La LADDH met en garde contre «l’atomisation méthodique de la société civile»

LADDH atomisation de la société
Noureddine Benissad. D. R.

Par Hani Abdi – Le conseil national de la Ligue algérienne pour la défense des droits de l’homme (LADDH), dirigée par Noureddine Benissad, s’élève contre les intenables pressions exercées sur les animateurs de la société civile. Reprenant une célèbre phrase de Coluche «Réveillez-vous car ils sont devenus fous», la LADDH affirme que les autorités sont «plus que jamais devant leurs responsabilités historiques quant à la situation des droits de la personne humaine» en Algérie.

La LADDH interpelle dans ce sillage les autorités sur «les menaces et intimidations orchestrées sur les militants et activistes de la société civiles». Cette organisation rappelle que l’Algérie est signataire des pactes et conventions relatifs aux droits humaines. Des conventions qui garantissent «les libertés d’expression, de culte, d’appartenir aux groupes sociaux, politiques et associatifs».

Elle trouve ainsi les pratiques des pouvoirs publics injustes et contraires aux principes contenus et défendus dans ces conventions internationales. «Frapper d’interdit et menacer son appartenance est une atteinte grave à l’intégrité physique et morale du citoyen», a dénoncé la LADDH, qui prévient, en outre, contre la paupérisation qui est galopante. Un résultat de successions de lois favorisant la pauvreté, la précarité, le désenchantement et le désespoir.

La LADDH se dit fortement «préoccupée» par «la clochardisation des mœurs et valeurs de notre société», par «la violence faite à l’élite du pays, notamment les médecins et praticiens de la santé, les syndicalistes, les étudiants…», par «la fragilité du pouvoir d’achat des Algériens, résultat d’orientations et politiques économiques égotistes, rentières et antisociales», et par les répressions répétitives et continues des manifestations publiques pourtant pacifiques et la comparution devant les tribunaux de ses acteurs avec des lourdes peines encourues».

La LADDH réitère sa «solidarité à l’égard des défenseurs et les activistes qui militent au quotidien pour la digité et les droits de la personne humaine». La LADDH affirme ses engagements «à travers ses avocats militants volontaires à défendre les causes justes et les victimes de violations et d’arbitraires».

H. A.

Commentaires

    awrassi
    24 avril 2018 - 12 h 20 min

    Les associations de défense des droits de l’homme sont toutes de sinistres exécutants de la franc-maçonnerie mondiale. Leur rôle est de servir l’Empire, cette secte sans foi ni loi qui essaie de subjuguer les peuples … au nom de la liberté individuelle. Les lois algériennes suffisent à défendre les citoyens. Pour peu que le système judiciaire (avocats et juges) ne soit pas justement dirigé par ces francs-maçons. Si j’étais délinquant, je préfèrerais mille fois la chari »a !

    1
    1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.