bouleversements gigantesques, qui seront probablement la source d’autant de progrès et d’innovations que de drames, de crises, de conflits et d’instabilité.

    J’ai pleine confiance dans la capacité de la « génération Algérie » à relever les défis de tous ordres auxquels l’Algérie sera confrontée et dans son aptitude à jouer un rôle de premier plan dans l’évolution de la situation politique du pays et… du monde

    Fraternellement lhadi
    ([email protected])




    6



    2
    Anonyme
    10 avril 2018 - 12 h 00 min

    Encore le ridicule comme toujours maintenant ont veut nous prouver que le feu d une paille est egal a un incendie de foret hé oui chez nous tous les moyens sont bons le mensonge la filouterie l arnaque pour un autre mandat honteux qui ne sert que les bouteflika et ceux qui les entourent piller et vider le pays n a pas suffit plus de 1500 milliards de dollars et tous les secteurs sont a l agonie économie production nationale education niveau de vie santé chômage crise de logement etc.. meme avzc les présidents stagiaires le pays n a pas connu pareil situation et le prochain mandat guidera le pays pour la fermeture des portes du tiers monde cela est certain




    10



    0
    Président.com
    10 avril 2018 - 11 h 49 min

    Normal, car on veut un autre BOUMEDIENE et rapidement car vous nous avez tous foutu la honte pendant vos 50 mandats ! Et on ne veut pas encore un président placé par un autre pays !




    6



    3
    elhadj
    10 avril 2018 - 11 h 48 min

    c était pathétique de voir le président physiquement diminue ,affectant l image du pays et la fierté des citoyens habitues dans le passe a voir leurs dirigeants plein de fougue leur tenant des discours mobilisateurs et porter la voix du pays a l Etranger. Il mérite le repos et la considération populaire en cédant dans l intérêt du pays la fonction a un algérien jouissant de toutes ses facultés physiques et mentales pour dynamiser la bonne gestion du pays et relancer son économie au demeurant mise a mal .aussi n est il pas temps de penser beaucoup plus a la stabilité du pays pour élire un président qui exercera dans les règles de l art ses prérogatives constitutionnelles et rendra compte périodiquement compte au peuple souverain et majeur.




    11



    1
    co5
    10 avril 2018 - 10 h 19 min

    « La sortie du président Bouteflika ne capte pas l’intérêt des citoyens » titre éloquent, mais il est en deçà la réalité.il est subjectif, même si le Président n’est pas porté dans le cœur des collabos et autres larbins de service qui se manifestent sur ce site.tous les présidents d’Algérie ont eu tous le respect de la majorité de la population au nom des martyrs, pour contrer les manœuvres des ennemis du pays.




    10



    17
    Rascasse
    10 avril 2018 - 9 h 36 min

    Bouteflika n’est pas le problème à lui seul, bouteflika est une partie seulement du problème, le problème est le système qui impose bouteflika comme un totem, le problème est ce peuple hypnotisé complètement désintéressé de la chose politique, le système occupe une place laissée vide par la démission de la société civile complètement explosé par la manipulation des labos collabos de la France coloniale et l’occident néolibéral.




    21



    3
      Zaatar
      10 avril 2018 - 12 h 06 min

      Le problème c’est l’égoïsme de l’homme. le problème c’est le chacun pour soi et dieu pour tous. Le problème est après moi le déluge. Le problème c’est l’hypocrisie de tous. Le problème c’est la malhonnêteté de tout le monde…etc…etc. Mettez tout cela dans un grand bocal, mélangez vivement et vous obtenez le comportement de chacun de nous tous… et le système bien évidemment tire tous les marrons du feu.




      13



      0
    Anonyme
    10 avril 2018 - 8 h 55 min

    s il y a 5 eme Mdt c est faute de remplacent,, va trouver quelqu’un de pas corrompu pas mafieux pas voleur pas escroc pas FLN et leurs descendances ,,ce n est même pas la peine se songer a l adjectif honnête puisqu’il est inexistant




    9



    5
    Algérienne-DZ
    10 avril 2018 - 6 h 36 min

    Il faut faire la différence quand vous parlez de Bouteflika le président et de son entourage.

    S’il était dans sa forme, ces charlots politiques n’auraient jamais existé.




