Madjer échoue à relancer la machine : les clignotants virent au rouge

Madjer mécontentement
Le bilan de Rabah Madjer est loin de plaider en sa faveur. D. R.

L’équipe nationale de football n’a pas pesé lourd vendredi soir face au Cap-Vert, s’inclinant, à la surprise générale, au stade 5-Juillet d’Alger (3-2), alors que le sélectionneur national, Rabah Madjer, peine à trouver des solutions, à trois mois de sa deuxième sortie officielle à la tête des Verts.

Alors que tout le monde s’attendait à un sursaut d’orgueil, deux mois après la défaite concédée à Graz (Autriche) face à l’Iran (2-1), les équipiers du revenant Mokhtar Belkhiter sont passés complètement à côté de leur sujet face à un adversaire très réaliste qui n’a pas volé sa victoire. Madjer, qui s’est réjoui, mercredi, en conférence de presse de pouvoir disposer de l’ensemble de son effectif pour la première fois depuis son arrivée en octobre dernier, a échoué à trouver des solutions, à trois mois du match en déplacement face à la Gambie, dans le cadre de la 2e journée ( groupe D) des qualifications de la Coupe d’Afrique des nations (CAN-2019).

«Je suis déçu par le résultat. C’est vrai que c’est une défaite qui fait très mal, mais ce n’est qu’un match amical, ce qui compte le plus pour moi, c’est le rendez-vous face à la Gambie. Nous avons touché le poteau à cinq reprises. On a joué de malchance face à une bonne équipe du Cap-Vert qui, en revanche, a été réaliste en marquant trois buts sur quatre occasions procurées», a tenté de relativiser Madjer, plus que jamais sous pression.

Ayant entamé la partie convenablement, parvenant à ouvrir le score dès la 4e minute par Bensebaïni, l’équipe nationale est retombée vite dans ses travers, laissant l’initiative aux visiteurs qui allaient sceller le sort du match en seconde période. Le compartiment défensif était le maillon faible, en dépit de la présence des Mandi, Chafaï et autre Medjani. Il a cédé à trois reprises en l’espace de 58 minutes face à un adversaire loin d’être un foudre de guerre.

Madjer dans de beaux draps

Arrivé en octobre 2017 en remplacement de l’Espagnol Lucas Alcaraz, le bilan de Rabah Madjer est loin de plaider en sa faveur, même si aucune échéance officielle n’a été au rendez-vous. Le capitaine de la sélection algérienne à la CAN-1990 a concédé à l’occasion sa troisième défaite de suite, dont une avec l’équipe A’, composée de joueurs locaux, le 9 mai dernier à Cadix (Espagne) face à l’Arabie Saoudite (2-0).

Hué par une poignée de supporters présents dans l’enceinte olympique, Madjer se trouve désormais dans une situation inconfortable et est de plus en plus contesté après avoir échoué jusque-là dans sa mission de relancer la machine, ne serait-ce que sur le plan du jeu. «Ce n’est pas parce que j’ai perdu un match que je dois m’inquiéter pour mon avenir. Je ne vais pas démissionner, si je le fais je plongerai l’équipe dans la crise. Je ne peux me permettre de lâcher l’équipe nationale dans de telles circonstances. Je ne vais pas démissionner maintenant», a insisté Madjer à l’issue de la partie, en réponse à une question relative à son avenir.

Du côté de la fédération algérienne (FAF), aucune réaction n’a encore été faite au lendemain de cette défaite, alors que des indiscrétions évoquent déjà un limogeage imminent de Madjer en cas de nouvelle défaite lors du second test face au Portugal, jeudi à Lisbonne (20h15). Pour les observateurs et analystes, la FAF, conduite par son président, Kheïreddine Zetchi, qui vient à peine de boucler sa première année de mandat, est appelée à intervenir pour provoquer un changement immédiat, après avoir déjà commis une première erreur de casting, en confiant les rênes de la sélection à Alcaraz, démis quelques mois seulement après son arrivée pour résultats insuffisants.

