Fin du suspense

Bouteflika 5e mandat
Bouteflika prêtant serment lors du 4e mandat. New Press

Par Sadek Sahraoui – Le président Bouteflika est quasiment assuré de succéder à lui-même dans le cas où il déciderait de briguer un cinquième mandat. Cette certitude découle du fait qu’il a bénéficie d’ores et déjà du soutien des deux plus importants partis politiques du pays, le FLN et le RND. Si du côté du Front de libération nationale, il y a longtemps, en effet, que ses dirigeants ne font plus mystère de leur décision d’accorder une nouvelle fois leur confiance à l’actuel locataire du Palais d’El-Mouradia, il s’avère que le parti d’Ahmed Ouyahia prévoit aussi de faire campagne pour un cinquième mandat.

Lors d’une allocution prononcée ce matin devant les membres du conseil national de son parti, Ahmed Ouyahia a tranché la question en assurant, en effet, que le RND a fait le choix d’appeler le Président à briguer un nouveau mandat. Il est donc pratiquement certain que le conseil national du RND terminera ses travaux avec l’adoption d’une déclaration invitant le président Bouteflika à continuer à présider aux destinées du pays.

Maintenant que le FLN et le RND se sont clairement positionnés par rapport à la présidentielle d’avril prochain, il y a tout lieu de s’attendre à ce que le débat sur la prochaine échéance électorale gagne en intensité. Avec sa déclaration de ce matin, le chef du RND a en quelque sorte lancé la campagne présidentielle.

A ce propos, il est certain que les soutiens en faveur de la candidature d’Abdelaziz Bouteflika vont se faire nombreux, étant donné que beaucoup d’autres formations politiques le soutiennent depuis son accession au pouvoir en 1999 et n’ont depuis pas changé de ligne de conduite. C’est le cas par exemple de ‎Tadjamou Amel Jazaïr (TAJ), le parti d’Amar Ghoul, ou du Mouvement populaire algérien (MPA) d’Amara Benyounès. Et la liste est encore longue. Cela sans compter l’apport des associations de la société civile et des organisations de la famille révolutionnaire.

Avec de tels renforts, il y a tout lieu de penser que la partie est déjà gagnée. Il n’y a plus de place au suspense. Reste maintenant à confirmer que le président Bouteflika veut vraiment rempiler. La balle est désormais dans son camp. Mais dans tous les cas, il reste maître du jeu.

S. S.

Comment (21)

    Anonymeplus
    25 juin 2018 - 10 h 39 min

    Le cirque à ciel ouvert est d’un pathétique ! Nous avons là des singes, des perroquets, et bien évidemment des caniches.
    A vous de mettre chaque « acteur » politique dans un de ces 3 choix qui leur sied à merveille.
    Je vous donne un scoop, dans l’ordre ou le désordre, les « acteurs » seront comme dans une seconde peau tellement le rôle leur colle parfaitement, et même s’ils incarnent les 3 rôles à la foi, qu’à cela ne tienne, Hollywood n’a qu’à bien se tenir.
    Le pays de tous les miracles, Bouteflika ne voulait pas être un 3/4 de président, son voeu a été exhaussé, il est devenu 1/4 de président, enfin presque.

    Séhab
    23 juin 2018 - 14 h 33 min

    se présidant il était bon au de début et il est devenue moins bon a la troisième
    et maintenant il est la honte de l’algérie et des algériens

    quant a Ahmed boulehia avant je croyez que c’est lui le meilleur après bouteflika
    et la il viens de se découvrir qu’il est pire c’est dommage qu’il a ruiner sa carrière
    politique avec une brosse a la main c’est honteux!

    3
    3
    Anonyme
    23 juin 2018 - 1 h 15 min

    algerie a vendre

    2
    3
    Anonyme
    22 juin 2018 - 0 h 09 min

    Exclusivement

    Anonyme
    21 juin 2018 - 23 h 11 min

    Merci @ Selecto pour son message.
    Qui a répondu à mon interrogation.
    J’ai un profond respect pour le Président Bouteflika et ce qu’il a fait entrepris dans le pays et pas que.

