Guitouni : «L’exploitation du gaz de schiste est inévitable»

Mustapha Guitouni
Mustapha Guitouni, ministre de l'Energie. New Press

Par Hani Abdi – Le ministre de l’Energie, Mustapha Guitouni, remet sur la table la question polémique de l’exploitation du gaz de schiste. S’exprimant lors d’un point de presse animé en marge d’une conférence internationale sur les statistiques, le ministre de l’Energie estime inévitable l’exploitation de cette ressource non conventionnelle. Guitouni affirme qu’il s’agit d’une ressource dont regorge le pays et qui sera exploitée dans le respect de la nature.

«Nous disposons d’importantes réserves de gaz de schiste que nous allons exploiter inévitablement. Je peux vous assurer qu’il ne sera pas exploité avant dix ans. Comme aussi je peux vous rassurer qu’il sera exploité sans porter atteinte à l’environnement», a affirmé Guitouni selon lequel il n’y a aucune raison d’avoir peur de profiter de cette ressource non conventionnelle. Les propos du ministre de l’Energie constituent une suite logique des nouvelles orientations du chef de l’Etat qui a demandé à Sonatrach de poursuivre les opérations d’exploration afin de mieux quantifier les réserves en cette ressource non conventionnelle et préparer le terrain à son exploitation en temps opportun.

Le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, a assuré récemment que l’exploitation du gaz de schiste n’interviendra pas avant 2022. «Il est temps que Sonatrach exploite toutes ses énergies au service de l’entreprise et du pays», a déclaré Ouyahia lors d’une visite, dimanche 1er octobre, à la raffinerie d’Arzew. Ahmed Ouyahia a appelé Sonatrach à «investir dans ce domaine», assurant qu’«il ne s’agit pas là d’une démarche aventurière, mais d’une option visant à garantir l’avenir en matière énergétique».

Selon lui, son exploitation nécessite beaucoup de travail en amont. Un travail qui va durer des années. En reparlant de cette ressource non conventionnelle, Guitouni veut ainsi intéresser les grandes multinationales afin qu’elles viennent explorer en association avec Sonatrach. L’Algérie est considérée comme la troisième réserve au monde en gaz de schiste.

H. A.

Comment (24)

    anonyme
    9 mai 2018 - 17 h 31 min

    l algerie est le 3eme au monde par ses gisements de gaz se schiste !!!!!
    qui a dit cela ?
    quelles études ?
    quels tests ?
    cela donne une sensation de richesse , n est ce pas ?
    on continue à  » exporter la richesse et importer kach bekhta « 

    DYHIA-DZ
    9 mai 2018 - 3 h 12 min

    Que va t-il rester de cette Algérie. Il faut prendre des photos souvenirs pour les générations futures. Il était une fois, l’Algérie était un beau pays gérée par des piocheurs sans cerveau…
    La catastrophe environnementale causée par vos forêts en béton n’a pas encore assouvi votre soif de détruire tout ce qui est beau. Vous avez dévisagé l’Algérie…méconnaissable.
    Ils ne vous reste que le gaz de schiste pour tuer ce qui reste de l’Algérie.
    C’est quoi l’Algérie pour nos responsables ?? Une poubelle à ciel ouvert.

    12
    2
    1commentaire
    7 mai 2018 - 9 h 55 min

    Si le peuple laisse faire l’extraction je lui en voudrez pour toujours !!!

    13
    4
    Zaatar
    7 mai 2018 - 7 h 46 min

    C’est dans les gènes de nos responsables. Ils ne savent développer que les hydrocarbures et rien d’autres. Les réserves des hydrocarbures conventionnels diminuant, il faut à tout prix se recentrer sur le schiste. Voila la devise de nos responsables. la rente et rien d’autres. Tout basé sur la rente, on ne sait rien développer d’autres pour bâtir une économie solide…Et quand y aura plus ni d’hydrocarbures conventionnels et ni de schiste eh bien on jouera de la ghaïta…

