Le décret de Bouteflika annonce-t-il l’évacuation du Club des Pins ?

Mezli décret
Hamid Melzi, directeur de la résidence d'Etat du Sahel. ©Abdenor/PPAgency

Par Karim B. – Le décret présidentiel portant incessibilité des structures relevant de l’établissement public de la résidence d’Etat du Sahel, qui a été publié dans le dernier Journal officiel, suscite des interrogations sur les raisons qui ont poussé le président Bouteflika à le promulguer dans ce contexte marqué par une grande agitation.

Le chef de l’Etat a-t-il reçu des rapports sur des velléités de certains de faire main basse sur les villas des deux résidences concernées, transformées par le président Zeroual, au milieu des années 1990, en zone de sécurité pour l’hébergement des hauts fonctionnaires de l’Etat ? Des observateurs n’excluent pas que le président Bouteflika ait décidé de couper l’herbe sous le pied de responsables qui envisageraient d’accaparer les biens situés dans cette zone balnéaire, en profitant de la confusion qui règne actuellement.

Mais tout porte à croire que le décret présidentiel sera suivi par une décision très attendue par les citoyens, celle de la réouverture des stations balnéaires dont ils ont été privés durant plus de vingt ans et qui sont devenues problématiques aussi bien sur le plan économique que politique. On se souvient que des villas avaient été saccagées par leurs anciens occupants lorsque l’Etat avait décidé de les en expulser pour permettre à d’autres fonctionnaires de bénéficier d’une résidence sécurisée.

Cet incident, qui avait fait la Une des journaux à l’époque, ne s’est plus reproduit mais les appétits se sont aiguisés à l’approche d’une probable réouverture de cette zone au grand public et, donc, de l’évacuation de tous ses occupants actuels.

Sur le plan politique, le maintien de cette zone fermée contredit les assurances des autorités sur la situation sécuritaire du pays qui s’est nettement améliorée.

Enfin, des sources ont néanmoins émis des réserves sur le décret signé par le président Bouteflika pour préserver ce patrimoine public de la prédation, en expliquant qu’un décret peut annuler un autre et que seul la constitutionnalisation de la défense du patrimoine pourra éviter une telle dérive.

K. B.

Comment (41)

    slam
    2 juillet 2018 - 12 h 56 min

    « Mais tout porte à croire que le décret présidentiel sera suivi par une décision très attendue par les citoyens, »
    FRANCHEMENT vous croyez vraiment que les citoyens passent leur temps à prier pour que Club des Pins soit accessible? mais on s’en fout de cette plage dorée au milieu d’un pays-poubelle ! Les citoyens veulent que toute l’Algérie soit rendue aux citoyens ET pas seulement Club des Pins !




    34



    1
    Erical
    2 juillet 2018 - 8 h 57 min

    Yal peuple l heure est gravissime on nous parle de club des pins alors que nous sommes gouvernés par des Escobar .non! Nous n avons rien à faire de leur club des pins on veut la vérité sur l affaire de la cocaïne qui est derrière .qu elle e la personne qui protège chikhi




    28



    3
    Slim
    2 juillet 2018 - 7 h 55 min

    Vous y croyez vraiment a cette histoire de decret ???non mais …je ne sais pas mais y a t il encore des gens qui font confiance en ce pouvoir?!!!




    24



    0
    Ali2Est
    2 juillet 2018 - 7 h 27 min

    C’est maintenant ou vous vous rendez compte,que les biens du peuple Algérien est squatté par vos amis et proches,les élections approche et tout les coups sont permis,encore des diversions pour endormir un peuple pris en otage par des corrompus importateurs de poison à la population ça fait maintenant vingt ans de galère l’injustice,de hogra,corruption et sabotage




    27



    1
    Anonyme
    2 juillet 2018 - 1 h 10 min

    Foutez les dehors. Ils ont tous des villas qu’ils louent aux etrangers en euros,et vivent au c,ib des pains sur notre dos.




