De la misérable mise en scène d’une pseudo journaliste à l’égarement d’un ambassadeur

Lefèvre-Haddad l'ambassadeur de L'UE
L'ambassadeur de l'Union européenne en Algérie, John O'Rourke. D. R.

Par Souad N. – Comme tous les héritiers de Pulitzer, j’étais prise dans le tourbillon de la tournure qu’avait prise la diffusion d’une vidéo offensante portant gravement atteinte à l’honneur et à la dignité des institutions de la République, quand j’ai reçu le premier article de presse en lien avec cette sulfureuse publication.

Au lieu de subir cette attaque de la dénommée Mme Lefèvre née Haddad, de surcroît ressortissante belge, le ministère des Affaires étrangères a alerté fermement l’Union européenne pour que des actions concrètes soient prises contre les agissements de cette journaliste sans valeurs et formé le vœu (de la voir) se démarquer publiquement de cette manœuvre extrémiste.

En revoyant le film de cette publication à caractère propagandiste, on peut légitimement s’interroger sur les visées et les non-dits de l’utilisation des installations officielles du Parlement européen pour servir maladroitement et abusivement de cadre à cette misérable mise en scène.

Evidemment, j’ai cessé toute autre activité pour tenter de comprendre ce hold-up grotesque des attributs et des symboles de l’Union européenne.

Ainsi, ce petit tour de la traqueuse de complots n’est pas nouveau puisqu’elle a mis son contenu en ligne depuis le mois de février dernier sur le site du journal électronique de l’opposition algérienne CNP, dont Haddad était l’une des principales animatrices, sans récolter bien sûr l’impact souhaité.

D’où vient ce laisser-aller européen, en permettant à une pseudo journaliste d’accéder à un espace réglementé d’une manière rigoureuse pour diffuser frauduleusement une vidéo depuis le siège même du Parlement européen ? Un détournement montrant de façon on ne peut plus claire l’état d’esprit dominant chez certains cercles propagandistes qui fantasment sur l’évolution de la situation en Algérie. Tous, ils font des «principes de liberté d’expression et de liberté des médias» un crédo fallacieux, sans décoller de leur imaginaire protohistorique.

Au départ, pourtant, l’interrogation du ministère des Affaires étrangères était légitime, en exprimant le vœu que l’Union européenne se démarque publiquement de cette manœuvre et en demandant que des actions concrètes soient prises contre les agissements irresponsables de la contrevenante.

Rejeter a priori cette idée est aussi absurde que la botter en touche. Seulement, l’ambassadeur de l’Union européenne, John O’Rourke, ne fait que s’agripper à une fausse argumentation dont il ne veut pas voir qu’elle s’effrite à la moindre confrontation sérieuse.

Pour l’instant, et au-delà de cette misérable mise en scène, j’arrive mal à comprendre comment Mme Haddad, pourtant humaniste et idéaliste, a pu finir par succomber à l’attrait de l’argent. Quel triste sort !

S. N.

Comment (8)

    Anonyme
    5 juin 2018 - 12 h 09 min

    On adore pleurnicher et se poser en victimes au pays de la voie, et du sens unique. On n’a pas eu l’idée de construite des voies à contre sens.
    S’aventurer à contre sens relève du danger,du péché, et de la sacralisation.




    4



    1
      Mme CH
      5 juin 2018 - 23 h 25 min

      On n’est pas contre les voix/voies à « contre sens », d’ailleurs, en Algérie il en existe beaucoup et même ici sur le journal AP n’avez-vous pas remarqué??. Cependant il faut faire la différence entre opposition et traîtrise/harkisme…! Il est clair, net et précis que cette coquine est Manipulée/ Payée par des cercles transparents mais surtout occultes pour dénigrer son pays à partir des institutions européennes, c’est plus qu’un symbole, c’est une sorte de menace, d’intimidation et de chantage de la part de l’UE, à l’approche des présidentielles et après la restriction des importations en provenance de l’UE- (la Commission Européenne est entièrement sous l’influence des lobbies industriels qui sont les grands inspirateurs de la réglementation européenne. La politique européenne est élaborée en étroite collaboration avec l’European Round Table qui rassemble les dirigeants des grandes multinationales européennes. L’European Round Table est associée à toutes les grandes décisions en matière économique, financière, sociale, ou environnementale. Enfin, beaucoup de Commissaires Européens sont très liés à des multinationales ou à des réseaux d’influences favorables au libéralisme et à la mondialisation.
      Par ailleurs, de nombreux commissaires européens sont membres du très puissant « Groupe de Bilderberg »)-..