    10
    Anonyme
    6 mai 2018 - 22 h 46 min

    Comme le dit djeha,notre problème vital c l’eau,pas le shiste. Questions à M Guitouni et ceux qui le soutiennent: vous ressassez 3 emes réserves mondiales,…réserves énormes.. » Donnez nous vos chiffres sur c réserves,les quantités récupérables,et surtout les coûts d’extraction!!?? Vous ne les connaissez pas. Combien d’appareils de forages à importer?? Et n’oubliez pas que vous êtes ministre énergie et non petrole!! Développez le solaire M Guitouni. Les autres avancent et réalisent ,nous on parlotte: par curiosité esplanade parking ardis alger,je vois stand service Pirelli au toit couvert par panneaux apparement photovoltaïques; je m’approche et demande: effectivement c une installation photovoltaïque parking ardis M Guitouni! Société générale bank,M Guitouni, a équipé son agence ghardaia en énergie solaire si Guitouni.

    30
    1
    Anonyme
    6 mai 2018 - 21 h 39 min

    Nos responsables ont comme devise inscrite dans le marbre gouvernemental « Après moi le déluge »

    16
    1
    Anonyme
    6 mai 2018 - 21 h 21 min

    C’est soit de la bêtise non guérissable, soit volontairement suicidaire. Il faut refuser l’exploitation du gaz de schiste pour des raisons de protection de la denrée la plus précieuse de la vie : L’EAU ! Vous aurez des surprises pour les élections de 2019 : vous n’avez pas le droit de condamner les prochaines générations à un environnement dégradé, c’est criminel !!!

    33
    1
    SALHI
    6 mai 2018 - 20 h 59 min

    Si cet incompétent gouvernement s’occupait d’environnement ça se saurait…pff…

    13
    1
    Argentroi
    6 mai 2018 - 20 h 56 min

    Encore l’argument risible des générations futures ! Mais c’est maintenant qu’on a besoin d’exploiter toutes nos richesses et personnellement et crûment, je me contrefiche des générations futures. Et si on devait mettre cet argument en exergue, alors on devrait abandonner l’exploitation du pétrole, du gaz conventionnel, des différents minerais et tout ce qui n’est pas renouvelable. D’ailleurs les générations futures en adoptant ce principe ridicule laisseront aussi ces richesses à leurs prochaines progénitures et ainsi de suite jusqu’à la fin des temps.
    Investir dans le solaire, qui est une demande insistante du lobby du solaire depuis qu’il a cru accompagner le projet Desertec, demande beaucoup d’argent, et de plus tous nos voisins ont du soleil à revendre et seront alors des concurrents mortels si on devait exporter l’énergie du solaire.
    Et pourquoi le solaire quand actuellement on a du gaz conventionnel qu’on réinjecte. On n’est pas dupe et on comprend bien que les centrales solaires qu’on veut mettre en projet ne sont qu’une concession offerte au lobby du solaire pour essayer de le contenir et d’atténuer de sa nuisance politico-médiatique. Mais je crois que c’est peine perdue puisqu’il ne veut pas entendre de gaz de schiste car cette nouvelle bourgeoisie unipolaire qui se veut non compradore veut tout pour elle et tout de suite et croit, avec la prétention la plus provocatrice, agir pour l’intérêt de tous quand en vérité elle veut coute que coute rendre service à l’Europe, qui le lui rendra bien croit-elle, en relançant le projet Desertec aux frais de la seule Algérie. Et donc elle court pour avoir le pouvoir pour concrétiser cette vision et bien d’autres !
    Investir à grande échelle dans l’agriculture saharienne est vital pour l’Algérie, mais c’est l’argent du gaz de schiste qui permettra des investissements colossaux sinon d’où viendront les capitaux nécessaires à ce projet ambitieux puisqu’il faut déplacer des populations, construire des centres de vie, mécaniser, fournir l’énergie, former etc…
    Le seul argument , et encore, qu’on peut retenir contre l’exploitation du gaz de schiste est celui qui touche à l’environnement, c’est à dire aux risques de pollution de la nappe de l’albien. Et pourtant on exploite bien le gaz de schiste dans plusieurs pays sans qu’on ait entendu d’un accident de pollution majeur. Pire que cela, on y construit encore des centrales nucléaires, dont le danger est avéré, dans ces pays que certains nous citent comme modèles de préservation de l’environnement.
    Décidément, l’opacité et la manipulation entourent bien ce dossier !