    44



    2
    Rascasse
    1 juillet 2018 - 20 h 27 min

    Ce club des pins est un véritable mal pour l’Algerie , une pépinière de délinquants, sans le club des pins le système n’existerait pas , son démantèlement ferait beaucoup de bien en amputant les laudateurs chiyatine d’une base arrière et zone de repli et de magouille




    45



    2
    Anonyme
    1 juillet 2018 - 18 h 54 min

    A chaque fois que la diaspora se rend en Algerie en été, elle est déçue. Les enfants disent que les plages sont trop sales et que tout pret le caca flottent car les gens font leur besoin dans l’eau et c’est normal puisqu’il n’y a pas de toilette automatiquement nettoyables comme en France. Les evacuation des maisons et cabanon ba^tti sauvagement sur les rivages evacuent les eaux usés dans la mer. Il n’y a pas non plus tout à l’egout dans ces maison au bord de la mer qui devraient être raccordé à l’egout et dont les eaux usées devraient aller à des station de retraitement pour creer du gaz et asseinir l’eau qui pourrait servir au nettoyages et même au douche des plage. Cette eau asseini pourrait servir. Le beton a fait disparaitre la bande de sable. Au lieu de detruire toutes ces maisons qui ne respectent pas le cadastre des ville bâti sur les rivages, non, on laisse faire jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de plage, plus de sable. On revient du pays tres malheureux




    30



    3
    Anonyme
    1 juillet 2018 - 18 h 22 min

     » Ils ne prendront pas l’Algérie »,
    comme le titre si bien cet ouvrage de
    Leïla Aslaoui.
    L’ Algérie appartient à la totalité de son peuple,et non à la poignée de personnes qui se pavanent en frimant sur les plages et le site de Club des Pins. Je ne vois pas pourquoi on priverait un simple Algérois, ou un résidant de Tamanrasset de choisir la plage qu’il veut pour une baignade. Nous sommes tous Algériens, et nous devons ouvrir les mêmes droits pour visiter n’importe quel site en Algérie. Est ce les gens d’Adra, de Timimoun,,de Tikjida ,d’Oran ou de Annaba ont un jour fermé leurs sites touristiques à ces mêmes résidents de Club des Pins?
    En revanche, l’État doit demeurer responsables dans la gestion des sites de détente et de loisir,pour garantir leur entretien et leur propreté. Les solutions sont nombreuses pour une bonne gestion de ces lieux.




    29



    1
      Algerien révolté
      5 juillet 2018 - 9 h 05 min

      Ces gens ne vivent pas avec nous ! tout est fait pour qu’ils vivent au dessus du peuple ,leur arrogance n’a aucune limite , meme les routes qu’ils empruntent sont differentes des notres , il n ‘y a qu’a voir celle qui va de l’autoroute vers le club des pins en passant par la foret de Bouchaoui ,des beaux lampadaires et des plantes partout ,si vous conduisez une voiture populaire ,vous avez interet a vous mettre bien a droite sinon … ! c’est pas demain que ça va changer ils ont trop l’habitude de nous écraser .




      1



      2
    Anonyme
    1 juillet 2018 - 18 h 09 min

    En France, les plages sont propres et securisées car la gendarmerie, la police municipale, les nettoyeurs y sont toutes la journée. On ne peut même pas y consommer de l’alcool sur la plage. C’est interdit, ni autour de la plage pres des parking. Les parking sont geré par la muncipalité et la securité par la police municipale et par la gendarmerie. Les services sanitaire controlent chaque matin l’eau de mer.
    Pour ma part dans notre résidence, nous avons une piscine assez grande mais juste pour recevoir les habitants du petit immeuble. Nous avons parfois des personnes étrangeres qui viennent s’y baigner. Je veux bien que les enfants qui n’ont pas les moyens d’aller à la piscine s’y baignent mais quand vous avez des adultes qui parfois sautent au dessus de la grille et entrent, ça devient dangereux et puis ils n’ont pas accès aux douche donc ils salissent l’eau de la piscine. Nous avons demandé une vigilance en été pour que ce genre de problemes disparaisse. Idem pour les plages, si une infrastructure assurant hygiene et securité ne sont pas etablie, il y a toujours des probleme. Le mieux est d’insister pour que prefecture et mairie s’occupent des plages si non, ce sont les predateurs, les voyous et la mafia des parking qui prennent les citoyens en otages, les raquettent, les agressent. En France aussi si on ne fait pas le necessaire dans nos piscines et plages, ça devient vite des lieus sale et dangereux.




