Stratégie nationale des exportations : la feuille de route finalisée d’ici juillet

stratégie nationale quiquennale des exportations
Cette stratégie accorde la priorité à l'exportation, entre autres, aux produits agricoles. New Press

La stratégie nationale quinquennale des exportations, actuellement en cours de finalisation, pourrait être mise au point définitivement d’ici la fin du mois de juin ou juillet prochains et sera soumise alors au gouvernement. Il s’agit d’une stratégie nationale quinquennale pour encourager et diversifier les exportations hors hydrocarbures, qui entrera en vigueur début 2019 et s’étalera jusqu’à 2023.

Cette stratégie, explique le ministère du Commerce, accorde la priorité à l’exportation des produits de huit secteurs, à savoir l’industrie agroalimentaire, les produits agricoles, les matériaux de construction, les produits pharmaceutiques, le papier et l’électronique, identifiés à l’issue d’une concertation avec les opérateurs économiques. «Cette feuille de route sera mesurée au mois de septembre. Nous aurons alors des données, des chiffres en matière d’exportation et nous saurons toutes les mesures à prendre pour mettre à l’international les produits des huit secteurs identifiés dans la stratégie nationale des exportations», a noté le ministère du Commerce.

La même source souligne que, dans le cadre de cette stratégie, il est prévu de «revisiter le dispositif d’accompagnement des exportateurs», vu que celui en place actuellement a «montré ses limites», ajoutant que ce dossier est actuellement ouvert et que le ministère table sur les instruments à mettre en œuvre dans le cadre de cette stratégie.

R. E.

Comment (6)

    awrassi
    4 mai 2018 - 9 h 48 min

    Question : la production agricole algérienne suffit-elle aux besoins nationaux ? Si oui, exportons et exportons encore ! J’ai comme une très forte intuition – vu que nos statistiques ne sont nulle part consultables – que notre production nationale ne suffit pas, que nous exportons pour renter des devises et que ces devises ne vont pas dans les caisses du Trésor … Pour les amateurs de pommes, je rappelle que nous produisons à Bouhmama et à Arris des pommes Golden de très grande qualité, mais que ces pommes ne se retrouvent nulle part à Khenchela ou à Batna ! Feu Boumediene, Allah yarhamouhou, ne l’aurait pas permis …

    6
    4
    Bouzorane
    3 mai 2018 - 16 h 34 min

    « l’industrie agroalimentaire, les produits agricoles, les matériaux de construction, les produits pharmaceutiques, le papier et l’électronique »…ça fait 6 secteurs!
    où sont les 8 secteurs dont parle l’article ??

    6
    6
      anonyme
      3 mai 2018 - 18 h 00 min

      mais ils racontent n’importe quoi .Pourquoi attendre 2019 et pourquoi doit on soumettre a consultation ..c est ridicule si quelqu’un veut exporter sa marchandise il n’a qu’a trouver acquereur et passer par les banques et declarer ses rentrees , y a rien de nouveau sous le soleil …des pays africains le font et on retrouve leurs produits en europe ..

      16
      1
    yaweldi
    3 mai 2018 - 16 h 03 min

    wesh, si c’est juillet c’est pour l’année agricole 2019, nkounou nssina ! comme d’habitude.
    Pourquoi faire ramadan si c’est pour être improductif (zombie) et ne penser qu’à se bourrer la panse le soir?
    Chiche qui veut poser ses congés pendant le ramadan ? héhé malins…

    14
    3
    yahhassrah2
    3 mai 2018 - 15 h 39 min

    Ah! Je n’ai trouvé aucun site Narocain(presse etc) ou l’on a le droit d’être d’esprit critique! rien que pour ça : respect Algérie ! A moins qu’il n’y ait rien à critiquer chez nos voisins…tout baigne , ahahahahaha.

    6
    9
    yahhassrah
    3 mai 2018 - 15 h 32 min

    Ah! on en est toujours aux feuilles de routes, projets, accords bilatéraux…ça patauge.
    Depuis des lustres on entend parler de ça.
    Il faut d’abord punir sévèrement les intermédiaires véreux (pseudo hommes d’affaires).
    Je conseille que pour nous le meilleur moyen en agriculture reste la conserverie et la transformation, pas de gâchis, ça se garde, ça peut s’exporter sans urgence…ça coûte si cher une petite usine de boites de petits pois, fèves, céleri, artichauts, tomates en dés, plats cuisinés…surgelés.
    Pour l’énergie, si pas de réelle volonté pour le photovoltaïque, qu’en est-il d’une centrale nucléaire?
    Les terres cultivables disparaissent de jour en jour , délocalisons pour contenir l’exode rurale!
    tiens ! un sujet tabou : Religion et démographie. En France …on fait des enfants parce que ça paye, mais chez nous? Qui croit encore que la surpopulation est une richesse?

    19
    1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.