    6
    32
      Farid1
      8 mai 2018 - 18 h 33 min

      Merci pour votre commentaire qui montre un autre côté de ce qu’on raconte..

      1
      6
        Argentroi
        9 mai 2018 - 19 h 09 min

        @Farid1
        Effectivement, il parait insensé de laisser des richesses inexploitées quand le pays, le peuple vit la crise. Pour certains commentateurs, ils avouent à demi-mot que l’exploitation du gaz de schiste va encore donner du souffle au régime rentier et donc ils s’opposent à cette dernière en invoquant d’autres raisons comme la préservation de l’environnement ou autres en oubliant qu’entre-temps il y a en attente des milliers de chômeurs, des centaines de projets en souffrance et que l’Algérie bat de l’aile.
        Pour d’autres, ils nous proposent d’autres solutions abracadabrantes comme le recours au solaire qui demande beaucoup d’argent sans rapporter de devises et qui se mettent à ignorer les réserves ahurissantes de gaz qui nous dispensent de recourir à l’industrie du solaire. Ainsi, ceux qui demandent, dans leurs commentaires, qu’on se creuse la tête, doivent bien admettre qu’on serait le pays le plus idiot de la terre si on se tournait vers le solaire et comme corollaire, on abandonnerait l’exploitation du gaz !
        En vérité, les tenants du solaire ont cru au projet Desertec et s’y sont engouffrés en long et en large tout en essayant d’entrainer le régime dans leur aventure mais quand les promoteurs de Desertec se sont dégonflés, notre lobby solaire algérien, vu les investissements qu’il a engagés, persiste encore dans la première direction en pensant que l’Algérie toute seule peut supporter le projet Desertec; chimères, nous qui peinons à avoir des liquidités et à maitriser des technologies élémentaires. Même les centrales solaires qui ont été offertes par Sonatrach à ce lobby en guise de compensation ne lui suffisent pas puisqu’il rêve de fournir l’Europe en énergie solaire. C’est pour cela, et d’autres raisons, qu’il se démène pour monter à l’assaut du pouvoir en menant des actions ici et là comme les différentes campagnes de désinformation et de manipulation sur le web en recourant aux fake news, à l’astroturfing comme on le voit clairement dans les appréciations des commentaires et pire quand il met la sécurité du pays en jeu pour ses propres intérêts et sa vision très restreinte qui ne maitrise pas correctement les enjeux géo-stratégiques.
        Les puissances de l’argent tellement obnubilées par leur accession fulgurante ne nous laissent même pas la liberté de réfléchir, elles pensent à notre place nous prenant pour des incapables sans le moindre discernement, quoiqu’elles ont en partie raison puisqu’elles ont mis la main sur une certaine presse, quelques partis et une partie de la rue.

          008
          10 mai 2018 - 1 h 15 min

          Argentroi=Farid1.

          Zaatar
          10 mai 2018 - 10 h 57 min

          Salut Argentroi,

          Vous semblez connaitre le sujet et c’est pour cette raison que je m’avise à vous répondre. Mais par contre vous semblez bien mélanger les choses (à moins de le faire exprès). Vous mettez en avant l’argument, pour vous incorrect, des générations futures auxquelles il faudrait leur laisser les richesses actuelles du pays. Vous conviendrez que ça ne serait pas normal. Simplement que cet argument il faut le prendre dans le bon sens. C’est à dire exploiter nos richesses actuelles tout en investissant les dividendes dans le développement des autres secteurs entre autres énergétiques. Il est inconcevable de dire qu’on ne doit rien toucher de nos richesses, qu’on vive la misère et qu’on laisse les plaisirs aux générations futures, c’est de facto, c’est d’une évidence criarde. Par contre, ce contre quoi on s’élève, et vous conviendrez très certainement, c’est l’exploitation accrue de nos richesses sans consentir un développement quelconque des autres secteurs avec les moyens fournis par l’exploitation de ces richesses, et c’est ce qui se déroule chez nous depuis l’indépendance à nos jours. De ce fait, on use de toutes les argumentations pour faire cessez ce massacre. En d’autres termes, nous n’avons pas un problème de richesse, mais de responsables gestionnaires du pays.