    25



    3
      Simba
      1 juillet 2018 - 20 h 40 min

      EDUCATION..si nous etions un peuple eduque, civilise,poli ,respectueux les plages seraient proper.quand un people est sale le pays est sale aussi…alors EDUQUONS nous et EDUQUONS no enfants.




      35



      2
        Anonyme
        1 juillet 2018 - 22 h 28 min

        il faut compter sur la carotte et le baton. Les français sont aussi sales mais comme ils savent que l’hygiene de leur ville ça sortira de leur poche alors ils ne jettent meme pas un papier par terre. Et ça c’est la mairie qui fait des compagnes de sensibilisation. La derniere fois à Paris, la maire leur a tous envoyé combien ça va leur couter les escrement des chiens et les chewingum par terre en taxes sur leur paye ou leurs impot ou les deux. Personne ne fait des campagnes de sensibilisation en Algérie et pourtant tout sort de la poche du citoyen algérien, c’est lui qui paye en le privant d’argent sur son bulletin de paye. Tandis-que les barons du pouvoir, eux ne payent rien.




        17



        3
        Moh
        2 juillet 2018 - 4 h 09 min

        Nos responsables sont sales dans tout les sens.




        9



        1
    Anonyme
    1 juillet 2018 - 18 h 05 min

    Ce club de pin ne doit pas exister normalement d’une part c’est parce que les residants sont fortunés et ont les moyens de se payer un château avec leurs revenu et d’autre par ce genre de club c’est typiquement prendre les algériens pour des cons c’est la dictature c’est la Russi de staline c’est incroyable par rapport a d’autre algérien tête bien rempli mais pas un sous pour boire un café…




    21



    3
    Anonyme
    1 juillet 2018 - 17 h 51 min

    Opération nettoyage avec déballage surmédiatisé de certains mafieux, qui couvrent les vrais caïds. Le tout sur un fond de pré compagne pour un 5eme mandat. Diversion,et coup de pub pour le raïs réussis.




    22



    1
    zeralda
    1 juillet 2018 - 15 h 49 min

    ils veulent détourner l’opinion après toutes ces sales affaires qui les éclaboussent voilà la vérité et utilisent Bouteflika comme rempart




    29



    3
    Citoyen en colère
    1 juillet 2018 - 15 h 08 min

    Dans n’importe quel pays aussi developpé soit-il, si vous laissez une plage sans service public pour la nettoyer, assurer la sécurité et y installer infrastructure, elle deviendra un dépotoire d’ordures, un coupe gorges et un refuge pour marginaux. Les états existent pour que ce genre de lieux soient impossibles à établir. La faute n’est pas celles des citoyens car si vous ne posez pas des gardes fous, tout abus est possible.
    Une plage doit être administrée par les domaines et la marie et prefecture ou elle se trouve. La qualité de l’eau de la mer ou les baigneur sont sencés se baigner doit être controlé chaque matin. Les ordure ramassés, les sacs transparents à ordures installés tous les 100 metres sur des supports, des douche ouverte dont le débit est chronométré pour qu’il n’y ai pas gaspillage d’eau inutile doivent être installée, des toilette automatiques qui se nettoient automatique et qui ne peuvent faire acceder d’une seule personne à la fois ou un adulte avec un enfant pour les parent qui veulent accompagner leur enfant aux toilettes. Une surveillance de ces installation pour qu’il n’y ai pas usage de ces même installation au drogués, aux criminels et à ceux qui prennent plaisir à detruire l’immobilier urbain et public qui est la proprieté de tous et non pas celui de l’état. Il faudra detruire toutes les construction betonné au bord des plages et n’autoriser que des paillotes car l’erosion sous le poids du béton fait disparaitre la bande de sable sec. L’Onu, depuis plus de 40 an interdit toute construction en béton au bord de la mer à moins de 500 metres. Interdire les ventes à la sauvettes ne sont pas controlés. Interdire les parking sauvages et ces gens en gourdins qui vous obligent à debourser comme si le lieu leur appartient. Les parking doivent être autorisés par l’administration meme si on doit debourser quelque chose pour payer le gardienage. Ce qui est normale pour entretenir les lieux et payer les personnes qui y travaillent. Mettre des maitre nageurs qui assurent la presence des controleurs de la qualité de l’eau et éviter les noyades. Etc… Pourquoi attendez vous que le peuple soit eduqué si rien n’est fait pour qu’il le soit.