    4



    22
      Zaatar
      10 avril 2018 - 8 h 14 min

      C’est pour cette raison (il n’a pas la forme) qu’il doit partir et nous foutre la paix définitivement en espérant qu’il y ait un véritable changement constructif pour le pays…




      25



      4
    DYHIA-DZ
    10 avril 2018 - 6 h 33 min

    Vous allez m’insulter, sûrement…..
    J’ai suivi les réaction de nos partis boulitiques sur les chaines étrangères par rapport à la candidature de Bouteflika… et je me suis dis  » Et ils veulent devenir des prisidou de l’Algérie ». Quels traitres. Aucune fibre patriotique. C’est une guerre médiatique qu’ils mènent contre l’Algérie. Un peu de retenue envers votre patrie.
    Après avoir vu ce spectacle des singes…..Je me suis aussi demandée si la femme Algérienne est devenue stérile…Il n’ya plus d »Hommes en Algérie

    On ne sait plus où va l’Algérie ???????????????????????????????




    24



    4
    Anonyme
    10 avril 2018 - 4 h 04 min

    Il est sorti prendre un peu d’air,c tout. C son entourage de souteneurs qui ne veulent pas lâcher le morceau,des larbins,des profiteurs. Si Bouteflika etait encore valide comme son 1 er mandat il les aurait tous liquidés avec un pied au derrière. Oui Bouteflika etait brillant au début,mais aujourd’hui il faut reconnaître que la bande qui l’entoure ne s’intéresse qu’à leurs intérêts,à leurs priviléges,et leur incompetence ,leur entêtement à le maintenir nous mènera au FMI ,et cette fois-ci ça sera fatal pour le pays. On ne pourra plus compter sur un baril à 100$, les caisses sont vides,l’économie est toujours dépendante des importations….et si on nous fait des prêts avec quoi allons nous rembourser?? Et quand vous remboursez pas une dette,que se passe-t-il ?on vous saisit vos biens,c.-à-d. recolonisé!!! A moins d’un sursaut urgent pour utiliser les derniers $ de réserve à investir dans une production de substitution,c ce qui va nous arriver.




    9



    10
    Kahina-DZ
    10 avril 2018 - 1 h 21 min

    Le président Bouteflika est un grand Homme politique Algérien, et personne ne peut nier ce fait. À 24 ans il représentait brillamment l’Algérie à l’extérieur.
    Ses discours sont des tonnerres, Il a le charisme d’un chef d’ÉTAT… Ses réponses aux provocations marocaines ont toujours été fortes. Les vidéos de ses discours en témoignent.
    Dommage qu’il soit malade.
    Il a le droit au repos aussi. Allah yachfih!




    24



    28
      Zaatar
      10 avril 2018 - 7 h 19 min

      Comme s’il n y avait en Algérie que Bouteflika en grand homme politique. Comme si seul bouteflika pouvait représenter brillamment l’Algérie à l’extérieur. Comme si seuls les discours de Bouteflika sont des tonnerres en Algérie. Comme si Bouteflika est le seul à avoir le charisme d’un chef d’état. Mme Kahina, pas si loin que ça vous avez oublié Monsieur Zeroual dont les circonstances de sa démission après avoie rétabli l’ordre en Algérie restent encore floues pour pas mal d’entre nous. Plus loin que ça vous avez oublié Boudiaf, paix à son âme, qui a toujours porté l’Algérie dans son cœur. Un peu plus loin encore vous avez omis Boumediène, même si on lui reproche beaucoup de choses, il a œuvré pour le bien de l’Algérie. Et beaucoup plus loin encoure vous avez totalement ignoré l’Artisan de notre indépendance, Abane Ramdane, paix à son âme, sans qui peut être, nous ne serions pas là en train de rédiger ces petits mots sur AP et qui a été froidement assassiné par ses compatriotes pour qu’on vienne par la suite glorifier dans les années 2010-2020 un Bouteflika bon pour la casse…




      18



      4
        Moh
        10 avril 2018 - 8 h 19 min

        Et quand on est malade, on se repose, on va se soigner. La fonction présidentielle est difficile et demande toutes ses forces et ses moyens physiques et intellectuels. Laisser un homme si diminué occuper une telle fonction est une trahison envers le peuple et la nation. C’est de l’irresponsabilité. C’est même injuste envers Bouteflika qui sans son entourage aurait demissionné depuis son premier AVC.




        15



        3
    Anonyme
    9 avril 2018 - 23 h 24 min

    Le Baroud et la zornadia,on avait l impression qu on était encore sous colonisation,c est quoi ce cirque pour des inaugurations d une simple mosquée et d un arrêt de métro?
    La foule était plus composée de policiers en civils avec quelques curieux de passage.
    On avait l impression qu il ne savait même pas pourquoi il était là !!!