          Argentroi
          10 mai 2018 - 19 h 56 min

          Cher Zaatar.
          Je crois que vous m’avez mal lu puisque d’emblée dans le post que vous avez parcouru j’ écris  » Effectivement, il parait insensé de laisser des richesses inexploitées quand le pays, le peuple vit la crise  » . Dans l’autre post qui précède, j’avais jugé risible, ridicule l’argument que beaucoup de commentateurs mal intentionnés avancent et qui se résume à laisser ces richesses aux générations futures. Et pour montrer l’insanité de ce principe, je réplique que si on l’appliquait systématiquement à chaque génération, alors on attendra la fin des temps pour pouvoir exploiter ces richesses. Et si on aiguisait notre observation et notre réflexion, on se rendra compte que ce prétexte fallacieux « laisser cela aux générations futures » a été soufflé, avec d’autres prétextes, dans d’autres débats sur le web par des professionnels de l’astroturfing au service de cette bourgeoisie unipolaire qui ont même appelé à un soulèvement généralisé : d’ailleurs, c’est pour cette raison que le site de TSA français a été bloqué; je le sais puisque j’ai participé à ce débat plein d’hystériques incendiaires et ce qui m’a conduit à me poser beaucoup de questions. Et il ne faut pas être dupe, car si cette bourgeoisie avait les moyens humains, matériels et financiers pour se lancer dans l’exploitation du gaz de schiste, elle serait la première à revendiquer sa part du gâteau comme tout capitaliste cherchant le profit. Alors, en invoquant cet argument aussi arrogant que sa vision, elle espère, ou plus exactement, elle rêvasse de l’exploiter elle-même quand elle prendra le pouvoir qu’elle croit à portée de main. Ainsi l’Algérie et son petit peuple attendra et d’ici là, on peut crever de faim.
          Bien sûr qu’on doit exploiter toutes nos richesses et en même temps construire une économie forte qui mettra le pays à l’abri, mais cela ne peut venir d’un système rentier comme vous l’avez affirmé. Et donc, c’est le combat politique qui doit concrétiser cette exigence malgré les difficultés qui paraissent insurmontables quand on voit toute cette classe politique inconséquente nous servir de l’infantilisme pour cacher sa compromission, les uns avec le système rentier, les autres avec les puissances de l’argent tant nationales que celles du Proche-Orient. En principe, on devrait organiser des manifestations immenses pour exiger l’exploitation immédiate du gaz de schiste et des autres minerais pour qu’on sorte de cette situation où des milliers de travailleurs se sont retrouvés au chômage et les projets à l’arrêt; il suffit de se promener dans les villes et villages pour voir que la majorité est vraiment angoissée par l’avenir incertain de l’Algérie.

    Naïma OUARAS
    6 mai 2018 - 20 h 23 min

    Vraiment, c’est malheureux d’entendre un ministre « algérien (!?) » de prononcer avec une aussi FROIDEUR une telle sentence de mort à l’encontre de « son » propre pays et de son propre peuple. WALLAH ! Ghir H’shouma, Ayib ou Aârr…. Allah yi saffar ouatchak ya ouahed lihoudi !!! La heshma, la dine, la mella…….

    21
    2
      Argentroi
      10 mai 2018 - 5 h 34 min

      @008
      Moi, Argentroi, je jure solennellement devant Dieu et les hommes que je ne suis pas Farid1.
      OO8 est tellement convaincu de la justesse de ses idées qu’il a peur que deux autres personnes sortent du lot et ne s’accordent pas avec ses convictions. D’ailleurs Farid1 n’a émis aucun avis sur la question du gaz de schiste sauf de me remercier pour mon commentaire différent qui aborde la question comme un 007 comme tu l’insinues puisque tu as choisis le pseudo 008. Je jure encore une fois que je suis un simple citoyen qui a horreur des puissances de l’argent quand elles se mettent à manipuler les autres. Et on doit bien leur dire qu’on n’est pas des imbéciles même si on n’est pas arrivé à être riche comme eux.
      Résumons la question : les intérêts de cette nouvelle bourgeoisie unipolaire différent complétement des intérêts de la grande masse des algériens car la première classe est à l’abri mais la seconde rêve que d’une vie décente que seule l’exploitation de ces nouvelles richesses peut apporter puisque aucun changement économique positif rassurant n’est à l’horizon. L’aventure politique ne m’intéresse pas dans ces conditions car je ne suis pas un bourgeois en mal de pouvoir dont les rêvasseries vont mener la grande masse au bord de l’abime. Qu’a t-on comme richesses ou comme économie pour pouvoir maintenir un taux de croissance qui puisse apporter cette vie décente à des centaines de milliers de jeunes qui aspirent à un emploi. Même la caisse de retraite est en déficit si ce n’est le renflouage de l’état qui vient assurer les pensions de millions de retraités. Je peux citer des centaines d’exemples qui alimenteront le feu de l’angoisse des lendemains incertains auxquels les nouveaux parvenus sans culture politique sont insensibles. Voila donc 008 l’essentiel du pourquoi de mes commentaires qui ne sont au service d’aucun service mais au service de mes intérêts et à ceux qui me ressemblent, c’est à dire au service de mes intérêts de classe. Et s’il y a des milliers d’avis contraires, cela ne m’influencera guère car je suis persuadé que chacun parle selon ses intérêts même s’il recourt à un lexique de révolutionnaire.

