Le MSP appelle à «un consensus national pour la gestion de la prochaine étape»

MSP consensus national
Le président du MSP, Abderrezak Mokri. New Press

Le Mouvement de la société pour la paix (MSP) a appelé samedi à l’impératif de parvenir à «un consensus national pour la gestion de la prochaine étape, en cherchant sérieusement des alternatives économiques dans différents domaines». Dans un communiqué rendu public à l’issue de la session extraordinaire de son madjlis echoura (conseil consultatif) tenue hier vendredi à Zéralda (Alger), le MSP a mis en avant «l’impératif de parvenir à un consensus national pour la gestion de la prochaine étape et saisir l’occasion du redressement des prix des hydrocarbures sur le marché international en vue d’utiliser leurs rentes au développement global et à l’amélioration du niveau de vie des citoyens».

Le MSP a mis l’accent sur l’importance d’œuvrer sérieusement à trouver des alternatives économiques dans différents domaines, au lieu de recourir aux solutions de facilité, dont l’imposition de taxes et d’impôts, mettant en garde contre «les retombées de cette fausse orientation qui pèse lourd sur le citoyen». A cette occasion, le MSP a salué «les efforts des forces sécuritaires mobilisées aux frontières qui font face au crime organisé et au trafic de drogue», appelant tout un chacun à «la vigilance et à la prudence face aux fléaux qui menacent la société».

Lors de cette session, il a été procédé à l’adoption de la formation de la commission de validation de qualité de membre et de la commission du règlement intérieur du mouvement, outre l’approbation de la composante du bureau national exécutif qui reflète «la consécration des mesures de rajeunissement, de compétence, de spécialisation et de combinaison entre le renouveau et la continuité».

Au volet extérieur, le mouvement a valorisé «la vision de l’Algérie dans la recherche de solutions justes et équitables au Mali et en Libye de manière à réaliser la stabilité et la sécurité dans les pays voisins». Le MSP a salué, en outre, «la résistance des Palestiniens face à l’occupant sioniste», valorisant «la position honorable de l’Etat et du peuple algériens dans leur soutien à la cause palestinienne».

R. N.

Comment (7)

    Moh.....!
    3 juin 2018 - 10 h 24 min

    Faites gaffe! Le bateau « Algérie » commence à prendre de l’eau de partout, avec le réveil de ces « poulpes » pro-Erdogan-hamas (palestine) et autres fanatiques arabes. Ils vont détruire le pays davantage et le renvoyer à l’ère des « califat ». Réveillez-vous « camarades », le bateau chavire et il va bientôt couler.

    DYHIA-DZ
    3 juin 2018 - 9 h 59 min

     »un consensus national pour la gestion de la prochaine étape, en cherchant sérieusement des alternatives économiques dans différents domaines »

    Les barons du marché parallèle sont touchés apparemment ??
    Les baznassa de Mokri n’importent plus leurs cochonneries

    5
    3
    LOUCIF
    3 juin 2018 - 7 h 57 min

    Dans mes précédentes interventions, j’avais parlé de la remise à jour de l’entrisme des islamistes et de leur connivence avec le pouvoir politique en place de plus en plus évident ! Même le FFS joue avec la même touche de piano que les islamistes ! En effet, j’avais évoqué :
    1/- le Mouvement El-Islah, Filali Ghouini qui a appelé à la tenue d’une conférence de dialogue national avec la participation de tous pour la construction d’un large consensus politique. Il a précisé que cette proposition a été initiée par le président de la République, Abdelaziz Bouteflika , et il appelle toutes les « autres parties ? » a participé à ce projet.
    2/- le FFS , qui lui aussi est dans cette configuration puisqu’il parle de « recherche de consensus avec le pouvoir » ! D’ailleurs, Le FFS vient de faire savoir qu’il n’est pas intéressé par les présidentielles de 2019 en elle-même et qu’il cherche à trouver un consensus avec le pouvoir en placce. Ce parti ne cherche plus à discuter avec les vraies forces du changement mais préfère avoir à faire au pouvoir directement. Il n’est plus question pour lui de remettre en question le système politique algérien ! J’avais dit que depuis la mort de da el Hocine, le FFS n’a plus rien à proposer sauf à cultiver l’ambiguïté pour on ne sait quel objectif ! Pourtant le FFS connaît très bien le pouvoir politique algérien de 1962 …à ce jour, et il devrait savoir qu’il n’y a rien à attendre de ce pouvoir surtout en partant en rang dispersé et sans avoir posé des préalables définis avec l’ensemble des vraies forces du vrai changement !