    29



    6
    Anonyme
    9 avril 2018 - 23 h 24 min

    Bouteflika est le plus populaire président de tous les temps. Les Algériens ne sont pas ingrats. Ils se souviennent de la situation en 1999 et la compare à celle d’aujourd’hui. Si Bouteflika n’a pas été écarté à la mort de Boum, l’Algérie serait l’un des pays les plus développé d’Afrique. Les Algérois support Bouteflika car depuis 62 personne ne se soit occupé. Alger a rattrapé les capitales les plus développée de la méditerranée.




    13



    41
      Moh
      10 avril 2018 - 8 h 23 min

      Laisser un homme si malade occuper de telles fonction ou même n’importe quelle fonction, c’est juste de l’irresponsabiité et de la trahison envers a patrie et le peuple algerien. Je pense que ceux qui l’ont soutenu depuis e 3eme mandat vont le payer cher dans quelques années car il y aura dans un prochain avenir des poursuites contre ces gens là.




      17



      3
    الهوارية
    9 avril 2018 - 23 h 23 min

    Le Président de la République, était en train de parader pour nous dire Adieu les enfants algériens restez sages comme des images sur les nuages, je vous laisse l’Algérie le plus beau pays du monde, prenez en soin et ne vous faites pas agresser par les molosses, les mokokos, les sarkos, les b.h.l les ba.r.bus et be.d.oin baratineurs. les Kedabines, les mythos, les charlatans des printemps arabes
    Allez oupsss bonne nuit mon peuple..




    11



    23
    Anonyme
    9 avril 2018 - 22 h 56 min

    Et on ose se demander pourquoi nous sommes la risée de tous, et pourquoi nous sommes la cible de tout un chapelet de mensonges et de calomnies.




    32



    6
    Anonyme
    9 avril 2018 - 20 h 32 min

    Bouteflika est le plus populaire président de tous les temps. Les Algériens ne sont pas ingrats. Ils se souviennent de la situation en 1999 et la compare à celle d’aujourd’hui. Si Bouteflika n’a pas été écarté à la mort de Boum, l’Algérie serait l’un des pays les plus développé d’Afrique. Les Algérois support Bouteflika car depuis 62 personne ne se soit occupé. Alger a rattrapé les capitales les plus développée de la méditerranée.
    Vive Bouteflika.




    17



    121
      Nostalgia
      9 avril 2018 - 21 h 25 min

      Alors, je ne vis pas dans l’Alger ni dans l’Algérie que vous décrivez, Mr anonyme. encore un courtisan qui tire profite de la vacance présidentielle et qui veut que cela perdure encore. Les requins préfèrent nager en aux troubles. Quelle pitié !




      68



      12
    "Khlih yertah"
    9 avril 2018 - 20 h 19 min

    « Khlih yertah » et que Dieu prête une longue vie à notre Président . Le peuple est majeur et vacciné et nul ne doit se sentir indispensable dans notre pays, laissons les jeunes talents émergés et prendre la relève. Les Patriotes, les hommes, les femmes, les jeunes de talents sont là prêts à relever le challenge de la modernité.
    Disons haut et fort au FLN NON au 5ème mandat de notre Président, il a le droit au repos.




    75



    7
    Farid1
    9 avril 2018 - 20 h 16 min

    d’après la photo, au contraire la sortie du président a bien capté l’intérêt des habitants




    12



    62
    karimdz
    9 avril 2018 - 19 h 58 min

    J ai regardé la télé, y avait quand meme plus qu une petite foule, qui plus est, la sortie n est pas annoncée en grande pompe.

    Ceci dit, le Président est diminué c est indiscutable, un cinquième mandat, ok, mais il serait bien de nommer un vice président, et une réforme de la constitution s impose.




    9



    77
    Anonyme
    9 avril 2018 - 18 h 03 min

    Il est sûr que paralyser toute une ville et les routes pour une simple inauguration, c’est complètement débile, pourquoi n’est il pas venu en hélicoptère ça aurait été plus simple ,ça aurait paralysé que le secteur de la mosquée et la station de métro à côté. Qu’es ce que ça va être pour la grande mosquée ?




    76



    12
    R.A.S
    9 avril 2018 - 17 h 55 min

    C’est tout à fait normal, à force d’être pris en otage , le pauvre malheureux ne sait même pas qu’il va se présenter pour un 5 ème mandat!




    87



    13
      Anonyme
      10 avril 2018 - 12 h 09 min

      dans ses moments de lucidité,il devrait se souvenir de sa fameuse déclaration avant 99″ je ne serai jamais un président trois- quart »le destin a voulu qu »il termine sur un fauteuil roulant!




      8



      0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.