Affaire de la cocaïne : l’Espagne a-t-elle fourni de nouveaux éléments ?

701 kg cocaïne
Fernando Grande-Marlaska, ministre espagnol de l'Intérieur. D. R.

Par Sadek Sahraoui – A l’invitation du ministre de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire, Noureddine Bedoui, le ministre de l’Intérieur du royaume d’Espagne, Fernando Grande-Marlaska, a effectué aujourd’hui une visite officielle en Algérie. Selon le département dirigé par Bedoui, cette visite a constitué «une occasion pour enrichir et renforcer les échanges dans les domaines d’intérêt commun entre les deux départements ministériels». Les deux responsables se sont longuement entretenus en présence des membres des délégations des deux pays, notamment le commandant de la Gendarmerie nationale, le général-major Menad Nouba, et le directeur général de la Sûreté nationale, le colonel Mustapha Lahbiri.

Dans une déclaration à la presse, Bedoui a indiqué que la visite du ministre espagnol dénote «l’importance des relations stratégiques qui unissent les deux pays». C’est également, a-t-il dit, un «message fort de notre détermination à mener une coordination permanente pour atteindre des niveaux élevés dont l’objectif étant de faire face aux défis communs auxquels est confrontée la région, notamment la lutte contre le terrorisme et les crimes liés à ce phénomène».

Exit le dossier de la lutte contre le terrorisme et la problématique des migrants clandestins, il est certain aussi que le ministre algérien de l’Intérieur et son homologue espagnol ont parlé de trafic de drogue, deux phénomènes dont souffrent beaucoup l’Algérie et l’Espagne. L’hypothèse est d’autant plus grande que cette visite tombe en plein milieu d’une grosse affaire de trafic de cocaïne. En plus, c’est grâce à l’alerte donnée par les services de sécurité espagnols que les autorités algériennes ont pu récemment déjouer une tentative d’importation de plusieurs centaines de kilos de cette drogue à partir du port d’Oran. Une première en Algérie.

Il est très probable, en effet, que Madrid veuille aujourd’hui connaître l’évolution de cette affaire qui a déjà fait tomber de nombreuses personnes et qui pourrait bien impliquer aussi des citoyens espagnols. Côté algérien, il n’est pas exclu également que Noureddine Bedoui ait demandé à bénéficier de l’expertise espagnole en matière de lutte contre le narcotrafic, surtout que les services espagnols ont une excellente connaissance de l’Amérique latine d’où est partie la drogue saisie au large du port d’Oran. A ce propos, il est possible que Fernando Grande-Marlaska ait fourni de nouveaux éléments à Noureddine Bedoui.

S. S.

Comment (6)

    Soprano
    4 juillet 2018 - 19 h 21 min

    Yaw. ..fakou bikoum
    Ceux qui ont importés cette daub sont connus de tous
    Le FBI n’est pas à Alger pour rien mais pour exiger et je dis bien exiger des explications
    Parvenue ca ne touche pas que la drogue
    Vous pensez sérieusement que cette daub est destinée à la consommation interne
    Vous êtes naïf …

    9
    4
    Kad
    4 juillet 2018 - 8 h 24 min

    Tous les questionnements de Mme CH sont légitimes, je me permet toutefois d’ajouter une question. Pourquoi les nôtres n’ont cesser depuis l’avènement de cette scabreuses affaire, d’essayer de nous inculquer qu’on est aussi attaqué par le déversement de la drogue sur notre pays!!! Est ce que vraiment cette affaire pourrait être un « cheval de Troie » concocté par l’occident pour s’ingérer dans nos affaires? y a -t-on prêté le flanc?

    8
    5
    Zaatar
    4 juillet 2018 - 7 h 54 min

    Lorsque vous avez un pays dont toute l’économie est basée sur le distribution de la rente et sur la prédation comme on le signifie par l’expression « Errachem H’mida et Elaab H’mida » qui voudra dire que le système qui opère dans le pays s’appelle H’mida, alors vous pouvez tout imaginer, vous poser toutes les questions que vous voulez, les voies qui mènent au cœur et au cerveau de H’mida sont impénétrables…

    25
    3
    Widor
    3 juillet 2018 - 23 h 05 min

    Tout les moyens sont bons pour faire avaler le remède miracle à Quarante million d’otages,chaque jours ils essaient d’inventer des histoires drôles pour détourner l’attention des otages

    30
    5
      Anonyme
      4 juillet 2018 - 16 h 51 min

      Entièrement d’accord. Celle du maire de Ras El Ma pourrait parfaitement avoir été ébruitée pour jouer ce role alors qu’elle date de 2013/2014

    Mme CH
    3 juillet 2018 - 21 h 24 min

    Avec le temps, certaines questions nous taraudent l’esprit..!! Est-ce que cette affaire a été concoctée de manière à faire sauter quelques fusibles, chez-nous..? Qui est derrière tout ça…et à qui profite toute cette opération…??? Est-ce une guéguerre de clans et leurs sponsors..?? Pourquoi les espagnols n’ont pas réquisitionné le bateau, et ils ont préféré mettre cette « bombe » à fragmentation entre les mains des nôtres…? Sont-ils de mèche avec certaines parties intra-extra-muros..??? Est-ce que la drogue a été embarquée au Brésil, en plein océan ou en Espagne…??
    Quel est la vraie raison de la visite officielle du ministre de l’Intérieur d’Espagne en Algérie…??

    Un vrai cauchemar…!

    38
    7

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.