Ramadhan : Djellab assure que les fruits et légumes seront disponibles à des prix raisonnables

légumes Djellab
Les fruits et légumes seront disponibles en quantités et à de bons prix. New Press

Le ministre du Commerce, Saïd Djellab, a affirmé, samedi à Alger, que les fruits et légumes seront disponibles en quantités suffisantes et à des prix raisonnables durant le mois de Ramadhan, vu l’abondance du produit agricole pour cette saison et l’ouverture de 159 marchés de proximité à l’occasion.

Lors d’une visite au marché de gros des fruits et légumes des Eucalyptus (Alger), le ministre a indiqué que «les produits sont disponibles en quantités suffisantes et une hausse des prix sera injustifiée en ce mois sacré», ajoutant que «les producteurs se sont engagés à assurer la marchandise à des prix raisonnables» et les inspecteurs du ministère du Commerce veilleront au respect de cet engagement sur le terrain.

Il a estimé, toutefois, que le consommateur demeurait le principal acteur sur marché, insistant sur l’importance d’une consommation rationnelle, car la forte demande entraînera une hausse des prix.

A l’occasion du Ramadhan, 159 marchés de proximité ont été ouverts samedi à travers l’ensemble du territoire national, en plus des marchés traditionnels, a annoncé Djellab, précisant que la capitale comptait à, elle seule, 9 marchés dont ceux du 1er Mai, Bab El-Oued, Birtouta, Ouled Fayet, Barraki, Bab Ezzouar et les Eucalyptus.

En plus de couvrir les besoins des citoyens à des prix raisonnables, les marchés inaugurés aujourd’hui à quelques jours du mois sacré permettront d’alléger la charge sur les marchés traditionnels et contribueront à la baisse des prix, selon le ministre.

Les prix des viandes rouges seront moindres au niveau de ces marchés de proximité que ceux proposés sur les autres marchés, a-t-il fait savoir, soulignant l’importation de plus de 50 000 tonnes de ce produit.

Le ministre a insisté sur l’impératif de respecter la facturation dans l’ensemble des transactions commerciales entre agriculteurs et commerçants, précisant que des efforts étaient en cours pour mettre en place des agences bancaires au niveau des marchés de gros afin de recourir au paiement par chèque, ce qui conférera davantage de transparence à la traçabilité des marchandises sur les marchés.

«Le mois de Ramadhan est une occasion pour évaluer l’organisation des marchés des fruits et légumes et œuvrer à son optimisation», a-t-il relevé, appelant les dirigeants des grandes surfaces commerciales à jouer un rôle plus important dans ce domaine.

S’agissant de la valorisation des produits agricoles, le ministre a confirmé «un engouement» des investisseurs vers les industries manufacturières, et ce grâce à «la liste des produits interdits à l’importation et des avantages décidés par l’Etat dans ce domaine».

«L’agriculture ne saurait se développer en l’absence d’un circuit de distribution organisé et des opportunités d’exportation et une industrie manufacturière développée», a-t-il conclu.

R. N.

Comment (13)

    Lghoul
    13 mai 2018 - 19 h 39 min

    Depuis que le nouvel Islam du business, du khol, de la façon de s »habiller ou de prier à pris le dessus, les gens ne pensent qu’à manger et dormir. L’islam ancestral tolérant et pacifique est parti pour être remplacé par le wahabisme qui n’ est qu’un fond de commerce de bazard et de souk qui a transformé l’être humain en deux organes qui travaillent: Le ventre et le bas ventre. Le reste ? On se rencontrera au paradis promis. Depuis quand ces prêches interminables ont rapporté quelque chose de positif pour la jeunesse et la société ? Depuis plus de 30 ans de wahabisme, on n’a fait qu’accentuer le vol et la tricherie. Ce qui veut dire que tout est du khorti. Mais vont ils comprendre à la fin ? J’en doute.




    23



    1
    Anonyme
    13 mai 2018 - 17 h 21 min

    Une pomme coûte 200 da à Oran au marché du quartier surnommé « HLM ». Les 5 pommes sont à 1000Da malheureusement et ça parle de prix stable et accessible à tous… Où vivez-vous (…)




    3



    0
    Anonyme
    13 mai 2018 - 17 h 08 min

    ce que je ne comprend pas c est la guerre menée aux vendeurs de fruits et légumes, verbalisés et dessaisis de leurs marchandises pour le motif qu’ils vendent dans des endroits non-autorisés alors que les autorités se sont montrées incapables à ce jour de réaliser des marchés de proximité dignes de ce nom.
    Si on prend l’exemple d’Alger, seuls existent des marchés légués par la france coloniale




    3



    1
    Felfel Har
    13 mai 2018 - 12 h 20 min

    Combien de fois a-t-on entendu cette musique? Cette année ne sera pas exceptionnelle: les produits ne seront pas aussi disponibles qu’on le croit et les prix flamberont comme d’habitude. Tant que les organismes de contrôle ne joueront pas le jeu et que des sanctions sévères ne seront appliquées, les spéculateurs feront leurs petites affaires en se gaussant de l’État et de ses ministres (agriculture, commerce, intérieur, finances et justice). Dezzou m3ahoum est leur réponse à leurs initiatives ponctuelles, à la veille du ramadan. Je souhaite quand même un bon mois de ramnadan à tous mes compatriotes.




