Le chanteur Idir à Algeriepatriotique : «Moi, je ne fais pas de politique !»

Idir
Le chanteur Idir à la Coupole, en janvier dernier. New Press

Abdelhak N. Le chantre de la chanson kabyle, Idir, a affirmé au micro d’Algeriepatriotique qu’il maintenait son programme de concerts à travers le pays. Répondant à certaines voix qui lui ont reproché « la façon dont il a annoncé son retour au pays», le chanteur a rappelé qu’il était, avant tout, un Algérien : «Est-ce un crime pour un Algérien de revenir dans son pays ?»

Prié de donner son avis sur les divergences qui marquent le débat sur la transcription de tamazight, Idir a souligné qu’«il n’y a pas que ça qui envenime les débats», estimant que «tout est sujet à des polémiques stériles qui ne veulent rien dire». «Moi je me suis dit que tant que mon identité et ma langue ne sont pas officielles, je ne viens pas», a-t-il précisé, expliquant qu’il a «tenu parole». «Le jour où la langue amazighe a été officialisée, je suis venu. Pour moi, c’est tout ce qu’il y a», a encore dit l’interprète de Vava Inouva.

Le chanteur, qui a quitté le pays au milieu des années 70’, a tenu à se démarquer des mouvements politiques de tous bords, clamant son indépendance dans le combat qu’il mène pour tamazight. «Je ne fais pas de politique. C’est moi que ça concerne. Tamazight, pour moi, est quelque chose d’inaliénable et je continuerai toujours de la défendre envers et contre tous. Néanmoins, je ne m’intéresse pas aux gens qui veulent politiser certaines choses», a-t-il assuré. Et d’affirmer que l’éventualité de chanter en arabe «ne pose aucun problème» pour lui.

Selon une source proche du chanteur sollicitée par Algeriepatriotique, Idir se produira dans neuf villes du pays : Constantine, Batna, Bouira, Oran, Tlemcen, Mostaganem, Tamanrasset, Ghardaïa et Tizi Ouzou. Les organisateurs n’ont pas encore choisi la ville par laquelle Idir entamera cette tournée, mais ils savent déjà dans quelle ville elle sera achevée. En effet, Idir terminera sa tournée à Tizi Ouzou. La durée de cette tournée à travers le pays n’est pas encore déterminée car elle se fera en parallèle avec sa tournée internationale qu’il entamera le 13 janvier à Bruxelles et terminera le 22 juin à Moissac, en France.

Après une longue absence de trente-huit ans, Idir a donc retrouvé la scène algérienne ; rappelons qu’il a donné deux concerts à la Coupole à guichets fermés. Deux concerts qui ont été un franc succès et qui ont démontré le degré de notoriété de ce chanteur, qui a toujours milité par la chanson pour les libertés, pour l’émancipation de la femme mais aussi et, surtout, pour tamazight.

A. N.

Comment (13)

    Yacine
    22 avril 2018 - 13 h 01 min

    Lorsque Idir dit qu’il ne fait pas de politique , il veut dire , pas de politique partisane au profit d’un parti politique ou de politique politicienne !
    Pour le reste , chaque citoyen a le droit de s’occuper des affaires de sa cité (son pays) ce qui revient à faire de la politique !
    pour le reste , il a le droit d’avoir des positions et les assumer jusqu’au bout !

    2
    1
    Lghoul
    19 avril 2018 - 8 h 03 min

    If fut un temps ou la politique était un catalyste, un moyen, pour aider le peuple qui a élu le politicien, corriger les erreurs du parti au pouvoir a partir de l’opposition, et travailler surtout pour l’amélioration du niveau de vie de l’ensemble des citoyens. Aujourd’hui, a travers toute la planète, la politique est devenue, une fois au pouvoir, un instrument pour dominer les autres, pour se venger des autres et surtout pour s’enrichir personellement et des fois même arriver jusqu’ā privatiser le pays, ses richesses et ses institutions.
    Sans paler des républiques bananières ou tout est évident dans ce domaine, qu’en est il de la France de Sarkozy qui traine des casseroles de corruption et de manigance et de mensonges ? Qu’en est des USA de Trump qui se comporte comme un pitbull a tout moment ? Essayer de remarquer une chose très importante a la TV: Quand Trump se réunit avec ses ministres, y a-il quelqu’un qui ose parler, même pour dire un tout petit mot ? Seul lui parle, et personne ne peut broncher ou le contredire. Alors voici la politique et la démocratie du 21e siècle. La politique est maintenant devenue le fief des vouyous, des bandits, des opportunistes et des sadiques. Voila pourquoi la vraie définition de la politique doit être: “La science du mensonge et de la déception”. Une fois assis sur le fauteuil du pouvoir, après avoir trompé des millions, de naifs, on enlève son masque « d’humanisme et de franchise » utilisé pour décevoir la populasse, on le remplace par le vrai, par celui de dracula, le suceur de sang. Je trouve que tous les “politiciens” du 21e siècle, a quelques exceptions près – Je pense ā La sociale démocratie scandinave en particulier – ont tous lu le « prince » de Machiavel pour s’accaparer du pouvoir par tous les moyens et le marquis de Sade pour faire souffrir le peuple et son prochain. Trouvez moi aujourd’hui ou l’on fait de la politique si ce n’est des traquenards ? Un exemple simple: Que fait un député algérien ? Penser du matin au soir a comment se remplir les poches car il a soudainement oublié ceux qui l’ont élu, leurs causes et surtout pourquoi il est élu, au point ou il confond sa profession avec des actes de détournment.

