L’UE cherche-t-elle à placer les islamistes au pouvoir dans le Maghreb ?

Ghannouchi Ennahdha
Rached Ghannouchi et Federica Mogherini D. R.

Par R. Mahmoudi – Le chef du parti islamiste tunisien Ennahdha, Rached Ghannouchi, a été reçu jeudi en homme d’Etat à Bruxelles par Federica Mogherini, haute représentante européenne aux Affaires étrangères et des Politiques de sécurité, afin de «discuter de la situation en Tunisie, des réformes sociales, économiques, et de la gouvernance actuelle dans le pays».

Un porte-parole de la Commission européenne a expliqué cette rencontre par la «l’importance des relations tuniso-européennes» et la volonté de soutenir davantage «l’expérience démocratique tunisienne», mais ne dit pas à quel titre le président du mouvement islamiste a été reçu, sachant que celui-ci n’occupe aucune fonction officielle dans l’Exécutif de son pays et son parti ne constitue pas la majorité parlementaire. Du côté tunisien, on ne sait pas si cette visite a eu l’aval préalable du gouvernement ou du président tunisien. Mais, dans tous les cas de figure, M. Ghannouchi a bien représenté son pays, puisque les discussions avec les responsables de la Commission européenne ont porté sur la coopération entre les deux parties et, plus globalement, sur l’avenir de la Tunisie.

Intervenant à quelques semaines des premières élections locales depuis la chute de l’ex-président Zine El-Abidine Ben Ali, cette rencontre ne peut être perçue que comme une façon d’influer sur le cours de cette élection, et un choix tacite pour un retour des islamistes aux commandes en Tunisie.

Réputée proche de Doha, le mouvement Ennahdha tente, en effet, de se replacer sur l’échiquier politique local, à la faveur des pressions qui s’exercent depuis quelque temps sur le pouvoir tunisien qui, lui, s’efforce à observer une certaine neutralité dans le conflit entre l’Arabie Saoudite et le Qatar. Ces deux pays reprochent également à Tunis ses démarches pour rétablir ses relations avec Damas. De ce point de vue, il est établi qu’une Tunisie islamiste paraîtrait plus acquise à la politique internationale de l’Union européenne.

Après cet antécédent, on est en droit de s’interroger si l’Union européenne n’aurait pas prévu dans son agenda d’inviter les islamistes algériens de même obédience.

R. M.

Comment (9)

    PIC Alain
    15 avril 2018 - 5 h 01 min

    Nul ne doit s’étonner de l’accueil réservé à ce Rached Ghannouchi par Federica Mogherini, haute représentante européenne aux Affaires étrangères et des Politiques de sécurité. Donc, il a eu l’aval du pouvoir (TRAÎTRE) de Tunis. Par conséquent, il représente le Président Essebsi, Chef de ce pouvoir soutenu en grande pompe par Alger, dans ses débuts. Il a trahi Alger et le peuple Algérien. Alger doit cesser tout soutien à ce pouvoir « TRAÎTRE », excepté le « PEUPLE » Tunisien qui croit toujours en « UNE « ALGÉRIE » forte à ses cotés. En conclusion, Notre « EST » n’est pas différent de notre « OUEST »; ni de notre « SUD » d’ailleurs. De ce coté-là, nos stratèges n’ont rien laissé au hasard. J’en suis convaincu.




    1



    1
    Souk-Ahras
    14 avril 2018 - 21 h 06 min

    Pour l’Europe en difficulté économique, par les temps qui courent, mais qui réfléchit dans ses bureaux et non dans ses églises, l’islamiste représente un « bon-gros » client qu’il faut chouchouter.
    En effet : l’islamiste, auto-dispensé de 99,9 % des travaux manuels nécessaires à son existence, est cependant mono-producteur excédentaire de fatwas qui, bienheureusement pour l’Europe, ne nourrissent pas suffisamment sa personne ; ce qui revient logiquement à déclarer que l’islamisme, occupé à temps plein par la réalisation de sa mono-production, est défini par l’Europe comme étant grand importateur de tout ce qu’il ne peut ni sait produire suivi de la mention « consommateur bazardiste potentiel ».




