Sciences spatiales : l’Algérie et l’Afrique du Sud signent un mémorandum d’entente

mémorandum Asal Sansa
Azzedine Oussedik, DG de l'Asal, et Simonetta Di Pippo, directrice du Bureau des affaires spatiales de l’ONU. D. R.

Un mémorandum d’entente sur la coopération dans le domaine de la science et la technologie spatiales a été signé, ce vendredi 22 juin, entre les agences spatiales algérienne et sud-africaine lors d’une cérémonie organisée au Centre international de Vienne, en présence des ambassadeurs des deux pays en Autriche.

Ce mémorandum a été signé, du côté algérien, par Azzedine Oussedik, directeur général de l’Agence spatiale algérienne (Asal), et, du côté sud-africain par Val Munsami, directeur général de l’Agence nationale spatiale sud-africaine (Sansa).

A l’occasion de cette cérémonie, M. Oussedik a rappelé les objectifs que partagent l’Algérie et l’Afrique du Sud en matière de recherche spatiale et souligné la volonté des deux pays de développer des projets communs dont notamment la réalisation de satellites et la mise en place d’un cadre d’échanges et de coopération entre l’Université d’Oran et l’Université de Stellenbosch.

Le directeur général de l’Asal n’a pas manqué de rappeler le fait qu’au-delà de l’intérêt que revêt cette coopération pour l’Algérie et l’Afrique du Sud, celle-ci sert également les intérêts du continent africain dans lequel les deux pays jouent un rôle de leadership.

Pour sa part, le directeur général de l’Agence nationale spatiale sud-africaine a salué l’engagement de l’Algérie en faveur de la coopération interafricaine dans tous les domaines et a assuré de la disponibilité de la partie sud-africaine à joindre ses efforts à ceux de l’Algérie en vue de faire bénéficier le continent africain des bienfaits de la science et de la technologie spatiales.

Il est à noter qu’en vertu de ce mémorandum d’entente, les deux agences sont convenues de promouvoir la politique de la science et la technologie spatiales et les applications associées, ainsi que de contribuer au développement du cadre juridique y afférent en conformité avec les principes de droit international régissant ce domaine.

C. P.

Comment (3)

    Mme CH
    24 juin 2018 - 2 h 05 min

    Il était temps..! Un secteur stratégique voire « vital », par les temps qui courent….!

    Tomatiche
    23 juin 2018 - 22 h 46 min

    Machallah.
    Excellente initiative.

    Mohamed
    23 juin 2018 - 17 h 02 min

    Enfin ! Vivement que nos relations économiques seront excellentes car n’oublions pas que l’Afrique du Sud est un ami de l’Algérie 🙂

    17
    4

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.