    Voilà que le MSP de Makri vient de parler lui aussi de l’impératif de parvenir à «un consensus national pour la gestion de la prochaine étape, en cherchant sérieusement des alternatives économiques dans différents domaines ». On voit bien le changement de discours du MSP qui ne remet plus en cause le système politique mais parle de « recherche d’alternatives économiques » seulement !

    Pouvoir, islamistes, FFS … même combat pour préparer l’échéance politique cruciale des présidentielles (avec ou sans Bouteflika) car après « l’élection du président », on sait qu’il y a la constitution du gouvernement tout en sachant que le régime présidentiel centralisé algérien veut que se soit le Président qui désigne les membres du gouvernement et les responsables des grandes institutions algériennes !

    PS : c’est mon analyse, elle vaut se qu’elle vaut : on est parti pour le changement dans la continuité !

    Kahina-DZ
    3 juin 2018 - 0 h 34 min

    Un parti qui a 30 adhérents veut nous imposer un consensus.
    Le consensus est de vous expédier chez vos nourricier ( Erdogan + Qatar).

    7
    6
    LE NUMIDE
    2 juin 2018 - 23 h 46 min

    le MSP revient à la raison …Sans consensus , sans etat national republicain et sans armée nationale .. l’Algérie ira dans l’impasse et dans le mur … le MSP doit quitter l’Internationale wahabiste et revenir au réel pour redevenir un parti nationaliste algérien .. Le royaume arabe est une fumisterie politique et le rêve califale est une utopie de feuilletons égyptiens … Seul le concept de NATION ALGÉRIENNE est une realité historique à préserver et à consolider pour notre avenir en tant que peuple … Mokri et ses amis ne peuvent être plus musulmans que Ben Badis et plus intelligents que Abane, Ben Boulaid et Benmhidi … Ou les islamistes algeriens quittent la Fitna du wahabisme et reviennent sous le soleil de la nation algerienne et son corolaire le patriotisme nationaliste ; seuls cadres indépassables de l’exercice politique et seuls concepts constructifs comparatifs et post-compétitifs d’expression musulmane , citoyenne , républicaine , démocratique et existentielle … ou ils finiront dans la honte et la forfaiture .. CA Y EST ! !!! RENTREZ DANS LES RANGS ! RENTREZ DANS LA NATION ! RENTREZ DANS LA PAIX … Et inventez votre idée, votre politique ; dans la Liberté , la Confiance et la Concorde

    2
    5
    Far-West-Republic
    2 juin 2018 - 21 h 27 min

    Monsieur,Mokri seul et unique consensus c’est de foutez la paix au peuple Algérien autant souffert;des ex colons et aussi des présent;on veut pas ni de Wahabisme,ni de soufisme,ni les terroristes;ni les pileurs corrompus destructeurs de la nation Algérienne;nous voulons une Algérie démocratique et moderne;ouverte ou monde et autres cultures;tolérante et juste;l’Algérien n’a jamais était intégriste;ni corrompus;il est devenu malgré lui;forcé par vous et vos amis adepte des Zaouias et la sieste toute la journée

    13
    2
    Anonyme
    2 juin 2018 - 21 h 13 min

    Avec les islamistes qui mènent le bal , l’Algérie est foutue il n y a plus rien à espérer de ce pays maudit .

    9
    1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.