L’Algérie convoque l’ambassadeur du Maroc à Alger et répond à Bourita

Algérie Maroc Iran
Le secrétaire général du ministère des Affaires étrangères, Noureddine Ayadi. New Press

Par Sadek S. – L’ambassadeur du Maroc à Alger a été convoqué hier, mercredi, par le secrétaire général du ministère des Affaires étrangères, M. Ayadi, qui lui a fait part «du rejet par les autorités algériennes des propos totalement infondés mettant indirectement en cause l’Algérie, tenus par son ministre des Affaires étrangères à l’occasion de l’annonce par ce dernier de la rupture des relations diplomatiques entre le royaume du Maroc et la République islamique d’Iran».

Dans une déclaration à l’APS, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Abdelaziz Benali Cherif, a fait savoir que M. Ayadi s’exprimait en réaction aux propos tenus la veille par le ministre marocain des Affaires étrangères, Nasser Bourita, qui a annoncé lors d’une conférence de presse à Rabat que le Maroc a décidé de rompre ses relations diplomatiques avec l’Iran en raison du «soutien» au Front Polisario, représentant légitime et unique du peuple sahraoui.

Le Front Polisario a, pour sa part, qualifié de «grand mensonge» les allégations du Maroc, selon lesquelles le Front Polisario entretient des relations dans le domaine militaire avec l’Iran, défiant Rabat de présenter des preuves de ses «fausses allégations». Le coordinateur du Front Polisario avec la Minurso (Mission de l’ONU pour l’organisation du référendum au Sahara Occidental), M’hamed Kheddad, a indiqué, de son côté, que l’action de Rabat obéit à un «petit opportunisme politique» qui vise à «contourner la reprise des négociations politiques directes demandée par l’ONU» pour le règlement du conflit du Sahara Occidental à travers un référendum d’autodétermination du peuple sahraoui.

Dans ce sillage, M. Kheddad a réfuté l’existence de tout lien militaire avec l’Iran, en affirmant que «le Front Polisario n’a jamais eu de relations militaires et n’a pas, non plus, reçu d’armes et entretenu des contacts militaires avec l’Iran ou le Hezbollah». «Nous mettons au défi le Maroc de fournir la moindre preuve, le Maroc vit dans la folie et ne sait pas comment sortir de son obligation de dialogue», a conclu le responsable sahraoui.

Face à ces accusations, l’Iran a démenti «fermement» les déclarations «mensongères» du Maroc sur une prétendue coopération de Téhéran avec le Front Polisario, déplorant que de tels propos servent de «prétexte » à une rupture diplomatique», a indiqué mercredi le ministère iranien des Affaires étrangères, indiquant que l’Iran a toujours eu comme ligne de conduite le «respect» des pays avec lesquels l’Iran entretient des relations diplomatiques et «la non-ingérence dans (leurs) affaires intérieures». De son côté, le Hezbollah libanais a rejeté ces accusations «dans leur intégralité» et juge regrettable que Rabat ait cédé à «des pressions» étrangères, et a invité «le Maroc à chercher un argument plus convaincant pour rompre ses relations avec l’Iran».

S. S.

Comment (6)

    omar abdelmalek
    4 mai 2018 - 14 h 27 min

    je pense pour éviter la rencontre avec le POLISARIO makhezen crée un scénario a l’ l’italienne spaghetti
    d’une pierre plusieurs coups gagner trump israel les sahoudis les qataros ect….mais sa sentle mensonge de trés loin :mais actuellement c’est a la mode ::MAY MACARON TRUMP /:::mais faire remuer le makhzen est une trés bonne choses et ajouter une variante….

    4
    1
    Mkideche
    3 mai 2018 - 18 h 47 min

    Je pense que notre MAE Mssahel a cédé à son côté émotionnel en convoquant le représentant d’André Azoulay ou plutôt d’Israël pour lui faire part de son mécontentement, alors que tout le monde sait que c’est un faux sujet à débattre particulièrement après la dernière résolution onusienne. À mon humble avis, je pense qu’il ne nous reste pas assez de temps , on déjà bien encerclé par l’Otan ( il ne faut pas oublier Essebsi avec les militaires italiens). On doit réveiller notre peuple des vrais loups hypocrites qui nous attendent au tournant. Ma question: Qu’est ce qu’on a à perdre pour construire un mur contre Lihoude hachakom? J’espère que nos dirigeants prennent en considération le couteau reçu en pleine période de faiblesse et avec naïveté de nos frères Lihoudes en 1963.

    17
    7
      DAYANA
      4 mai 2018 - 12 h 35 min

      Propos excessifs et ne se justifiant en rien. Vous pensez vraiment que la conduite de la politique exterieure est tributaire des etats d »ame des ministres des affaires Etrangeres,? allons, allons !

      La convocation d’un Ambassdeur est un acte lourd de sens en diplomatie.

      9
      1
    Anti khafafich
    3 mai 2018 - 16 h 35 min

    Il ne fallait même pas le recevoir, vous deviez juste le laisser attendre et ensuite lui notifier qu il n y avait personne de disponible pour le recevoir, ça aurait été une très belle gifle.

    24
    5
    Anonymeplus
    3 mai 2018 - 10 h 06 min

    Barouitta devrait s’atteler à préparer les négociations avec le front polisario pour l’indépendance du Sahara Occidental au plus vite au lieu de faire le clown.
    Plus que 5 mois avant que l’onu et Bolton ne sévissent. Tic tac tic tac. 🕒

    52
    11
      Zaatar
      3 mai 2018 - 10 h 42 min

      Barouitta a chié pendant longtemps après la décision de l’ONU… il ne peut en outre préparer les négociations avec le Front Polisario (ça sera quelqu’un d’autre) car il est et sera toujours aux toilettes en train de chier…

      41
      10

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.