    26



    4
    MALIK
    1 juillet 2018 - 12 h 58 min

    A ANONYMEPLUS

    NON TOUT LE MONDE A EGALITE. CETTE PLAGE EST UN BIEN PUBLIC ET DOIT CESSER DE N APPARTENIR QU AUX VOYOUS et aux PREDATEURS
    CET ETE JE VEUX LE PASSER AU CLUB DES PINS AVEC MA FAMILLE.




    41



    1
    Anonyme
    1 juillet 2018 - 12 h 47 min

    Vous avez résumé le rapport ambigu des algériens avec la plage, la fête, les vacances , la bonne humeur, l’hygiène , l’environnement … Une relation complexe entre ce que nous sommes et ce que nous souhaitons être.




    32



    2
    Clair-Obscur
    1 juillet 2018 - 12 h 06 min

    D’accord pour le principe. Mais sommes-nous prêts à compter une plage poubelle et coupe-gorge de plus à Alger ? Une plage dangereuse où la mafia des plages et des parkings sévit en toute tranquillité ? Où les femmes seules et/ou sans voiles seront la cible des hommes voyous avec ou sans barbes.
    Il va falloir penser à tous cela. Rendez-nous nos plages certes, mais restez tout de même présents car nous n’aimerions pas tomber de Charybde en Scyilla.




    33



    20
    Anonyme
    1 juillet 2018 - 10 h 52 min

    la volonté du peuple est soumise cas par cas au bon vouloir de la présidence, le peuple se pose des questions…




    22



    1
    Merzak
    1 juillet 2018 - 10 h 30 min

    Sortez de cette zone, rendez ces plages au peuple. Vous nous avez colonisé. Le peuple n’a pas les moyens de passer des vacances à Palma ou ibiza ! Rendez nous ces plages !




    57



    4
    Selecto
    1 juillet 2018 - 10 h 29 min

    Tant que Ould Kadour et Chakib Khelil sont en liberté le peuple ne fera jamais confiance à ce pouvoir.




    54



    6
      elgat
      1 juillet 2018 - 18 h 32 min

      Ya ouldi chta dekhlek a chaque fois que l’etat veut faire quelque chose de positif vous êtes la pour mettre les bâtons dans les roues et détourner attention; ya khouya chaque chose en son temps. wella tu habites club des pins?




      12



      20
      banaoua
      3 juillet 2018 - 17 h 24 min

      VOUS AVEZ OUBLIEZ UNE CHOSE ASSI IMPORTANTE
      C DE DIRE LA VERITE SUR L’ASSASSINAT DE BOUDIAF .




      3



      0
    Anonymeplus
    1 juillet 2018 - 10 h 21 min

    Si le club des pins ouvre ses portes, il sera en 2 temps et 3 mouvements la plage la plus sale d’Alger. A Zeralda, palm beach, la madrague et sidi fredj, ceux sont des décharges publiques à ciel ouvert, des plages dégueulasses.
    N’ouvrez surtout pas le club des pins, laissez le comme il est, au moins la plage est plus ou moins propre, je crois que c’est la seule plage propre de tout Alger, le reste n’est que saleté, fréquenté par des gens avec zéro civisme.




    77



    61
      Anonymous
      1 juillet 2018 - 11 h 24 min

      Il faut que tout le monde soit dans le même bain de départ !
      Et que les meilleurs gagnent !




