Territoires sahraouis occupés : le Front Polisario lance un défi au Maroc

Polisario Maroc
Abdelkader Taleb Omar D. R.

L’ambassadeur de la République arabe sahraouie démocratique (RASD) à Alger, Abdelkader Taleb Omar, a déclaré ce mercredi que les camps des réfugiés et les territoires sahraouis libérés sont des régions ouvertes et transparentes, contrairement à la situation dans les territoires sahraouis occupés et assiégés par le Maroc. «Les camps des réfugiés et les territoires sahraouis libérés sont des régions ouvertes et transparentes, contrairement à la situation dans les territoires sahraouis occupés et assiégés par le Maroc. Nous lançons un défi au régime marocain d’ouvrir aux visiteurs et observateurs étrangers l’accès aux territoires sahraouis assiégés, comme cela est assuré au niveau des camps de réfugiés et les territoires libérés», a indiqué M. Taleb Omar dans un entretien à l’APS.

Dans ce contexte, il a soutenu que les camps de réfugiés abritent, outre un nombre d’ONG italiennes, espagnoles, françaises et suédoises, une dizaine d’organisations, celles relevant notamment des Nations unies, le Haut Commissariat aux réfugiés (HCR), le Programme alimentaire mondial (PAM), le Fonds de l’ONU pour l’enfance (Unicef) et l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Ces organisations sont, a-t-il affirmé, en contact quotidien avec les réfugiés et les institutions sahraouis. «Des milliers de visiteurs se rendent chaque année dans les camps des réfugiés, soit des dizaines chaque semaine», a précisé M. Taleb Omar, affirmant que «tout ce qui se passe sur les lieux est connu de tous et à tous les niveaux, notamment en ce qui concerne les droits de l’Homme, situation et conditions de vie des réfugiés et la gestion des aides humanitaires, idem pour les territoires libérés où sont implantées les zones militaires et où se trouvent également des civils».

Les centres de contrôle dirigés par le Front Polisario dans le cadre de la Minurso (Mission des Nations unies pour l’organisation d’un référendum au Sahara Occidental) effectuent des inspections aériennes et d’autres au sol assurées par des observateurs militaires le long des territoires libérés, au niveau des cinq points sous la souveraineté de la RASD, du nord au sud, Bir Lahlou, Tifariti, Mehaires, Mijek et Aghwinit. «Si un dépassement quelconque existait, il n’aurait pas échappé à l’œil des observateurs et organisations qui y effectuent des visites de façon régulière», a-t-il expliqué.

Cela, a-t-il dit, «dénote le respect de la transparence au moment où l’autre partie (le Maroc), cumule expulsions, interdictions d’entrée aux journalistes et campe sur son refus de la surveillance des droits de l’Homme dans les territoires sahraouis occupés». Le diplomate sahraoui a affirmé que les Sahraouis étaient «prêts encore à accueillir des observateurs des droits de l’Homme dans les camps, les zones militaires ou les territoires libérés», mettant au défi les autorités d’occupation marocaines de faire pareille chose dans les territoires occupés. Puisque, dit-il, «(Rabat) lance des accusations et des allégations, nous appelons tous les observateurs internationaux à venir et prendre attache avec ceux qu’ils désirent pour constater de visu lesquelles des parties qui assiègent et répriment. C’est bien entendu le régime marocain, c’est lui aussi qui refuse le référendum d’autodétermination, pourtant facile».

S’agissant de la question des aides humanitaires octroyées aux réfugiés sahraouis, M. Taleb Omar a dénoncé, une fois de plus, «le rôle de la France qui a, comme à l’accoutumée, poussé les Européens à réduire les aides humanitaires destinées aux réfugiés sahraouis, sous prétexte que les camps de réfugiés sahraouis n’abritent que 90 000 personnes, ce qui a laissé nombre de réfugiés sans rations alimentaires».

