Le CCLD appelle à la mobilisation «contre le statu quo suicidaire»

CCLD appelle mobilisation
Moulay Driss Chentouf, coordinateur national du Parti pour la laïcité et la démocratie. D. R.

Le Collectif de coordination et de liaison des démocrates (CCLD), créé par des militants de différentes sensibilités, appelle à la mobilisation de toutes les forces progressistes pour dépasser l’impasse politique que vit le pays depuis plusieurs années. Ce Collectif, qui décrit une situation des plus alarmantes à tout point de vue, affirme inscrire son action «dans le combat contre ce statu quo suicidaire». Il assure qu’il fera tout pour «épargner à notre pays toute dislocation ou partition territoriale». «Nous enregistrons aujourd’hui avec une très grande satisfaction les signes palpables d’une convergence effective dans nos rangs et les prémisses d’un nouveau départ et, pourquoi pas, celles d’une reconstruction possible d’un mouvement politique sur la base de la double rupture, voire de la triple rupture avec le système rentier et bureaucratique, l’islamisme politique et la classe politique», souligne le CCLD dans une déclaration rendue publique aujourd’hui, après une rencontre entre ses différents animateurs.

L’objectif de ce Collectif «n’est pas l’unanimité à tout prix mais le débat organisé et transparent». «La vertu de l’échange est de favoriser un véritable courant de discussions pour aider à une réflexion large et pousser à la clarification par l’examen approfondi de toutes les positions politiques exprimées», soutient le CCLD qui dit s’échiner «à harmoniser les visions politiques de tous ses membres avant de s’inscrire et de s’entendre sur les rythmes des transformations organiques.

«La convergence que nous visons ne saurait se faire dans la précipitation.  Elle est une voie qui exige une rigueur politique sans faille et une grande intelligence politique», souligne ce Collectif qui aspire à un changement pacifique pour dépasser cette crise que traverse le pays. «Ni le contexte délétère du pays, ni les trahisons multiples aux idéaux que nous portons n’ont eu raison de notre volonté de maintenir la flamme du combat. Bien qu’ayant vécu des cheminements distincts et tenté des expériences diverses dans des cadres organisés différents pendant de nombreuses années, nous voilà réunis et animés par le même objectif : accélérer notre rapprochement pour dessiner ensemble le chemin de la convergence», précise le CCLD qui n’a pas été tendre avec l’opposition.

«Il est pour le moins atterrant d’émarger en même temps à un parti d’opposition progressiste et d’occuper un poste de ministre, de sénateur, de député, de maire ou de simple «élu» d’un régime dont on condamne la politique. Il est inconcevable de prôner son adhésion politique à un  projet de société universaliste et pactiser avec les partisans d’un Etat théocratique. Ce sont précisément ces incohérences, ces dérives et ces compromissions qui ont avili la chose politique, discrédité les partis démocrates et creusé un gouffre entre le peuple et la classe politique», soutient le Collectif qui appelle tous les militants démocratiques à agir pour «contribuer à l’émergence d’un cadre propice au rassemblement et au regroupement des forces modernistes et progressistes».

H. A.

Comment (2)

    Anonyme
    21 mai 2018 - 8 h 56 min

    « Parti pour la laïcité et la démocratie » une copie de …???
    « ni les trahisons multiples aux idéaux » laïcité et ….???
    « qui décrit une situation des plus alarmantes à tout point de vue » ???
    « Il assure qu’il fera tout pour «épargner à notre pays toute dislocation ou partition territoriale»???
    le rêve de larbins de service et collabos prenant les algériens d’aujourd’hui , pour des ……




    2



    0
    Hibeche
    21 mai 2018 - 7 h 26 min

    A mon avis de citoyen simple, il serait suicidaire de se lancer comme ça aujourd’hui. Il faut définir la priorité de l’heure. Le plus urgent est-ce de dégager ce système qui nous emmène vers l’abîme, ou de mettre en avant un projet démocratique, moderne et tout le tralala. Le rapport de forces nous permet-il d’imposer ce projet de société? à moins que vous pensiez à long terme. Le projet immédiat, c’est le changement pacifique. En rassemblant le maximum de forces vives, genre Mazafran mais épuré. Le ver est dans le fruit, s’il n’y a pas de traitement rapide, ce fruit pourrit.
    Il faut être pragmatique, commencer par le plus urgent, en étiolant l’adversaire.




    2



    2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.