    5
    8
    Selecto
    21 juin 2018 - 22 h 11 min

    Bouteflika n’est pas demandeur et n’est même pas au courant qu’il sera candidat et ne pourra pas s’y opposé car c’est homme démunit pris en otage.
    Les escrocs, les naturalisés et les traitres n’ont pas le choix que de le présenter car il représente leur assurance vie.
    Sans lui les portes de l’enfer s’ouvriront sous leurs pieds.
    En cas de sa disparition le cinquième mandat sera avec l’un de la bande survie oblige.

    15
    10
    Anonyme
    21 juin 2018 - 19 h 33 min

    l’Afrique a toujours défrayé la chronique par son nombre de Mougabé. Au lieu de prendre exemple sur l’Afrique du Sud,et s’en débarrasser démocratiquement et par le biais de la loi, on trouve plus commode de les soutenir par la ruse,et la tricherie et leur tresser des lauriers.

    13
    2
    Anonyme
    21 juin 2018 - 18 h 29 min

    À propos de liberté Paul Éluard avait écrit les vers suivants:
    (…) Et par le pouvoir d’un mot
    Je recommence ma vie
    Je suis né pour te connaître
    Pour te nommer
    Liberté.
    Dans leur ramage persistant à propos du 5eme mandat,toutes les formations politique, et en haut lieu le FLN,et le RND nous tiennent à peu près ce language :
    Sur les façades des villes et villages,
    Sur la coque des bateaux, et sur leur sillage,
    Sur le dos de chaque citoyen de tout âge,
    On collera ton portrait, et on écrira ton nom.
    Malgré la tempête qui fait rage
    Malgré les millions de cui cui de ces oiseaux désespérés mis en cage
    qui disent non,
    On écrira et on criera quand même ton nom.
    On commen à chauffer les bendirs et les gallals aux 4 coins du pays.
    Ainsi soit-il.

    11
    2
    Quel audace
    21 juin 2018 - 17 h 34 min

    et le peuple dans tout cela , il n’a pas son mot a dire , purée c quoi se cirque , l’ere des dinosaure ou machi hakda , dieu et avec nous

    12
    4
    Far-West-Republic
    21 juin 2018 - 17 h 10 min

    Les hors la loi et repris de justice ont gagnés et l’Algérie à perdue,nous avons sacrifier un quart d’une population pour un monde meilleur,n ous nous trouvons d’une situation catastrophiques pire de l’époque de coloniale Française,c’est une nouvelle colonialisme des repris de justice Marocain et autres,on s’est guéri de la peste,on attrape le choléra

    19
    3
    Anonyme
    21 juin 2018 - 15 h 36 min

    Voilà la réponse algérienne à la réponse espagnole par excellence.
    Dans ce pays,on préfère demeurer dans l’ombre, à l’abri de la main étrangère,c’est plus sûr pour nous.

    12
    3
    Anonyme
    21 juin 2018 - 14 h 51 min

    Ouyahia fait ce que on lui demande. Il n’a aucun poids finalement. C’est un pois chiche.
    Il est géré par la fibre des trabendistes

    16
    4
    Anonyme
    21 juin 2018 - 14 h 43 min

    Cette affaire de la cocaïne a-t-elle précipité la décision sur un 5eme Mandat ? Bizarre, la décision de Ouyahia coïncide avec avec cette affaire de la cocaïne ???

    12
    4
    Anonyme
    21 juin 2018 - 14 h 36 min

    Tout va très bien et pourvu que ça dure.Les parrains et les larbins sont satisfaits du bilan des 4 mandats de Fakhamatouhou et c’est tout à fait normal qu’ils en redemandent un 5°.La corruption,la mauvaise gouvernance,les passe-droits etc…n’ont jamais posé problème à ces gens-là,pourvu que la bêtise teintée de religiosité continue à étendre son voile noir sur ce pauvre pays livré aux mafieux sans foi ni loi.