R. S.

Comment (29)

    Kassaman
    3 juin 2018 - 15 h 35 min

    Problème typiquement Algérien, on veut tout tout de suite, beaucoup ont perdu la notion de travail.
    Madjer est l’entraîneur qu’il faut on ne reconstruit pas rome en un jour. Mais je suppose encore une fois que la foule aura raison d’un entraîneur de l’EN.
    Puis un autre, on lui laissera 6 mois et puisque ce ne peut être suffisant on le virera aussi, et ainsi de suite…

    2
    2
    Anonyme
    3 juin 2018 - 14 h 37 min

    Une fois qu’on a introduit la religion à l’E.N avec un imam spécial pour cette équipe pour l’islamiser selon les normes de Sahihe Bukhari et Muslim c’en était fini du talent et du foot-ball de haut niveau .

    5
    3
    MON OPINION A MOI
    3 juin 2018 - 14 h 24 min

    Salam! Contre le Portugal ça serait bien de retirer l’étoile sur le maillot qui nous ridiculise ! as-t-on gagner la coupe du monde?

    DYHIA-DZ
    3 juin 2018 - 14 h 04 min

    ZETCHI aussi doit partir. Il n’a aucune présence ni compétence. Ils sont juste un groupe d’apprentis amateurs.
    Dommage pour Majer, il aurait dû rester propre…
    Ça va le calmer et restera juste un bon joueur

    6
    1
    MELLO
    3 juin 2018 - 13 h 14 min

    Le football’ tout comme les autres secteurs ,en Algérie, est moribond. La violence à pris le pas sur tout, car la politique du clanisme surfe sur la tête de tous les Algériens. Lorsqu’on place des individus par affinité à des postes de responsabilité , la réaction populaire est tout à fait logique. Pour revenir au sujet, Le Président de la FAF n’est pas apte à diriger le football en Algérie, ses pratiques sont calquées sur celles de ce pouvoir qui nous mène en barque depuis 1962. Il a été imposé, tout comme on lui a imposé Madjer. Qu’a t il de plus , ce Madjer sur un grand monsieur comme Ighil Meziane pour l’avoir sous sa coupe ? Ighil est plus instruit, il a une plus grande expérience en tant qu’entraîneur et il est plus charismatique. Et sur ce plan , je reste persuadé qu’il sera mieux respecté par les joueurs de l’équipe nationale . Justement , c’est ce manque de respect qui fait que la corde ou le lien est coupé entre Madjer et ses joueurs. Le comportement hautain de Madjer à fait que les joueurs ne se donnent plus ,c’est en quelque sorte le divorce . Et ce divorce se propage vers les fans de l’équipe nationale qui ne croient plus en un avenir radieux avec Madjer. Le début de la fin de Rabat Madjer , fut sa réaction intempestive envers le journaliste Maamar Djebbour. Ce jour là, au lieu de se comporter en véritable professionnel, Madjer s’est lancé dans un verbe insultant et lorsqu’on se met la presse contre soi, il faudrait s’attendre à un retour du boomerang. La sagesse veut que Zetchi et Madjer rendent leur tablier pour une continuité sereine du football en Algérie.

    9
    1
    Anonyme
    3 juin 2018 - 12 h 50 min

    Madjer est contraint de démissionner,il snobe tout le monde,même les supporters !!..
    Il sera remplacé par Boualem Charef!
    Et le cas Zetchi?!

    6
    1
    elhadj
    3 juin 2018 - 11 h 49 min

    un pays dans un état comateux dans tous les domaines qui ne pourra être réanimé que par la mobilisation pacifique et citoyenne de la société civile lors du prochain scrutin présidentiel..

    2
    4
    karimdz
    3 juin 2018 - 8 h 51 min

    Vraiment lamentable ce madjer. Il est plus que temps de recruter un vrai entraineur, un argentin, ou un brésilien, de faire le ménage dans le staff, et aussi de recruter plus d algériens du pays car il y a aussi de bons joueurs au pays.

    10
    6
    MON OPINION A MOI
    3 juin 2018 - 5 h 46 min

    Salam! Que veux dire l’étoile sur le maillot Algerien ? vainqueur de la coupe d’afrique? !! c’est grave!!!!

