Un grand rassemblement à Paris pour dénoncer la politique d’Emmanuel Macron

Paris slogans
Des membres de «Black Blocs» lors des manifestations du 1er Mai à Paris. D. R.

C’est avec des banderoles où il est écrit des slogans : «A bas le Président des riches», «Non au coup d’Etat social», «Pour la planification écologique», «Pour une VIe République» que des milliers de personnes ont afflué Opéra Bastille, ce samedi à Paris, répondant à l’appel «Faire la fête à Macron» lancé par François Ruffin, le député bête noire de la majorité à l’Assemblée nationale apparenté France Insoumise, le mouvement de Jean-Luc Mélenchon.

L’ambiance est festive et bon enfant, contrairement aux manifestations du 1er Mai qui ont été émaillées d’incidents graves, commis par les 1 200 «Black Blocs» – groupes non identifiés, portant des vêtements noirs et sombres, appartenant à l’ultra gauche -, qui se sont déchaînés, causant des dégradations chiffrées à plusieurs centaines de milliers d’euros.

Un dispositif impressionnant de 2 000 policiers et gendarmes a été déployé à travers les rues de la capitale, Paris, à  l’occasion de ce rassemblement qui inquiète sérieusement l’Exécutif, voire le chef de l’Etat, craignant une contagion dans tous les secteurs d’activité, une convergence des luttes qui risque de déboucher sur une fronde généralisée à l’échelle nationale.

Au moment où Emmanuel Macron achève sa visite au Pacifique d’où il s’en est pris «aux pyromanes indignés», Jean-Luc Mélenchon, avec sa verve habituelle, promet une autre journée d’action pour le 26 mai prochain, invitant les étudiants, les cheminots, les fonctionnaires et les retraités à joindre le mouvement dans cet «élan populaire qui se dessine», pour mettre un coup d’arrêt à la politique d’Emmanuel Macron qui «devrait arrêter de donner l’image d’une Thatcher new look», selon la France Insoumise, principale partie prenante à cette manifestation qui pourrait sérieusement déstabiliser le gouvernement, 60% de Français se disant insatisfaits des résultats obtenus après une année de mandat.

De Paris, Mrizek Sahraoui

Comment (5)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.