Tizi Ouzou : marche des médecins résidents

grève résidents
Plusieurs marches des médecins résidents ont eu lieu à travers le pays. Ici à Constantine. New Press

Des dizaines de médecins résidents grévistes depuis sept mois, issus de sept facultés de médecine du pays, ont participé, mercredi, à une marche dans la ville de Tizi Ouzou pour demander l’amélioration de leurs conditions socioprofessionnelles, a-t-on constaté.

Cette marche, initiée par le Collectif autonome des médecins résidents algériens (Camra) et à laquelle ont pris part des résidents des wilayas de Tizi Ouzou, Blida, Alger, Béjaïa, Sidi Bel Abbès, Oran et Tlemcen, s’est ébranlée vers midi à partir de la faculté de médecine du campus Hasnaoua I de l’université Mouloud-Mammeri pour rejoindre la placette de l’Olivier, à la sortie ouest de la ville des Genêts, en passant par le Centre hospitalo-universitaire Ndier-Mohamed, sis rue Lamali-Ahmed.

Les manifestants ont scandé des slogans et brandi des banderoles et pancartes pour demander la prise en charge «effective» de leurs revendications, insistant sur leur «légitimité». Il s’agit principalement de l’amélioration de la formation pour une meilleure prise en charge du patient, la révision de l’actuelle mouture du service civil et du statut du résident, ont rappelé lors de cette marche Dr Bensbaa Sofiane, Bendifellah Sofiane et Hedjab Meriem.

Ces trois membres du Camra ont regretté «le mutisme de la tutelle et du gouvernement» face à leurs revendications et demandé au ministère de la Santé la «réouverture du dialogue» pour présenter les solutions que les trois protestataires affirment qu’elles existent.

Le ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière avait appelé, début mai dernier, les médecins résidents, en grève depuis novembre 2017, à la «sagesse», regrettant leur refus d’assurer le service minimum au niveau des points d’urgence. Il avait réitéré son «engagement et disponibilité à la poursuite d’un dialogue responsable autour de revendications objectives et raisonnables».

R. N.

Comment (5)

    Anti triche
    7 juin 2018 - 9 h 24 min

    Tout le monde connait maintenant les combines de ces fraudeurs qui osent ‘exiger » alors que la plupart d’entre eux ‘si ce n’est tous) sont admis en « résidant » suite à la fuite des sujets et aux interventions du papa ultra riche et bien introduit dans le système. Ils n’ont aucun mérite ces soit-disant »résident » » qui sont le produit d’une corruption honteuse. Des profs et des chefs de service se gargarisent de la qualité douteuse de ces soit disant médicards qui ont plusioeurs fois provoqués des catastrophes lors de leurs gardes. Les chefs de sevices dans les CHU font pression pour en exclure au moins une bone moitié et préferent recruter de bons généralistes qu’ils formeront eux même aux techniques des urgences et des gardes. Félicitons-nous que ces …. creusent leur propres tombes et que , pour la première fois, la fonction publiques se débarrasseras d’INCOMPETENS NOTOIRES ET DE CORROMPUS qui ont souillé la réputation de Résidents qui , même minoritaires , veulent mériter leur fonction à la sueur de leur front.Toute la société doit maintenant se mobiliser contre ces boucher des hôpitaux . Ya que Malike Boussouf qui reste pour les défendre et verser des larmes de crocodiles à leur place.. Mais que peut représenter cette nullarde qui a eu l’outrecuidance de défendre le CNAPESTE ISLAMISTE

    Geronimo
    7 juin 2018 - 8 h 24 min

    Ils faut renvoyer ces pseudo-médecins définitivement. Ils ne méritent certainement pas leur titre pour avoir abandonné leurs malades à leur sort. Certains venaient du fin fond de l’Algérie car ils ne pouvaient pas avoir accès à certains soins spécialisés dans les wilayas de leur lieu de résidence, Messieurs les « résidus » refusant d’effectuer un Service Civil dans les Hauts Plateaux et le Sud du pays. Ces  » résidus » devraient être empêchés définitivement d’accès aux CHU pour effectuer leurs marches de protestation. Cela fait sept mois qu’ils sont en grève, eh bien qu’ils continuent leur grève chez eux. Apparemment ils ne sont pas nécessaires. S’ils décident de contineuer leurs marches à l’extérieur des CHU, je souhaiterais d’être tabassés comme des malpropres par la police anti émeutes et ce serait bien mérité.

    Fodil
    7 juin 2018 - 1 h 05 min

    Pourquoi continue-t’on a nous parler de ces voyous qui n’ont pu accéder a ce statut de médecin résident que grâce a l’arme du PISTON a la faveur d’un papa ou d’une maman bien placés au sein du système.

    4
    3
    Ahcene
    6 juin 2018 - 20 h 55 min

    Des nullards qui veulent des avantages immérités! Je propse de les exclure définitivement! ya les rsidents, si vous êtes des hommes et des femmes, démissionnezzzzzzzzzzzzzz AKHTOUNA

    6
    2
    Ahcene
    6 juin 2018 - 17 h 52 min

    Une bande incompétente et corrompu a crée un collectif dénommé CAMRA et a pris en otage tous les résidents , en utilisant la violence et lemensonge pour imposer un point de vue loin de faire l’unanimité. Je dis à Monsieur le préssident de la république de ne pas écouter ces maitres-chanteurs qui veulent utiliser la masse de moutons dits résidents pour soutirer des avantages personnels, tels des formations à l’étranger, la réunissite du DEMS pour eux et eux seuls et autre chose.Il faut les mettre dehors, Mo,sieur le Président

    6
    4

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.