L’Algérie compte 3,2 millions de retraités

CNR
L'Algérie compte plus de 3 millions de retaités. Newpress

Un total de 3,2 millions de bénéficiaires des avantages de la retraite sont enregistrés actuellement en Algérie, a indiqué mardi le directeur général de la Caisse nationale de retraite (CNR), Slimane Melouka, repris par l’agence de presse officielle (APS). «Un total de 3,2 millions de bénéficiaires d’avantages de la retraite (entre les pensions et allocations directes et indirectes)» est enregistré actuellement en Algérie, a précisé M. Melouka à la Radio algérienne. Il a expliqué que «la situation financière de la CNR, qui était très favorable dans les années 2010 et 2012, s’est malheureusement dégradée, à partir de 2014 et 2015, pour atteindre un niveau assez important dans les années 2016-2017 après le départ massif avant l’âge légal de plus d’un million de personnes». Pour remédier à cette situation, «de nombreuses dispositions ont été prises en faveur de la CNR, notamment par des apports effectués par les autres caisses de sécurité sociale et puis récemment en 2018 par un apport de l’Etat assez important qui vient s’ajouter à un apport régulier qui se fait de la part de l’Etat et qui tourne autour de 15% des dépenses»,explique-t-il.

Pour rappel, le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale, Mourad Zemali, avait annoncé récemment que la revalorisation des pensions de retraite pour l’année 2018 est maintenue et sera modulable avec des taux allant de 0,5 à 5% en fonction du montant de la pension. L’incidence financière de cette revalorisation est de l’ordre de 22 milliards de dinars, avait-il ajouté. Le gouvernement avait également inscrit 500 milliards de dinars à verser à la Caisse nationale de sécurité sociale (CNAS) pour lui rembourser une partie des montants qu’elle avait prêtés à la CNR.

Le directeur général de la CNR a indiqué que «cet apport se fait aujourd’hui de manière conjoncturelle, il se pourrait qu’il soit reconduit si l’Etat reprend cette décision dans la loi de finances 2019», mais entre-temps, a-t-il dit, «il faudrait penser à mettre en place des mesures additionnelles comme cela a été le cas pour la taxe sur les importations des produits revendus en l’état et dont nous verrons les retombées dans les jours qui viennent».  «Il y a des réformes qui ont été réalisées à l’exemple du taux de 1% qui a été rajouté à la branche retraite en 2015 et qui a permis un apport de 30 milliards de dinars supplémentaires annuellement», a-t-il relevé. Il a estimé «les départs à la retraite pour l’exercice 2018 aux environs de 50 000, en baisse par rapport aux années 2015 et 2016 qui ont vu des départs entre 150 000 et 200 000 personnes». «Pour 2010, la dépense en matière de retraite tournait autour de 350 milliards de dinars, pour une recette de 370 milliards de dinars, alors qu’en 2012, grâce aux augmentations salariales de époque, la dépense n’atteignait pas les 600 milliards de dinars pour une recette de 650 milliards», a-t-il noté. Actuellement, les recettes de la caisse «tournent autour de 700 milliards de dinars en droits contributifs et en aide de l’Etat et une dépense qui va dépasser à la fin 2018 les 1 200 milliards de dinars», dit-il, estimant que «le déficit nettement s’est accru».

R. N.

Comment (11)

    predator
    4 juillet 2018 - 11 h 16 min

    Ceux qui ont véritablement trimé dans ce pays mènent une vie de chien
    Bien sur les « hauts placés » se la coulent douce et n’ont apporté rien au pays sinon le piller avec en plus une retraite dorée
    Heureusement que tout a une fin




    6



    0
    Zaatar
    4 juillet 2018 - 9 h 55 min

    On vient encore poser un problème qui est la conséquence de la gestion économique du pays. Un pays dont l’économie est basée sur la distribution de la rente et sur la prédation ne peut qu’engendrer tous les problèmes possibles et imaginables dans tous les secteurs économiques, du travail, de la santé et autres… Si l’économie du pays reposait sur le travail et la création effective de richesses alors on ne parlerait pas, ou très peu, de problèmes de versements des retraites aux retraités… ce qui semble ne pas être le cas pour la seule raison que toutes nos richesses proviennent exclusivement de notre sous sol et que toutes les machineries du pays sont alimentées principalement par la fiscalité pétrolière et l’argent du pétrole. rajoutez y la corruption, les détournements, la mauvaise gestion et les ignares en place et vous conclurez à l’angoisse des retraités chaque année si on parle de la CNR.




    8



    0
    Anonyme
    4 juillet 2018 - 2 h 18 min

    Je présume que les Ould Abbès, les fakhamatouhou et tous les autres…. n’en font bien sûr pas partie !
    N’est-ce pas ?




