Des responsables libyens alertent : «Macron veut rallumer la guerre civile»

Macron conférence de Paris sur la Libye
Emmanuel Macron avec le général Haftar et Al-Sarraj à l'Elysée en juillet 2017. D. R.

Par R. Mahmoudi – Plusieurs hommes politiques libyens ont mis en garde contre les résultats de la conférence interlibyenne à laquelle avait appelé le président français et prévue mardi à Paris. Cette deuxième initiative de Paris regroupera les principaux protagonistes de la crise libyenne, à savoir notamment : le chef du gouvernement de «Coalition nationale», Fayez Al-Sarraj, le président du Parlement de Tobrouk, Akila Salah, le chef de «l’Armée nationale libyenne» (autoproclamée), Khalifa Haftar, et le président du «Haut Comité de l’Etat», Khaled El-Mechri.

Ces réactions sont apparues suite à des fuites relayées par certains médias de la nouvelle initiative française et selon lesquelles celle-ci préconise notamment, en plus de l’organisation d’élections générales avant la fin de l’année en cours, l’unification de l’armée et de l’institution financière, et des sanctions internationales à l’encontre de ceux qui perturberaient ce processus.

Ainsi, le député Salah Fehima considère que cette initiative n’a aucune chance d’aboutir pour plusieurs raisons, dont la mise à l’écart de pays influents dans le paysage politique libyen, comme l’Italie. Aussi reproche-t-il aux promoteurs de cette initiative l’absence de mécanismes et d’un calendrier précis pour la mise en œuvre de tous ces points.

Plus virulent, Abderrahmane Chater, membre du Haut Comité de l’Etat, reproche ouvertement à la France de nourrir des ambitions de colonisation en Libye. «La France, pays des libertés et de la démocratie, n’en fait aucun cas hors de ses frontières», écrit-il sur son compte Twitter. «Elle nous sort une initiative douteuse pour imposer sa ligne en Libye (…) et y installer ses agents. L’ère de la tutelle exercée sur les peuples est révolue !», s’indigne Abderrahmane Chater.

Dans un autre message, le même responsable s’en prend au président français : «Le jeune Macron a des ambitions coloniales puériles. Il renie les valeurs de la liberté et le droit des peuples à l’autodétermination. Son initiative peut trouver des affidés qui l’accepteraient sans en mesurer les dangers pour le libre arbitre des Libyens et plongeront le pays dans la guerre civile. Leur principe est : vive la France libre et la Libye colonisée !»

Sur la même lancée, l’ancien diplomate Ibrahim Guerada prévient contre les conséquences néfastes de cette initiative, qu’il résume par un chaos «immédiat et généralisé» dans la Tripolitaine et une dislocation «irrémédiable» de la région du Fezzan. Selon lui, la mise en œuvre de ces clauses telles que publiées par la presse générera une augmentation des actes terroristes et de banditisme dans toute la Libye, et notamment à Tripoli et ses environs, et poussera des pans entiers de la population de ces régions à la rébellion armée.

R. M.

Comment (21)

    Anonyme
    29 mai 2018 - 1 h 07 min

    …C’est lui qui est derrière tous les sales coups montés que nous encaissons,et derrière toute la mascarade mensongère des maroukis vis à vis de notre pays et leurs ignobles manigances portées au Sahara occidental.
    Macron ne veut pas de l’autodétermination du peuple Sahraoui, pour continuer à siphonner ses richesses par le biais du Maroc,alors pourquoi chercherait il à s’immiscer en Libye,si ce n’est pour faire foirer tout ce que Alger a entrepris pour une sortie de crise.
    A.Chater a raison, Macron n’est nullement animé par le désir de trouver une issue à la crise libyenne, mais beaucoup plus accaparé par le pétrole et les contrats juteux que pourrait engendrer une nouvelle guerre civile, alimentée par les entreprises guerrières française. Et mieux encore, cette initiative lui permettrait de se placer au premier plan pour revendiquer les meilleurs contrats pour la reconstruction de la Libye.
    Macron a la fureur de l’ex colon. Il veut une botte en Libye, l’autre au Sahara Occidental, avec le Sahel et l’Algérie au centre. Macron n’est pas près de lâcher ni le Magreb,ni l’Afrique. C’est aux Africains de lui donner un grand coup de pied. Le premier grand coup de pied devrait venir de notre pays, et en haut lieu!