Après examen de cette question, M. Taleb Omar a affirmé que des organisations, dont le HCR, se sont mobilisées et elles ont invité des spécialistes, les institutions sahraouies, et ont visité les camps, avant de procéder à un recensement établi actuellement à 173 600 réfugiés, un nouveau décompte qu’elles ont présenté par la suite aux Nations unies.

La France, encore une fois, «a fait tout pour que ce nouvel élément concernant la situation et le nombre réel des réfugiés n’apparaît pas dans les rapports du SG de l’ONU, Antonio Guterres», a-t-il déploré. «La France empêche ce type de vérité, nécessaire au règlement de la question sahraouie, d’atterrir chez le SG de l’ONU, dont la décision de la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) concernant l’accord de pêche entre l’UE et le Maroc, qui a conclu que le texte n’était pas applicable au Sahara Occidental», a-t-il dit.  «Mais les ONG la détiennent (la vérité) et travaillent dessus et nous souhaitons que les manquements dans le travail humanitaire soient traités», a ajouté le diplomate sahraoui.

Sur un autre volet, celui lié à l’exploitation illégale par le Maroc des ressources naturelles du peuple sahraoui, il a alerté qu’un nombre de puissances européennes ont l’intention d’examiner un nouvel accord de pêche pouvant transgresser la décision de la justice européenne. Il a rappelé, à ce titre, que «le Front Polisario a mis en garde contre la gravité de cette tentative et a fait part de sa volonté de recourir à nouveau aux tribunaux européens en cas de signature d’un tel accord».  «Nous rappelons, dans ce sens, à la Commission européenne ses responsabilités et que la signature d’un texte du genre dans le contexte actuel ouvrira la voie à de nouveaux dépassements du régime marocain qui se donnera la permission de continuer d’occuper le Sahara Occidental et de spolier les ressources de son peuple».

Aussi, soutient le diplomate, «cela va, sans doute, faire obstacle aux efforts des Nations unies et au travail de l’Envoyé personnel du SG de l’ONU pour le Sahara Occidental, Horst Köhler, qui cherche à mettre en place des conditions propices pour la reprise des négociations, sans condition préalable, entre les parties en conflit, le Front Polisario et le Maroc».

R. I.

Comment (9)

    Houari31
    17 mai 2018 - 16 h 40 min

    Il faut cesser de palabrer et passer au concret les armes à la main en se disant que la France à chanté durant 132 années que l’Algérie était française et pourtant…




    4



    4
    Anonyme
    17 mai 2018 - 13 h 25 min

    L »affaire du sahara occidental et la détérioration des conditions socio-économiques et sanitaire de la population marocaine, conjuguée a une répression des forces de l’ordre, acculent le makhnez et le régime alaouite dans leur dernier retranchement. Apres avoir péroré, menacé d’une guerre, le régime criminel alaouite s’aperçoit enfin que les sbires du régime ont siphonnés les caisses du royaume et que l’etat fantoche est endetté et n’a pas les moyens d’une aventure guerriere face au polisario . Avec une armée corrompue jusqu’a l’os, des troupes démoralisées, la dynastie alaouite n’est plus maitre du destin du peuple saharoui .




    5



    7
    Mohamedz
    17 mai 2018 - 8 h 19 min

    @Ziad. Le problème est que le peuple marocain ne se réveillera jamais tant que ses neurones sont encore en quiescence en raison d’une consommation abusive du haschich et des effets du conditionnement médiatique de la presse propagandiste du Régime aléatoire.
    Sinon comment expliquer l’unanimité faite autour du principe disant que le seul critère de citoyenneté se rapporte exclusivement à la manière de faire ce fameux  »baise-main » et l’espoir de voir un jour son nom dans la liste annuelle des prêteurs du Serment d’allégeance à sidhoum le Prédateur.




    15



    12
    Rachid Djha
    17 mai 2018 - 0 h 59 min

    Il est grand temps pour le Polisario d’apprendre qu’on ne lance pas de défis à une prostituée qui par définition ne se soumet qu’a la vitalité et la force de son mâle.