    Anonyme
    6 mai 2018 - 15 h 52 min

    Interdiction de par la loi l’extraction du gaz de schiste une catastrophe environnementale si sa ce fait ce Guitouni devrez changer de position et ne plut parler de cela ces un conseil.

    30
    1
    Anonyme
    6 mai 2018 - 15 h 14 min

    @ Djeha Dz.
    6 mai 2018 – 14 h 07 min
    Vous avez parfaitement dit et explique les problemes de l exploitation du gaz de schiste et nomme les solutions les plus urgente,entre l important et l essentiel il faut choisir naturellement
    l essentiel qui est a mon avis de moderniser et developper l Agriculture et l industrie agroalimentaire et d introduire de nouvelles cultures,,nous avons des millions d hectares de terre non exploitees., encourager et continuer a soutenir la creation de petites et moyennes entreprises surtout dans les nouvelles technologies et du numerique,continuer a elargir et developper les infrastructures routieres,portuaires et aeroportuaires,et surtout developper les infrastructures ferroviaires pour le transport des marchandises et des matieres premieres comme le phosphate et d autres minerais ,car il faut eviter a tout prix le transport par les poids lourds extremements polluants et destructeurs des routes et des autoroutes en plus des causes d embouteillages et de bouchons ….
    Oui Djeha Dz.L eau est une source essentielle qu il faut preserver et conserver,il faut que nos autorites se penchent sur la recuperation des eaux de pluie et la conserver…nous savons tous malheureusement que dans nos villes les eaux de pluie sont evacuees dans le meme systeme d evacuation que les eaux usees et augmentent les couts de fonction des stations d epuration ou ruisselle dans la direction des oueds..Pourtant dans les villes du sud la nature des terrains sabloneux permet l installation de systeme de rigoles sousterraines d infiltration des eaux de pluie domestiques pour alimenter les nappes phreatiques ou des citernes souterraines pour usages prives une eau pure et gratuite.Partout dans les petites villes en Allemagne utilisent ce systeme qui n autorise que l evacuation des eaux usees vers les station d epuration…cela s appelle « Muldenrigolensystem » et voici le lien avec les schemas qu on peut facilement installer en Algerie….pas de canalisation ni de frais enormes ,les couts sont divises par 10.Notre ministre doit se pencher sur ce system ecologique et tres performant….a developper en Algerie

    https://www.google.fr/search?q=aufbau+mulden+rigolen+system&tbm=isch&tbo=u&source=univ&sa=X&ved=0ahUKEwivj9DevvHaAhVHxKYKHWReBYoQsAQIQw&biw=1579&bih=728

    67
    Kahina-DZ
    6 mai 2018 - 15 h 11 min

    Le gaz de schiste n’est pas la solution…C’est votre incompétence qui est le problème. Votre stérilité et votre manque de vision rongent le pays.
    Il est plus facile de détruire que de réfléchir et de travailler.
    Le Japon n’a aucune goute de pétrole ni de gaz…Mais beaucoup de matière grise dans la tête de ses dirigeants.

    Ce sont vos têtes qu’il faut creuser et non pas le sol.