    Mme CH
    29 mai 2018 - 0 h 33 min

    Alors, Macaron va-t-il tenir les deux politicards libyens par la main pour les entraîner (les tirer) à l’intérieur de la salle de réunion, comme Trump l’a fait avec lui, à Washington…lors de sa dernière visite…??

    Sarraj et Haftar sont tous les deux des Pions de l’Occident, et la crise libyenne a encore de beaux jours devant elle, car chaque puissance néocoloniale veut s’accaparer de la plus grosse part du gâteau libyen…! Le perdant sur toute la ligne, c’est le peuple libyen, même concernant les milliards de dollars -(100 à 400 milliards selon les experts consultés, L’ex-ministre du Pétrole Choukri Ghanem aurait pu donner les clefs de ce système. S’il n’avait pas été retrouvé noyé dans le Danube en 2012.)- qui dorment dans « les banques européennes, américaines et surtout suisses », il n’est pas prêt à en voir la couleur…!

    FaFa via Sarko, BHL,leurs sbires et leurs sponsors ont allumé le feu qui est à l’origine du drame libyen, alors est-ce qu’un pyromane peut devenir pompier..?? FaFa est atteinte par le syndrome du pyromane pompier, donc elle ne mérite aucune confiance, et je pense qu’elle a perdu une grande partie de son pouvoir et de sa respectabilité.

    Saha Shorkom

    CHAOUI-BAHBOUH
    28 mai 2018 - 17 h 49 min

    La vie d’un scélérat, qui se prostitue au premier venu, il n’a pas la capacité d’un Capitaine, les occidentaux aiment les hommes orgueilleux et hautains, ce raté ; Ce soit disant Maréchal, il s’est auto proclamé en maréchal Khalifa Haftar, mais l’histoire on ne peut pas la gommer, ni l’effacée elle est indélébile, ce Colonel de pacotille a été fait prisonnier par Hissène Habré. Khalifa Haftar est issu de la tribu des Ferjany dont le fief est la ville de Syrte, ville natale du colonel Kadhafi3. En 1963, Khalifa Haftar entre à l’académie militaire royale de Benghazi, où il fait la connaissance de Mouammar Kadhafi. Adhérant au Mouvement des officiers libres, il participe avec lui et d’autres camarades au coup d’État du 1er septembre 1969 contre le régime du roi Idris Ier. À ce titre, il neutralise la base aérienne américaine Wheel us, située non loin de Tripoli, qui est alors un pilier de la présence des États-Unis en Méditerranée. Elle sera finalement prise sans qu’un coup de feu ne soit tiré. Chef de corps, du corps expéditionnaire libyen de l’armée de Mouammar Kadhafi, il participe aux opérations visant à maintenir la présence illégale de la Libye sur la bande d’Aouzou, à la frontière tchado-libyenne. Le Tchad d’Hissène Habré, soutenu par la France et les États-Unis lors de l’opération Manta puis de l’opération Épervier, dirige 11 200 hommes contre 21 400 aux Libyens et à leurs alliés. Ces derniers sont battus le 13 avril 1980 à l’Ouadi Doum, et Khalifa Haftar est fait prisonnier à N’Djamena. Il demande finalement à rencontrer Hissène Habré et lui déclare qu’il est désormais opposé à Kadhafi, ce qui lui permet d’être libéré avec la majorité des autres prisonniers. Soutenu par les États-Unis, il est dans les années 1980 le chef de la « Force Haftar » basée au Tchad. Constituée des quelque 2 000 Libyens capturés avec leur chef, ce groupe équipé par Washington était destiné à envahir la Libye pour renverser Kadhafi. Mais la Force Haftar dut être exfiltrée en urgence en 1990, à l’arrivée au pouvoir à N’Djamena d’Idriss Deby. Le nouvel homme fort tchadien était soumis à de fortes pressions de Kadhafi pour livrer le général renégat. Par ailleurs, la fin de la guerre froide rebat les cartes diplomatiques, la France souhaitant développer ses relations avec la Libye, rendant son renversement plus à l’ordre du jour. Les États-Unis organisèrent un pont aérien, avec escales au Nigeria et au Zaïre pour ses hommes ; il s’exila aux États-Unis, atterrissant à Washington le 20 décembre 1990. Les anciens soldats libyens bénéficient alors d’un programme destiné aux réfugiés (cours d’anglais, formation professionnelle et aide médicale) et sont dispatchés dans plusieurs États du pays. Khalifa Haftar s’installe à Vienna, près de Langley, le siège de la CIA. Répondant à une interview en décembre 1991, il confirme que les anciens combattants libyens reçoivent un entraînement militaire régulier. En 1995, il publie un fascicule : Le changement en Libye, une vision politique du changement par la force. Il s’active, se déplaçant à Genève, Madrid ou encore Sofia, pour préparer un nouveau coup d’État contre Kadhafi9. Celui-ci doit avoir lieu le 19 octobre 1994, mais finalement, une vague d’arrestations lancée une semaine avant l’opération compromet le projet. Certains des conjurés sont exécutés ; deux des frères de Khalifa Haftar sont condamnés à 15 et 20 ans de prison ce charlot sans rire n’est qu’un serviteur de l’occident sans plus !!! Cordialement : Un Algérien et Chaoui, Paris 5, place du Panthéon.