    31



    20
    Med Benhamou
    17 mai 2018 - 0 h 37 min

    À bien réfléchir on s’apercevra que c’est la France qui colonise le Sahara occidental et que le Maroc, en tant que protectorat français ne fait qu »assurer la sous-traitance moyennant quelques dividendes pour la famille Allaouite.




    35



    19
    M'hamed HAMROUCH
    17 mai 2018 - 0 h 30 min

    L’entêtement suicidaire du fils du Glaoui me fait dire et écrire que l’indépendance du Sahara occidental est au bout du fusil de son peuple et que tout le reste n’est que du bla bla bla et une perte de temps que le fils du Glaoui est en train de mettre à profit pour changer la démographie des populations autochtones du Sahara occidental par la transhumance de colons marocains selon le modèle israélien en Palestine.




    21



    20
    Ziad ALAMI
    17 mai 2018 - 0 h 20 min

    Le peuple marocain devrait se réveiller pour essayer de sauver son pays en se posant au moins ces 6 questions :
    1/- Si vraiment le Sahara occidental était marocain, pourquoi H2 à partagé ce Sahara occidental avec la Mauritanie en 1975 ?
    2/- Si vraiment le Sahara occidental était marocain, pourquoi H2 à fait sortir le Maroc de l’OUA en 1984 et que son fils M6 a fait le chemin inverse en 2017 alors que les raisons pour justifier le retrait de 1984 existe toujours à savoir la présence de la RASD.
    3/- Si vraiment le Sahara occidental était marocain pourquoi H2 à signé en 1991 un Accord de cessez-le-feu avec le Polisario tout en acceptant la mise en place de la MINURSO qui veut dire Mission des Nations Unies pour l’organisation du Référendum au Sahara Occidental.
    4/-Si vraiment le Sahara occidental était marocain pour l’ONU traite ce dossier sous le chapitre de  »territoire à decoloniser » et est toujours considéré juridiquement par les instances internationales sous administration espagnole.
    5/-Si vraiment le Sahara occidental était marocain pourquoi aucun pays au monde ne reconnaît à ce jour là souveraineté du Maroc sur le pays (Sahara occidental).
    6/-Si vraiment le Sahara occidental était marocain pour pourquoi les 2 Arrêts de la CJUE (agricole et pêche) disent le contraire.
    Autant de questions simples qui peuvent permettre aux vrais marocains dignes et patriotes de sauver leur pays avant que ça ne soit trop tard.




    40



    20
      Questions
      17 mai 2018 - 2 h 38 min

      Autres questions à rajouter:
      – Où était le caché Maroc pendant toute la période de colonisation espagnole de 1884 à 1975?
      – Pourquoi il n’y a eu jamais de combattants marocains qui se sont battus pour le Sahara avant 1975?
      – Pourquoi les marcheurs de la marche verte ont-ils attendu à la frontière plusieurs jours le départ du dernier soldat espagnol pour envahir ce territoire avec une nouvelle population et chasser la population autochtone?
      – Pourquoi la presse étrangère et les ONG sont-elles actuellement interdites au Sahara Occidental?
      – Pourquoi proposer une autonomie élargie à un territoire prétendu national?
      – Pourquoi donner une multitude d’avantages matériels aux habitants de ce territoire par rapport au nord du Maroc?
      – Etc …




      32



      20
    Felfel Har
    16 mai 2018 - 22 h 52 min

    Il faut aller plus loin en exigeant du Maroc qu’il ouvre les portes de sa prison à ciel ouvert qu’est ce qu’il appelle son royaume. Un pays où un océan de misère cotoie des ilots de luxe et luxure au profit d’une faune européenne débauchée. Un pays où les droits de l’homme sont quasi inexistants, où la voix du peuple est étouffée, muselée et réprimée sauvagement. Un pays où les infrastructures de base sont absentes au point où on croirait vivre dans une décharge à ciel ouvert. Pendant ce temps, le monarque s’amuse à Paris, rêve d’un empire, attaque ses voisins, ment éhontément, s’acoquine avec les sionistes. Sous son reigne le Maroc est tombé de Charybde en Scylla.




    27



    19

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.