    39
    4
      Mme CH
      6 mai 2018 - 22 h 15 min

      Bravo pour votre commentaire très concentré, mais c’est surtout la dernière phrase qui m’a beaucoup plus: « Ce sont vos têtes qu’il faut creuser et non pas le sol. »..C’est du Top rien à ajouter…! Si peut être une toute petite chose, Ah, connivence quand tu les tiens…!!

      12
      2
    leaudanslegaz
    6 mai 2018 - 14 h 52 min

    C’est bizarre de vouloir attirer l’attention sur soi en invoquant un sujet qui fâche, evidemment, s’il se mettait à parler de l’elevage de pets de chèvres dans l’hemisphère austral, personne ne prêterait l’oreille et se boucherait le nez.

    27
    2
    TOLGA - ZAÂTCHA
    6 mai 2018 - 14 h 38 min

    Eh bien : NON !!! Mr. le « ministre ». Vous n’avez pas le droit d’hypothéquer l’avenir de l’Algérie et des générations futures en détruisant toute la nappe de la MER ALBIENNE qui se trouve emmagasinée dans le sous-sol Saharien depuis des millénaires.

    Notre futur gaz de schiste c’est L’AGRICULTURE !!! Sur laquelle vous devez investir et mettre tous les moyens afin d’assurer la SÉCURITÉ ALIMENTAIRE du pays et de nos générations futures.

    Hélas ! Et comme toujours, vous vous retournez, vous et vos semblables, vers les solutions les plus faciles qui sont et seront à n’en point douter…… EXTRÊMEMENT DANGEREUSES quant à l’avenir du pays.

    Mais faites preuve d’intelligence, au moins pour UNE fois ! Juste UNE SEULE FOIS ! Bon sang de bon sang !!!

    70
    3
    Djeha Dz.
    6 mai 2018 - 14 h 07 min

    Une exploitation du gaz de schiste propre et sans répercutions sur l’environnement et surtout sur la nappe phréatique et peu crédible à mon avis. Il y a quelques années, l’idée d’exploiter le gaz de schiste a provoqué un grand débat et moult interventions de spécialistes qui n’ont cessé de dire une chose et son contraire à ce propos.
    Ce qui me préoccupe personnellement, c’est que j’ai l’impression que Sonatrach et surtout nos fins stratèges et ces grosses voix qui s’élèvent souvent du pour vent, ne réagissent pas pour dire que dans les prochaines décennies l’eau coutera plus chère que le gaz. Que les Algériens risqueront de ne pas avoir la ration d’eau quotidienne nécessaire à leur besoins vitaux.
    Que la guerre pour l’eau est déjà en cours. Au Moyen Orient entre, Palestine/israël, Turquie /Irak.
    Je crois que certains dossiers tel que celui-ci, doivent relever de commissions d’experts loin des visées politiques et mercantiles.
    Si les besoins en énergies sont utiles, les besoins en eau sont vitaux pour les populations.

    Sonatrach est poussée et encouragée à exploiter des ressources (gaz de schiste)aux conséquences fatales pour l’avenir du pays et du peuple, pendant que certains de ses clients tel que la France, qui a renoncé définitivement à se tourner vers le gaz de schiste à cause des conséquences qu’il a sur l’environnement.
    Il vaut mieux investir dans le solaire et d’autres secteurs tel que l’agriculture qui sont tout aussi rentables, et préserver l’eau et l’environnement.

    56
    3
      Argentroi
      10 mai 2018 - 10 h 51 min

      Et pourquoi la France n’abandonne t-elle pas le nucléaire qui présente une menace avérée des milliers de fois plus dangereuse que l’exploitation du gaz de schiste qui, pour le moment, on n’a pas eu vent qu’elle a causé un accident de pollution majeur dans les nombreux pays où le gaz de schiste est exploité. Et comme on devine la réponse à cette question et qui est que la France, et autres, pour des raisons économiques, ne peut se passer du nucléaire malgré le danger qu’il présente, il en sera de même pour l’Algérie qui ne peut se passer de cette richesse du gaz de schiste à moins que certains préfèrent nous voir crever de faim avant de voir l’hypothétique industrie naissante du solaire, que les plus avancés que nous ne maitrisent pas parfaitement encore, nous rapporter des devises quand elle s’exportera dans au moins 50 ans dans le meilleur des cas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.