    11
    1
    JAGUAR
    28 mai 2018 - 17 h 16 min

    La politique de la France c’est courcircuité et doubler l’Algérie voir lui voler la vedette dans ses initiatives politiques qui en réalité n’interresse pas la France car elle préfère la main mise en Lybie, Mali et de l’Afrique avec ses aliés.

    9
    2
    khorty
    28 mai 2018 - 16 h 23 min

    Bonjour,
    Faffa pas fiable et dangereuse, mais notre Ministre y va quand même !
    En France je ne comprend pas pourquoi le monsieur voisin, tout proche d’un enfant à l’extérieur d’un balcon au 4eme étage,
    à portée de main, semblait attendre qu’un Africain arrive en grimpant pour soulever le gosse comme une plume…ou alors j’ai du mal voir la vidéo, bizarre d’attendre au lieu d’agir

    11
    2
    TARZAN
    28 mai 2018 - 15 h 30 min

    oui, les responsables libyens ont raison! du moment que la france est à l’origine du chaos en libye, et les libyens le savent. la france a tout intérêt à placer des hommes libyens qui mangent dans sa main. autrement, la france perdra tout en libye qui est un pays riche et le nouveau régime démocratique libyen, se vengera tôt ou tard de la france. du coup la france fera tout pour placer ses hommes à elle à la tête du futur régime libyen, si elle n’y arrive pas alors elle n’aura que le choix de maintenir le chaos en libye. c’est simple comme bonjour

    12
    1
    Felfel Har
    28 mai 2018 - 14 h 26 min

    Les participants à cette mascarade vont vendre à Macron la corde qui lui servira à les pendre et rouler leur cadavre dans la poussière. Je considère que l’Algérie n’aurait pas dû répondre à cette invitation. La voilà réduite au rang de faire-valoir, donnant du crédit au plagiat et au mimétisme dont Macron a fait la spécialité. Cette énième table ronde n’a pas plus de chance d’aboutir que celles qui l’ont précédées. Il va sans dire que la hantise de Macron est d’échouer là où l’Algérie a marqué des points. Il joue son ba-tout! Et n’oublions pas que ce qui motive Macron n’est pas tant la promotion de la paix que l’asssurance d’engranger des contrats mirobolants, une fois la paix revenue en Libye.

    14
    2
    Simon
    28 mai 2018 - 12 h 54 min

    Aucun doute Paris jette de l’huile sur le feux……..

    13
    3
    khorribti
    28 mai 2018 - 12 h 47 min

    Pour commencer, l’Algérie devrait boycotter vite cette réunion, pour avoir la chance d’être suivie !
    Du courage voyons !
    On voit bien qui arme et aide les terroristes en Syrie…
    Puis je ne vois pas pourquoi la france et son tétard le maroqk soient mêlés à ça.
    La où la france s’agite (Afrique, Mali, Sahel, Libye, Syrie…) il n’advient que le chaos!
    C’est aux peuples de ces pays de s’élever contre ces ennemis déclarés au lieu de s’entretuer et ruiner leur avenir pour des 10aines d’années.
    Regardez les Marocains, soumis à un roitelet fantôme et ces gouvernants Africains en extase quand un Occidental leur sert la main et les endette à vie ! Les USA montrent leur hostilité ouvertement, mais les français avec HYPOCRISIE !
    Nous sommes les derniers de la planète malgré toutes nos richesses ou l’échec de l’Arabisation-islamisation à outrance.

    14
    5
    Thifran
    28 mai 2018 - 11 h 32 min

    Les libyens doivent savoir que la solution de leurs problèmes est entre leurs mains pas dans celles de la France qui a contribué à détruire leur pays, le jour où cela sera bien compris et assimilé par les libyens la moitié du chemin sera fait. Mais enfin que pouvez-vous attendre des autres si vous ne faites rien pour éteindre l’incendie qui ravage votre maison, plus vous aurez des doutes sur vos capacités à ramener la paix, plus vous vous en éloignerez .