    12
    3
    Lghoul
    3 juin 2018 - 4 h 51 min

    Quand ce type, à partir des pays du golf, à défaut de ne pas trouver de débouchés, à commencé à faire la publicité pour un 5ieme mandat, j’ai compris que le sport est son dernier soucis. Il est un type qui voudrait utiliser sa position pour avoir sa part de rente. La preuve, la première chose qu’il a « réussi » comme entraîneur national de foot est d’acquérir un lot de terrain quelques semaines après son recrutement. Il y a plus de 15 ans, dans une interview à la TV algérienne, il ne parlait que de lots de terrains « dont il n’a jamais bénéficié ». Alors non seulement il est arrogant car « Mekhlou3 », sa tête s’est complètement vidée de football. Comment un entraîneur national puisse « ordonner » à des journalistes algériens de se taire ? Ils ont le droit de savoir tout sur l’équipe NATIONALE – Ce qui veut dire et implique qu’elle appartient à TOUS les algériens et que cette équipe n’est pas sa propriété privée. Pourra t il comprendre quand son esprit et son corps sont fixés sur « comment faire de l’argent » ? Je le doute. Alors ce type au court palmarès désastreux dans l’histoire du foot algérien doit partir à jamais dans LES PLUS BREFS DÉLAIS. Sa tête n’est plus dans le foot, elle est dans les affaires.

    23
    1
    RAIS
    3 juin 2018 - 3 h 03 min

    J’ai aimé et été fier de Madjer en temps que joueur , mais comme sélectionneur et coach il est nul à ch…r….surtout dr faire jouer un voyou et tête à claque comme chaouchi!Beaucoup de binationaux sont entrain de choisir les sélections marocaines et françaises à cause de lui.

    19
    2
    Anonyme
    3 juin 2018 - 1 h 15 min

    Madjer doit rendre le tablier. Notre EN se fait battre même par des petites équipes. Les joueurs sont désemparés, et psychologiquement parlant ils perdent confiance, à cause des mauvais choix imposés par Madjer. Celui-ci n’est pas doué pour le coaching et le management, il n’a jamais et et formé pour.

    17
    1
    Dadi
    3 juin 2018 - 0 h 12 min

    Madjer doit d’abord consulter un psy puis s’excuser auprès des pauvres supporter algériens donc beaucoup sont devenus diabétique à cause de lui.enfin demander pardon à sa pauvre mère qui s’est fait copieusement insulter par sa faute.

    15
    1
    Kahina-DZ
    3 juin 2018 - 0 h 10 min

    Ce qui m’a le plus déçu est le fait qu’il atteste que s’il quitte c’est le chaos qui attends L’EN. Cette phrase c’est du déjà entendu chez les charlots politiques du FLN.
    Je crois que Majer doit se rendre à la réalité…Il est un bon joueur et non pas un bon entraineur.
    Avant d’accéder au poste d’entraineur, Zidane a fait des études sur le domaine pour apprendre.

    18
    6
    PREDATOR
    2 juin 2018 - 23 h 09 min

    LA MÉDIOCRITÉ DANS TOUS LES DOMAINES PAS QU’EN FOOT BALL
    UN PAYS GRAVEMENT MALADE

    21
    Makhloufi
    2 juin 2018 - 22 h 49 min

    Tout ceci était prévisible depuis le jour ou l’ex Ministre des sport (L’hadi Ould Ali) avait tout fait pour faire éliminer Med Raouraoua du Comité Exécutif de la CAF au profit du Marocain Faouzi Lakja dont la presse propagandiste du Makhnez avait titré : le Maroc a écrasé l’Algérie 57 a 8.

    Voilà ce que ça donne quand on nomme en haut des postes de responsabilités politiques des gens connus pour être des antipatriotiques.

    15
    6
    Chibl
    2 juin 2018 - 22 h 16 min

    Tel aura été l’ère Bouteflika.
    Une ere ou n’importe qui fait n’importe quoi,tous des prétendants, tous des intéressés, une ere ou le plus nul d’entre nous peux devenir ministre,sélectionneur,médecin.
    le système FLN aux abois balance n’importe quoi a la populace, Drabki,le martyr vivant,Fakakir,Madjer.
    Imaginez la fete avec la qualification des 3 pays du Maghreb, Maroc, Tunisie,Algerie, avec comme mot d’ordre MAGHREB UNITED.
    C’est pas Madjer qu’il faut changer, c’est tout ce système ringard.

    13
    5
    Mme CH
    2 juin 2018 - 22 h 00 min

    Quand on échoue plusieurs fois, il vaut mieux prendre ses cliques et ses claques et déguerpir…! C’est le drapeau qui est en jeu….!!
    Ya si Madjer, un grand joueur ne fait pas forcément un bon entraîneur, il faut vous mettre ça dans la Cabeza…! L’amitié et les passes droits ne suffisent pas à ce niveau de la compétition….En principe, tous les fusibles doivent sauter pour laisser la place à de vrais meneurs d’hommes, dans les bureaux, dans les coulisses et sur le terrain..!