      Enfin, on comprend la petite a besoin d’argent pour faire tourner sa chaîne TV, en plus elle est mariée à un gendarme belge, ça ne doit pas être facile tous les jours, surtout qu’elle est devenue une Lefèvre maintenant..!




      0



      2
    Hibeche
    5 juin 2018 - 8 h 05 min

    A vous qui vociférez contre cette journaliste, qui par ailleurs a reçu le soutien de beaucoup de patriotes algériens, pour avoir exprimé son coup de gueule depuis le siège du parlement européen. Tout le monde « chante en coeur » la haute trahison, elle a vendu son âme, et l’Algérie. D’ailleurs elle s’appelle Lefèvre (je me demande si c’était un homme marié à une étrangère, on le lui aurait reproché, et appelé par le nom de l’épouse. Ce qui est enfoui dans l’inconscient de bcp, c’est qu’ une femme qui se marie à un étranger est » m’tornia ». Sexisme quand tu nous tient).
    Pour revenir à la mise en scène de la lettre, si le contenu était le contraire, c-à-d la journaliste faisait l’éloge de fakhamatihi, qu’elle disait qu’il est d’une grande alacrité, et qu’il est capable d’assurer un 5eme, voir un 10eme mandat. Je parie qu’elle aurait fait la une des médias, qu’elle aurait été décorée à l’ordre du mérite, et même peut être sénatrice du 1/3 présidentiel. On aurait salué les rapports politiques et économiques très étroits qui lient l’Algérie à l’UE.




    11



    15
    Mme CH
    5 juin 2018 - 2 h 43 min

    Il faut ajouter cette vipère à la liste des intellossss News-Harkis qui ont vendu leur âme à la horde sauvage pour une poignée de d’euros…! Humanisme, idéalisme, encore de jolis mots en « isme » qui sont juste une illusion…sur le plan théorique on peut rêver mais quand il s’agit de la pratique, la réalité nous rattrape vite.! Faites ce que nous disons mais ne faites pas ce que nous faisons..!

    A ceux qui croient aux illusions, je vous dédie quelques passages de la chanson « juste une illusion (J-L. Aubert),
    C’est valable aussi pour la petite coquine femme de gendarme qui se réveillera un jour et ne comprendra pas ce qui se passe autour d’elle….un vrai cauchemar cette fois,………..le citron un fois pressé, on le jette à la poubelle…! Parole d’une vraie Femme..!

    Qu’est-ce qui te fait
    Courir après
    Un autre toi même
    Pour que tu t’aimes Hey !
    Qu’est-ce qui te fait nager
    Contre le sens du temps
    Pour au fond patauger
    Dans le contre courant
    Qu’est-ce qui te fait vouloir posséder
    Enfermer
    Toutes ces images volages
    Dans ta propre cage

    C’est juste une illusion
    A peine une sensation
    Qui dirige tes pas
    Et te montre du doigt
    Où tu vas, où tu vas
    Juste une illusion
    Comme une bulle de savon
    Qui s’approche de toi
    Que tu touches du doigt
    Puis qui s’en va, qui n’est plus là…….

    Just an illusion..!




    3



    10
    Nasser
    4 juin 2018 - 15 h 56 min

    À comparer avec les excuses algériennes au saoudiens sur le tifo des supporters m’lilis. Les saoudiens dont Boumediene disait qu’un grand baril de pétrole et un grand coffre d’argent n’ont jamais fait un pays. J’ai envie de dégueuler.




    21



    2
    Abou Langi
    4 juin 2018 - 13 h 17 min

    Comme s’il y avait qui croyait que le Gouvernement allait accuser le coup sans répliquer véhément au vu et au su de tout le monde.

    Cependant ce qui se dit en coulisses est un secret d’Etat. Je parie qu’il y en a qui se sont fait remonter les bretelles.

    Les déclarations de Madame Lefèvre au sein même de la commission européenne et les tweets de son ambassadeur sont plus que parlants.

    Et vous vous nous faites du cinéma !

    Arrêtez donc la mascarade . Même si le ridicule ne tue pas, ne poussez pas trop loin !