    11
    2
    DZLander
    28 mai 2018 - 11 h 11 min

    Je ne vois franchement pas en quoi le protectorat narco-terroriste marocain, invité à la réunion de Paris par le p’tit maquereau qui veut ètre plus gros qu’un requin, serait concerné, ou mème intéressé par le règlement de la crise lybienne. Déjà avec cette anomalie-là, on voit bien qu’il n’y a rien de crédible à attendre de cette réunion.

    15
    4
    le Terroir
    28 mai 2018 - 9 h 26 min

    La France ne veut pas de paix, elle ne s’en sort pas économiquement, elle a besoin de vampiriser l’Afrique, elle veut contrôler beaucoup de pays africains et entretenir le feu autour de l’Algérie afin d’arriver à ses fins ; notre pays est le dernier verrou, le dernier socle, le Monolyte qui la gêne et qui l’empêche de recoloniser l’Afrique afin de se développer. Elle voudrait redevenir une puissance coloniale version moderne. A peine la rencontre d’Alger sur la Lybie passée, dossier qui a avancé dans le sens de la paix, la France réagit avec force dans le sens opposé, ce qui revient à dire que tout doit se faire en fonction des intérêts français et sous son contrôle. Le reste, paix, intégrité, peuple libyen qui contrôle ses richesses… tout ça n y comptez pas !
    La France ne lâchera pas le gâteau libyen, ni malien, ni nigérien, ni marocain ni les autres pays où elle fait la pluie et le beau temps. Lâcher veut dire quoi ? Laisser l’uranium, le pétrole, le gaz, l’or, le diamant et autre minerais ? Laisser les peuples profiter et se développer avec leurs richesses ? Jamais au grand jamais le vampire ne lâchera. Il ne lâchera que si les peuples prennent leurs responsabilités.
    Une grande prudence est de mise, ils ont une arme redoutable que sont les medias. Notre pays est encerclé, les medias français assomment notre pays, manifestations des ultras de l’Algérie française avec les barbus (ses barbus ont toujours le gite et la tribune en France), les pieds noirs qui veulent un morceau de notre pays, l’Algérie qui opprime les africains alors que nous avons toujours soutenu tous les mouvements de libération sur le continent et dans le monde. Rappelez-vous l’Afrique du sud (ANC), le Mozambique, l’Angola, la Guinée Bissau, la paix entre l’Erythrée et l’Ethiopie, le Darfour, le Botswana, le Sahara Occidental, et j’en passe. Beaucoup d’africains ont étudié dans notre pays avec des bourses algériennes, même les marocains avaient des bourses algériennes dans les années 1970 (exemple : aux instituts à Boumerdes). La solidarité algérienne était concrète ! Qui a organisé le festival Panafricain ainsi que le second ? Beaucoup ont trouvé refuge dans notre pays. Mais nous n’acceptons pas les faux refugiés- espions et fauteurs de troubles !
    Ce n’est pas la France qui a soutenu les mouvements de libération, ni elle a soutenu Mandela, ni Amilcar Cabral, ni Sékou Touré ainsi que beaucoup d’autres. Donc pour la Lybie il ne faut pas se leurrer et croire aux sirènes françaises. Il faut contrer les visées françaises, les prévoir, et les devancer. Une diplomatie forte avec une armée de diplomates chevronnés dans le monde, voilà ce qu’il leur faudrait. Merci à AP.

    18
    2
    Anonyme Utile
    28 mai 2018 - 8 h 33 min

    Les représentants provisoires du peuple Libyens ne doivent jamais laisser l’un de ses pires bourreaux et ennemi comme la France officielle, un exécutant d’israël, s’ingérer dans leurs affaires intérieures, qui concernent l’avenir de la Libye et du peuple Libyen. La France officielle a participé activement sur ordre de son maître israël à la destruction de la Libye. Il ne faut jamais lui faire confiance. Elle a créé, preuve à l’appui, des groupes terroristes qu’elle arme, contrôle et utilise pour justifier et imposer sa présence en vu du pillage des ressources de la Libye et du Sahel.

    Ce Haftar est un traître au service des pires ennemis de la Libye. Les Libyens doivent absolument l’écarter.
    La France officielle est INCAPABLE de régler quoique ce soit en Libye ou ailleurs. Et Macron fait de la com, c’est DU VENT.