    30



    0
    Gatt M'digouti
    3 juillet 2018 - 23 h 08 min

    Ou est le problème? que les décideurs de casser à l’époque l’outil industriel, le restructurer le déstructurer pour le remplacer par le container ou pour le céder à des Émiratis contribuent à renflouer la caisse ! Les retraités sont une bombe à retardement ! Eux au moins peuvent défendre leur cause ! ils ont offert le meilleur de leur vie pour l’Algérie ! une étincelle peut contribuer à faire le plus grand des brasiers ! Que les ministres de l’époque double nationalité viennent jeter la première pierre !
    A titre d’exemple basique, il y avait des milliers et des milliers d’ateliers de confection qui employaient des centaines de milliers de femmes algériennes, qui s’approvisionnaient au niveau de la Sonitex et qui permettaient au peuple de s’habiller selon les normes ! Aujourd’hui c’est la FRIPPE, les chinoiseries les turcs avec aucun contrôle qui sont proposées sur le marché !
    Je me souviens, jeune et insouciant, vêtu d’un costume Sonitex, chaussé de mocassins Richelieu de Sonipec avec un sac véritable cuir Sonipec sur les épaules, une chemise Chrea ( sans cravate lol) et me rasant au Safir Inox ! Il faisait bon d’y vivre à cette époque ! le rêve était permit ! et surtout on n’avait pas besoin de s’humilier pour un visa ! enfin bref !!! je sors du sujet lol




    34



    0
      Anonyme
      4 juillet 2018 - 17 h 05 min

      Oh que non ! C’est le sujet même que tu abordes ici. C’est toute cette économie naissante qui a été tué dans l’œuf et nous en subissons aujourd’hui les dramatiques conséquences.
      Je dis «tuée» parce que je considère qu’il s’agit là d’un véritable crime qui a été commis par les «décideurs» contre l’économie algérienne et par conséquent contre l’Algérie. Il n’y a qu’à constater l’état déplorable dans lequel se trouve l’Algérie des Larbi Belkheïr, des Ouyahia, de fakhamatouhou wa hachiyatouhou, des laudateurs et autres rapaces assoiffés et insatiables !




      1



      0
    Widor
    3 juillet 2018 - 21 h 45 min

    Trois millions deux cents pour une population de 40 millions d’habitants plus la plus part ont pris la retraite avec 32 ans de loyaux services résultats,c’est très peu ou sont ils les autres certainement décédés prématurément tension artérielle ou diabète,maladie El Hogra ou la malnutrition Batata matin midi et soir à majorité ils touchent 20 000 dinars par mois plus Eau Électricité Gaz,sans compté les loyers on peut pas aller loin,c’est bien programmes par nos experts du FLN faux moudjahid lorsque des corrompus achetant leurs sièges au parlement ou senat qui touchent presque 20 fois le salaire de ces Meskine retraité




    16



    1
    MELLO
    3 juillet 2018 - 20 h 01 min

    Non, non, et non, la CNR traite 3.2 millions de pensions, mais l’Algérie ne compte pas autant de retraités. Une réflexion profonde doit être engagée pour savoir pourquoi tous ces Algériens partent en retraite , surtout en retraite anticipée. Le travailleur Algérien ,aujourd’hui, ne se sent pas bien dans son lieu de travail : la faute aux responsables ? La faute au milieu professionnel ? La faute à une mauvaise considération ? Autant de raisons qui poussent le travailleur à demander sa retraite. Sur un autre chapitre, pourquoi une caisse comme la CNR ne peut pas prendre en charge tout ce monde qui a trimé pendant plus de trente ans en s’acquittent des cotisations ? Si tous les salaires des ministres, des sénateurs, des députés, de tous les élus , sans oublier les joueurs de football, étaient soumis aux cotisations, conformément à la réglementation, la CNR n’aura jamais de problème de trésorerie. Doit on allonger l’âge de départ en retraite à 65 ans ?..




    10



    2
    Smain
    3 juillet 2018 - 17 h 46 min

    Il y a lieu de signaler que les retraites contribuent par l’impot sur le revenu, retenu a la source sur leur pension mensuelle et que l’Etat est constitutionnellement garant de leur survie.




    9



    0
    mouatène
    3 juillet 2018 - 17 h 28 min

    malheureusement la situation s’est dégradée dites vous ? et bien nous allons nous y mettre pour y remédier. à tous les retraités de la République Algérienne Démocratique et Populaire, mettez vous tous sur la meme longueur d’onde et créez un parti. vous serez certainement le parti majoritaire. présentez vous aux élections à tous les niveaux et vous deviendrez les pachas. et à ce moment là, vous faites le travail de fond. les actuels « pachas » sans exception aucune, à la maison. creez une cour exceptionnelle avec des annexes au niveau de chaque daira pour procéder à la révision de tous les biens mal acquis. n’oubliez pas d’augmenter les « petites retraites ». et le travail terminé, vous démissionnez pour laisser les jeunes reprendre le flambeau. et tout le monde sera content.




    13



    2
    Anonyme
    3 juillet 2018 - 16 h 03 min

    ces pauvres retraites recoivent des clopinettes ! meme pas de quoi se nourir ! et si vous nous parler de ceux qui ont la retraite integrale et qui ont coule le pays ! ces fameux hauts cadres de l etat ! walis , chefs de daira , chefs de cabinet , conseillers , et ……le reste de la momenklotura ! c est la le debat ! c est pire que de la cocaine !




    19



    1
    Anonyme
    3 juillet 2018 - 14 h 28 min

    Donc il reste 37 millions d’algériens actifs .




    6



    11

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.