La Libye a besoin d’équipements militaires adéquats pour combattre le terrorisme

Libye équipements militaires terrorisme
Le ministre libyen des Affaires étrangères, Mohamed Siala. New Press

Le ministre libyen des Affaires étrangères, Mohamed Siala, a appelé la communauté internationale à soutenir la demande libyenne au sein du Conseil de sécurité de l’ONU en vue de «lever l’interdiction sur l’importation de certains types d’armes nécessaires à la lutte antiterroriste», rapporte l’agence Sputnik.

La communauté internationale «doit appuyer au sein du Conseil de sécurité de l’ONU la requête libyenne de lever l’interdiction sur l’importation de types d’armes nécessaires à la lutte antiterroriste et à l’équipement de la garde présidentielle», a indiqué le chef de la diplomatie libyenne vendredi à Douchanbe (Tadjikistan) lors de la conférence internationale sur la lutte antiterroriste.

Selon M. Siala, «l’interdiction de l’exportation de l’armement vers la Libye, imposée à la Libye sous prétexte d’éviter d’envenimer le conflit, a beaucoup influé sur nos capacités à faire face aux actes terroristes».

Le ministre libyen a dénoncé à cette occasion l’acte terroriste perpétré mercredi dernier à Tripoli contre le siège de la Haute Commission électorale libyenne (HNEC) et qui a fait 16 morts et plusieurs blessés.

Le chef de la diplomatie libyenne est arrivé à Douchanbé en provenance de Moscou où il a effectué une visite de deux jours.

Dans la capitale russe, Mohamed Siala s’est entretenu avec le vice-ministre russe, représentant spécial du Président pour le Proche-Orient et l’Afrique du Nord, Mikhaïl Bogdanov, et a rencontré des représentants de grandes entreprises russes.

Selon un communiqué du ministère russe des Affaires étrangères, la réunion entre MM. Siala et Bogdanov a permis d’évoquer «les développements de la situation en Libye, tout en mettant l’accent sur la nécessité de consolider les efforts internationaux sous l’égide de l’ONU dans la perspective d’un règlement rapide du conflit dans ce pays».

La partie russe a, en outre, réaffirmé son «soutien à l’intégrité territoriale de la Libye et à la mise en place d’un dialogue national durable afin de faire sortir le pays de la crise prolongée, et ce, à travers les contacts avec les représentants des différentes forces politiques en Libye».

Les deux parties ont également examiné une série de questions mutuellement bénéfiques portant sur la coopération multiforme russo-libyenne.

R. I.

Comment (2)

    Les Égarés..ONU !..😂
    6 mai 2018 - 16 h 09 min

    Souvent le Bhl est invoqué..mais combien de fois il s’est fait entartré !!..et si on peut l’aprocher pour lui mettre une grosse Tarte sur sa face a plusieurs reprises alors cela veut dire que son importance et pratiquement nulle.. Les Boss ne se font jamais entartrer…Concernant la Libye il n’a été que le lien , agent de liaison entre les vrais Boss et les Islamistes eux mêmes Maqué par la Gb…et maintenant que l’embargo sur les armes contre la Libye est à l’Onu..cela veut dire qu’il restera en place en laissant le champ libre à ceux que ça arrange…car sans véritable Armée équipée contre le Terrorisme , la Libye vegetera jusqu’à la négociation directe des Puissances occidentales Otan et Autres pour que enfin le rideau se lève..pour le moment C’est Statu quo..la levée de l’embargo réside non pas à l’Onu mais à Washington..Moscou..Paris..Alger..Gb..pour les principaux et Égypte..Qatar..Saouds font de la figuration pour meubler .. Le rideau n’est pas levé et levée d’embargo une condition …Selon moi….

    Anonyme
    6 mai 2018 - 3 h 30 min

    Si c’est pour combattre les terroristes, alors vous n’aurez même pas un pistolet du cowboy John wayne.
    Mais si pour détruire toute la Libye, vous aurez même une bombe H…BHL s’en occupera.

    10
    2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.