      42



      5
      Gatt M'digouti
      1 juillet 2018 - 11 h 44 min

      Et que font les élus de ces paradis qui ont payé pour être catapultés dans ces fonctions? la saleté est ailleurs que dans ces plages ! et si on parlait des terrains agricoles de ces communes cédés a des pontifes et a des barons qui ont défigurés le site pittoresque de cette belle région?




      34



      0
      Moh
      1 juillet 2018 - 13 h 09 min

      Une plage ça se nettoie toutes les semaines par le service de voirie. Les dechets, les douche ouverte, l’arrivée d’eau et la vérification des établissement qui ne devrait avoir aucun socle en béton, cela se fait en France d’une maniere hebdomadaire. Ce sont les employés de mairie et les gendarmes qui passent chaque matin à Biaritz, à Tréport, à la Bole, des plages ou j’ai pu aller pendant les vacances et ou j’ai passé plusieurs jours. Le matin, on voit les employés de mairie ramener des personnes condamnées avec obligation d’exercer un travail à interet public contre cela, elles ne sont pas enfermées en prison bien qu’elle aient commis des délits par trop grave, moins de 6 mois de prison. Ces gens sont libre toute la journée à condition de faire ce travail ou un autre pour se racheter vis à vis de la societé. En plus elle sont payées au smic. Pourquoi les mairies ou se trouvent ces plages ne font pas quelques choses de pareil pour laisser nos plages propres. En plus, il faut une police des plages pour adresser des amendes aux personnes non respectueuses des lieux et qui jettent des ordures à condition de prévoir des poubelles en plastic transparent tous les 100 metre. Si les plages occidentales sont propres c’est parce-que le service public assure la sécurité, le nettoyage tous les matins et des douche ouverte à la sortie de chaque plage comme on celles des piscines, des douche à ciel ouvert ou on peut juste se laver avec son maillot. Cela est fait pour éviter des problèmes.
      Enfin les plages en France ou dans les pays developpées sont propre car il y a un service public qui assure la sécurité et la propreté et adresse des amendes aux personnes qui jettent des déchets. Par cela, des prisonniers peuventsortir de prison en payant autrement leur dette envers la societé et les citoyens peuvent continuer à aller aux plages en toute securité sur un sable propres, boire et manger sans salir et se salir.




      60



      0
      MELLO
      1 juillet 2018 - 14 h 57 min

      Ce que tu dis ,ici, c’est ce que pense ces gens du pouvoir.
      Une récupération en centre touristique ouvert au public est la meilleure des choses à faire. Bien sûr que la gestion sera prise en charge par une structure touristique ayant ses propres agents de sécurité et de nettoyage comme cela se fait ailleurs . Le clubs des pins est une portion de cette Algérie qui nous appartient. Fini les flens ben flens , nous sommes tous égaux devant la justice divine.




      15



      2
        Moh
        1 juillet 2018 - 18 h 48 min

        On peut deleguer quelques plages à des privé mais les prix doivent être abordable à tout citoyen et ce nombre de plages doit être restreint car la plage appartient à tout le monde. Le mieux c’est que les mairie ou se trouvent ces plages qui doivent s’en occuper. Les installations douche, poubelle, poste de maitre nageur c’est aux mairie de les controler tandisque la securité, c’est la prefecture et la gendarmerie ainsi que la police municipales qui doivent gerer ça. Pour les parking, une gestion de la mairie serait l’ideale pour ne pas laisser privatiser ces lieus ou par la mafia des parking sauvages ou pour le privé qui finirait par rendre ces lieux cher ou les destiner à être vendu à la decoupe comme on le voit aujourd’hui dans le trafic du foncier qui est devenu un sport nationale.




        11



        0
          MELLO
          1 juillet 2018 - 22 h 59 min

          Les mairies ne peuvent plus gérer, elles n’arrivent même pas à gérer le minimum vital qu’est le nettoyage et le ramassage des ordures, alors leur imposer la gestion des plages, c’est les noyer dans un verre d’eau. Soustraiter ces plages à des sociétés spécialisées en leur imposant des prix d’accès assez abordables, serait la meilleure des solutions. Le clubs des pins doit revenir au peuple.




