Zemali : «Les syndicats microscopiques n’auront plus droit à la parole»

ministre Zemali
Le ministre du Travail, Mourad Zemali. New Press

Le ministre du Travail, Mourad Zemali, a affirmé, aujourd’hui à Alger, que la représentativité syndicale sera à l’avenir plus que déterminante dans le dialogue social. «Les syndicats microscopiques n’auront plus droit à la parole. Toutes les organisations syndicales qui n’ont pas 20% de corporation représentée n’auront pas droit de porter des revendications aux ministères de tutelle ni s’asseoir à la table de négociations», a assuré le ministre, décidé à faire un tour de vis dans le monde syndical qui connaît ces dernières années une inflation de sigles.

S’exprimant en conférence de presse en marge d’une réunion avec les directeurs de wilayas, le ministre a précisé que les syndicats n’ayant pas 20% de représentativité vont continuer à exercer leurs activités syndicales, mais ne seront plus associés aux négociations avec les départements ministériels. Ils n’auront même pas le droit de soumettre des revendications à leur tutelle. Mourad Zemali évoque les textes de loi qui exigent un minimum de représentativité pour exister sur le terrain. Le ministre du Travail a appelé, en mars dernier, à présenter des preuves de leur représentativité. Il a assuré que «les organisations syndicales qui ne produisent pas les éléments d’appréciation de la représentativité dans les délais réglementaires peuvent être considérées non représentatives, conformément aux dispositions de l’article 37 bis de la loi n° 90-14».

Seules 20 syndicats ont déposé leurs dossiers de mise en conformité avec les dispositions de cette loi. Le ministre semble donc décidé à passer à l’acte, en excluant les syndicats non conformes de toute forme de dialogue.

R. N.

Comment (9)

    Anonyme
    20 avril 2018 - 6 h 56 min

    Encore des exclusions . pourquoi pas l inclusion généralisée pour avoir plus d avis et de richesse dans les idées
    Tolérer l opposition est la solution .
    Exclure est le probleme

    awrassi
    19 avril 2018 - 15 h 22 min

    L’UGTA ne représente certes plus rien dans ce jeu de duperie économique, mais ce ne sont pas les syndicats « autonomes » (fonctionnaires bourgeois) qui vont aller défendre l’ouvrier ou le petit paysan …

    3
    1
    lhadi
    19 avril 2018 - 9 h 26 min

    L’incompétence de cette gouvernance sous l’égide de celui qui considère comme Louis XIV : « L’Etat c’est moi » ou comme le rapporta Léon Trotsky dans la bouche de Staline : « La société, c’est moi « , est de mettre, d’une part, la nation sans armes face aux nombreux défis, et d’autre part, rendre les gens sans défense dans leur esprit.

    Cette autorité politique, de notoriété publique malodorante, est le problème politique le plus sensible.

    Pourquoi ?

    Parce qu’elle n’a ni pris la mesure des sarcomes inhérents au sous développement ni tenu compte de la diversité de notre pays et de sa population, des courants de pensée qui le traversent, des philosophies et des croyances qui le partagent. Elle n’a ni la philosophie qui rend le mieux compte de la réalité et qui fournit les meilleurs moyens de transformer la société algérienne ni les convictions qui donnent la force et l’espoir et in fine assurent le succès vers le mieux être.

    Comment peut-on construite l’Algérie adamantine avec de solide charpentes si la nation n’est pas libérée de ce système d’un autre âge incarné par le Césarisme Bouteflikien qui se modifie d’après les besoins et les intérêts de ses névrosés dont les divers rejetons demeurent étrangers aux histoires intimes des luttes, des espoirs, des projets, des efforts, des tatônements, des triomphes secrets, des désespérances cachées.

    Je vais être clair : Le mélange de visionnaire, de pragmatique et à l’autorité incontestable et incontestée, ne sont pas les trois notions qui viennent immédiatement à l’esprit quand on pense au Président de la république qui, en ces temps difficiles, ne préside qu’à son sommeil.

    Fraternellement lhadi
    ([email protected])

    4
    10
      awrassi
      19 avril 2018 - 15 h 11 min

      Trotsky était un agent de la CIA et Staline a fait avancer l’URSS comme seul Mao le fera avec la Chine. Voilà pour les faits historiques. Sache que le multipartisme et la pluralité ne servent ni les citoyens ni les prolétaires. Ils servent à diluer la contestation et sont donc moins révolutionnaires que tu ne le crois … Une équipe qui gagne, c’est 11 joueurs qui jouent le MEME jeu et respectent la MEME tactique. L’union fait la force, et c’est précisément ce que les capitalistes veulent éviter …

      3
      1
        lhadi
        20 avril 2018 - 9 h 03 min

        Ce qui caractérise le syndicalisme d’encadrement, par rapport au syndicalisme libéral qui demeure indépendant de l’Etat et du patronat, ce sont les liens étroits avec le pouvoir politique… il bénéficie d’emblée d’un statut officiel et dispose même du monopole de l’organisation professionnelle afin de remplir les taches que lui fixe l’Etat. C’est un organe de participation à l’intérieur de l’appareil étatique, ce qui le caractérise en terme d’agent d’une politique économique centralisée.

        L’U.G.T.A est un élément du système économique planifié, une organisation du pouvoir politique. Ce qui m’amène à dire que l’idéologie du système actuel n’a pas changé d’un iota.

        Nombreuses les citoyennes et nombreux les citoyens qui comme moi, s’époumonent pour une insurrection des consciences afin que la vision de l’Algérie de demain, les besoins populaires puissent devenir l’objet de choix démocratiques définis au terme d’études, de débats, de consultations multiples, et fixés dans les grandes orientations qui apparaitront sans aucun doute à travers la gestion démocratique et décentralisée.

        Fraternellement lhadi
        ([email protected])

    Anonyme
    19 avril 2018 - 7 h 28 min

    Ce microbe scopique est forme a l école stalinienne j imagine si ce ce ministre est président de la république ;je serais le premier vieillard de 70 ans a quitte l Algérie a la nage ! parce qu il ne trouve pas de solution ;alors ils veulent fermer la gueule au peuple algerien !d ailleurs après el harga , les suicides ;maintenant c est le nudisme qui se déclenche pour marquer le ras le bol de l injustice ! et dire qu ils parlent de réalisation !

    7
    12
      awrassi
      19 avril 2018 - 15 h 17 min

      L’URSS de Staline a vaincu le nazisme, est allée dans l’espace avant les Américains, a nourri, logé, transporté, éduqué, vêtu et soigné presque gratuitement des centaines de millions de personnes. Contre vents et marées, sans spolier d’autres pays, sans coloniser, ni voler, ni violer … La Constitution de l’URSS de 1940 incluait déjà les 35 heures de travail hebdomadaire. Il faut arrêter de colporter les mensonges de ce capitalisme qui continue de hanter notre liberté …

      5
      1
    Zen
    18 avril 2018 - 22 h 19 min

    Qui a droit à la parole,si ce n’est ce silence assourdissant?
    Euh, j’oubliais le sidi Saïd,et son pote le flenniste,eux, ils ont le droit non seulement à la parole, mais aussi celui de brailler sur tous les toits, toutes les conneries qui leur passent par la tête, 365jours sur 365. De biens gentils gars, qui pensent à nous,et qui décident pour nous. Nous sommes constamment dans leurs pensées. Alors pourquoi chercher à parler,lol.

    10
    17
    Nostalgia
    18 avril 2018 - 19 h 54 min

    Seul le « macroscopique » sidi saïd et son faux syndicat appelé UGTA siègeront à la table…comme toujours !

    13
    18

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.