    15
    3
    Mouloudeen
    2 juin 2018 - 21 h 58 min

    En tant que Mouloudeen de père en fils j’étais le premier a déconseiller a Madjer ce Chaouchi qui est la cause de la perte de la coupe et du championnat pour le MCA cette année en raison de son comportement de voyou.

    22
    2
    RasElHanout
    2 juin 2018 - 21 h 52 min

    Je suis triste pour Madjer qui pensait naïvement pouvoir devenir un grand entraineur avec son bon CV de joueur.
    Il ferait mieux de retourner sur les plateaux TV et laisser sa place a un vrai entraîneur ayant fait ses classes dans ce domaine.

    Moralité, il vient de perdre l’estime des gens comme moi qui avait de lui une très belle image d’un joueur talentueux.

    22
    3
    Mohamedz
    2 juin 2018 - 21 h 30 min

    L’erreur du revanchard Madjer c’est d’avoir voulu imposer tous les médiocres joueurs qui ont eu des problèmes avec Raouraoua (Chaouchi, Chafai, Ferhat…) tout en éliminant les chouchous de Raouraoua (M’Boulhi, Feghouli, Taider….).

    22
    5
    Ashtough
    2 juin 2018 - 21 h 22 min

    Après ,tizivou, après allez les gas,après allo porto,nous voilà qu il nous balance « si je part , ça sera une catastrophe « rien que ça.cet homme ,cet imposteur imbus pour je ne sait pour quelle raison de sa personne me donne envie de ..,,,, j ai honte pour un pays comme le notre d avoir un énergumène de cette edépecé à la tête de la sélection de tout un peuple, un sans grade, un clown qui se croit supérieur à tous ceux qui croisent sa route. Essayer de lire juste dans sa façon de parler , sa manière ridicule de parler vous devinerez que les joueurs doivent en avoir le dégoût d être dirigé par une telle personne. Je n’arrive pas à croire que notre pays a atteint un tel degré de médiocrité , n a t on de vrai dirigeant , de vrai décideur . Changer nous tout cela avant qu il ne soit trop tard,renvoyer ce clown , cet ignorants chez lui ,,l Algérie mérite franchement une telle image , une telle catastrophe , c est trop trop trop

    26
    3
      Anonyme
      3 juin 2018 - 9 h 29 min

      Il n’y a pas que lui qui doit déguerpir. M Zetchi, qui a dilapidé le trésor hérité de Raouraoua avec l’affaire Elkazar et les salaires faramineux versés à Tzévous et ses deux acolytes qu’on ne voit pas se lever du banc pour donner une idée à ce nullard, doit aussi partir avec tous les parvenus qu’il a ramené avec lui.

    BabElOuedAchouhadas
    2 juin 2018 - 21 h 15 min

    La triplette Ould Ali, Zetchi, Madjer ont atteind leur objectif : tuer l’Équipe Nationale tout en faisant l’essentiel pour permettre au football du Mongolien M6 de prendre sa place au niveaux régional et international.
    Le drame restera l’absence de réactions des pouvoirs politiques.

    27
    5
    Anonyme
    2 juin 2018 - 20 h 25 min

    Le populisme peut créer une dynamique , un volontarisme ça peut durer parfois mais la vérité reprend le dessus et nous verrons mêmes les tares que nous avons jamais imaginées à côté de toute l’incompétence .

    16
    Anonyme
    2 juin 2018 - 20 h 15 min

    L’équipe nationale a besoin de plusieurs séances de roquia . Belahmar doit rejoindre le staff technique à coté de l’imam de l’E.N.

    21
    Anonyme
    2 juin 2018 - 20 h 14 min

    Madjer devrait faire comme Zidane et démissionne mais ce mot la ont le connais pas en Algérie

    20
    1
    Anonyme
    2 juin 2018 - 19 h 28 min

    Le poste de gardien de but ne doit pas etre confié à un instable psychologique prouvé pour ne pas employer un qualificatif indigne de l’équipe nationale.

    28
    El Fellag
    2 juin 2018 - 19 h 05 min

    Lorsque la tete est gravement touchée les pieds suivent

    32

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.