    35



    5
    lhadi
    4 juin 2018 - 11 h 44 min

    Les algériens voient aujourd’hui leurs conditions d’existence se dégrader, sans perspective d’amélioration. Le PNB par habitant ne cesse de chuter et les inégalités en termes de consommation sont criantes. Le chômage se stabilise à un niveau dramatique touchant particulièrement les jeunes, et les créations d’emplois sont dérisoires. Face à ces problèmes, le désengagement de l’Etat devient la règle : suppression du soutien des prix et des subventions, réductions des dépenses publiques dans les secteurs sociaux, liquidations et/ou privations d’actifs publics etc., sans que le secteur privé prenne le relais. Les systèmes éducatif et de santé se dégradent dangereusement avec la réduction des dépenses budgétaires. C’est ce qui permet d’expliquer la peu enviable place qu’occupe l’Algérie dans le classement établi par le PNUD selon l’indicateur du développement humain.

    Pourtant l’Algérie ne manque ni de ressources ni de potentialités. L’illustration de ce hiatus est encore fournie par le rapport du PNUD qui indique que la différence du classement selon l’indicateur du développement humain et selon le PIB par habitant est négatif. Ce qui signifie, selon le PNUD, que le pays dispose des ressources non négligeables mais qui sont mal gérées et mal reparties. Cela pose en clair la question de la mal gouvernance qui caractérise l’Algérie. (…)

    Les revendications exprimées illustrent l’indivisibilité des droits de l’homme : civils et politiques, économiques, sociaux et culturels. Les algériens ne demandent pas seulement un logement et un travail : ils remettent en cause les atteintes à l’Etat de droit, l’absence de démocratie, le népotisme, le clientélisme, les passe-droits. Les algériens sont de plus en plus convaincus que sans Etat de droit il ne leur sera possible de trouver ni travail ni logement. Face à ces constats, on peut douter que la politique gouvernementale suffise pour dégager l’Algérie de ces problèmes (…)

    Aujourd’hui, selon diverses estimations, sept millions d’algériens vivent en deçà du seuil de la pauvreté, c’est-à-dire avec un revenu quotidien inférieur à un dollar. Ce chiffre passe à quatorze millions si l’on considère un revenu quotidien inférieur à deux dollars. Les classes moyennes ont de ce fait rejoint le lot des plus démunis.

    Ce faisant, seul un groupe de nouveaux riches a vu sa situation s’améliorer sur fond de spéculation commerciale et financière. La prolifération de sociétés d’import-import en est le signe le plus visible.Une situation d’autant plus préjudiciable à l’économie nationale qu’une grande partie de leurs revenus n’est pas déclarée, échappant à la fiscalité. La fraude et l’évasion fiscale n’ont jamais été aussi importantes.

    Le chômage est devenu endémique. Le taux de chômage oscille désormais autour de 35% de la population active. Par ailleurs, il faut noter que les diplômés sont également victimes de ce fléau.

    La production de logements est très faible compte tenu de l’ampleur des besoins.Les crédits alloués à ce secteur ont toujours été insuffisants.

    Pour faire face à la détérioration des conditions d’hospitalisation : les pénuries de produits sont permanentes, au point que les malades doivent apporter avec eux le nécessaire pour être hospitalisés. Le taux d’encadrement médical stagne ou régresse, ce qui rend plus admirable le travail réalisé par les praticiens.Dans ces conditions, seuls les plus aisés peuvent accéder à des soins de qualités.

    Le système éducatif algérien continue de fonctionner selon un schéma obsolète avec des objectifs en contradiction flagrante avec les besoins du pays et le principe de démocratisation de l’enseignement.

    En fait, l’immense majorité des algériens voit ses conditions se dégrader sans espoir ou perspective d’amélioration. Tous les analystes s’accordent pour dire que la situation de l’Algérie aujourd’hui représente un immense gâchis économique, historique et humain.

    Un pays aux ressources multiples, une situation économique et sociale alarmante pour ne pas dire un pays en faillite administré par le florentin d’Alger qui considère l’intelligence comme une menace et la compétence comme un danger.

    Fraternellement lhadi
    ([email protected])




    34



    14
    algerien
    4 juin 2018 - 10 h 59 min

    humaniste et idéaliste ??? ,ça m’etonnerai.




    19



    11

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.