    25
    7
    Karamazov
    19 avril 2018 - 7 h 23 min

    .
    Ridiculesque ! Non, s’il te plait, pas ça !

    Chanter en arabe ? Mais beaucoup de chanteurs kabyles chantent en arabe : parmi Les meilleurs chanteurs Cha3bi il y a des Kabyles. Si certains sont excellents d’autres sont burlesques à la limite du ridicule. Ecoutez Slimane 3azem chanter en arabe vous allez voir. Je ne parlerais pas de Chérif Kheddam ou Ait Menguelet. Alors là , Idir, n’en parlons pas.
    Vous l’avez vu chanter en français, vous trouver que c’est une réussite ?
    Yarhem waldikoum, ça démontrerait quoi si Idir chantait en arabe ?

    PS:Je ne crois pas qu’Idir ne chante pas en arabe par principe. Mais à lire certains commentaires ça se pourrait

    7
    9
    awrassi
    19 avril 2018 - 3 h 21 min

    Idir est un opportuniste bourgeois, comme la plupart des artistes. Son mérite est de ne pas s’être allié au MAK. S’il défend l’émancipation de la femme, il fait nécessairement de la politique : « politique » signifiant « faits et pratiques qui concernent le citoyen – individu d’une cité, au sens grec ». J’aimerais bien savoir, en passant, ce que signifie « émancipation de la femme », comme si l’homme était émancipé dans toutes ces sociétés dirigée par les riches ! La femme algérienne a été dotée, dès notre indépendance, de tous les droits politiques attribués aux hommes algériens … Personne ne fait mieux ! S’il s’agit de se promener en shorts ou en bikini, ce n’est plus de la politique mais de moeurs qu’il s’agit !

    11
    10
    Anonyme
    18 avril 2018 - 20 h 23 min

    Vraiment dommage qu’un chanteur comme idir,dire qu’il ne fait pas de politique. On dirait que chez nous,faire de la politique serait une tare ou une trahison ou une honte….ou je sais quoi. Pourtant c normalement un devoir pour chacun de nous de faire de la politique,sinon qui va animer la vie economique,sociale….les partis,les associations… La peur de déplaire?? Alors pourquoi aller voter?? Voter c faire politique,non?

    8
    6
    Ashtoug
    18 avril 2018 - 19 h 08 min

    Kabyle nous sommes et Algérien nous resterons .je vous raconte une histoire vrai que j ai à vivre dans le cadre de mes responsabilités professionnelles à l étranger. C était au début des révoltes de labo pratiques sur les paillasses du Caire, de Tunis et de Benghazi, je reçoit un monsieur venant du Quatar qui dès m avoir vu , s’exclama ; enfin un Arabe et la ma réponse qui m étonna moi même, Non Monsieur , je ne suis pas arabe , je suis Algérien .

    25
    7
    karimdz
    18 avril 2018 - 17 h 02 min

    Au moins Idir se démarque de certains kabyles encore demeurés sectaires. Comme disait un ami originaire de la région de kabylie, il y a des kabyles intelligents, et des kadébyles.

    Idir a raison de faire une tournée partout en Algérie, pour partager ses belles chansons, et promouvoir sa culture tout en mettant en avant son algérianité qui demeure le fondement du peuple algérien.

    20
    19
    Anonyme
    18 avril 2018 - 15 h 47 min

    Voilà un homme qui reste lui même et qu’il n’est pas à vendre comme certains chanteurs.Mon respect pour sa loyauté envers l’Algérie.

    17
    7
    sourire kabyle
    18 avril 2018 - 14 h 29 min

    Meme après 40 ans d’exil en France, Idir n’a jamais demandé la nationalité française.
    Un jour lors d’une conférence de presse au siège du journal Liberté il a brandi une carte de résidence renouvelable chaque 10 ans et un passeport algérien par lequel il voyage à travers le monde pour ses concerts..tout ça explique qu’il est très attaché à son pays et surtout son algérienneté

    49
    14
      Le Patriote
      18 avril 2018 - 15 h 01 min

      Lui au moins a intégré le conseil de Macron aux jeunes algériens: il a laissé passer le passé.

      14
      14
      Anonyme
      18 avril 2018 - 15 h 03 min

      Qu’est-ce que tu en sais? Ce que tout le monde sait par contre, c’est que depuis il s’est « exilé » en France, il a toujours dit qu’il était kabyle avant d’être Algérien.

      23
      36
        BEKADDOUR MOHAMMED
        19 avril 2018 - 1 h 49 min

        @Anonyme
        18 avril 2018 – 15 h 03 min
        Qu’est-ce que tu en sais? Ce que tout le monde sait par contre, c’est que depuis il s’est « exilé » en France, il a toujours dit qu’il était kabyle avant d’être Algérien.
        ——————————————————————-
        El Jazaïr est en ensemble de Kabyles, autrement dit de Tribus, Idir est Kabyle, je suis Kabyle, mais toi tu es « Anonyme », et « Algérien » signifie Un Combat pour la dignité de l’humain sur Terre ETC.

        7
        3
    BEKADDOUR MOHAMMED
    18 avril 2018 - 12 h 56 min

    J’ai eu un bref entretien avec Idir en 1978 au seuil d’une cafeteria de l’université à Aix-en-Provence, et je ne penses pas me tromper : Il refuse la politique vile, je précise : VILE car à ce stade nous sommes à l’ère de la Boulitique, des arrivistes, la race des Seigneurs, (Ekhdim ennas sidhoum), est encore en attente, il faut que les monstres soient rassasiés et regagnent leurs antres…

    29
    4

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.