    16



    1
    le niveau
    13 mai 2018 - 11 h 23 min

    arrete de dire n’importe quoi ?? celui qui veux s’enrichir fi ramdane n’a qua faire du commerce en algerie un commerce officiel wela trabendu .
    toujour la meme chanson et les prix vont tripler fi ramdane. je suis sur et certain
    un kilos de pomme de terre et a 40 dinard le prix et raisonnable demain elle sera a 100 dinard le prix et aussi raisonnable
    et pourquoi pas vous ne faite pas les prix des produits et mettre LES PRIX et tout le monde le saura … …




    11



    0
    nectar
    13 mai 2018 - 10 h 51 min

    Malgré que ce mois est censé être un mois de piété et non une goinfrerie nationale par des êtres à l’état comateux durant toute la journée.
    Revenons à ces tartufferies habituelles dont on nous inondent chaque début de mois de Ramadan. Nous aimerions savoir quel est le référentiel, qui vous permet de dire que les prix seront abordables? Certainement, pour les hauts salaires des fonctionnaires de l’état, aucun doute, mais pour les petits salariés et retraités, qui touchent des clopinettes, il faudrait vraiment qu’ils serrent la ceinture au dernier cran. Des ministres qui ne sont pas jugés sur les résultats mais sur des fanfaronnades, il n’y a rien à attendre…




    11



    0
    Hamid
    13 mai 2018 - 8 h 38 min

    Un mois de piété ou un mois d’exercice de remplissage des panses. On voit que la religion n’a rien à voir dans la tête des gens que ce soit au Haj ou pendant le carême. Tout tourne autour de l’argent et du commerce. Et pourtant on ne parle que de religion dans les mosquées depuis de centaines d’années. De quoi parlent ils au juste ? Aucune éducation musulmane ! A quoi sert alors de jeûner ou d’aller au Haj ? A rien car tout est hors religion.




    11



    0
    Farida
    13 mai 2018 - 8 h 21 min

    Pourquoi attendre le mois de Ramadan pour rendre les produits disponibles ?
    Et pourtant ce mois est normalement un mois d’epreuves et de resistance. Mais la religion est le dernier soucis des arabes. Manger et dormir resoudra tous leurs problemes.




    7



    0
    Algérienne
    12 mai 2018 - 23 h 56 min

    En ce mois de Ramadan, j’ai une pensée particulière pour tous les malades,et les personnes âgées. Une pensée pour tous les musulmans qui jeûneront sous les bombes,je pense notamment à nos frères Syriens et Yéménites, et à tous ceux qui sont dépourvus d’un toit ou d’une famille,et qui devront jeûner sous une tente. Que Dieu leur vienne en aide,en ce mois de jeûne.
    Saha Ramdankoum à toutes et à tous.




    10



    4
    anti khafafich ⴰⵎⴳⵉⵍⵍ ⵜⵉⵢⵉⵍⵍⵉ
    12 mai 2018 - 21 h 17 min

    le titre démontre la continuité dans l’encouragement de l’attitude consumériste des tubes digestifs car autrement le titre serait : »la fraude et la spéculation ne seront plus disponibles pendant le mois de Ramadhan », alors machi saha ramdankoum ya les opportunistes et les Con-sommateurs !




    4



    6
    Nasser
    12 mai 2018 - 20 h 27 min

    Si ce n’est pas le cas, qu’il démissionne avec courage!




    8



    0
    ppredator
    12 mai 2018 - 20 h 26 min

    Gavez les tubes digestifs que nous sommes devenus




    5



    22
    elhadj
    12 mai 2018 - 17 h 14 min

    Le ministère du commerce devra sévir sans faille pour éliminer tous les spéculateurs qui achètent des récoltes sur pied ,stockage abusif ,absence de facturation et traçage des transactions,régulation de l approvisionnement ,surveillance accrue du fonctionnement transparent des marches de gros,mise en exploitation des différents marches de proximité réalisés par l Etat et demeures a l abandon,établissement d une mercuriale. Avec force et engagement l urgence a la discipline nécessaire qu il faut instaurer au niveau de ce secteur livre a la mafia de la spéculation qu il faut identifier et soumettre au fisc et respect des règles commerciales ,pour préserver le pouvoir d achat des citoyens et la cohésion sociale




    11



    4

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.