Paroles et paroles…

Paroles
Siège de l'Union africaine. D. R.

Par Sadek Sahraoui – Les travaux du très attendu 31e sommet de l’Union africaine (UA) ont débuté ce matin à Nouakchott dans un contexte marqué par la détermination des leaders africains d’aller vers des réformes profondes afin de rendre l’UA moins dépendante des bailleurs de fonds étrangers et de faciliter la prise de décision au sein des différentes structures de l’organisation panafricaine.

Outre la réforme de l’UA, l’autre grand dossier de ce rendez-vous concerne la lutte contre la corruption. Selon les dires de fonctionnaires de l’UA, le choix du thème de la lutte contre la corruption confirme l’engagement et la volonté ferme du continent de lutter contre ce fléau à travers la mise en place de différents mécanismes.

De l’avis de Moussa Faki Mahamat, le président de la Commission de l’Union africaine, le combat contre la corruption doit être globale en 2018 car, a-t-il soutenu, ce fléau prive l’Afrique de près de 50 milliards de dollars chaque année. Pour lui, toutes les nations africaines «sont concernées, d’une manière ou d’une autre, à des échelles plus au moins grandes». Et le constat cinglant de l’ancien ministre tchadien des Affaires étrangères se vérifie presque tous les jours. Une simple revue des gros titres de la presse africaine prouve même que notre continent est gangréné jusqu’à l’os par la corruption. Tous les jours ou presque, de graves affaires de corruption impliquant de très hauts responsables africains, dont des chefs d’Etat, sont étalées dans les colonnes des journaux. Les deux derniers présidents à avoir été emportés par ce genre de scandale sont Robert Mugabe du Zimbabwe et l’inénarrable Jacob Zuma d’Afrique du Sud. Leur «flirt» avec l’argent sale a fait beaucoup de mal à l’Afrique tant ils étaient des symboles de la lutte pour la liberté et l’émancipation de l’Afrique. Ces deux figures ont déshonoré leur combat.

D’autres responsables, toujours en poste, actuellement sous la loupe de la justice internationale, sont susceptibles également de se retrouver un jour ou l’autre derrière les barreaux. Et la question justement que tous les Africains lambda se posent est de savoir s’il est vraiment possible que de tels énergumènes, qui ne pensent qu’à se remplir les poches et à garder le pouvoir, peuvent vraiment laisser l’Union africaine mettre le cap sur la lutte contre la corruption. Tout le monde connaît la réponse mais restons tout de même optimistes. Après tout, l’Afrique a connu pire par le passé et a toujours fini par s’en sortir.

S. S.

Comment (4)

    Ziad ALAMI
    1 juillet 2018 - 18 h 14 min

    Pour moi la très belle image était de voir côté à côté la petite délégation du Maroc et la forte délégation de la RASD alors que le Makhnez avait promis aux sujets de Mimi6 que cette RASD ne serait plus membre de l’UA début 2018.
    Finalement MAKANE WALLOU .




    9



    6
    Felfel Har
    1 juillet 2018 - 16 h 22 min

    Lutter contre la corruption est certes une priorité, ô combien nécessaire et urgente, pour redonner à l’Afrique les moyens de moraliser la vie publique et de financer un développement réel de ses pays. Il n’en demeure pas moins que le mal le plus profond vient de la non représentativité de ses dirigeants, tous parvenus ou maintenus au pouvoir par des moyens illégitimes et illégaux. Le premier salut de l’Afrique viendra du respect inconditionnel des principes universels de démocratie: libertés, justice sociale, intégrité des élections, respect de la Constitution, alternance du pouvoir, séparation des pouvoirs, contrôle de l’usage des deniers publics par les différents organes de l’Etat et surtout défense des intérêts suprêmes de la nation. Ce ne sera qu’à ce moment-là que la corruption pourra être combattue avec force et efficacité. Mettre la charrue avant les boeufs ne garantit pas de bons labours, et plus tard, des récoltes abondantes et bénéfiques. Prétendre lutter contre la corruption dans les conditions actuelles n’est qu’un voeu pieux; tout le monde en parle mais personne n’agit réellement. Ce ne sont effectivement que des paroles!




    36



    0
      selma
      2 juillet 2018 - 12 h 42 min

      Très juste, c’est ce que j’allais dire, merci
      Néanmoins, je considère que c’est l’accaparement du pouvoir ( avec changement de la constitution) qui est à l’origine de la corruption. Lorsqu’on se scotche trop longtemps au pouvoir, on finit par oublier ses missions principales et on se laisse scarifier par le faste et l’opulence




      2



      0
    Felafel
    1 juillet 2018 - 16 h 11 min

    Que dire de la France ….
    Un exemple parmi tant d’autres car tous les politiques de droite comme de gauche sont corrompus : SARKOZY : Bymalion, Bettencourt etc etc sans oublier….
    Les emplois fictifs et cie à tous les niveaux etc etc etc
    Ces gens là ej’ux ne se retrouventbpas devant la CPI….Quand un tribunal national se met à « gerer » leurs affaires et bien c’est systématiquement une « justice » virtuelle.
    La colonisation française en Afrique a fait des ravages.




    5



    3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.