Hasbellaoui : «Le service civil ne sera pas supprimé»

service civil santé Camra
Le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Mokhtar Hasbellaoui. New Press

Par Hani Abdi – Le ministre de la Santé, Mokhtar Hesballoui, s’est montré intransigeant sur la question du service civil dont les médecins résidents réclament la suppression. S’exprimant en marge de la présentation du projet de loi sanitaire, le ministre de la Santé a réitéré sa disponibilité pour clarifier davantage les propositions de solution aux problèmes soulevés par les médecins résidents. Mais Mokhtar Hasbellaoui a signifié qu’il n’y aura pas de suppression du service civil, qui constitue le principal point de revendication des médecins résidents.

Le ministre de la Santé a indiqué qu’un nouveau round de négociations avec le Collectif autonome des médecins résidents algériens (Camra) est prévu pour ce mardi. C’est le troisième depuis le début du mois courant. Les représentants du Camra «ont rejeté» les propositions du ministère sur la modulation du service civil, à savoir trois à quatre ans pour les régions du Nord et 1 à 2 ans pour les Hauts-Plateaux et le Sud, et le montant fixé pour la prime d’incitation entre 20 000 et 60 000 DA en fonction des régions.

Le ministère avait accédé à plusieurs revendications, lors de la réunion de la semaine dernière, néanmoins, les médecins résidents ont réitéré leur attachement à la poursuite de la grève et insistent sur «la réduction de la durée du service civil à une année ou deux ans pour l’ensemble des régions».

En grève depuis plus de cinq mois, les médecins résidents menacent de renoncer aux gardes à partir du 1er mai. Quant à leur cursus universitaire, il semble être totalement compromis. Même si les médecins résidents restent partagés sur la nécessité de déclarer une année blanche.

R. A.

Commentaires

    TOLGA - ZAÂTCHA
    22 avril 2018 - 22 h 13 min

    Où est le temps de feu Houari BOUMEDIENE, Allah Yerrahmou ! Qui avait instauré le Service National qui était un melting-pot pour toute la jeunesse Algérienne qui se rencontrait pour la première fois et nous venions tous de toutes les régions d’Algérie avec joie après avoir terminé nos études supérieures universitaires. Nous étions vraiment très heureux de nous rencontrer yous pour passer nos six mois d’instruction à l’Académie de Cherchel dont le directeur était, à l’époque, Si Mohamed Salah Yahaoui. Est-il toujours en vie ? Nous étions de la promotion de feu Mohamed CHABOU, Allah yerrahmou !
    Le Service National est un DEVOIR et une OBLIGATION que l’ON DOIT rendre à notre Etat qui a payé le prix fort pour nos études.
    Je pense que nos étudiants se DOIVENT de passer leur Service National qui est une véritable école de nationalisme et de patriotisme. C’est le minimum que l’on puisse leur demander. On peut se « sacrifier » pour deux ans pour la Nation, pour le Pays et pour notre PEUPLE.
    Je me rappelle de notre temps et dans notre pronom, il y avait des étudiants qui étaient venus de partout : des U.S.A., de france, d’Angleterre, d’Allemagne etc… et nous étions vraiment tous très heureux de nous rencontrer à tel point que nous avons noué et conservé, jusqu’à ce jour, des amitiés très très fortes. Ce fut une expérience très enrichissante que nous n’avons point regretté. Al Hamdou li Allah !

    26
    3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.