    4



    2
    UMERI
    14 avril 2018 - 16 h 10 min

    L’ UE cherche a placer les islamistes au pouvoir, en Afrique du nord, ce qui confirme le fait que que ces islamistes, sont des marionnettes, qu’on manipule à volonté. Certains, parrainés par Erdogan, d’autres, par Ben Selmane et maintenant, ils comptent sur l’ UE, oubliant et méprisant leurs peuples. Voila le vrai visage de ces extrémistes, qui n’apporteront en fait ,s’ils accèdent au pouvoir, que douleur et misère dans la région.




    10



    3
    benchikh
    14 avril 2018 - 15 h 49 min

    saluer une femme main à main et en plus une chrétienne occidentale!!! mais Mr El ghenouchi qu’es-ce que vous avez appris de l’Islam que vous prétendez être bla!! bla !! L’Islam n’est pas à vendre!!!




    6



    2
    ISRAËL VEUT SA 3ieme GUERRE MONDIALE.
    14 avril 2018 - 11 h 14 min

    Le projet des américano-sionistes et leurs larbins de l’UE est de mettre au pouvoir, dans tous les pays arabo-musulmans, des islamistes d’obédience wahhabite c’est à dire des islamistes sous la coupe de l’Arabie saoudite, leur vassal wahabo-sioniste.
    C’est le vœu d’Israël, pour sa sécurité, de mettre tous ces pays sous la coupe de l’Arabie qui est, en fait, un protectorat des états-unis et donc un allié contre le grand ennemi qu’ils ont en commun: l’IRAN!
    Des pays arabo-musulmans démocratiques, indépendants, développés et un Iran puissant va à l’encontre du projet du GRAND ISRAËL qui ne peut se construire qu’à la suite d’un chaos généralisé dans la région, et des millions de victimes où seule Israël sera épargnée pour en sortir, au final, vainqueur!




    17



    6
    Anonyme
    14 avril 2018 - 10 h 37 min

    Les occidentaux ne méritent que l’islamisme et Daech pour qu’ils prennent conscience du jeu de la mort qu’ils sont en train de jouer.




    14



    8
    Cherkaoui
    14 avril 2018 - 8 h 52 min

    Ah bon ? L´EU est déjà confrontée à la montée en puissance des partis d´Extrême Droite et du nazisme, en plein jour. FN en France, partis nazis en Autriche, Suéde (SD), Norvège (FP) , Danemark etc…
    L´EU a éclaté aprés le Brexit.
    L´EU est confrontée aux invasions justement de Syriens, Irakiens, Yéménites (des millions de citoyens aarbes en majorité musulmans) , citoyens chassés par leurs régimes fachistes de Damas, Bagdad, Sanâa sans oublier les Harragas bien algériens ou tunisiens ou marocains….par milliers.
    Donc l´EU n´a ni les moyens ni la capacité de faire quoi que ce soit. Sinon la Crimée musulmane envahie par la Russie, ou l´Ukraine menacée d´éclatement (membre del´UE de Facto) etc.. seraient libre. Mais bon,
    l´EU ou l´ONU vont mettre les « islamistes » au pouvoir. Quelle rigolade!




    11



    14
    Abou Stroff
    14 avril 2018 - 7 h 08 min

    « L’UE cherche-t-elle à placer les islamistes au pouvoir dans le Maghreb ? » s’interroge R. M..
    je crois que la réponse est évidente. en effet, Abou Stroff ne cesse de marteler que l’impérialisme, le sionisme et l’islamisme ont des intérêts convergents quand ils ne sont pas identiques.
    moralité de l’histoire: neutralisons la vermine islamiste (qui sert de cheval de Troie) et nous serons invincibles face aux attaques directes ou sournoises des puissances impérialistes et de l’entité sioniste.




    37



    8
      Felfel Har
      14 avril 2018 - 15 h 25 min

      Ta théorie tient la route surtout, si tu précises que les islamistes ne sont que de simples exécutants d’une doctrine élaborée par les judéo-chrétiens pour s’accrocher à leurs rêves de domination, rêves qui ne vont pas tarder à se transformer en cauchemars. Salutations!




      12



      2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.