    La France officielle agit ainsi, sur ordre de son maître israël, preuve à l’appui, pour empêcher les plans de paix de l’Algérie au Sahel et en Libye, de se réaliser comme le prouve la réalité.

    L’Algérie fait des efforts considérables pour unifier le Maghreb comprenant la Libye, la Tunisie, la Mauritanie et la Rasd, qui sera indépendante dans quelques mois. Le Maroc sera intégré plus tard, une fpois débarassé de sa narco monarchie de la honte, cheval de troie au Magreb et en Afrique de la France officielle néocolonial et d’israël, preuves à l’appui.

    Ce grand Maghreb voulu par l’Algérie dérrange terriblement la France officielle et son maître absolu israël, qui font tout pour empêcher l’Algérie de le réaliser et d’instaurer la paix dans tout le Maghreb et au Sahel. La France officielle ne pourra jamais contrecarrer, pour des raisons néocoloniale, les plans de paix de l’Algérie.
    Je rappelle que c’est l’Algérie qui a stabilisé la Tunisie et instaurer la paix dans ce pays. Et l’Algérie stabilisera la Lybie et le Sahel en y instaurant la paix dans ces pays, quelque soient les complots de la France officielle et de son maître absolu Israël.

    Je suis convaincu, que l’Algérie rendra caduc les complots de la France officielle au Magreb et au Sahel. L’Algérie en est capable, elle le prouvera et aura le dernier mot.

    Les plans de paix Algériens réussiront en Libye et au Sahel comme ils ont réussi en Tunisie, que cela plaise ou non à la France officielle, à son maître Israël et à son vassale, la narco monarchie marocaine. .

    41
    3
    Anonyme
    28 mai 2018 - 7 h 16 min

    La plus grande erreur que feront les Lybiens c est de se jeter dans les bras des Francais qui sont en realite la source de tous leurs malheurs.L Algerie ,la Tunisie et l Egypte doivent intervenir diplomatiquement aupres des Lybiens pour les dissuader de faire confiance au pouvoir Francais.Il est d une urgence extreme d intervenir pour faire annuler ses rencontres avec Macron et ses sbires qui veulent saboter tout rapprochement entre les partis Lybiennes et de pousser vers la guerre civile et le demantelement de la Lybie qui peut aboutir a une destabilisation de tout le Maghreb…Il faut agir aujourd hui avant demain. ..

    28
    3
    libre
    28 mai 2018 - 6 h 22 min

    ok

    8
    5
    librelibre
    28 mai 2018 - 6 h 21 min

    a chaque fois l’algérie elle fait une démarche pour essayes de trouver la solution voila se que voix toujours la France elle fait une barrir avec son agent HAFTAR
    et il dise que en cherche toujours a combatte le terrorisme essayes de voir se qui si passe il a trois jours

    30
    4
    Anonyme
    28 mai 2018 - 6 h 11 min

    pour le prestige et l historique faut que chaque président ai sa petite guéguerre n importe ou mais pas chez lui

    24
    4
    Anonyme DZ
    28 mai 2018 - 1 h 44 min

    PS : je serais la Libye même pas je me présente à cette supercherie, ce piège tendu.

    28
    4
      libre
      28 mai 2018 - 6 h 25 min

      la France elle veux jamais laisse la paix installer en libye

      23
      4
    Anonyme DZ
    28 mai 2018 - 1 h 43 min

    Qui irait s’asseoir à la table de son bourreau sioniste avec des pays comme le makhzen dont on sait que seuls leurs intérêts propres importent et certainement pas la Libye.
    L’initiative algérienne tripartite est largement suffisante et sans arrière pensée, la Libye le sait, puisqu’elle souhaite la NON ingérence dans les affaires libyennes mais un processus de règlement souverain interne.
    Franchement, le chaos libyen est lié directement à la France et l’axe atlanto-occidentalo-sioniste responsable de l’assassinat du Guide Allah Yarhmou. Alors osé prétendre que l’oligarchie sioniste française y va de son « humanisme » c’est prendre les libyens pour des moins que rien, en amenant en plus à la table les narcotrafiquants du makhzen …. pure folie.

    31
    4
    CHAOUI
    28 mai 2018 - 1 h 26 min

    je ne comprendrai jamais ces libyens qui vont chez ceux là même qui ont détruits leur pays pour régler leur problème.
    c est honteux. ….

    44
    4

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.