          9



          0
          Anonyme
          4 juillet 2018 - 1 h 56 min

          Oui c’est une bonne idée, à condition que les prix soient abordable. Ces sociétés doivent être agréée aussi et les dossiers d’appel d’offre doivent être rigoureusement sélectionnés.




          1



          0
      MELLO
      1 juillet 2018 - 14 h 58 min

      A condition de faire partir ce Mezli et ses acolytes.




      14



      2
    Gavroche
    1 juillet 2018 - 10 h 10 min

    Il faut nettoyer les écuries d’ Augias et mener une opération main propre. Une poignée de nantis ont privatisé le pays et ce sont accaparés les biens de l’Etat. On doit revenir à un Etat de droit avec des contrôles sur l’argent et les biens publics.L’Etat doit être au service du Peuple ET PAS SE SERVIR SUR LE DOS DU PEUPLE A TRAVERS SES ELUS (MAL ELUS). En Algérie il n’y a pas de problème de logement juste un problème de trafic dans la distribution, certains se retrouvent avec des dizaines de logements acquis par magouille alors que des malheureux sont sans rien! On doit remettre traquer les petits délinquant aussi qui terrorisent les citoyens avec le racket des parking et des plages. Celui qui veut gagner de l’argent ou avoir des hautes fonctions publics l’Etat doit l’encourager pour le faire, grâce au travail, les compétences, l’initiative et l’apport de valeur ajoutée. Nous sommes devenus une République bananière depuis 20 ans par le laxisme de nos dirigeants, la corruption, le népotisme, les biens mal acquis et l’incompétence. Le peuple est au bord de la crise de nerfs et le pire est à venir si au continue dans cette direction.




    39



    0
    Felfel Har
    1 juillet 2018 - 9 h 53 min

    Après avoir livré le pays et ses infrastructures à des prédateurs, subitement devenus milliardaires, et leur avoir permis de tailler le pays en pièces, voila venue l’heure de la réhabilitation, du sursaut et du désir de rendre à l’état algérien ce qui lui appartient de manière exclusive. Ce patrimoine n’aurait JAMAIS dû être cédé à des tiers, fussent-ils des privilégiés du système. A-t-on enfin réalisé que l’Algérie n’était la propriété de personne, hormis le peuple? Maintenant qu’une opération « mains propres » est lancée, il ne faut surtout pas s’arrêter en si bon chemin: il faut s’employer à obliger tous les prévaricateurs à restituer au Trésor Public les sommes qui lui sont dues et qui lui ont été injustement soustraites par le vol, la rapine, les détournements et toutes autres combines. Le peuple algérien ne se satisfera plus de demi-mesures qui ne sont que de la poudre aux yeux.




    62



    1
    Anonyme
    1 juillet 2018 - 9 h 45 min

    Comme ca sa nous évitera d aller depenser notre argent ailleur rendre a César se qu il lui appartient. nos belles plages d’antan ça evitera le déplacement lointain pour les algerois…




    51



    0
    Anonyme
    1 juillet 2018 - 9 h 39 min

    Pour la sécurité des hauts responsables de l’état, il fallait les installer dans des casernes le problème ne serait pas d’actualité, maintenant que la sécurité est rétablie, tout le monde aurait rejoint sa maison, mais chez nous tu donnes la main ,ils prennent le bras et ne veulent plus le lâcher.




    53



    0
    ahmd
    1 juillet 2018 - 9 h 09 min

    C’est pas nous qui leur avions offert ces villas. ce régime se sent acculé et nous fait croire qu’il combat tous ces maux!!!




    51



    0
    fatigué
    1 juillet 2018 - 8 h 11 min

    Ne pas oublier de leur faire payer le loyer de toutes les années durant lesquelles ils ont occupé ces villas, ne pas oublier aussi de leur faire payer un gros forfait pour l’eau, le gaz, l’électricité et le téléphone.




    65



    1
    jjr
    1 juillet 2018 - 7 h 54 min

    Parlez nous des 200 000 000 000 $ subtilisés au pays, les scandales ne se limitent pas aux villas. Un brizidan bis a besoin de publicité




    32



    6

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.