    18
    4
    Abou Stroff
    21 juin 2018 - 14 h 28 min

    « Fin du suspense » titre S. S.
    je pense, avec la modestie qui m’étouffe, qu’il est inapproprié de parler de suspense dans le cadre d’un système basé sur la distribution de la rente et sur la prédation.
    en effet, le suspense n’existe, à vrai dire, que dans le cadre d’une formation sociale dont la reproduction repose sur le travail et où l’existence de classes sociales aux intérêts antagoniques suppose la mise ne place d’institutions (des parlements, par exemple) et de pratiques (des élections, par exemple) en vue de matérialiser des compromis et d’éviter, ainsi, des guerres où il n’y aurait que des perdants.
    dans le cas algérien où le système rentier a atteint sa plénitude, celui ou ceux qui contrôlent la distribution de la rente contrôlent et l’algérie et les algériens. en d’autres termes, les dirigeants sont d’abord et avant tout nommés au sein des distributeurs de rente sans que la populace réduite à un ensemble de tubes digestifs ambulants ait son mot à dire.
    quant aux « partis » politiques, ils n’ont de partie que le nom puisque leurs « militants » n’ont qu’un objectif et un seul: agir de telle sorte à être le plus près de la mangeoire.
    moralité de l’histoire: bouteflika est actuellement le parrain de la marabunta qui s’occupe de la distribution de la rente. si bouteflika dont le règne est synonyme d’enrichissement sans précédent de la marabunta qui nous gouverne décide de briguer un 5ème mandat, boutef sera notre futur président. où se situe alors le suspence, nul part, n’est ce pas?

    34
    6
    Anonyme
    21 juin 2018 - 14 h 22 min

    C’est aberrant le nombre de partis politiques qu’il y a et lors des dernières élections idem une foultitude de candidats……
    Le Président Bouteflika choisira peut-être de ne pas se représenter.
    Pourquoi la partie serait-elle gagnée?

    6
    24
    Anonyme
    21 juin 2018 - 13 h 44 min

    Il ne faut pas se precipiter…..attendons la decision du president Bouteflika….mais une chose est certaine le bilan de la presidence de Boutef est plus que satisfaisant,il faut etre honnete et reconnaitre que le president Bouteflika a transforme notre Patrie l Algerie en une veritable puissance emergente ou la securite,le niveau social et le developpement economique dans la diversification ont globalement bien evolues.De nos jours un handicap corporel peut avoir des influences sur le rendement de la mobilite mais tant que les capacites intellectuelles et psychiques sont intactes,la personne reste dans ses capacites de penser reflechir decider innover diriger et creer sainement,l exemple du grand savant astrophysicien Stephen Hopking
    completement paralyse ne s exprimant qu a l aide d un computer..ou le president US Roosevelt cloue sur une chaise roulante.Je pense que seul le peuple Algerien reste seul souverain pour choisir celui et ceux qui le gouverneront ,ce sont les valeurs democratiqueset les interets de notre pays la republique Algerienne qui l exigent…Le choix de la majorite doit etre democratiquement accepte en 2019.Libre a tous ceux qui veulent se porter candidats aux prochaines elections

    8
    56
    Felfel Har
    21 juin 2018 - 13 h 43 min

    Les masques tombent, un à un, et la comédie tire à sa fin! Ceux qui ont décidé de renouveler le mandat de Bouteflika (à son insu et peut-être malgré lui) ont tous joué le rôle qui leur était imparti. Le rideau va tomber incessamment et on va enterrer l’alternance et la démocratie. Pauvres de nous qui n’osons même pas rouspéter et nous battre pour arrêter cette descente aux enfers!

    25
    8
    El-Fellag
    21 juin 2018 - 13 h 21 min

    Encore cinq ans,de trafique de tout genre;encore cinq ans de corruption et d’injustice;encore cinq ans de misère et spoliation des biens des modestes citoyens;encore cinq de trahison et réhabilitation des traitres;encore cinq ans de régression et détournement des richesses du pays;encore cinq ans de souffrance et manipulation;trop c’est trop;y-a-t-ils des vrais patriotes dans ce pays orphelin de père et de mère,et c’est nos voisins qui nous dicte ce qu’on doit faire

    25
    4
      Anonyme
      21 juin 2018 - 15 h 07 min

      encore 5ans de silence d’un peuple qui n’ose pas dire stop a ce chaos ou un homme malade a décidé de rester au pouvoir a vie dans la logique de tous les régimes arabes

      21
      4
    Anonyme
    21 juin 2018 - 12 h 43 min

    Tout le monde a compris que Ouyahia est en faveur du 5eme mandat. Son attitude en toute latitude clamait le roi. Maintenant, il reste à déclarer Oujda la nouvelle capitale administrative du pays,et le suspense sera rompu une fois pour toute.

    32
    5

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.